Autran Autran Autran    Histoire de La Seyne-sur-Mer (Var) Autrans Autrans Autrans
La Seyne-sur-Mer (Var) Récits, portraits, souvenirs La Seyne-sur-Mer (Var)
 
Retour à la page d'accueil
du site
Marius AUTRAN
jcautran.free.fr
Retour à la page d'accueil
du site
Chronologie
de l'histoire de La Seyne-sur-Mer
(Extrait, mis à jour, du Tome VI des Images de la vie seynoise d'antan)

Remarques liminaires

La série des ouvrages intitulés : Images de la vie seynoise d'antan a traité plus de trente sujets d'une extrême diversité et livrés sans ordre pré-établi depuis la naissance des premiers quartiers habités par les Six-Fournais jusqu'à nos jours.

Quels sujets ? Géologie, géographie, peuplement humain, naissance des structures à caractère administratif, économique, religieux ; exercice des premiers métiers, construction navale, événements heureux ou désastreux, biographies de personnalités célèbres, volonté de nos édiles d'antan d'améliorer les conditions de la vie quotidienne, histoires de quartiers (Les Moulières, Balaguier, Les Sablettes...).

Il m'a semblé utile de compléter ces récits par une chronologie qui par définition doit déterminer l'ordre et la date des événements historiques locaux avec le maximum de précisions.

Cela dans le but d'intéresser mes concitoyens à l'histoire de La Seyne qui généralement ils connaissent plutôt mal. À travers cette succession de faits, d'épisodes saillants de la vie locale, liés très souvent à l'histoire nationale et d'une importance parfois très inégale, le lecteur pourra mieux comprendre comment au fil des années les idées, les mœurs, le progrès des sciences et des techniques ont évolué, dans un sens généralement favorable sans oublier toutefois les périodes désastreuses dues aux fléaux des épidémies, aux guerres atroces, aux récessions économiques.

Ce complément apporté par cette chronologie n'est pas sans lacune, compte tenu qu'il n'est pas possible de tout dire sur la multitude des faits, des actions entreprises par les hommes et dignes d'intérêt.

La construction navale à elle seule aurait exigé une chronologie particulière ; de même pour le sport et le développement de la vie associative.

Cette chronologie rappelle l'essentiel de l'historique de notre communauté en touchant aux domaines les plus divers.

De la lecture de ce document, les Seynois, les Seynoises et les autres pourront tirer plusieurs enseignements.

La Seyne compte 1000 habitants en 1631. Elle en aura 4000 de plus, 150 ans plus tard.

Pourquoi cette lenteur du peuplement des rivages de Telo Martius ? C'est tout simple. Deux raisons l'expliquent. Tout d'abord l'épaisseur des marécages quasiment impénétrables et surtout les dangers de la piraterie qui ont duré plus de trois siècles.

C'est pourquoi avant les structures administratives, il fallut édifier des ouvrages fortifiés (la Tour Royale, Balaguier) et créer une flotte militaire qui mît à la raison les Barbaresques venus d'Afrique du Nord et des pays du Moyen-Orient. Cela au début du XVIIe siècle.

Autre remarque : la prolifération des structures religieuses durant les XVe et XVIe siècles qui atteste la domination du clergé aux ordres des seigneurs de l'Abbaye de Saint-Victor qui s'opposèrent longtemps aux désirs d'indépendance de nos ancêtres seynois. Ce qui explique aussi la lenteur du peuplement de notre terroir et les difficultés d'exploitation des ressources naturelles très abondantes : mer poissonneuse, arrière-pays très fertile et riche de toutes les cultures : légumes, fruits, céréales, oliveraies, vignobles sans parler de l'admirable forêt de Janas. La population était composée en majorité de paysans et de pêcheurs (faire référence aux armoiries).

Ce ne fut qu'au XIXe siècle que la communauté seynoise prit son véritable essor avec le passage de l'artisanat aux constructions navales métalliques ses premières écoles d'enseignement public et privé, ses structures économiques nouvelles.

Obligatoirement le développement fructueux de la vie seynoise fut étroitement lié au progrès général de la nation quand les savants surent exploiter l'énergie de la vapeur, inventer l'hélice comme moyen de propulser les navires, les moyens de communication prirent alors une extension considérable. Les réseaux de chemins de fer couvrirent la France en quelques années. Les flottes de commerce et les unités de la marine nationale sillonnèrent les mers et les océans.

La Seyne et son industrie navale connut alors une certaine prospérité.

Hélas ! La récession suivra après les désastres de 1870 et la chute de l'Empire napoléonien.

La IIIe République construit un immense empire colonial dont la bourgeoisie des affaires tire un bon parti. La Seyne arrive au début du XXe siècle avec une population de 20 000 âmes.

De la prospérité la classe travailleuse ne profite guère, les journées de travail sont de 12 à 15 heures et le repos hebdomadaire ne sera autorisé qu'à partir de 1906.

Inévitablement la première guerre mondiale amena le déclin et la période qui suivit ne vit pas naître des réalisations spectaculaires dont la chronologie ne put s'enrichir.

On connaît la suite : la deuxième guerre mondiale avec les bombardements, les ruines, les deuils, les sévices et l'administration des vichyssois aux ordres de l'ennemi.

La libération venue grâce à la résistance des populations, des combats des années alliées et des soldats sans uniforme, courageusement nos concitoyens ont œuvré à la reconstruction de notre cité martyrisée et ce fut à partir de 1945 et pendant quarante ans sous l'impulsion d'administrateurs avisés, dévoués et intègres que La Seyne est devenue une grande ville, la deuxième du département.

La reconstruction de la ville sinistrée s'est opérée entre 1944 et 1950 avec en priorité les logements et les instruments de travail, la construction navale en priorité.

Comme le montre avec précision la chronologie, au fil des années on vit se succéder les créations, les rénovations, les inaugurations à une cadence telle qu'il n'est pas interdit de parler de transfiguration.

Les quartiers se peuplèrent ; les structures administratives, économiques, culturelles, sportives, se multiplièrent. Entre 1950 et 1985 on assista à une véritable explosion de la vie associative.

Cette chronologie apportera à nos concitoyens des rappels nécessaires. Certains ont la mémoire défaillante et les bilans positifs des municipalités d'après la deuxième guerre mondiale ne doivent pas tomber dans l'oubli n'en déplaise à cette catégorie de calomniateurs, à ces pauvres diables (pour ne pas employer de termes plus discourtois) parvenus un jour à la tête des affaires municipales où ils firent la preuve d'une incapacité absolue.

Il vaut mieux pour eux ne pas entrer dans le détail des comparaisons.

Le nombre des dates de cette chronologie a été limité à 200 environ. Il aurait pu être plus important. Mais il fallait le limiter aux faits les plus saillants. Certaines dates peuvent être contestées. Les erreurs sont vraiment minimes car l'année d'un projet peut être confondue avec la pose de la première pierre, la date de la réception des travaux ou celle de l'inauguration.

J'aime à penser que cette sorte de synthèse historique que constitue cette chronologie, exprimée avec objectivité permettra à mes concitoyens d'affiner mieux leurs connaissances des origines et du développement du terroir seynois en passant par toutes les vicissitudes de la vie politique, économique, en alternance glorieuses et aussi parfois désastreuses.

Je souhaite qu'ils s'imprègnent de la reconnaissance que nous devons à nos ancêtres pour leur courage, leurs sacrifices, leur contribution efficace aux luttes pour le progrès général.

Poursuivant cette œuvre de bien être, j'espère que les générations de demain sauront sous les formes de leur choix, participer et impulser triomphalement la continuité d'une vie communautaire prospère, conviviale et fraternelle.

 

Marius AUTRAN

 

LA SEYNE D'ANTAN - CHRONOLOGIE

 

500 AVANT J.-C.

Fondation du Castellum de Six-Fours

1446

Naissance des premiers hameaux six-fournais qui s'avancent vers la rade de Toulon (Cavaillon-Tortel-Beaussier).

1530

Les quartiers s'étant reliés, l'agglomération de La Seyne prend forme.

1580

Le premier port de « La Sagno » est né (actuelle place Martel Esprit).

1589

Édification de la tour de garde (face à la Chapelle de Notre-Dame de Bonne-Garde, construite 36 ans plus tard).

1591

Création du premier sanctuaire au bord de la mer (emplacement de l'église actuelle de La Seyne).

1603

Edification d'une chapelle qui remplaça ce premier sanctuaire.

1614

Premier cimetière de la ville jouxtant la Chapelle et l'Hôtel de la Dîme (future école Martini).

1621

Construction du couvent des Pères Capucins (propriété actuelle des Maristes).

1625

Édification de la Chapelle Notre Dame Bonne-Garde au sommet de la presqu'île du Cap Sicié.

1625

Émergence de l'isthme des Sablettes.

1631

La Seyne est peuplée de 1 000 habitants.

1634-36

Construction de l'église des Pénitents blancs (actuelle place Séverine), siège de la l'administration communale.

1639

Première poissonnerie construite à la rue « du pavé d'amour » (actuelle rue République) ; elle sera déplacée de quelques mètres en 1859.

1655

Construction de la Chapelle Saint-Esprit.

1656

Édification de la Chapelle rurale Saint-Louis (Evescat).

1657

Séparation de La Seyne et de Six-Fours.

1658

Première administration communale avec les consuls.

1669

Ordonnance de Colbert : la forêt de Janas si belle paiera un lourd tribut pour l'utilisation des bois nécessaires à la construction navale.

1672-85

Édification du Fort de l'Éguillette.

1674

Pose de la première pierre de l'église actuelle (Notre-Dame de Bon Voyage).

1680

Construction des quatre moulins du quartier Domergue.

1691

Premiers grands travaux pour faire de La Seyne un port de commerce et de pêche (le grand môle, rue Hoche aujourd'hui).

Naissance de l'Hôtel-Dieu et de sa chapelle (rue Messine), devenu hôpital, puis école (Clément Daniel).

Naissance des premiers chantiers de constructions navales en bois.

1700 (16 juillet)

La Seyne reçoit ses armoiries (l écu, 5 pains, 2 poissons).

1713

Parution du premier historique de La Seyne écrit par Jean Denans, manuscrit publié seulement en 1892.

1720

Récurage du port, qui recevra alors de plus gros navires.

1774

Plantation des platanes du « Cours », devenu cours Louis Blanc après 1882.

1790

La population seynoise s'élève à 5 035 habitants. Création d'une guinguette qui deviendra le célèbre restaurant du « Père Louis » à Tamaris.

1793 Aménagement de la première structure sportive: le sous-sol de l'école La Dîme (Martini). En septembre, les royalistes toulonnais livrent leur ville à la flotte anglaise. Dans la nuit du 16 au 17 décembre de la même année, l'armée républicaine avec Bonaparte à sa tête la reprend.

1802 Création de la prud'homie des pêcheurs.

1811-13 Édification du fort Caire qui deviendra le fort Napoléon.

1821 Le télégraphe aérien Chappe est installé au sémaphore du Cap Sicié.

1824 Pavage des premières rues de La Seyne.

1833 Première école d'enseignement public (Loi Guizot) appelée école de la Dîme, qui deviendra plus tard école Martini.

1835 Premiers chantiers de constructions navales métalliques.

1837 Aménagement du deuxième cimetière de La Seyne au quartier Saint-Honorat (emplacement actuel).

1836-37 Premiers services de bateaux à vapeur entre La Seyne et Toulon.

1840 Fondation officielle de la Philharmonique « La Seynoise » alors qu'elle se manifestait déjà depuis 1830.

1845 Première école maternelle, dite « salle d'asile », rue de la Miséricorde (actuelle rue d'Alsace).

1846 Première école de filles (rue de l'Hôpital).

1847 Construction d'une mairie sur le port. Les mairies précédentes ayant existé rue Berny, puis rue Carvin, dans des immeubles privés.

1849 Établissement du collège des Maristes (emplacement du couvent des Pères capucins).

1851 Création de l'externat Saint-Joseph (emplacement des "Coop" boulevard du 4 septembre).

1852 Population de La Seyne : 7 400 habitants.

1853 Fondation de la pharmacie Armand (rue Cyrus Hugues).

1856 Naissance de la Société des Forges et Chantiers de la Méditerranée (F.C.M.).

1858 Édification du couvent de la « Présentation » sur l'emplacement actuel du foyer Jean Bartolini aux Mouissèques.

1859 Le chemin de fer arrive à La Seyne et Toulon.

1863 Achèvement de la chapelle des Maristes.

1864 Construction de l'usine à gaz pour l'éclairage public.

1865 Épidémie de choléra la plus meurtrière (500 morts en trois mois). La population s'élève à 13 000 habitants.

1866 Première caserne des douanes

1872-79 Création de l'orphelinat Saint-Vincent de Paul (centre culturel Jacques Laurent aujourd'hui).

1876 Les sœurs trinitaires créent l'école Sainte-Thérèse (rue d'Alsace).

1879 Construction de la batterie du Peyras.

1880-89 Michel Pacha crée la station estivale et hivernale de Tamaris.

1880 Construction du cercle des travailleurs devenu la perception des impôts (place Ledru Rollin).

1882 Le premier réservoir d'eau potable est construit au quartier Tortel. La population n'est plus que de 12 000 habitants.

1883 Fondation de l'entreprise Victor Content (peinture). Achèvement des jetées de Saint-Mandrier.

1884 Aménagement de la Corniche de Tamaris.

1885 Le service des câbles télégraphiques s'installe à La Seyne d'où la nécessité d'un port spécialisé.

1888 Cimentage des rues de la ville.

1888 (8 avril). La Seyne s'appelle désormais La Seyne-sur-Mer.

1889 Construction d'un abattoir au quartier Berthe en remplacement de "l'égorgerie" établie auparavant à l'actuel emplacement du jardin « Anatole France ».

1891 Construction de l'Eden Théâtre concert, place de la Lune, devenu plus tard le "Comœdia" détruit pendant la deuxième guerre mondiale.

1893 Visite d'une escadre russe commandée par l'amiral Avellan. Lancement du célèbre cuirassé Jauréguiberry en présence de Sadi Carnot, Président de la République.

1894 Achèvement de l'usine à câbles et de son port.

1898 Construction de l'hôpital de la Gatonne, ensemble de bâtiments qui deviendront en fait caserne de l'Infanterie Coloniale l'année suivante, puis école Curie en 1931.

1898 Édification du Château de Lagoubran et création d'un champ de courses (Hippodrome) actuellement occupé par les C.N.I.M. Fondation du laboratoire de biologie et de physiologie maritime à Tamaris.

1899 Catastrophe de Lagoubran : explosion d'une poudrière (près de 100 morts).

1900 Naissance du Rugby Club Seynois avec Victor Marquet. Construction du lavoir Saint-Roch.

1901 La population s'élève à 21 002 habitants.

1902 Ouverture de l'école maternelle (Boulevard des hommes sans peur) qui deviendra l'école Jean Jaurès. Construction de l'école mixte des Sablettes, sur l'isthme même. Naissance de l'Union Sportive Seynoise (U.S.S.). Création du club nautique seynois et de la Société des Joutes Seynoises

1903 Inauguration du kiosque à musique (« quinconce »), place Ledru-Rollin.

1903-1905 Édification de la Bourse du Travail. Construction de l'hôpital du quartier Peyron qui remplace l'Hôtel-Dieu de la rue Clément Daniel.

1905 Création de l'Olympique Seynois par François Cresp. Naissance du Vélo-sport seynois. Fondation du Club Nautique Seynois.

1907 Création d'un hôtel des Postes à la rue Hoche.

1907-1908 Liaison Toulon-La Seyne par tramways électriques.

1910 Les premières grues sur rail circulent dans les F.C.M. Naissance de l'école du fort Caire (propriété Pissin), qui deviendra l'école François Durand puis l'école Émile Malsert.

1911 La Seyne compte 22 093 habitants.

1912 Construction du patronage laïque (emplacement de la mairie sociale), qui sera détruit au bombardement du 29 avril 1944.

1917 Aménagement du vélodrome de la Canourgue.

1917-1920 Construction du pont basculant assurant la liaison de la gare P.L.M. avec les chantiers navals.

1921 La population s'élève à 23 168 habitants.

1922 Inauguration de la Salle Gounod (siège de la Philharmonique « La Seynoise »).

1924 Édification du monument aux morts de la guerre 1914-1918. Construction d'un nouvel Hôtel des Postes qui a remplacé celui de la rue Hoche.

1928 Un sport nouveau apparaît: le moto-club seynois.

1930-1938 Premières colonies de vacances (Janas-Aups).

1931 Transfert de l'école de filles (primaire et cours complémentaire) de la rue Clément Daniel à l'école de la Gatonne devenue École Curie. La population s'élève à 26 817 habitants. 

1932 Construction du pavillon du Club Nautique Seynois (entrée du port).

1936 Naissance de l'Association « Sports et Loisirs du Var ». La population s'élève à 27 073 habitants (avec Saint-Mandrier).

1937 Construction de deux réservoirs d'eau à la Colle d'Artaud.

1943-1944 Bombardements du 23 Nov. 1943 et du 11 Mars 1944 - 22 victimes. Destruction du Monument aux Morts par l'armée d'occupation allemande

1944 (29 avril) Bombardement américain. La Seyne est sinistrée à 65 %. 126 morts.

(11 juillet) Catastrophe de l'émissaire commun : 92 morts.

(17 août) Destruction complète des chantiers navals par l'armée allemande. Destruction du port, des quais.

(21 août) Fusillade du poste de police : 3 victimes.

(28 août) Libération de La Seyne par les troupes françaises (régiments de tirailleurs sénégalais et marocains).

1944-1950 Reconstruction de la ville sinistrée.

1945 Aménagement du stade Hubidos à la Gatonne. Naissance de l'école des Plaines (Jean-Jacques Rousseau aujourd'hui).

1945-1975 Structures pour la jeunesse au plein air (Centres de Vacances, camps d'adolescents).

1946 Naissance des écoles du quartier Berthe dénommées Maurice Thorez, puis André Malraux. La population s'élève à 26 172 habitants (avec Saint-Mandrier).

1947-1951 Construction des H.L.M. de la Rouve (immeubles d'état).

1948 Création de l'Office Municipal H.L.M. Création de l'Office Municipal des Sports (O.M.S.) Une école maternelle est née au quartier Berthe (nommée Pierre Sémard). Installation du centre de gymnastique corrective qui devint le centre d'éducation physique spécialisé (C.E.P.S.). Naissance des H.L.M. Saint-Antoine suivies pendant 35 ans des ensembles immobiliers : Le Floréal, le Mont des Oiseaux, Le Messidor, Le Vallon des Signes, Le Prairial, La Présentation, Le Germinal, La Maurelle, Le Fructidor, Les Fauvettes, Max Barel, Saint-Jean, Monmousseau.

1950 Reconstruction de la Caisse d'Epargne. Séparation de La Seyne et de Saint-Mandrier.

1951 Création des Écoles Municipales de Sport dont le nombre des disciplines est passé de 1 à 20.

1951-1952 Création du Centre médico-social municipal.

1952 Mise en route de l'émissaire commun.

1953 Création du jardin d'enfants municipal Aristide Briand.

1953-1955 La municipalité crée le Centre médico-scolaire et le Centre médico-sportif.

1954 Construction de la contre-jetée de Saint-Elme. La population s'élève à 26 672 habitants (sans Saint-Mandrier).

1955 Création du C.S.M.S. (Club Sportif Municipal des Sports).

1956 Inauguration de l'école de plein air à la Dominante.

1957 Construction d'un réservoir d'eau au quartier « Le Rouquier ». Construction du réservoir d'eau pour alimenter Fabrégas.

1958-1964 Extension des H.L.M. (Création de la ZUP).

1959-1960 Mise en service de la crèche municipale rue Émile Combes.

1959 Création de la cité H.L.M. Monmousseau. Reconstruction de l'Hôtel de Ville sur l'emplacement de celui de 1847. Création de l'Office Municipal de la Culture et des Arts (O.M.C.A.) et de la revue « Étraves ». Nouvelle école maternelle aux Sablettes. Nouvelle école primaire François Durand, devenue école Émile Malsert. Construction d'une école maternelle au quartier de la Rouve (école Edouard Vaillant).

1960 Le lycée polyvalent classique, moderne et technique remplace le vieux collège Martini. Inauguration du foyer des anciens combattants. Création d'une école municipale de dessin devenue trois ans plus tard l'École des Beaux Arts et de la Culture.

1961 Création de l'école primaire Jean-Baptiste Coste (rue Aimé Genoud).

1962 Création de l'école maternelle Amable Mabily (avenue Henri Pétin). Création de l'école Jules Verne. Inauguration (8 Mai) du deuxième Monument aux Morts des guerres. Réalisation d'une deuxième tranche de l'ensemble scolaire Ernest Renan. La Seyne est peuplée de 33 570 habitants.

1963 Une école primaire est née à la Rouve dénommée Jules Vallès et plus tard Marcel Pagnol. Nouveau bureau municipal d'hygiène (rue Émile Combes). Une première tranche de l'ensemble scolaire Maurice Thorez est née au quartier Berthe.

1965 La route touristique de Janas à Fabrégas prend forme. Le camping municipal de Janas est aménagé. La deuxième tranche de l'école primaire Ernest Renan est réalisée.

1965-1967 L'ensemble scolaire Léo Lagrange des Sablettes se réalise avec deux écoles primaires et une nouvelle maternelle.

1966 Création de l'École municipale de musique. La Société des Forges et Chantiers de la Méditerranée est remplacée par les C.N.I.M. (Constructions Navales et Industrielles de la Méditerranée). Construction du bâtiment destiné au club astronomique « Antarès ».

1967 Au quartier Berthe, l'école maternelle Pierre Sémard remplace les préfabriqués de 1948. Réalisation de la première tranche de l'école primaire Jean-Jacques Rousseau au quartier des Plaines. Inauguration du gymnase Maurice Thorez au quartier Berthe. Inauguration du stade omnisports et de la Salle Maurice Baquet. Création des classes de neige, municipales.

1968 Mise en service d'une halte d'enfants au quartier Berthe. Création du centre social et culturel du quartier Berthe. La population atteint 43 783 habitants.

1969 Nouvelle bibliothèque municipale (rue F. Croce). Une nouvelle maternelle est née au quartier Saint-Jean (Maternelle Andrieu) devenue Eugénie Cotton. Construction de la maternelle Jean Jaurès en remplacement des vieux préfabriqués de l'après-guerre.

1970 Construction du foyer Ambroise Croizat, pour les Anciens. Construction du réservoir d'eau du Plan d'Aub.

1970-1972 L'enseignement technique conquiert son autonomie avec le Lycée technique Paul Langevin et le C.E.T. du même nom. Naissance dans le même quartier du C.E.S. (Collège d'Enseignement Secondaire) Henri Wallon.

1971 Le port de commerce La Seyne-Brégaillon prend forme. Démarrage du C.E.S. Paul Eluard. Création de la Zone Industrielle de Piedardan. Inauguration de l'école Toussaint Merle au quartier Vignelongue. Aménagement du musée de Balaguier. Aménagement de la maternelle Anatole France dans les locaux de l'ancien orphelinat Saint-Vincent de Paul. Création du centre culturel rue Jacques Laurent où fut installée l'école municipale de musique.

1972 Inauguration de la stèle à la mémoire de Toussaint Merle, œuvre d'Albert Aymé. Construction d'un troisième réservoir d'eau à la Colle d'Artaud.

1973 Construction de la maternelle Jean Zay au quartier Berthe. Création d'un orchestre d'enfants à l'école municipale de musique. Réalisation de la deuxième tranche de l'École J.-J. Rousseau au quartier des Plaines. Création du C.M.P.P. (Centre Médico-Psycho-Pédagogique) et du Centre d'Information et d'Orientation (C.I.O.) Place Séverine. Création du Centre Social et Culturel du quartier Berthe. Fondation de l'O.M.A.S.E. (Office Municipal de l'Action Socio-Educative).

1974

Inauguration du complexe sportif Langevin-Wallon.

Jumelage de La Seyne-sur-Mer avec Berdiansk, port russe de la mer noire.

Inauguration des courts de tennis au quartier Barban.

Création du "Mille Club" pour la jeunesse des quartiers Vignelongue-Le Bercail-Châteaubanne.

Inauguration du Rond-point Maréchal de Lattre de Tassigny.

1975

Inauguration du musée de la mer (ancienne Caisse d'Épargne) transféré par la suite à Balaguier.

La bibliothèque nouvelle est complétée par un bibliobus.

La population seynoise atteint 51 755 habitants.

1976

Rénovation du stade municipal (piste en Tartan, pelouse, éclairage).

Construction d'un restaurant scolaire municipal attenant à la Mairie Sociale Renan.

Mise en service de la crèche Elsa Triolet au quartier Berthe.

Création du jardin d'enfants « Irène Joliot-Curie » au quartier Mar Vivo.

Création dans la forêt de Janas du C.R.A.P.A. (circuit rustique, activité physique aménagée).

Construction au centre ville du Collège d'Enseignement Secondaire Paul Eluard.

Construction du bâtiment H.L.M. « Le Marquet ».

L'ensemble scolaire Léo Lagrange est doté d'un restaurant scolaire municipal.

Inauguration du pavillon du tourisme.

Création des centres aérés.

1977

Construction de l'École Jean Zay au quartier Berthe. Aménagement du boulodrome, place Benoît Frachon. Ouverture du foyer des anciens de la Rouve. Rénovation du stade Victor Marquet. La zone industrielle de Piédardan est occupée par 22 entreprises. Projet du S.I.R.T.E.M.E.U. (Syndicat Intercommunal de la Région Toulonnaise pour l'Évacuation en Mer des Eaux Usées), Station d'épuration du Cap Sicié.

1977-1980 Fondation de la base nautique de Saint-Elme.

1978 Aménagement du parking Martini. Naissance de l'école primaire du Germinal dans la zone urbaine prioritaire (Z.U.P.). Rénovation du stade Hubidos qui jouxte le C.E.S. Curie. Création d'une nouvelle école primaire dans l'ensemble scolaire Léo Lagrange.

1979 Inauguration du port « La Seyne Brégaillon ». Construction du Collège d'Enseignement secondaire Jean L'Herminier (quartier du Crotton). Inauguration du gymnase de l'école Renan.

1980 Inauguration d'une seconde école Martini destinée à l'Enseignement primaire, rue Jacques Laurent. Réalisation du complexe sportif Jean Guimier. Inauguration du Foyer Aristide Briand. Le principe du projet du S.I.R.T.E.M.E.U. est définitivement arrêté. Il deviendra "AMPHITRIA".

1981 Inauguration des locaux du C.M.P.P. (Centre Médico-Psycho-Pédagogique). Réalisation du C.O.S.E.C. (Complexe Sportif Évolutif Couvert) aux Sablettes. Mise en service d'une salle couverte de tennis au quartier Barban. Construction du réservoir d'eau du Fort Napoléon. Aménagement du boulodrome Saint-Jean. L'orgue de l'église Notre-Dame est classé monument historique. Début des travaux de la maternelle de la Maurelle.

1982 Mise en service de la maternelle du Germinal. Inauguration du gymnase Armand Sauvat aux Sablettes. Mise en service de la maternelle Marie Mauron au quartier La Maurelle. La population seynoise atteint 57 659 habitants.

1983-1985 Aménagement complexe sportif Léry.

1984 Création du centre de rencontres et d'échanges culturels du Fort Napoléon.

1985-1986 Aménagement du C.R.A.P.A. du Fort Napoléon (circuit rustique, activité rustique aménagée).

1986 Construction du réservoir d'eau des Gabrielles (Cachou). Mise en service de l'école maternelle des collines de Tamaris.

1988 Arrêt de la construction navale.

1989 Construction du deuxième réservoir d'eau du plan d'Aub.

1990 La population seynoise atteint 59 968 habitants.

1991 Création du Centre culturel de la Grande Maison de Tamaris.


Retour à la page d'accueil du site de Marius Autran

Histoire de La Seyne-sur-Mer (Var)
Récits, portraits, souvenirs
jcautran.free.fr
Accès aux œuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

 © Jean-Claude Autran 2016