La Seyne-sur-Mer (Var)  La Seyne-sur-Mer (Var)
Retour à la page d'accueil
du site
Marius AUTRAN
jcautran.free.fr
Retour à l'autobiographie de Marius AUTRAN
Hommages rendus à Marius AUTRAN à la suite de sa disparition le 20 janvier 2007

- Dans la presse locale et nationale entre les 20 et 25 janvier 2007
- Allocutions prononcées lors de ses obsèques, le 24 janvier 2007 
- Messages de condoléances et de sympathie
- Les dernières photos de Marius AUTRAN
- Le médailler de Marius AUTRAN
- Pour le 100e anniversaire de sa naissance, le 2 décembre 2010
- Pour le 5e anniversaire de sa disparition, le 20 janvier 2012

A voir également :

Hommages publics rendus à Marius AUTRAN
avec l'inauguration de la « traverse Marius AUTRAN » (28 février 2008)
et des « archives municipales Marius AUTRAN » (9 septembre 2009)

 

Marius AUTRAN, mon père, est décédé le samedi 20 janvier 2007 à la clinique Malartic d'Ollioules, à 16 h 40. J'étais présent, seul avec lui, à cet instant d'intense émotion où j'ai pu entendre sa toute dernière respiration. Dès la soirée du 20 janvier, les plus proches parents et amis de Marius AUTRAN sont informés de son décès par téléphone.

Le dimanche 21 janvier, à 7 heures du matin, un grand nombre d'amis et anciens élèves reçoivent le message suivant :

Marius Autran, mon père, s'est éteint le samedi 20 janvier à 16 h 40 à la clinique Malartic d'Ollioules à l'âge de 96 ans. Une fracture du col du fémur avait entraîné son hospitalisation le 3 janvier dernier. Il avait commencé à se remettre de cette épreuve, mais il n'a pas pu surmonter de nouvelles complications intervenues en début de semaine.

Jean-Claude Autran

L'avis de décès suivant paraît le mardi 23 janvier dans Var-Matin :

On aurait pu rajouter que Marius AUTRAN était également :

Président d'honneur de la Société Nautique de la Petite Mer (S.N.P.M.)
Président d'honneur de la Philharmonique « La Seynoise »
Président d'honneur de la section locale des Anciens Combattants de la Résistance (A.N.A.C.R.)
Président d'honneur de la section locale de l'Association Républicaine des Anciens Combattants (A.R.A.C.)
Président d'honneur de l'Office Municipal de l'Action Socio-Éducative (O.M.A.S.E.)

Mais, dès le lundi 22 janvier, grâce au travail et au dévouement de Monsieur Francisque LUMINET, qui prépara au cours de la journée du dimanche un texte à l'intention de la presse locale, la disparition de Marius AUTRAN put être annoncée dans les pages de La Seyne-sur-Mer de Var-Matin et de La Marseillaise. La nouvelle se répandit aussi très vite parmi les Seynois, notamment sur la Place du Marché, dont Marius AUTRAN avait été l'un des habitués pendant des décennies.

Pendant plusieurs jours, de très nombreux amis, voisins, anciens camarades, anciens élèves de Marius AUTRAN vont rendre visite au domicile ou adresser des messages de condoléances à la famille. Voir par ailleurs le détail de ces messages et la liste de toutes les personnes qui ont exprimé leur sympathie.

 

Hommages rendus dans la presse locale et nationale entre les 22 et 25 janvier 2007

Var-Matin, 22 janvier 2007
La Marseillaise, 22 janvier 2007

Les mardi 23 et mercredi 24 janvier, plusieurs autres hommages à Marius AUTRAN snt publiés. L'un dans la presse nationale (L'Humanité), grâce à M. Jacques GIRAULT, historien, professeur à l'Université de Paris 13, qui fut élève de Marius AUTRAN en 1949-1950 au Collège Martini. Les autres dans Var-Matin, avec notamment un texte d'Henri TISOT, comédien, acteur de théâtre et de cinéma, lui aussi ancien élève de Marius AUTRAN (1948-1949), un hommage rendu par l'Amicale des Anciens Élèves de l'Ecole et du Collège Martini, un autre , signé par Jeanne VAÏSSE, Présidente de la section locale des Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance.

Voir Les Archives de L'Humanité : http://www.humanite.fr/journal/2007-01-23/2007-01-23-844491


Fenêtre Sur Seyne, Le magazine de La Seyne-sur-Mer, n° 62, page 14, février 2007


Un an plus tard :

Var-Matin, Samedi 19 Janvier 2008
Var-Matin, Dimanche 20 Janvier 2008



Les obsèques de Marius AUTRAN ont eu lieu le mercredi 24 janvier 2007. Selon ses volontés, clairement exprimées depuis de longues années, son corps fut incinéré à Cuers à 10 h 30, en présence de 9 personnes : M. et Mme Jean-Claude AUTRAN, Mme Odette MEUNIER et son fils Roland, M. et Mme Gilbert MARRO, M. et Mme Christian CIAMPI et M. Jacques GIRAULT.

Une émouvante cérémonie d'adieu eut ensuite lieu à 15 heures, devant l'entrée du cimetière de La Seyne, autour de l'urne funéraire. Cinq allocutions furent successivement prononcées par d'anciens amis, camarades ou élèves de Marius AUTRAN.

M. Francisque LUMINET
Mme Josette VINCENT
M. Gabriel JAUFFRET
M. Jacques GIRAULT (texte de M. Henri TISOT)
M. Jean ARÈSE

(voir ci-dessous les textes de leurs allocutions)

Pour clôturer la cérémonie la philharmonique La Seynoise interpréta, sous la direction de Jean ARÈSE, un andante de Gounod, suivi du chœur des esclaves de Nabucco de Verdi, auquel Marius AUTRAN avait toujours été très sensible.

L'inhumation eut lieu ensuite dans le caveau familial, allée 29 Sud. Également selon les volontés de Marius AUTRAN, l'urne contenant ses cendres fut déposée sur le cercueil de son père Simon AUTRAN, mort en 1962.

 


Textes des cinq allocutions prononcées devant l'entrée du cimetière de La Seyne
lors de la cémémonie des obsèques de Marius AUTRAN, le 24 janvier 2007

 

Allocution de Monsieur Francisque LUMINET

Ancien Premier Adjoint au Maire de La Seyne

 

Marius AUTRAN (02-12-1910/20-01-2007)

• Avant de parcourir, brièvement, près d'un siècle de ce que fut la vie de Marius AUTRAN, vie publique pour une large part, il convient d'avoir une pensée pour la vie personnelle, familiale, faite de malheurs et de bonheur. Une pensée pour l'épouse de Marius AUTRAN (Louise GAUTIER) disparue, pour tous les proches, disparus, de cette famille, et le sentiment de fierté que peuvent nourrir les descendants, en particulier les plus jeunes, à l'égard de celui à qui nous rendons hommage aujourd'hui.

• 2 décembre 1910, 5 rue Philippine DAUMAS à La Seyne, naît Marius AUTRAN ; son père, 23 ans, est matelot mécanicien ; sa mère, Victorine AUBERT, sans profession, est âgée de 20 ans. La Seyne compte 19 800 habitants ; 1910 est l'année de transition entre deux maires de la Seyne : Jean ARMAND, le pharmacien et Jean JUÈS.

• Marius, enfant unique, est élevé dans l'amour et la rigueur de ses parents et grands-parents, dans le respect et la soumission au « maître d'école » qu'il souhaita, très jeune, lui aussi devenir.

• Elève à l'école Martini, puis à l'Ecole Normale d'Instituteurs de Draguignan. Des liens se tissent et se renforcent entre Toussaint MERLE et Marius AUTRAN. A la sortie de l'Ecole Normale, poste d'instituteur pendant 15 jours à Ste-Anne du CASTELLET (comme T. MERLE). Puis le service militaire. Après le service militaire, affectation comme instituteur à MONTMEYAN (Haut Var). C'est là que lui parvient, par radio, le mot d'ordre de grève anti-fasciste du 12 février 1934 : grève républicaine. La période était critique. Rapportons les paroles de Paul PRATALI, jeune copain aujourd'hui âgé de 94 ans de Marius, qui estime que, lors des grèves précédentes de 1933 à Toulon, le père de Marius AUTRAN était certainement le seul cadre de l'Arsenal à participer aux manifestations.

• Puis ce fut la « drôle de guerre » ; Marius AUTRAN est mobilisé, officier au 3e R.I.A. de HYÈRES, puis ce fut NICE, puis le NORD, puis la Haute-Saône, puis la Picardie... avec des mulets face aux blindés allemands...

• La culture le passionnait également. En 1971, bien qu'élue au premier tour face à plusieurs listes adverses (il s'agissait de la première élection depuis 1947 sans la tête de liste T. MERLE disparu, mais avec Ph. GIOVANNINI). La liste n'était pas d'union de la gauche, bien qu'étant d'UNION. En cela, La Seyne était la seule ville de plus de 30 000 habitants sans liste d'union de la gauche. Il fut décidé de réaliser cette union pour les élections municipales de 1977. Des anciens durent se retirer ; démarche douloureuse ; Marius le fit ; pour avoir été l'intermédiaire entre les instances dirigeantes (dont Ph. GIOVANNINI) et celles et ceux invités à « laisser leur place », je dois dire que cela fut effectivement douloureux ; Marius le ressentit mal ; il me l'a dit ; il me l'a écrit ; mais il s'exécuta ; son activité ne tarit pas pour autant ; elle se déploya toujours principalement au service de ses concitoyens.

• D'instituteur, Marius devint professeur (comme T. MERLE) ; Marius se spécialisa dans l'enseignement des sciences naturelles. Il enseigna à l'école MARTINI, au lycée BEAUSSIER, au collège Marie CURIE. Des centaines, pour ne pas dire des milliers de Seynoises et de Seynois ont bénéficié de son enseignement. Je pense que certains d'entre eux apporteront tout à l'heure leur témoignage.

• Je ne fais que citer son immense travail de recherches qui a été nécessaire pour élaborer le bonne dizaine d'ouvrages que Marius a consacrés à sa ville et qui sont des sources extraordinaires.

• Marius AUTRAN fit un long chemin au sein du Parti Communiste Français ; il appartenait à la cellule Georges POLITZER des enseignants de la Seyne. En 1952, lors de l'affaire du « complot des pigeons », il fut recherché ; « complot des pigeons » : bêtes retrouvées dans la voiture de Jacques DUCLOS, et destinées à la marmite familiale ; mais la guerre froide et l'anticommunisme en avaient fait des « porteurs de messages » vers l'ennemi désigné, l'URSS ; Marius AUTRAN était bien caché (et alimenté) dans une campagne du quartier BASTIAN. Il avait été également un formateur au sein du P.C.F.

• La nature : la terre, la mer le passionnaient.

• La curiosité du savoir, le devoir de diffuser le savoir l'animaient.

• La justice sociale, la paix, la liberté, la démocratie étaient ses idéaux.

• Avec la disparition de Marius AUTRAN, La Seyne perd un homme d'honneur et de devoir.

• Avec le respect et l'amitié que nous témoignons à tous ses proches, nous nous inclinons, avec la population, devant l'homme, l'enseignant, l'historien (dont il se défendait d'être), l'ancien combattant, l'évadé, le Résistant, l'élu qu'a été Marius AUTRAN.

Francisque LUMINET


 

Allocution de Madame Josette VINCENT

Adjointe Honoraire

 

La disparition d'un homme, d'une femme, que l'on a bien connu et estimé est difficile à surmonter.

Et quelquefois, ça dépasse la réalité, persuadé que la mort ne peut pas atteindre ceux que l'on aime et que l'on croit invulnérables - tel notre camarade Marius Autran.

C'est le sentiment qui atteint beaucoup de ses amis, de ses proches, devant son départ.

Certes, Marius avait atteint un bel âge, comme l'on dit. Mais il nous avait habitués à sa présence, à ses écrits, et l'on ne pensait pas que cela puisse s'arrêter. Il faisait partie de notre patrimoine.

Il est parti, et les souvenirs se précipitent.

J'ai eu le privilège de le connaître, de l'approcher, et cela avant la guerre. Plus tard, au Conseil Municipal, où nous nous sommes retrouvés de nombreuses années, puisqu'il fut Conseiller Municipal dès 1950, Adjoint au Maire de 1959 à 1977, s'ajoutant à cela sa participation au Conseil Régional où il siégea de 1974 à 1977.

Ses activités municipales furent en grande partie dans le domaine scolaire, en direction des enfants, milieu qu'il connaissait parfaitement, étant un enseignant de grande qualité, défenseur fidèle de l'école laïque.

La Caisse des Ecoles connut un grand essor, ce qui était nécessaire avec l'augmentation de la population. Il s'y investit avec ténacité, aidé en cela par des élus disparus : Alex Peiré, Mme le Dr Dupoyé - à qui nous devons aussi l'Ecole de Plein Air à la Dominante.

Les Colonies de Vacances, surtout, ont retenu toute son attention, conscient que notre population laborieuse, douloureusement marquée par la guerre et les bombardements, n'avait pas les possibilités d'offrir des vacances à leurs enfants. De 1200 à 1500 petits Seynois ont pu connaître les joies de la montagne. Combien d'entre nous s'en souviennent avec reconnaissance et nostalgie !

Et pour nous, les anciens Conseillers municipaux et Adjoints, J. Passaglia, L. Brémond, n'oublierons pas ce camarade ouvert à toute discussion.

Ses camarades de toujours n'oublient pas le Marius Résistant ! Instituteur à La Seyne depuis 1938, profondément attaché aux idées de Justice, toujours prêt à défendre les causes justes.

La guerre de 39 ne le laissa pas indifférent. Mobilisé en Juillet 39, fait prisonnier à Lamotte-Beuvron le 19 Juin 40, il s'évade du camp de Pithiviers le 10 Juillet 40.

Il ne reste pas indifférent à la situation créée suite à l'occupation allemande et participe activement à la reconstitution du Parti Communiste clandestin. Il fut l'un des rédacteurs du journal clandestin « L'Echo Seynois ».

Responsable du Front National (de l'époque !), en collaboration notamment avec son camarade Paul Pratali qui fut, lui aussi, Adjoint au Maire à la municipalité Toussaint Merle.

Ces activités lui valurent d'être arrêté dans sa classe, devant ses élèves, le 17 Mars 42.

Le procès qui suivit, où se trouvait entre autres un Seynois qui deviendra Conseiller Municipal, Louis Meunier, le relaxera, et il reprit sa place dans les rangs de la Résistance, dont l'activité fut d'ailleurs concrétisée par la Croix de Guerre - et surtout la Croix de Combattant Volontaire de la Résistance - ce que sa modestie lui interdisait de mettre en valeur.

Avec Marius Autran, c'est un peu de l'histoire de notre ville qui disparaît et nous sommes tristes - en nous disant, malgré tout, que a vie fut pleine d'espérance, de bonheur et de confiance en l'homme, pour qui il rêvait à un avenir heureux.

Ses leçons, nous ne les oublierons pas.

Son histoire, nous la raconterons, et nul doute qu'elle sera citée en exemple.

A Jean-Claude, son fils, son épouse, ses fils, nos amitiés les plus sincères.

Josette VINCENT


 

Allocution de Monsieur Gabriel JAUFFRET

Premier Adjoint au Maire de La Seyne, ancien élève [1947-1948] de Marius AUTRAN

 

Retenu au chevet de son épouse, le Docteur Arthur PAECHT regrette de ne pouvoir aujourd'hui s'associer à l'hommage rendu à Monsieur Marius AUTRAN, ancien Adjoint au Maire, ancien Conseiller Régional, ancien professeur des écoles, historiographe de notre ville, ancien combattant, ancien résistant. Il a demandé à ce que je le représente avec une délégation du Conseil Municipal.

Nous mesurons ce que fut aujourd'hui le combat de Monsieur Marius AUTRAN, les difficultés auxquelles il a dû faire front comme élu au lendemain de la seconde guerre mondiale dans une ville ravagée par les bombardements et les destructions opérées par l'ennemi.

Ancien élève de l'école normale des instituteurs de Draguignan, il avait été fortement marqué, comme tous ses camarades, par son Directeur Monsieur GILLET, un homme d'une grande austérité, un pédagogue remarquable qui ne transigea jamais avec les valeurs de la République. Je ne puis oublier que je fus son élève en classe de 6ième au Collège Martini en 1946.

Le Collège Martini, qui a traversé les épreuves de la guerre, reçoit alors des élèves qui tous ont été affectés, à des degrés plus ou moins forts, par la guerre qui vient de s'achever. Dénutris pour la plupart en dépit des efforts des parents qui se sont privés pour eux, ils ont connu une scolarité aléatoire rythmée par les bombardements, les évacuations successives.

A cette époque, Monsieur AUTRAN est alors dans la force de l'âge. Rigoureux, intègre, sévère aussi, il a le plus grand respect pour sa fonction d'enseignant qu'il honorera durant toute sa longue carrière.

Austère, mesuré dans ses propos, il est à l'image des derniers hussards de la République qui firent rayonner l'image de l'école laïque dans notre pays.

D'une apparente froideur, il ne tolérait chez ses élèves ni la paresse, ni l'approximation et encore moins l'inexactitude.

Ennemi des bousculades, des jeux violents, il était toujours là pour tempérer, sans éclat de voix, le trop plein de vie de ses élèves.

Je me souviens encore du regard chargé de tendresse qu'il portait souvent sur mon camarade de jeux, aussi mon voisin de banc. Un gamin gracile, aux longs cheveux blonds, aux yeux d'un bleu limpide empreints d'une tristesse qui ne se dissipait jamais.

Comment oublier sa sollicitude, son affection discrète envers ce jeune élève qui fut mon ami.

Il appartenait à une famille juive décimée durant la guerre.

Nous saluons, avec émotion, sa mémoire et présentons à sa famille les condoléances attristées du Docteur Arthur PAECHT et de son Conseil Municipal.

Gabriel Jauffret

 


 

Texte de Monsieur Henri TISOT, comédien, acteur de théâtre et de cinéma, ancien élève [1948-1949] de Marius AUTRAN,

lu par Monsieur Jacques GIRAULT, Historien, Professeur à l'Université de Paris 13, ancien élève [1949-1950] de Marius AUTRAN

 

A Marius Autran, notre maître.

Il est des êtres qui entraînent derrière eux tant et tant de choses lorsqu'ils s'en vont, que c'est bien plus qu'eux-mêmes que l'on enterre. C'est le cas ici en ce qui concerne Marius Autran qui, en nous faussant compagnie, emporte avec lui la mémoire de La Seyne. Fort heureusement, comme il avait, de tout temps, prévu le coup, tout se trouve consigné dans ses livres et sur Internet grâce à Jean-Claude, son fils. Sans cela, l'histoire de La Seyne partirait à la dérive.

Pour le cas où tous les élèves dont je suis moi-même, seraient encore en vie, c'est un drôle de défilé qui devrait suivre sa dépouille. Pour ma part, c'est en pensée depuis Paris que je me mêlerai à vous tous. Responsable à l'époque de ce que l'on appelait la classe de sixième qui vous propulsait dans les classes supérieures qui préparaient au B.P.C, on devenait, en en faisant partie, des nouveaux grands qui faisaient suite aux anciens petits des classes élémentaires. Monsieur Autran était aimé par ses élèves et d'une façon naturelle. Peut-être parce qu'il n'abusait jamais de son autorité et qu'il lui suffisait, lorsque la file se formait pour entrer en classe dans la cour de Martini, d'un simple « allons, allons ! », que j'entends encore, pour que tout entre non pas dans l'ordre, mais plus simplement que nous entrions tous dans le rang. Je n'ai pas le souvenir d'un Monsieur Autran envoyant un élève - terrible affront - chez le directeur, Monsieur Malsert. Monsieur Autran ne déléguait pas, il prenait les choses en mains. Je puis assurer, sans flagornerie aucune, que sans Monsieur Autran, je n'aurais peut-être pas eu le goût comme je l'ai, de me poser des questions sur tout, c'est ce qui me maintiendra vivant jusqu'à ma mort, comme lui qui n'a jamais lâché prise, ayant toujours fait son devoir, tandis qu'il avait incité des générations d'élèves de s'appliquer à faire les leurs.

Merci Monsieur Autran, on ne vous oubliera pas de sitôt, vous avez été un professeur exemplaire dans cette Seyne d'antan, présente dans tous nos cœurs vieillissants.

Henri Tisot.

 

A la suite de la lecture de ce texte, Jacques Girault prononce alors les phrases personnelles suivantes :

Depuis octobre 1949, Monsieur Marius Autran occupe dans ma vie une place essentielle. Il m'a aidé à entrer dans le monde des adultes. Il l'a fait avec une fermeté bienveillante tout en respectant la liberté du jeune, puis de l'homme que j'étais. Il a été mon guide, mon mentor, mon camarade, mon ami.

Adieu maître.


 

Allocution de Monsieur Jean ARÈSE, Président de la Philharmonique La Seynoise, ancien Directeur de l'Ecole Municipale de Musique

avec la participation de la Philharmonique La Seynoise

 

Pour nous Musiciens de « la philharmonique la seynoise », nous vous sommes infiniment reconnaissants d'avoir été notre Président d'Honneur pendant des décennies, mais aussi et surtout de nous avoir offert ce travail remarquable sur notre Société « L'HISTOIRE DE LA PHILHARMONIQUE LA SEYNOISE » ou « CENT CINQUANTE ANS D'ART MUSICAL À LA SEYNE ».

Ce riche document nous a fait honneur et nous pourrons le léguer à nos descendants pour perpétuer cette lignée de musiciens amateurs.

N'avez-vous pas écrit dans ce livre : « HONNEUR À TOUS CEUX QUI ONT PORTÉ LA SEYNOISE AU FAITE DE LA GLOIRE » ?

C'EST À NOTRE TOUR DE VOUS DIRE « HONNEUR À VOUS, MARIUS », pour cette histoire de la Philharmonique.

C'était mon vieil ami. Ces dernières années, mes visites quasi hebdomadaires m'ont permis d'apprécier l'homme honnête, généreux de conviction et de rigueur. Il incarnait les valeurs républicaines laïques que lui avaient transmises ses maîtres qui ignoraient la résignation, la compromission.

Je puis attester qu'il eut une retraite paisible, chez lui, au milieu de ses livres et une fin de vie douce. Soigné par Josiane avec dévouement, qui veillait sur lui pour tous les problèmes matériels. « Comme une fille », disait-il.

À Jean-Claude, son fils « Il n'a jamais fait quelque chose qui m'ait déplu », disait-il, son épouse et à ses cinq petits-fils « Le nom des Autran n'est pas prêt de s'éteindre ! », plaisantait-il, nous témoignons toute notre sympathie. Ils peuvent être fiers d'être les descendants de MARIUS et de MADAME AUTRAN, femme de cœur si attachante.

Nous allons essayer de conclure en musique ce moment plein d'émotions.

Jean et Jacqueline ARÈSE

 




Messages de condoléances et de sympathie


Un grand nombre de marques de sympathie et d'amitié nous ont été témoignées à la suite du décès de Marius AUTRAN : visites au domicile, envoi de gerbes ou de bouquets de fleurs, courriers ou messages de condoléances (que nous avons tenu à rappeler ci-dessous).

Nous avons adressé à tous ceux-là la carte de remerciements suivante, souvent accompagnée de quelques phrases personnalisées :

Jean-Claude AUTRAN, son fils
Yolande AUTRAN, sa belle-fille
Rémy, Nicolas, Jean-Robert, Pierre-Olivier et Jean-Victor, ses cinq petits enfants,

Profondément touchés des marques de sympathie et d'amitié que vous leur avez témoignées lors du décès de

 
Monsieur Marius AUTRAN
Vous prient de trouver ici l'expression de leurs très sincères remerciements.
 
Mais Marius AUTRAN ne disparaîtra pas tout à fait. Homme d'honneur et de devoir, c'était aussi un grand érudit et il a beaucoup Åìuvré pour diffuser le savoir et sauvegarder un patrimoine culturel fait de ses propres souvenirs. Tout cet héritage lui survivra et sera une source de connaissances pour tous ceux qui seront amenés à effectuer des recherches sur l'histoire de la Seyne sur Mer.
Ses leçons, nous ne les oublierons pas. Son histoire, nous la raconterons, et nul doute qu'elle sera citée en exemple.

Jean-Claude Autran

Que tous ceux et celles (dont les noms suivent) qui sont venus nous apporter leur réconfort par leur présence aux obsèques ou la signature du livre des condoléances : membres de la famille, délégation du Conseil Municipal, associations, anciens élèves, amis, voisins, internautes, etc., que nous n'avons peut-être pas tous pu identifier, soient une nouvelle fois remerciés très sincèrement.


Associations et organismes officiels

Monsieur le Maire et le Conseil Municipal
La Philharmonique La Seynoise
La Société Nautique de la Petite Mer (SNPM)
L'Amicale des Anciens Élèves de l'École et du Collège Martini (AAEECM)
L'Association pour le Maintien des Intérêts des Anciens de la Navale (AMIANS)
L'Association pour l'Histoire et le Patrimoine Seynois (HPS)
L'Association Les Relais de la Mémoire
Les Amis de La Seyne Ancienne et Moderne
La Société des Sciences Naturelles et d'Archéologie de Toulon et du Var (SSNATV)
Le Souvenir Français

Famille

AUTRAN Gabrielle, Jean-Luc et Marie-José
BAGLIOTTO Denis et Claudine
BAGLIOTTO Paulette
BONNARDEL Corine, Luc et leurs enfants
CAVERNI Monique
GANZIN Henri et Annick
HERVIEU Renée et Jean-Claude
LOTTO Michèle et Gérard et leurs enfants
MARRO Eric et famille
MARRO Gilbert et Rosette
MASSOL Geneviève
MASSOL Gérard
MEUNIER Odette
MEUNIER Roland et ses enfants
MORELLI Louis, Mme et leurs enfants
TAXI Mireille et Claude

Anciens élèves de Marius AUTRAN

AYME Giney
BACCHI Jean-Pierre
BALANÇA Pierre
BALMATTO
BARDES Pierre
BERBEYER Jean
BERBUDEAU Christiane
BERBUDEAU-ADALID Colette
BERNE Daniel
BORGNA Jean-Louis
BRESSAN Marc
BROUSSARD-FORTI Christiane
DENIS Jacques
EICHAKER Jean-Yves (Dr)
ERUTTI Jean et Madame
FALUGI Jean-Marie
FRANCESCHINI Robert
GATUMEL Raymond et Jacky
GILOUX Jean et Madame
GIOVANNETTI Henri et Janine
GIOVANNINI Lucien
GIRARD Georges et Francine
GIRARD Marie-Claude
GIRAULT Jacques et Danielle
GRISOUL Michel et Isabelle
HAVARD Jean-Jacques
HAVARD Michel
HONNORÉ René
HUIART Alain
IMPERIALE Louis
ISNARD M.
JAUFFRET Gabriel
JAUFFRET Lucien
JOUCLA Jean
LEYRET Robert
LIVACHE Gérard
MALCOR Serge et Eliane
MATTIOLI Jean-Marie et Rose-Marie
MELGAZZA Marcel
MERLE Maurice
MERLE Michel
MERLE René
MOLINARI Roger
MORELLI Louis
NORE Louis
ODIARDO Joël
PASQUINI Ange
PINSON Joël
PLANEL Maryse
PROVOST Daniel
RAVOUX Michel et Françoise
ROBBIANO Jean-Claude
SANTANIELLO Joseph
SAUVAIRE Marcel
SIGALLON Claude
TASSELLI Daniel et Lucien
THOMAS Olivier
TISOT Henri
VIDAL Louis
VILLECROZE Roger
VILLEDIEU Georges

Amis, camarades, voisins, internautes

ABBONA Paul et famille
AGUADO Richard
ANIKINE-DUCHER Marie-France
ARESE Jean, Jacqueline et Serge
ARGIOLAS (M. et Mme)
ARMANDO Christian et famille
ARMANDO Marie
ARNAUD Alphonse
BALLATORE Jacques (Dr) et Mme
BASCHIERI Georges
BATTAJON Francis et famille
BÉRENGER Rogette et ses enfants
BERTOLOTTO Antoine et Madame
BERTOLOTTO Barthélemy
BERTOLOTTO Marc et Madame
BERTRAND Nathalie
BLAISSE Annie et Jacques
BLANC André et Madame
BLANC Jean-Paul et Jacky
BOUANICH Eric
BROUDEUR Christiane et Jean-Charles
BROUDEUR Pierre et Madame
CABRAS Louis et famille
CAMINADE Madeleine
CANAL Jacqueline
CATTANEO-CHEVAILLIER Annie
CAVALLO Marc
CESANA, GUISEPPI et MORELLO (famille)
CESANA Jean-Jacques et Michèle
CESANA-GIUSEPPI (famille)
CIAMPI Josiane et Christian
CIRIO Louis et Madame
COGORDAN Jean et famille
CONAN Armand
CONTENT Claude
CORNELOUP Michel
CYRULNIK Boris et Florence
DALLEST J.-C.
DE MARCH Danielle
DE ROVERE Coco
DE ROVÈRE Lida
DEL BUONO Antoine et famille
DELAIRE Gaston et famille
DELUY Sylvie
DIFRAYA Jean-Claude, Alain et Roger
DON Marius et sa famille
DUCHER Bernard et famille
ERA Jean-Pierre (Président AMIANS)
ERUTTI Jean et famille
FERNANDEZ DIEGO (famille)
FERRAT Patrick
FERRERO Simone
FERRI Marcel
FILLON Nicole
FIOL Michèle
FOURNIER Georges et Madame
FOURNIER Jean
FRONTEAU Gilles
GANDOLFO Paule et famille
GARABELLO (famille)
GARABETIAN Gaby
GASTAL (famille)
GAY Raymond
GENTA-CAMOIN Annie
GÉRIN Elia
GERMONI Antoine, Robert et Louis
GILMEZ Andrée
GILOUX Paule
GIORDANO Hélène
GIRAUD Claude et Simone
GIRAUDO Jean-Marc
GIRAUDO-HUOT (famille)
GOMBERT Noël et Françoise
GRIMAUD Claude et ses fils
GRIMAUD Joseph (famille de)
GRIMAUD René et son fils
GUIGOU (famille)
GUIOL Raoul et famille
GUITTAT Gabriel
GUITTAT Jean et Madame
HEURTAULD Roger
ISNARD Augustin et famille
JAKUBEK Franck
JAUFFRED Jean-Claude
JOUVHOMME Raymond
LAFUY-TELLE (famille)
LAIGNELET Thérèse et Bernard
LANATA Robert et ABBONA Nicole
LASSERRE Thérèse-Marie
LAZREG Mohamed
LE GALLO Yolande
LIEUTAUD André et Renée
LIVACHE Jean
LULLIEN-PELLERIN Valérie
LUMINET Francisque et Danielle
LUPERINI Maurice
MALLET Annie
MARTIN Marie
MARTINENQ Patrick et famille
Marylou
MASCHERPA Jean et Elisabeth
MASONI Albert
MILANÈSE Marcel et Madame
MINETTI Jean-Pierre et famille
MIRABEAU (famille)
MIRABEAU (famille)
MORÈRE Michel
MOUNIN Lucien
NAVETTI (famille)
NOVELLI Pierre et Madame
OBINO Elise
ORTIGUE Denise
OUSTRIÈRES Bernard, DIMO Monique et famille
OUSTRIÈRES Maurice
PADOVANI Jacqueline et sa fille Mireille
PAGANELLI-ARGIOLAS (famille)
PARENA (famille)
PASSAGLIA Jean et Annette
PEDINIELLI Jacqueline
PÉGUIN Jean-Claude (Dr), Président SSNATV
PEIRÉ José
PEIRÉ Paul
PELLISSIER Maurice et Jolanta
PEREZ (famille)
PERGOUX Rémy
PERSICO Robert
PESCE Jean
PINCET Sylvette
PINKAS M. et Madame
POGGIO Barthélemy
POLIDORI (famille)
PONS Emilie
POURRIERES Georges
PRATALI Paul
PROVOST Maryse
PUCCINI (famille)
PUJOL Robert
RABARIN
RAVEL Maurice
RAVOUX (famille : Michel, Françoise, Nadine, Lucienne)
RAYMOND Claude
REVERDITO Jean et famille
REVERDITO René
REVERTEGAT Jean
REYNAUD G.
RIVAS Claude
RODRIGUEZ (M. et Mme, née GRISOUL)
ROMANELLO (familles)
ROME Christiane et Georges
SABATIER (famille)
SADOWSKI Marie et famille
SAMMARTINO (famille)
SAMSON Marie-Françoise
SANDRINI B. et le personnel de la Bibliothèque Municipale
SCARPELLINI Noël et sa famille
SÉGUÉLA Matthieu
SICARD Jean et Madame
SUPERCHI-FORAY Michèle
TERNUS Hervé
TILLÉ Jean
TORDJMAN Michel
TOURET Eliane et famille
VELACCI Michèle et Baby
VERRANDO Laure
VIAZZO Jacques
VILLOING Claude et Madame
VINAI Monique et sa famille
VINCENT Josette et son fils
VORGEAT Evelyne
WERTHEIM Georges
ZINA Albert


Courriers et messages de sympathie et d'amité

 

21 Janvier :

Peu importe où j'irai après la mort, car des deux côtés, j'ai des amis qui m'attendent ; Marius marquera à jamais nos mémoires de seynois, il restera pour nous toujours vivant.
Soyez assurés de nos affectueuses condoléances.
MV
 
Cher Jean-Claude Autran,
je vous prie de recevoir mes condoléances LES PLUS SINCÈRES, je suis très attristé par cette nouvelle et vous engage à poursuivre le site en souvenir de votre père.
GA
 
Cher Jean-Claude, profondément attristée par la mort de ton père, je t'assure de toute ma sympathie. Si cela peut soulager ta peine, dis-toi bien que tu as manifestement été sa joie et sa fierté, comme l'attestent les sites qu'il avait ouverts. Et le fait d'être entouré par toi et ta famille a certainement embelli ses dernières années. Je t'embrasse bien amicalement.
CB
 
Cher Jean-Claude,
Nous te présentons nos plus sincères condoléances, pour le décès de ton papa. On a beau se dire, qu'il a eu une grande, et belle vie (la maman de J.C s'est éteinte à 97 ans!), le chagrin est là, quand même. Toutes nos affectueuses pensées à toi, et à tous les tiens. Amitiés.
CB
 
La disparition de Marius Autran m'attriste comme elle attriste sûrement beaucoup de ses anciens élèves.
En vous demandant d'accepter mes condoléances, je voudrais aussi rendre hommage à votre propre fidélité à ses actions, et à votre piété (il n'aurait peut-être pas aimé le mot !) filiale. Heureux homme qui a pu voir son fils prendre le relais comme vous le faites.
Que votre père repose en paix.
PB
 
Très touché par le décès de votre papa que j'ai eu comme professeur au collège martini et au lycée Beaussier, je tiens à vous présenter mes plus sincères condoléances ainsi que toute mon admiration pour le travail réalisé par votre papa sur la mémoire seynoise.
GL
 
Cher ami,
Veuillez recevoir nos plus sincères condoléances à l'occasion du décès de votre cher papa. Il lui est arrivé la même chose qu'à ma belle-mère qui n'a survécu que quelques jours à l'opération de sa fracture du col du fémur.
Soyez courageux et comptez sur la fraternité des internautes qui connaissaient par la Toile votre famille.
MP
 
Veuillez accepter mes plus sincères condoléances.
C'était un professeur d'une qualité qui n'a plus cours aujourd'hui.
Très sincèrement vôtre.
MP
 
Bonjour,
Je suis vraiment désolé et je vous présente mes condoléances les plus sincères. C'est une belle vie qui est partie.
Cordialement.
LN
 
Je viens de prendre connaissance de votre message m'informant du décès de votre père.
J'en suis sincèrement attristé puisque Mr Autran restait fortement présent dans ma mémoire d'ancien élève du collège Martini.
Il aura marqué de son savoir et de sa personnalité beaucoup d'autres contemporains d'alors, et oeuvré pour la connaissance de l'histoire de la Seyne au profit de tous.
Je vous prie de bien vouloir recevoir mes très sincères condoléances.
Très cordialement.
JB
 
Mon cher Jean Claude,
C'est avec beaucoup de peine que je reçois cette triste nouvelle depuis Montréal où je réside une partie de mon temps. J'ai déjà retransmis à Claude Sigallon cette information et je n'ai pas pu encore avoir Georges Klimoff qui je suis sûr sera comme moi très touché.
Reçois mes sincères condoléances et en tout cas même depuis le Nord de l'Amérique j'aurais lundi une pensée pour vous.
AP
 
C'est avec beaucoup de tristesse que nous apprenons le décès de ton Papa. Permets nous de vous présenter à Toi et Ta famille nos sincères condoléances et nos regrets à la disparition d'un personnage qui a su marquer l'histoire de La Seyne et qui a lancé dans la vie active tant d'écoliers et de lycéens reconnaissants.
Sincères salutations
JMM
 
Cher collègue
C'est avec tristesse que j'ai appris le décès de ton Père.
En dépit du temps qui me sépare de l'époque où il a été mon professeur, je garde de lui le souvenir d'un homme bon.
Je suis de tout cœur avec toi ainsi que toute ta famille.
Avec toute mon amitié.
JJ
 
Sincèrement attristé par cette nouvelle, je vous présente toutes mes condoléances, d'autant que je m'étais connecté sur votre site hier au soir, après ne plus y être allé depuis longtemps.
RL


22 Janvier :

C'est avec beaucoup de regrets que j'apprends la triste nouvelle. Je vous adresse mes très sincères condoléances. Votre père restera à jamais dans ma mémoire d'enfant, et aussi dans celle de l'homme car je n'oublierai pas ses mots réconfortants quand notre famille a traversé des moments difficiles.
Je m'associe à votre douleur.
JP
 
Cher Jean-Claude,
C'est avec une infinie tristesse que j'ai appris ce matin par Serge le décès de celui qui fut, non seulement le professeur inoubliable et porteur de valeurs vraies, mais aussi et surtout le dépositaire de la mémoire seynoise si riche dans sa pluralité. Un homme s'en va... Un Père, un père spirituel, un bel exemple pour nous tous qui restons. Que soit honorée et perpétuée sa mémoire. Francine se joint à moi pour te présenter nos plus sincères condoléances et t'assurer de toute notre sympathie, au sens littéral du terme, s'entend... Mardi, je ne pourrai, hélas, être présent pour saluer une dernière fois Monsieur Autran... Mon état actuel m'empêche encore tout déplacement en voiture et la station debout ne m'est pas recommandée. Par la pensée nous serons à tes côtés.
GG
 
Bonjour Jean-Claude,
Je viens d'apprendre le décès de votre père par votre mail d'hier matin.
J'en suis ému et je vous transmets, ainsi qu'à vos proches affectés, mes très sincères condoléances.
Avec la disparition de Marius Autran, le moins que l'on puisse affirmer est qu'une figure exceptionnelle de La Seyne s'éteint.
Votre père a été mon professeur lorsque j'étais en sixième 2 pendant l'année scolaire 1959-1960, l'année de l'inauguration du lycée Beaussier. Toussaint Merle faisait partie de l'équipe des professeurs de cette classe. Tous deux menaient de pair leur activité professionnelle (de qualité, j'en témoigne) et un intense travail politique au service de la ville et de ses habitants.
Je les ai côtoyés quelques années plus tard lorsque j'ai été adhérent puis responsable du Parti Communiste Français à La Seyne où j'ai été l'un des secrétaires de Section avant que de créer celle de Six-Fours.
De plus, je ne sais si vous vous en souvenez, ma famille habitait à l'époque l'immeuble situé en face le vôtre. J'étais enfant (l'un des deux jumeaux) et souvent ma mère évoquait la situation difficile sur le plan politique. J'ai des souvenirs des évènements dans lesquels votre père et ses camarades ont été impliqués. Je me souviens notamment d'une descente armée des CRS lors d'importantes grèves des chantiers dans les années 1955-1957. J'ai aussi très souvent entendu votre père évoquer la situation qui lui (leur avec Toussaint) était faite par l'Administration et les adversaires de tous poils tant sur le plan professionnel que politique.
Bien plus tard, dans les années 1990, avec sa gentillesse et sa disponibilité coutumières il aida ma fille à travailler un sujet consacré au choléra à La Seyne.
Enfin, je me souviens de ses remontées en vélo sur le boulevard ponctuées de très nombreux arrêts tant il connaissait de personnes et n'était pas avare de paroles ! !
Malheureusement, Marius n'aura pas l'occasion de vivre la commémoration du 350è anniversaire de la création de la ville. Mais l'oeuvre écrite par ses soins restera l'une des références majeures et particulièrement l'approche et les explications qu'il offrait de la situation sociale et d'un monde ouvrier encore debout. Le travail indispensable que vous réalisez avec le site internet amplifie incontestablement ce corpus. Il sert de relais entre un vécu en voie d'extinction, les souvenirs diffus de quelques indiens et une autre Seyne à la mémoire sélective oublieuse de ce qu'elle a été, grande dans sa dimension sociale.
Je suis très triste et je vous assure de mon affectueux soutien.
JD
 
ADIEU MONSIEUR LE PROFESSEUR..... ET MERCI
HG
 
Bonjour,
Fils de Philippe Giovannini, ancien maire de La Seyne, aux côtés de qui, votre père a fait un long morceau de route au service de notre ville, je vous adresse ainsi qu'à tous les proches, mes sincères condoléances, je me permettrai d'ajouter affectueuses, vu la grande amitié qui les liait tous deux, et l'estime que je lui portais, ayant été entre autre un de ses élèves, de sa première classe de sixième à Martini.
Son souvenir restera dans nos mémoires, comme un homme de convictions.
Bien cordialement et courage.
LG
 
Je suis actuellement au Japon mais je ne manquerais pas de faire part de cette mauvaise nouvelle a mon père et vous présente au nom de toute la famille Tasselli nos plus sincères condoléances
DL
 
Cher ami,
M. Pellissier vient de m'annoncer la nouvelle pour votre papa. Croyez bien que je suis de tout coeur avec vous ; acceptez donc toutes mes condoléances.
Amicalement
GF
 
A sauvé du peloton d'exécution mon Père (à Compiègne)
CR
 
Un grand homme nous quitte. J'ai été honorée de faire sa connaissance ces derniers temps. Recevez toutes mes condoléances.
SD


23 Janvier :

Cher Mr Autran,
J'ai appris dès dimanche le décès de votre père, mais une grippe m'a empêché de vous écrire plus tôt et malheureusement d'assister à la cérémonie qui a eu lieu au cimetière mercredi.
J'ai beaucoup de peine pour vous qui admiriez tant votre père (tout dans votre site internet montre le grand hommage que vous lui rendez et la grande reconnaissance que vous avez pour lui, pour ce qu'il vous a apporté) et je désirerais vous transmettre la sympathie la plus chaleureuse, sans oublier vos proches qui doivent eux-mêmes être très affectés.
Mais je crois que, grâce à vous, à vos efforts, aux livres qu'il a écrits, votre père continuera à nous apporter beaucoup, à nous servir de référence, Marius Autran fera toujours partie de nous. Je vous embrasse.
MF
 
Cher Jean-Claude,
J'avais été heureuse de te voir en novembre au Colloque sur le Patrimoine et à ce moment-là les souvenirs de tes parents et de toi sont revenus nombreux : la période Toussaint Merle, le Bd Staline, les luttes politiques, etc… Avec le décès de ton père, re repense à son énergie à faire revivre le passé de La Seyne (qui a 350 ans cette année), à tous les livres qu'il a écrits avec passion, à ses conversations avec Pierre.
Les années passent. Je suis contente que tu sois revenue à la ville de ton enfance et dans cette période douloureuse qui est la tienne en ce moment, je te prie de croire à toute ma sympathie.
Amicalement à toi.
MC
 
Cher Jean-Claude,
Je tiens tout particulièrement à t'adresser tes condoléances suite au décès de ton père. Je garderai de lui le souvenir de sa vivacité d'esprit et de sa combativité que nous avions perçue l'été 2003 lors de notre visite, mon épouse Marianne et moi.
(…) En renouvelant mes sentiments solidaires et amicaux.
RP
 
Chers amis,
Mon mari se joint à moi pour vous présenter à vous et à votre famille nos plus sincères condoléances pour la perte de votre père.
C'est une grande figure de La Seyne qui s'en va et il va manquer à beaucoup de monde.
Sincères amitiés.
MSF
 
Cher Jean-Claude
C'est avec une grande tristesse que j'ai appris le décès de votre papa dont j'ai beaucoup entendu parler avec estime et affection par mes parents lorsque j'étais enfant et adolescente.
Je sais, hélas, combien ces moments sont douloureux et je vous présente, ainsi qu'à tous les vôtres, mes sincères condoléances.
AGC
 
Docteur PB et Madame
Vous adressent leurs sincères condoléances à la disparition de leur vieux camarade et ami Marius.
Amicalement
PB
 
J'ai bien reçu le message et vous transmettrez mes condoléances à son fils. Malheureusement je suis actuellement à Paris et je ne pourrai donc pas assister à la cérémonie.
MM
 
Merci de votre mot (triste) : j'allais vous envoyer un mail ayant appris par le journal le départ de votre père : je pense au proverbe africain : "quand un homme meurt, c'est une bibliothèque qui part..." ; je n'ai qu'un mot pour le qualifier (que l'on a employé pour ceux qui ont aidé les juifs) : le mot "JUSTE" accolé à celui de "SAGE"... Sa mémoire est à jamais en nous, SEYNOIS d'un "certain âge"... Son exemple à suivre à l'heure où le monde est de moins en moins "sage" !... Toutes mes sincères condoléances...
JYE
 
Nous sommes de tout coeur avec toi et ta famille dans ces instants douloureux.
Je pense que ton papa comme le mien a quand même savouré longuement les bonheurs de la vie.
Je sais ce n'est pas une consolation, on voudrait les garder encore et encore.
Nous vous embrassons affectueusement.
CR
 
Monsieur.
Je viens d'apprendre la disparition de Monsieur Marius Autran, votre père ; je veux m'associer à tous ceux qui prennent part à votre peine, car c'était un grand Monsieur.
En ces moments difficiles, je tenais à vous adresser mes sincères condoléances.
RP
 
Peinés par la disparition de M. Autran, vous présentent leurs sincères condoléances.
C'était un homme cultivé et plein d'humour mais aussi un écrivain et un conteur hors pair.
Ils garderont le souvenir d'un homme charmant qu'ils aimaient beaucoup.
JPB
 
Chers vous tous,
Sincères condoléances et de tout cœur avec vous, pour la perte cruelle de Papy.
J'ai bien de peine. Malheureusement, avec l'âge et sa chute. Sa vie n'a pas été bien facile. Il vous faut surtout du courage. C'est un moment très dur.
Je vous embrasse tous très affectueusement.
GA
 
Monsieur Jean-Claude Autran,
C'est avec tristesse que j'ai appris le décès de Monsieur Marius Autran, dont je possède tous les livres qu'il a publiés sur l'histoire de « La Seyne d'antan ».
Je tiens à vous exprimer, ainsi qu'à tous ses proches, toutes nos plus sincères condoléances.
MC
 
De tout cœur avec vous dans ces épreuves cruelles que vous traversez.
Nous sommes peinés, nous vous adressons nos bien sincères condoléances.
Nous garderons le souvenir de M. Autran que nous avons servi et connu durant de longues années.
JE
 
Marius Autran était un ami de la Navale de La Seyne.
Devant ce deuil qui vous frappe, nous vous présentons nos sincères condoléances
Cordialement
JPE
 
Monsieur,
Je vous prie d'agréer nos très sincères condoléances pour le décès de votre père, qui a été sûrement le meilleur instituteur que j'ai eu.
Je regrette beaucoup de ne pas avoir été là pour ses obsèques.
Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mes meilleurs sentiments.
MS
 
Bien chers amis,
C'est avec tristesse que nous apprenons les deux décès qui vous frappent de façon aussi rapprochée. Nous comprenons que votre peine doit être grande, car même si la raison nous fait penser que la mort est inéluctable pour les êtres qui nous sont chers, le cœur est touché profondément. Nous participons donc en pensées affectueuses à votre peine. Nous souhaitons que cette année se poursuive plus sereinement, dans la paix et l'amour de tous vos enfants.
Avec Bernard, nous vous embrassons.
TL
 
Monsieur Autran n'est plus, mais son souvenir et tous ses livres nous restent.
Madame Veuve LDR et toute sa famille, vous adressent, ainsi qu'à tous vos proches, leurs plus sincères condoléances.
LDR
« L'Homme domine le Temps
Le Temps est incontournable » Kant
Très Cher Ami,
Il est toujours difficile de s'exprimer devant la mort.
C'est avec tristesse, avec peine, avec désespoir, que l'on voit disparaître un des siens, surtout lorsque c'est son Père, son Papa.
Avec votre Père, c'est « une bibliothèque qui disparaît ».
Mon cœur est à La Seyne, j'ai toujours suivi ses travaux, son dévouement.
Voilà 46 ans que mon père est mort, c'est comme si c'était hier. Je n'ai que des souvenirs, des souvenirs d'après-guerre à l'Ecole François Durand puis au Collège Martini. Mon passage au Lycée de Toulon ne me laisse que peu de souvenirs.
Instituteurs Publics, ce sont ces Hommes qui nous ont inculqué cet esprit de Liberté, de Justice, l'esprit Républicain, Laïque.
Le souvenir de votre Père restera toujours gravé en nos mémoires. Vous faites vivre votre père au travers des âges : ses ouvrages, votre site internet… Un Grand Homme vient de disparaître.
Je me sens très proche de vous, dans votre chagrin, je suis à vos côtés.
Accolades très fraternelles
LJ
 
Le Président, le Bureau, le Conseil d'Administration du Comité de La Seyne-sur-Mer du Souvenir Français
Très émus par le Deuil cruel qui vous frappe en la personne de notre ami Marius, votre Père, grand-Père et arrière Grand-Père, s'associent à votre peine et vous présentent leurs condoléances attristées.
Je garderai toujours le souvenir de celui qui m'a toujours aidé pour la recherche des noms des enfants seynois qui sont Morts pour la France.
Je vous transmets à toute la famille, mes très sincères amitiés.
RH
 
Tous les membres du Conseil d'Administration [de la Société des Sciences Naturelles et d'Archéologie de Toulon et du Var] se joignent à moi pour assurer toute notre famille de notre extrême tristesse et compassion à l'occasion de ce douloureux décès qui vous affecte.
JCP


23 Janvier : Messages accompagnant les gerbes et bouquets de fleurs

 
Monsieur le Maire et le Conseil Municipal.
 
 
Sincères condoléances de l'Amicale des Anciens Elèves de l'Ecole et du Collège Martini (AAEECM)
AI
 
 
De tout cœur avec vous, toute notre affection et nos sincères condoléances
OM, RM, ML, GL
 
 
Profondément peinés par la disparition de Marius, votre cher Papa et Grand-Père, vous présentent leurs sincères condoléances et vous assurent de leur sympathie et de leur affection.
GM, RM, CB, EM, LM, leurs conjoints et enfants
 
 
Le Président et les Membres du Conseil d'Administration
Les Musiciens de LA SEYNOISE
S'associent à votre douleur et vous prient d'accepter leurs sincères condoléances pour la perte cruelle que vous venez de subir.
Les Membres de la Philharmonique « La Seynoise », attristés, ne pourront oublier tout ce que Marius a fait pour cette « vieille dame » qu'il aimait tant et dont il était un fervent admirateur et défenseur
Grâce à ses écrits, ils ne pourront perdre la mémoire.
JA
 
 
Je vous présente mes condoléances au nom de l'Amicale des Vétérans du Parti Communiste pour ce qu'il a réalisé en tant qu'adjoint communiste de la Municipalité de La Seyne et en tant qu'ancien Conseiller pédagogique à La Seyne de 1968 à 76 où j'ai pu apprécier son action en faveur de l'école laïque. Merci à vous.
AC, avec la participation de DDM et de JV
 
 
Avec toute notre sympathie attristée
CB et JCB
 
 
Sincères condoléances.
JC et CC
 


24 Janvier :

Je viens d' apprendre avec tristesse le décès de Mr Autran. J'ai été son élève en 6ème à Martini année 50-51 .
Je consulte souvent son site qui est une mine d'or pour un natif de la Seyne comme moi.
Je vous présente mes condoléances les plus sincères.
PB
 
Bonjour Jean-Claude,
Michel m'a fait suivre ton message.
Je suis très peiné d'apprendre la disparition de ton papa.
En ces tristes et douloureuses circonstances permets-moi de t'adresser ainsi qu'à toute ta famille mes très sincères condoléances.
Avec ma profonde sympathie et toute mon amitié.
JJH
 
Ma famille se joint à vous, dans cette douloureuse épreuve, pour partager votre peine et vous présente ses plus sincères condoléances.
MM
 
Je m'appelle RF.
Nous avons été dans la même classe de Mathématiques Elémentaires en 1961-1962.
J'ai découvert ton site et celui de ton père.
Très intéressants.
Aujourd'hui j'ai assisté à l'hommage rendu à ton père lors de ses obsèques au cimetière de La Seyne.
Je dois te dire que je l'ai eu comme professeur dans les années 1955-1957.
Un homme que j'appréciai particulièrement.
Les années sont passées, mais je ne l'ai pas oublié.
Longue vie et beaucoup de santé.
RF
 
Bonsoir Jean Claude et Yolande,
Pour avoir connu cette situation les mots sont bien bien inutiles. Serge m'a raconté qu'un hommage très émouvant à eu lieu cet après-midi.
Un petit mot tout spécial pour Yolande les affectueuses pensées d'Aïcha, c'était un grand Monsieur, elle aura certainement l'occasion d'en discuter, et de toute façon pratiquement toutes les personnes présentent ce soir-là le connaissaient.
Encore une fois les mots sont biens difficile, je vous souhaite beaucoup de courage et surtout Yolande qui a également des soucis avec sa Maman.
Amicalement.
EM
 
Bonsoir
Je viens d'apprendre le décès de Monsieur Marius Autran.
Je vous présente mes plus sincères condoléances. C'est un grand homme qui disparaît.
AM
 
À toi et à ta famille, nos plus sincères condoléances. Quel que soit l'âge, c'est toujours une peine de perdre un être cher. Ton père s'était rendu à un bel âge, toujours lucide, actif intellectuellement, pas trop handicapé par des ennuis de santé et il aura eu la joie de vous voir revenir à La Seyne.
Je pense à vous en cette journée de funérailles.
MC
 
Nous nous inclinons devant ce maître à penser, cet homme dominant dans tous les secteurs où il s'est engagé, toujours avec succès, et ce Père qui a su partager la réussite familiale.
Veuillez accepter nos condoléances attristées et nos amicales pensées.
RG
 
Chers cousins,
C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris la disparition de Marius.
Bien sûr, le grand âge était là, mais avec son caractère bien trempé et son intellect toujours « d'aplomb » il nous donnait la vision d'une personne vieillissant bien.
Nous pensons bien à vous et surtout à Jean-Claude : il est difficile de se séparer d'un père et on voudrait toujours reculer le moment fatal… hélas nous ne décidons pas du moment !
Recevez nos affectueuses pensées. Nous vous embrassons
RH et JCH
 
Chers cousins,
Très peinés de n'avoir pu, au dernier moment, assister aux obsèques du plus âgé des cousins, nous vous présentons nos sincères condoléances.
Nous voilà maintenant basculés au rang des aînés !…
Mais des anciens comme eux, dynamiques, pleins d'humours et de projets, qui aimaient la vie ?
Affectueuses pensées.
MT et CT
 
Bien chers vous tous,
Nous avons appris avec beaucoup de tristesse le décès de Marius.
Un de plus, serions-nous tentés de dire, hélas c'est la vie qui tourne.
Malheureusement, vu la distance, le temps et l'annonce de son départ, nous n'avons pu être à vos côtés le jour des obsèques.
Nous pensons bien à vous et à vos anciens dans ces moments d peine et de douleur !
Grosses bises à vous tous.
HG et AG


25 Janvier 2007 [C'est au matin de ce jour, au lendemain des obsèques de Marius AUTRAN, qu'une seconde disparition frappe la famille en la personne de Madame Georgette MASSOL, mère de Yolande AUTRAN, belle-mère de Jean-Claude AUTRAN]

Monsieur AUTRAN
Monsieur, j'ai appris avec tristesse le décès de votre père,
je vous prie d'accepter mes sincères condoléances ainsi que celles de mon père .
SALUTATIONS
VS
 
Bonsoir,
Je suis vraiment désolé pour votre père, ma mère et moi nous vous présentons nos condoléances.
Effectivement, mon père est décédé, il y a maintenant plus de trois ans. Je serai toujours très reconnaissant à votre père de lui avoir fait une place dans les mémoires de la ville pour son action à l'école de plein air, et pour son engagement au sein du CSMS.
Personnellement, je me souviens encore de votre père comme Professeur.
Avec toute ma sympathie.
AH


26 Janvier :

Je partage votre peine en ce moment de douleur et vous prie de bien vouloir accepter mes très vives et sincères condoléances à vous et à votre famille.
OT
 
Chers Yolande et Jean-Claude,
Nous venons d'apprendre les décès de vos parents respectifs et nous prenons part à votre douleur.
Nous vous prions de recevoir nos plus sincères condoléances et l'expression de notre profonde sympathie.
MFS et vos anciens collègues de Montpellier
 
Bonjour Yolande et Jean-Claude,
C'est avec tristesse que je viens de prendre connaissance des décès de vos parents.
Dans ces moments de douleur, je tiens à vos exprimer ma sincère compassion.
Bien amicalement.
RP
 
Bonjour JC
J'ai appris la profonde douleur qui doit être la vôtre en de pareils moments. Je vous envoie toute mon amitié.
VLP
 
Mon cher Jean-Claude,
J'apprends par la presse le décès de ton père. J'imagine ta peine et le vide que laisse la perte d'un tel père.
Heureusement, tu pourras retrouver à tout instant toutes ses créations, ses livres et continuer à faire vivre le site Internet qu'il avait créé, démontrant ainsi ses capacités à s'adapter aux nouvelles technologies malgré son grand âge.
Je regrette de n'avoir pu assister à ses obsèques ayant été averti trop tard.
Elisabeth se joint à moi pour te présenter, ainsi qu'à ta famille, nos sincères condoléances.
Amitiés.
JM


27 Janvier :

Mr
Je me permets de vous envoyer ce mail, car j'ai découvert le site de votre papa aux alentours du 15 Janvier 2007 tout à fait par hasard à un moment où je recherchais sur un coup de nostalgie d 'éventuels documents relatifs à une colonie de vacances où j'allais dans ma jeunesse avec à la ville de la Seyne sur mer ! Et en me reconnectant ces jours-ci sur le site de votre papa, j'apprends son décès datant du 20 Janvier cette nouvelle m'a touché car je tenais à saluer son travail qui constitue une véritable mine d'or !, j'ai redécouvert avec plaisir l'histoire et les photos de la construction de l'école Toussaint Merle que j'ai fréquentée de 1971 à 1976 mais surtout une photo du château de la Motte les bains, où j'allais tous les été à partir de 1974 ! et qui représente beaucoup dans mes souvenirs de jeunesse !
Un grand Merci encore ! et permettez-moi de vous présenter toutes mes condoléances
Mon nom EB, je suis ingénieur du son et gérant d'un studio d'enregistrement audiovisuel à Paris et Marseille .
EB
 
Cher camarade, lorsque j'ai envoyé mon contact par Email ce matin, je n'avais pas vu la page d'accueil du site sur laquelle j'ai appris le deuil très récent qui est survenu, c'est pourquoi par ce petit Email complémentaire, je voudrais juste dire que les mots ne sont JAMAIS suffisants pour compenser le départ d'un être cher, et que si cela était possible, par la pensée, j'aimerais vous soulager d'une partie de cette peine.
Amicalement, et bravo encore pour la qualité du site, qui lui, va permettre de prolonger encore un grand moment sa présence !
MC
 


29 Janvier :

 
Bonjour Jean-Claude et Yolande
Thérèse m'a fait part du décès de vos proches parents. Je pense fortement à vous ainsi qu'à vos enfants, partage votre peine et vous souhaite beaucoup de courage pour surmonter cette double séparation si douloureuse.
TML


31 Janvier :

Cher Monsieur,
J'apprends à l'instant le décès de votre Père à l'âge de 96 ans.
Il a atteint un bel âge et peut maintenant reposer en paix.
Je vous présente ainsi qu'à vos proches, toute ma sympathie
Nous lui serons, tous, éternellement reconnaissants pour la richesse de l'immense travail de mémoire, sur l'histoire de sa région, qu'il nous laisse.
J'ai toujours l'impression qu'avec la disparition d'un ancien, avec toutes les connaissances accumulées au cours de sa vie, qui plus est, s'il est historien, est une perte pour l'humanité.
Qui sait, peut être qu'un jour viendra ou il sera possible de sauvegarder la mémoire.
Bien cordialement,
PF (Ile Maurice)
 
Originaire de La Seyne, je réside actuellement en Franche-Comté. Je visite souvent votre site qui est d'un grand intérêt. C'est avec émotion que j'y ai appris le décès de votre père que j'ai eu comme professeur au collège Martini au milieu des années 50 et que j'avais revu un jour qu'il était venu avec d'autres personnes rendre visite à Mr Louis Baudouin qui habitait chez mes parents. C'est une grande figure de La Seyne qui disparaît. Je me permets de vous adresser mes sincères condoléances. Adieu monsieur le professeur.
JCR


1er-15 Février :

J'apprends aujourd'hui le décès de votre père pour lequel j'avais une grande estime. Je voudrais vous faire part de toute ma sympathie pour cette douloureuse épreuve.
JLB
 
C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris le décès de votre père.
C'était un ami de mon père et un de mes plus chers professeurs, ayant été son élève en 1945-1946.
Je me joins à votre peine et vous adresse mes plus sincères condoléances.
RM
 
Bonsoir Mr Autran,
J'ai eu le grand plaisir de recevoir aujourd'hui un mail de Mr Pellissier de Pologne avec lequel vous avez eu de nombreux échanges de courrier ; mais il m'a appris la disparition de votre papa et d'après le contenu de vos courriers j'ai compris le très grand attachement qui vous liait à votre Père; je me permets donc de vous adresser mes très sincères condoléances ; pour être passé par cet évènement, je sais que lorsque l'on perd un être cher et quel que soit son âge, la réalité de sa disparition ne se révèle qu'avec le temps qui passe ; heureusement que pour apaiser cette souffrance, il nous reste les souvenirs qui perpétuent les moments de complicité passés avec nos parents et c'est le seul moyen de continuer à les faire vivre...
Bon courage
Cordialement
MT
 
Mon cher Jean-Claude,
Je n'ai pas besoin de te dire que La Provence a perdu un enfant du pays. Marius Autran fait (c'est bien un présent intemporel que j'emploie) partie de ces géants, de ces piliers inébranlables qui supportent l'échafaudage de l'histoire collective de toute une ville. Le professeur Autran a tout fait pour projeter La Seyne au niveau de la planète. Avec ses notes, ses livres, ses souvenirs et l'affection de ses nombreux élèves, il a su communiquer aux générations d'écoliers cette passion exquise pour la petite histoire (et la grande aussi), pour les sciences naturelles, et pour l'amour de son pays. Son idée de mettre son savoir et sa mémoire sur internet a été simplement géniale. Ton père avait compris qu'à côté de l'histoire officielle, il y avait aussi "l'autre", celle qui concerne les petites gens, les faits de tous les jours, les élèves qu'il a formés avec tant de dévotion et de dévouement. C'est l'histoire des FCM ou des CNIM, de l'école Martini et François Durand, de la Mairie ou de Berthe, du Bois Sacré ou du Lycée Curie. Pour Marius, l'enseignement n'était point un métier mais bel et bien un apostolat. Je suis sûr qu'il doit être aujourd'hui au paradis des Seynois où il a retrouvé ses vieux copains d'antan, Toussaint Merle, Étienne Jouvenceau, Madeleine Ravézié parmi tant d'autres. Le legs de M. Autran à sa ville est immense, j'espère que les Seynois sauront l'apprécier, l'enrichir et le sauvegarder.
Toutes mes sincères et profondes condoléances, bien amicalement,
LI (Professor of Romance Languages, University of Missouri-Kansas City, USA)
 
Bonsoir Claudet et Yolande (ainsi que les "petits")
Je suis désolée d'avoir été absente lors des deuils qui vous ont frappés ; même si on s'y attend, c'est toujours un traumatisme pour le famille. Je profite de ce mel pour vous dire que je pense beaucoup à vous dans ces moments si douloureux ; si vous avez besoin, appelez, je suis encore là (jusqu'au 21 Février, je repars à Plaisir m'occuper des petits enfants).
Yolande, je sais ce que c'est de perdre sa mère pour une fille, toute une complicité de tant d'années qui se retrouve à néant ; j'espère que tu arriveras à reprendre le dessus, car malgré tout, dans ces moments difficiles, les enfants et mari comptent sur la présence féminine pour retrouver un équilibre et c'est assez dur ; essaie d'être forte.
Claudet, j'ai énormément d'images qui me viennent à l'esprit en pensant à Marius, et pendant mon séjour à Plaisir, j'en parlais à Karine. Des images lointaines et plus récentes. Les lointaines, tu les connais car grâce à nos pères nous sommes instruits de pas mal d'histoires de leur jeunesse (des biens et des pires, car pour moi, ce qu'ils ont fait pendant leur jeunesse et plus tard relève de l'héroïsme, mais pour eux c'était normal, il fallait le faire même s'ils se sont retrouvés prisonniers, dans des situations beaucoup plus qu'inconfortables devant la gestapo ou pire les milices françaises). Ensuite à la Libération, ils se sont retrouvés à la Municipalité avec tous les inconvénients que cela pouvait apporter pour eux et leurs familles ; leur entourage (je ne parle pas de nos mères ou de nous mêmes) ne se rendait pas forcément compte de leurs actions et sacrifice. (…)
CB
 
Bonsoir Monsieur Autran,
Je me permets de vous adresser toutes nos condoléances pour le décès de votre papa que nous venons d'apprendre en lisant "Fenêtre sur Seyne". C'était un homme de valeur extraordinaire et il manquera beaucoup à sa famille, ses amis et à la ville de la Seyne.
Vous aviez eu la gentillesse de répondre à mes questions sur notre maison "La Sénégalaise" chemin de l'Evescat et de me donner des précisions historiques sur ce quartier et je vous en suis encore très reconnaissante.
Grâce au site dédié à Marius AUTRAN, site qui est une référence sur notre ville et que je recommande à tous nos amis qui veulent connaître la Seyne avant de venir nous rendre visite, je suis sûre que la mémoire de votre père perdurera et que vous ne pouviez pas lui rendre un plus bel hommage.
Avec mes plus cordiales salutations.
AB


16-28 Février :

Bonjour,
Je vous présente mes sincères condoléances.
Grâce, entre autre, à la magie d'Internet, Marius Autran va continuer d'exister.
Très cordialement,
HT
 
Mon nom est CB(T). J'ai été élève de votre papa ainsi que de votre maman dans les années 60. J'ai appris le décès de votre père fin janvier à mon retour de voyage et je tenais à vous présenter toutes mes condoléances avec un peu de retard mais sincérité.
J'avais beaucoup d'affection pour votre père avec qui j'ai gardé des liens tout au long de ma carrière. J'ai enseigné comme institutrice  à l'école Malsert 2 puis comme Directrice à l'école Leo Lagrange1. Souvent il venait me rendre visite à mon bureau il me présentait ses nouveaux livres et nous avions plaisir à discuter de La Seyne, de l'enseignement  et de notre famille.
Je suis désolé de n'avoir pu etre là pour ses obsèques. Je vous félicite pour le site qui est à son image et qui perpétue sa mémoire.
Bien sincèrement.
CB
 
Cher Monsieur ou plus simplement Cher Jean Claude, je viens d'apprendre sur Fenêtre sur Seyne le décés de votre papa.Cela m'a beaucoup émue et je tenais à vous en faire part et à vous présenter mes condoléances ainsi que celles de ma maman àgée de 93 ans et qui a connu vos parents.Moi-même je me souviens très bien de votre maman.
Ma famille est de La Seyne depuis plusieurs générations c'est vous dire que les livres écrits par votre papa m'ont fortement intéressés! d'autant plus que je me suis mise à écrire,pour mes enfants, l'histoire de maman et qu'ils m'ont étés de grande utlité pour illustrer et approfondir mon travail! Maman qui a été élève à l'école Clément Daniel a même retrouvé sur une photo, sa tante qui était alors institutrice dans cette école : c'était en 1928 !
J'avais écrit à votre père il y a quelques années pour le remercier de la joie que ses livres me procuraient et il avait eu la grande gentillesse de me répondre! je possède toujours cette lettre dans un de ses livres !
Nous, au collège Martini, nous avons dû nous manquer d'une année car vous donnez des noms de camarades que j'ai connus!J'étais en M' en 56et 57 ; dans ma classe il y avaient G Bernardini, JP Maciejewsky, G Farges, J Gabriel, M Th Ramat, D Gueirard,M Décugis.. moi je suis JC. J'ai eu comme profs Mrs Turquay, Faber,Dary, Pinson, Laure, Mariotti,Muraccioli... C'est avec ma classe que Mr Pinson a mis en place son club et c'est nous qui l'avons appelé Antarès ! A la fin de l'année il nous avait mené à l'observatoire St Michel. Je possède deux photos de cette sortie !
Je suis retraitée de l'Enseignement Primaire ; j'habite un petit village des Bouches-du-Rhône La Fare les Oliviers et maman est depuis 3ans pensionnaire de la maison de retraite de ce village. Nous avons gardé notre maison à La Seyne et nous suivons avec intéret tous ses grands changements !
Je vous prie d'excuser cette longue lettre venant d'une inconnue mais je pense qu'elle était nécessaire pour vous faire comprendre combien je suis attachée la disparition de votre papa ! J'en profite pour vous remercier aussi de l'oeuvre de mémoire que vous accomplissez !
Cordialement.
JC(G)
 
Cher monsieur,
Je vous présente mes biens sincères condoléances après avoir pris connaissance du décès de votre père. Je n'ai connu de lui que son site mais quelle oeuvre il laisse ! Et quel homme il fut !
MS
 
Cher ami,
C'est plus d'un mois après le départ de votre papa que j'ose vous envoyer ce message. Je sais que grâce à vous la relève est faite en ce qui concerne la continuité d'un historique déjà bien décortiqué au niveau de la SEYNE.
Les photos que vous avez mis en ligne le concernant, sont vraiment très prenantes, et moi qui ne l'avais jamais vu, hormis la photo qui trône au début de votre site, j'ai été saisi par sa "bonhomie" et par cette "chaleur" qui se dégage de lui.
Quand je vous avais rencontré, vous m'aviez dit que vos enfants ne se sentaient pas l'âme de reprendre un jour ce que votre papa a commencé à construire. J'espère seulement qu'un jour, ils changent d'avis.
GF

Mars :

Bonjour,
Je suis navré d'apprendre le décès de Monsieur AUTRANS et vous prie d'accepter mes sincères condoléances; ses travaux m'ont permis de découvrir des informations sur ma région (je suis lillois) et de découvrir les multiples facettes de la votre. Je viens de mettre en ligne sur le tout récent blog de notre cellule, la biographie de jean-bart Ledieu que j'avais trouvé grâce à votre site ; au nom de la cellule René Denys, je vous adresse mes plus profonds regrets.
FJ
 
Monsieur,
En revenant sur ce site j'ai appris le décès de votre père Marius Autran. Je suis seynoise de naissance, fille de seynois et je trouve admirable le travail de votre père sur la vie seynoise. Je vous présente mes sincères condoléances . Il restera de lui ses écrits sur La Seyne et de cette façon il continuera à vivre dans le cœur de ceux qui l'on connu.
EV
 
Cher Monsieur,
Je viens d'apprendre le décès de Monsieur Marius Autran, votre père, en allant sur ce site Internet. Je vous présente bien sincèrement toutes mes condoléances.
Vous avez eu le père que de nombreuses personnes rêveraient d'avoir. Quelle valeur ! Une mémoire attachée à ses racines, en somme, une remarquable fidélité à ses goûts, à ses centres d'intérêts et à ses idées, sans égoïsme, puisqu'il a aimé en faire profiter les autres.
J'ai découvert la ville de La Seyne-sur-Mer grâce à ce site sur lequel j'ai trouvé mes origines familiales inattendues puisque toute ma famille est regroupée en Loire-Atlantique. Et pourtant, ma grand-mère vient de Marseille, mais auparavant cette branche vivait à La Seyne et cela depuis longtemps. Je m'appelle BERNY. J'ai appris sur ce site qu'une rue porte ce nom à La Seyne. Lors d'une visite dans votre ville il y a 2 ans, j'ai trouvé cette rue et je me suis rendue d'abord à l'hôtel de ville qui m'a dirigée vers la bibliothèque. Là, j'ai été remarquablement reçu par une dame charmante qui m'a dit que pour connaître qui était celui qui a donné son nom à cette rue, il n'y avait que l'ouvrage de Monsieur Autran qu'elle m'a aussitôt permis de consulter. J'y ai trouvé le renseignement que je cherchais. Depuis j'ai aussi pu lire les chroniques sur la vie des habitants de La Seyne, ce qui est fort intéressant.
Je réitère ma considération pour l'homme si apprécié de tous qu'était votre père, car je viens de lire ces témoignages unanimes. Vous avez eu beaucoup de chance, Monsieur. J'espère que vos enfants et petits-enfants en seront conscients.
Continuez cette oeuvre, elle le mérite et vous le ferez pour le bien de tous. Merci.
Recevez, cher Monsieur, l'expression de mes sentiments distingués.
SP
 
Cher Jean-Claude Autran,
Je reprends contact ce jour avec le site de votre père. Je voulais vous présenter toutes mes condoléances et vous féliciter de poursuivre ce site. Malgré sa disparition, il reste présent parmi tous ces internautes, historiens et autres passionnés.
Ce site, et à travers lui votre père, demeure pour les chercheurs un formidable outil de communication. Grâce à vous, je suis entrée en contact avec de nombreuses personnes s'intéressant comme moi à Tranchant de Lunel. Merci.
Et puis beaucoup de plaisir à lire, au hasard, les différents thèmes que vous abordez.
Sincères salutations
NB
 
Je voudrais rajouter, que votre père n'a pas uniquement oeuvré pour la mémoire de La Seyne mais dépasse les frontières. La preuve les contacts que j'ai eu grâce à votre site. Et c'est bien là la valeur de la recherche : l'universalité.
NB
 
Bonjour
Je viens d'apprendre en parcourant le site la tragique nouvelle et la perte de cet homme que  j'aurais aimé connaître plus. Je ne m'étendrai pas car je maîtrise mal la façon de taper a l'écran
Mon épouse et moi nous présentons nos condoléances
ARL

Juin :

Bonjour, J. Claude. J'ose encore.

à mon MAITRE

Mon maître m'a quitté.
Il m'avait tout appris,
Le calcul, le français
Et l'amour de la vie.
Pendant près de cent ans
Il a dépeint sa ville
Narré ses habitants
Avec des mots habiles.
Vous étiez le gardien
Le guide inégalé,
Chercheur jusqu'à plus faim
De nos heures passées.
Adieu Marius Autran !
Adieu les belles pages !
Adieu le bon vieux temps
Et ses belles images.

HG

Juillet :

Bonjour monsieur
Je viens juste de revenir sur votre site et ainsi d'apprendre le départ de votre père, alors permettais moi avec du retard de vous présenter mes condoléances, je vous avez contacté pour vous demander des renseignements sur Mr Tasselli Lucien, voilà pour me situer bien à vous.
Marylou
 
Monsieur, une amie de la Seyne m'a téléphoné ces jours ci et m' a annoncé le décès de Monsieur  Autran votre père. J'en ai beaucoup de peine et je vous présente mes plus vives et sincères condoléances. J'aurais aimé le connaître et discuter avec lui mais le destin en a décidé autrement, une fois seulement, nous nous sommes parlé au téléphone. Je possède ses livres sur l' histoire de la Seyne et j' en suis heureuse. C' est une mémoire et une bibliothèque des souvenirs de la Seyne qui s'en est allé mais il nous a laissé ses oeuvres et je le remercie. Mon mari et moi même nous partageons votre peine. Cordialement.
CV

Septembre :

Cher Monsieur,

Je n'ai appris le décès de Marius Autran que maintenant en lisant le dernier numéro (août 2007) du JOURNAL DE LA RÉSISTANCE (mensuel de l'ANACR). Je tenais à vous adresser l'assurance de toute ma sympathie en cette occasion.

Je viens de consulter le site Marius Autran pour y relire sa biographie (maintenant complétée) et j'ai essayé de retrouver l'échange de correspondance que nous avons eu à propos des chansons de la libération de Paris. Mais j'y renonce, tellement c'est compliqué pour moi (81 ans), il y a tant de rubriques ! Cela n'a pas de grande importance, je vous ai dit l'essentiel ci-dessus.

Bien amicalement,

GW

Décembre :

Salut Jean-Claude,

C'est avec retard et tristesse que j'ai appris, en lisant le catalogue d'octobre de" Lire en fête" qu'une page d'Histoire avait été tournée en janvier dernier, avec le décès de ton père.Pour moi c'est un jalon qui disparaît de ma vie car c'était une figure-phare de mes premières années à La Seyne avec le collège Martini. Fils d'immigrés italiens, mes parents avaient déménagé de Roquebrune / Argens à Six-Fours afin que leurs enfants puissent continuer leurs études. C'est dire à quel point je fus marqué par cette figure emblématique qu'était M. Autran.

Tu peux être fier d'être le fils de ce grand bonhomme.

Téléphone moi si tu viens dans le coin, ça me ferait plaisir de te revoir. Je suis actuellement plus branché sur Six-Fours, j'ai donc raté ta venue à La Seyne en octobre.

A+ et meilleurs souvenirs

JS




Les dernières photos de Marius AUTRAN
 

Dernière apparition publique de Marius AUTRAN

Le 12 mai 2006, à l'Hôtel de Ville, avec M. Arthur PAECHT, Maire de La Seyne-sur-Mer, lors de la remise de la Médaille de la Ville à M. Gilbert MARRO, Président de la Société Nautique de la Petite Mer (dont Marius AUTRAN était le Président d'Honneur)


Marius AUTRAN, assis au centre, avec sa descendance au complet, le 4 septembre 2005
Debout, de part et d'autre de Marius AUTRAN, Pierre-Olivier AUTRAN et Jean-Victor AUTRAN, ses deux plus jeunes petits-fils
Au dernier plan : Yolande AUTRAN (belle-fille), Jean-Claude AUTRAN (fils), Nicolas AUTRAN (petit-fils) et sa compagne Séverine, Rémy AUTRAN (petit-fils) et son épouse Olga, Jean-Robert AUTRAN (petit-fils)
Marius AUTRAN, le 2 décembre 2006, jour anniversaire de ses 96 ans
avec son vieil ami Paul PRATALI
La toute dernière photo de Marius AUTRAN, avec ses trois plus jeunes petits-enfants
le 1er janvier 2007


A voir également : La biographie de Marius AUTRAN

Le médailler de Marius AUTRAN (ci-après)

Marius AUTRAN était titulaire de 9 distinctions honorifiques : 1 - Croix de Guerre (1939-1945), 2 - Palmes Académiques (officier) ; 3 - Médaille de combattant volontaire de la Résistance ; 4 - Médaille des évadés ; 5 - Médaille des Collectivités Locales ; 6 - Croix du combattant ; 7 - Médaille d'honneur de la Confédération des Musiques de France ; 8 - Palmes Académiques (chevalier) ; 9 - Médaille de l'Association Républicaines des Anciens Combattants ; 11 - Médaille de la Guerre 1939-1945.

NB. La médaille n° 10 est celle de chevalier des Palmes Académiques de Louise Gautier, épouse de MariusAutran ; la n° 12 est la médaille du Maroc (1909) de Louis Gautier, père de Louise Gautier, tué le 25 septembre 1911 dans l'explosion du cuirassé Liberté en rade de Toulon.




Jeudi 2 décembre 2010
Un hommage public a été rendu au cimetière de La Seyne
pour le 100ème anniversaire de la naissance de Marius AUTRAN

La Marseillaise, 1er décembre 2010


Var-Matin, 3 décembre 2010




Vendredi 20 janvier 2011
Un hommage a été rendu dur Facebook
pour le 5ème anniversaire de la disparition de Marius AUTRAN


Jean-Claude Autran : Hommage à Marius AUTRAN
Il y a déjà 5 ans (20 janvier 2007), mon père s’éteignait, à l’aube de ses 97 ans.
Pour lui rendre hommage, venez visiter le site internet que je continue de développer en sa mémoire : http://jcautran.free.fr/
Avec notamment le rappel des hommages qui ont été rendus :
- A la suite de sa disparition
- Hommages publics, avec inauguration de la « traverse Marius Autran » et des « Archives Marius Autran »
- Mes conférences « Marius Autran, une vie »

M-claude Paganelli, Nathalie Bertrand, André Touvier et 3 autres personnes aiment ça.

Henri Ribot : Une bonne partie de ma vie s'est contruite avec le soutien de Marius Autran. Ce fut lui qui, dès ma classe de 6ème m'incita à me lancer dans des recherches dans le ravin du Destel, point de départ d'une vie qui aura l'histoire et le patrimoine comme mamelles. Plus tard, je l'ai côtoyé, en même temps que Toussaint Merle lorsque nous nous sommes retrouvés professeurs à Curie. Que de discussions entre nous ! enfin, arrivé à l'âge mûr, je l'ai souvent retrouvé à lors de réunions, de colloques, de manifestations où nous avons échangé nos idées sur l'histoire. Pour moi, Marius Autran est resté et restera à jamais le "Monsieur Autran" de mon enfance et de mon adolescence.
vendredi, à 08:37

André Touvier : Très bel hommage pour un Homme qui le mérite bien tant il a compté et compte encore pour ses engagements, ses travaux, son goût pour le partage de la connaissance.
vendredi, à 09:49

Serge Malcor : J'ai eu le plaisir de connaître Marius Autran à la fois en tant que voisin, papa de mon ami "Claudet", client du garage de mon père et surtout en tant que professeur au collège Martini. C'est lui qui m'appris à aimer ma ville de La Seyne mais aussi Six Fours, ses collines et surtout la péninsule de Sicié. J'ai eu également l'honneur d'humblement participer à l'inventaire sous marin de notre littoral grâce à quelques photos. Son oeuvre, réactualisée par les travaux de son fils, restera une pièce maitresse pour le patrimoine de notre ville.
vendredi, à 10:54

Henri Ribot : Bravo, Serge !
vendredi, à 12:44

Henri Ribot : Et bravo Jean-Claude ! continue à maintenir la mémoire de ton père et poursuit la quête de ses écrits. Il doit bien en rester d'inédits quelque part. Et pourquoi pas un colloque autour de Marius Autran ? et des Mélanges offerts à sa mémoire ? La ville pourrait participer à la mise en place et à l'édition.
samedi, à 09:44


Retour à la page d'accueil des archives et souvenirs de Marius Autran

Retour à la rubrique : Biographie de Marius AUTRAN

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
jcautran.free.fr

Accès aux oeuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

© Jean-Claude Autran 2017