Retour à la page d'accueil
du site
Dictionnaire du Mouvement Ouvrier Seynois
Notices rédigées par
Jacques GIRAULT
 
PEYRE Étienne
Retour au Dictionnaire du Mouvement Ouvrier
 

PEYRE Etienne, Clairin.

Né et décédé à La Seyne (Var), 19 octobre 1891 - 14 février 1973 ; mytiliculteur ; militant communiste ; conseiller municipal de La Seyne.

Fils d'un ajusteur qui avait participé à la lutte contre le Coup d'État de 1851 et avait manifesté à plusieurs reprises des sentiments contre le Second Empire, Etienne Peyre, inscrit maritime et mytiliculteur, propriétaire d'un parc à moules, effectua huit ans de service militaire dans la Marine nationale (1912-1920) et participa aux transports des troupes vers le front de Salonique. Célibataire, Libre Penseur, membre de la Ligue des Droits de l'Homme, depuis 1927, Franc-maçon (Grand Orient de France, loge "Le Triomphe de la Concorde", 18ème en 1938), il suivit l'évolution de son ami Pierre Fraysse et fut un des animateurs des organisations antifascistes locales. Il vota pour le candidat communiste dès le premier tour des élections législatives complémentaires de 1935.

Mobilisé à l'Arsenal maritime, membre du mouvement "Libération", membre du Comité local de Libération, Peyre fit partie de la délégation municipale mise en place, le 29 septembre 1944, au titre de la Franc-Maçonnerie. Membre de la commission des travaux et du conseil d'administration de l'Hôpital, adhérent du Parti communiste français, il fut élu conseiller municipal, le 29 avril 1945, sur la liste « d’union républicaine et antifasciste » et devint membre de la commission du ravitaillement et de l’agriculture. Il fut régulièrement réélu sur les diverses listes à direction communiste (listes » « d’union républicaine et résistante et de défense des intérêts communaux » le 19 octobre 1947 et le 18 juin 1950,  liste « d’union ouvrière et démocratique de défense des intérêts communaux dans l’indépendance nationale et la Paix », le 26 avril 1953, liste « d’union républicaine de défense des intérêts communaux et de défense des réalisations sociales, le 8 mars 1959, liste « d’union républicaine de défense des intérêts communaux, des réalisations sociales pour l’élimination du pouvoir personnel, pour la démocratie », le 14 mars 1965). Durant ces mandats, il s'occupait plus spécialement du bureau d’aide sociale et de l’hôpital. Officier d'état-civil, il administra l'Office d'HLM.

Après son décès, le conseil municipal, le 22 mars 1973, décida de donner son nom à une artère de la ville conduisant à l’hôpital. Un peu plus tard, fut inauguré le foyer Etienne Peyre des anciens de la cité Berthe.

SOURCES : Arch. Dép. Var, 18 M 97. - Arch. Com. La Seyne. - Arch. Pierre Fraysse. - Presse locale. - Sources orales. - Renseignements fournis par Marius Autran.