Retour à la page d'accueil
du site
Dictionnaire du Mouvement Ouvrier Seynois
Notices rédigées par
Jacques GIRAULT
 
IVALDI Charles
Retour au Dictionnaire du Mouvement Ouvrier
 

IVALDI Charles, Louis.

Né le 6 mai 1906 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; wattman ; militant syndicaliste de La Seyne (Var) ; membre du Parti communiste.

Fils d'un boulanger et d'une journalière originaires d'Italie (province d'Alessandria), Charles Ivaldi s'y maria en juin 1929 et eut un fils. Il habitait La Seyne (Var) depuis 1929, entra comme wattman à la Compagnie des tramways de Toulon, le 19 septembre 1930, et participa à l'activité syndicale. En janvier 1936, il était trésorier du syndicat. Membre du Parti communiste depuis 1935, gréviste en juin 1936, il s'opposa, selon la police, à la grève du 14 août. Il se désintéressa alors de l'activité politique et syndicale par la suite, toujours selon la police, et aurait démissionné du Parti communiste en février 1938. Il affirma d'autre part, plus tard, avoir aussi démissionné du conseil d'administration du syndicat en septembre 1938.

Mobilisé dans un régiment d'artillerie à Miramas (Bouches-du-Rhône) en août 1939, Ivaldi fut volontaire pour le front. Il figurait sur la liste des employés de la compagnie des tramways à éliminer en 1940 et fut révoqué le 2 janvier 1941.

En novembre 1940, Ivaldi avait adhéré à la Légion et, malgré cela, le 21 janvier 1941, fut arrêté et astreint à résider au centre de Saint-Paul-d'Eyjeaux (Haute-Vienne). Il écrivit, en juin 1941, au préfet du Var indiquant avec force qu'il reniait son passé militant et manifestait son accord avec le maréchal Pétain. Selon certaines sources, il aurait été libéré du centre de séjour surveillé, le 25 mars 1941, mais il signa l'engagement, le 18 juillet 1941, de ne se livrer à aucune activité antinationale, ce qui semblait indiquer qu'il était toujours interné.

Une fois libéré, Ivaldi rejoignit la Résistance communiste et les maquis FTPF. Combattant sous le pseudonyme de " Crabe " avec le grade de sergent, il fut tué au combat à Venterol (Drôme), le 24 août 1944.

SOURCES : Arch. Dép. Var, 4 M 48, 3 Z 3.40, Cabinet 600 et 684, 4 M 59.4.4. - Renseignements fournis par J.-M. Guillon.