Retour à la page d'accueil
du site
Dictionnaire du Mouvement Ouvrier Seynois
Notices rédigées par
Jacques GIRAULT
 
BOURDELON Antonin
Retour au Dictionnaire du Mouvement Ouvrier

BOURDELON Antonin, Ernest.

Né à Arles (Bouches-du-Rhône), le 22 février 1892, fils d'un forgeron demeurant à Toulon (Var), Bourdelon titulaire du Certificat d'études, effectua son service militaire dans la marine nationale à Toulon (Var) de mai 1911 à mai 1914. Il entra comme ouvrier forgeron auxiliaire à l'Arsenal maritime (artillerie navale) en juin 1914. Mobilisé jusqu'en juillet 1917, il réintégra l'Arsenal par la suite. Il se maria à Toulon en février 1915, habitait La Seyne et il était secrétaire du syndicat des Travailleurs de la Marine en février 1919. Le 25 avril 1919, il fut réélu au conseil d'administration du syndicat et fut délégué aux renseignements. Le 7 mai 1919, il fut candidat pour la commission de réglementation des heures d'entrée et de sortie de l'Arsenal. En juin 1919, le conseil d'administration démissionna devant la poussée des " révolutionnaires " à la suite de l'aide financière apportée aux grévistes de La Seyne. Une polémique s'ouvrit alors dans les colonnes du Petit Var et Bourdelon y participa. Candidat à la CA le 16 août 1919, il fut battu. Le 20 décembre 1920, il écrivait dans Le Petit Var une lettre critique à l'égard de Nicolini (voir ce nom). Le 22 décembre 1920, convoqué à la réunion syndicale avec Obviet (voir ce nom), il ne vint pas et fut exclu de l'organisation. Le 10 août 1927, il quitta l'Arsenal pour un emploi de sous-agent militaire. Il mourut à Toulon, le 3 décembre 1942 et fut enterré religieusement. Il était père de trois enfants.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13021. - Arch. Dép. Var, 4 M 53 ; 4 M 56.7. - Arch. Troisième région mar. : A 1 ; dossier individuel. - Presse locale.

J. Girault