Retour à la page d'accueil
du site
Dictionnaire du Mouvement Ouvrier Seynois
Notices rédigées par
Jacques GIRAULT
 
BOEUF Irène
Retour au Dictionnaire du Mouvement Ouvrier

BOEUF Irène [BOEUF Serène, dite Irène].

Née le 22 avril 1917 à Pietraba (Corse) ; les parents de Serène Guidicelli étaient de petits agriculteurs propriétaires. Sa mère, veuve, se remaria avec son beau-frère. Six enfants vivaient dans cette famille catholique dont le chef, conseiller municipal appartenait à un clan conservateur. Elle vint à Toulon vers 1930 chez sa soeur qui habitait le Pont du Las et travailla comme vendeuse jusqu'à son mariage en décembre 1935 avec Jean Boeuf (voir ce nom). Une rupture se produisit alors : en septembre 1935, elle adhéra à la cellule communiste de son quartier Rodeillac. Elle devait habiter deux ans plus tard le quartier Barbès et militer dans la cellule locale ainsi qu'au Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme, dont elle était secrétaire adjointe.

Pendant la guerre, son mari étant mobilisé, elle commença une activité militante clandestine de fabrication et de diffusion de divers matériaux au quartier Besagne où elle habitait, rue Pomme de Pin. Après avoir été revendeuse, elle tenait avec son mari un magasin de fruits et de légumes. Quand Jean Boeuf fut arrêté en 1942, elle fut au coeur des manifestations de femmes et des mouvements de solidarité pour assurer le ravitaillement des emprisonnés. Elle vécut à Marseille où son frère, cafetier, l'employait et y resta jusqu'à la Libération où elle fut blessée dans les combats au Plan de Cuques.

De retour à Toulon, elle devint membre du comité fédéral du Parti communiste en 1947 et militait à l'Union des Femmes de France. En novembre 1949, elle suivit les cours de l'École centrale d'un mois. Après son divorce, elle milita à la direction nationale de l'UFF et sa responsabilité à l'organisation l'amena à s'occuper des départements du Sud-Ouest de la France. Elle était à la présidence notamment du meeting à Toulon, le 15 octobre 1950, avant le procès d'Henri Martin.

Remariée avec Édouard Armando (voir ce nom) en décembre 1951, elle le suivit à Prague et collaborait à l'émission " Ce soir en France " pendant trois ans. De retour en 1954, membre du bureau de la section communiste de La Seyne, marchande de journaux, puis permanente non rétribuée à l'UFF, enfin membre du comité de la section communiste de Toulon, elle s'établit définitivement à La Seyne en 1968 et participa au comité de la section communiste de la ville de 1968 à 1972. Elle militait en 1981 dans la cellule E. Armando du quartier de Vert-Coteau à Toulon où elle habitait.

SOURCES : Presse locale. - Renseignements fournis par l'intéressée.

J. Girault