La Seyne-sur-Mer (Var)   La Seyne-sur-Mer (Var)

Retour à la page d'accueil
du Site
Forum du site

jcautran.free.fr

Retour à la page d'accueil
du Forum

George Sand à La Seyne (Tamaris)


Rappel des échanges de messages à propos de :

Chopin à La Seyne ?
Emplacement de la Villa George Sand (1)
Emplacement de la Villa George Sand (2)
George Sand chez M. Trucy à La Seyne
George Sand en costume de promenade
Livre Le Château de Nohant - Maison de George Sand
Photos de la Villa George Sand (1)
Photos de la Villa George Sand (2)
Proposition d'achat, puis démolition de la Villa George Sand
Roman de George Sand : Lettres d'un voyageur
Roman de George Sand : Tamaris
Récupération du médaillon de la façade de la villa George Sand
Site internet sur George Sand





2 octobre 2016 - 8 janvier 2017 : Proposition d'achat, puis démolition de la Villa George Sand

Q1.

Monsieur Autran,

Je suis ravie que le catalogue Mercurin puisse vous être utile ! J'ai un dossier George Sand, avec des informations récoltées pendant plusieurs années, n'hésitez pas à me solliciter le cas échéant...

Le document joint est la proposition d'achat de la maison Trucy adressé au maire de la Seyne figurant dans le livre de Monsieur Martinenq. Quel dommage de ne pas avoir donné suite !

Avec mes salutations sincères

JR

R1.

Bonjour,

Merci infiniment pour la copie de ce document d’archive dont j’ignorais totalement l’existence. Très intéressant.

Toujours à propos de cette villa George Sand, j’ai retrouvé la copie d’un courrier du 31 mai 1974 (que je vous adresse ci-joint) qui fait hélas état de sa démolition, courrier adressé par M. le député-maire de La Seyne au sous-préfet du Var, et d’ailleurs signé par mon père, qui était alors adjoint au maire.


En voici la transcription :

« Par lettre visée en référence, vous avez bien voulu attirer mon attention sur la réclamation de Monsieur Guillemot relative à la démolition d'un bâtiment dans la propriété de la S.C.I. "GEORGE SAND" sise à LA SEYNE quartier Tamaris.
« Cette Société, propriétaire depuis fort longtemps, a obtenu par arrêtés préfectoraux des 22 septembre 1970 et 18 avril 1972 le permis de construire d'un ensemble de 128 logements.

« La réalisation de ce programme (*) nécessitait la démolition du bâtiment existant appelé "Villa George SAND" - Cette construction n'a jamais été classée "Monument Historique" et avait d'ailleurs été restaurée avec plus ou moins de bonheur par ses propriétaires.

« La démolition a été autorisée par ARRÊTÉ PRÉFECTORAL EN DATE DU 10 JANVIER 1974.

LE DEPUTE - MAIRE

CACHET DE LA MAIRIE DE LA SEYNE-SUR-MER ET CACHET : POUR LE MAIRE, L'ADJOINT DELEGUE

(avec signature de Marius AUTRAN)

Bien cordialement,

Jean-Claude Autran

Q2. (8 janvier 2017)

Bonjour,

Merci beaucoup pour le document de votre illustre père qui complète avantageusement mon dossier Sand.

Entre temps, j'ai lu avec beaucoup d'intérêt et de plaisir votre dossier "Géologies des Territoires", domaine inconnu
pour moi, mais passionnant à lire.

Je regrette beaucoup de ne pas pouvoir assister aux activités de l'ASAM, mais je serai seulement de retour à
La Seyne-sur-Mer pour les vacances de février. Peut-être y aura-t-il une occasion de vous remercier de vive voix...

Bien cordialement,

JR




5-17 septembre 2016 : George Sand en costume de promenade

Q1.

Bonjour , Monsieur Autran,

Lors de l'inauguration mercredi dernier à la Maison du Patrimoine, je n'ai guère trouvé l'occasion de vous saluer ce que je regrette. J'ai appris par l'internet (qui rend bien des choses possibles), lorsque je me trouvais à Paris, votre belle balade au Revest au mois de mai.J'essayerai de suivre vos pas à l'automne - mais sûrement pas dans la tenue de Georges Sand..... voir pièce jointe !

Aviez-vous vu l'exposition de l'herbier de Mercurin sur Toulon et les environs en 1981? Possédez-vous une copie du catalogue ?

Je l'ai photocopié il y a quelques années à la bibliothèque du Muséum à Paris. A part la préface de Maurice Jean sur Georges Sand, un peu datée, avec quelques erreurs, le catalogue des planches peut peut-être vous rendre service et je vous le communiquerai volontiers.

En vous souhaitant un agréable été, j'espère vous rencontrer lors des multiples activités de la rentrée.

Avec mes sentiments sincères     

JR

Eugène Grandsire - George Sand en costume de promenade - Bois gravé - Coll. Lovenjoul Chantilly

R1.

Bonjour,

Pardon de répondre si tardivement à votre message.

Effectivement, celui que vous aviez préparé en juin dernier ne m’est jamais parvenu.

Le samedi 28 mai, il y avait eu cette belle balade avec Les Amis du Revest « Sur les traces de George Sand » au cours de laquelle nous avons découvert la fameuse Salle Verte ainsi que les ouvrages du Béal. L’après-midi, je donnai une nouvelle fois ma conférence « La botanique dans l’œuvre de George Sand ». (Merci beaucoup pour cette superbe illustration de George Sand en costume de promenade, que je ne connaissais pas).

Je vais essayer de vous envoyer le diaporama de ma conférence. J’espère que ça va passer en pièce jointe, car c’est un fichier assez volumineux.

Concernant l’exposition de l’herbier de Mercurin sur Toulon de 1981, non, je ne l’ai jamais vu, ne me trouvant pas dans la région à cette époque. (Mais j’avais personnellement connu Mercurin auparavant, au début des années 60). Je serais donc extrêmement heureux si vous pouviez me communiquer une copie du catalogue des planches, comme vous me le proposez si aimablement.

Peut-être vous croiserai-je ce week-end lors de l’une des activités des Journées du Patrimoine (je pense que vous avez pu prendre connaissance du programme). Je commente notamment demain après-midi une balade le long de la corniche de Tamaris, depuis l’hôtel des Rives d’Or (14 h) jusqu’au port du Manteau (16 h 30), puis au fort de Balaguier où il y a inauguration du refuge de la LPO.

Peut-être à très bientôt.

Bien cordialement.

Jean-Claude Autran



28 juillet - 8 août 2012 : Vestiges restant de l'époque de George Sand

Q1.

Bonjour,

Je viens de terminer la lecture de l’œuvre de Georges Sand « Le voyage dit du midi » et j’ai été captivée par ces descriptions ainsi que ses ressentis. Etant native de la Seyne et demeurant moi-même sur la corniche de Tamaris, j'ai un peu situé l'endroit où elle a résidé durant ses quelques mois de convalescence. Cependant, j’aurai aimé recevoir quelques photos de la villa « Les Tamarins » Ainsi que recevoir des renseignements et photos, concernant les vestiges restants, datant de cette époque.

Je vous en remercie par avance.

Cordialement.

DH

R1.

Bonjour,

Vous trouverez un certain nombre de photos et de réponses à vos questions sur la villa George Sand et les vestiges encore existant aujourd’hui dans la page du “forum” de mon site consacrée à George Sand : http://jcautran.free.fr/forum/george_sand.html

Ainsi que dans le chapitre George Sand que mon père avait écrit dans le Tome II de sa série “Images de la vie seynoise d’antan” : http://jcautran.free.fr/oeuvres/tome2/george_sand.html et que j’ai réédité en 2010.

Vous constaterez, dans ces écrits, que la villa George Sand (ex bastide Trucy) n’existe plus. Elle a été détruite en 1975, et on a construit sur cette butte un ensemble d’immeubles “Les Jardins de Sand”. La villa se situait approximativement à l’emplacement de l’actuel immeuble I de cette résidence.

On dispose de plusieurs cartes postales de la villa au début du XXe siècle. Je vous les adresse ci-joint. Mais, c’est après que le propriétaire, M. Rossolin, qui l’acquit vers 1880, y eut effectué des modifications importantes.

On dispose également de quelques photos prises lors de la démolition de la villa, notamment la tentative de récupération du médaillon en terre cuite représentant le visage de George Sand. Voir photo ci-jointe.

Aujourd’hui, plus rien n’est visible de tout cela, sauf le médaillon qui se trouve dans le jardin du musée de Balaguier (...).

La vue, du haut de la butte des Jardins de Sand, est naturellement très différente de ce qu’elle était en 1861. Voir ci-joint la comparaison d’une photo prise récemment vers La Sablettes avec le dessin de Maurice Sand.

Il reste également de visible, au bord de la corniche, le chalet du concierge en briques rouges (de l’époque de M. Rossolin) et le mur de pierres polygonales taillées (photos ci-jointes). Mais la configuration des lieux a dû beaucoup changer avec la construction de la corniche grâce à Michel Pacha. On a beaucoup gagné sur la mer à cette époque, alors que du temps de George Sand, le rivage (et le fameux escalier sur la mer, d’où on voit une pente très raide pour monter à la villa) devait se situer bien à l’intérieur de la pinède actuelle.

Un dernier vestige que je connais est le banc en pierre entouré d’un décor de coquillages où George Sand serait venue s’asseoir (elle en parle dans l’un de ses écrits mais je ne sais plus lequel). Ce banc se trouve encore visible dans la propriété de la Villa Blanche, sur la pente nord, côté Anse de Balaguier (photo ci-jointe).

C’est à peu près tout ce que je peux vous communiquer pour essayer de répondre à votre question.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

NB. Les photos transmises en pièces jointes de ce message se trouvent déjà dans la pages ci-après du "forum George Sand", sauf les suivantes que nous reproduisons ci-dessous :


Carte postale de la villa George Sand

Le médaillon George Sand, tel qu'il se trouve aujourd'hui au musée de Balaguier
Vue vers le sud depuis la villa George Sand en 1861 (dessin de Maurice Sand)

Vue actuelle (2010) depuis le Jandins de Sand

Le banc de coquillages qui se trouve dans l'actuelle propriété de la Villa Blanche


20 avril - 27 juillet 2012 : Article sur George Sand à Tamaris

Q1.

Bonjour monsieur,

Je suis journaliste à Nice Matin et, pour le supplément Histoire qui paraît tous les dimanches, je dois faire un papier sur le séjour de Georges Sand à Tamaris. 

Si je suis déjà assez documentée en textes, je suis à la recherche de visuels (libre de droit).

Aussi, en allant sur votre forum, j'ai pu constater que vous étiez en possession de cartes postales anciennes et de vues actuelles de sa maison. 

Pourriez-vous, soit me les faire parvenir par mail en haute définition, soit me dire où je pourrais me les procurer.

J'ai remarqué également que vous connaissiez parfaitement l'histoire de son séjour et, si vous le permettez, je me baserais sur vos écrits, sans en plagier les termes.

Je mentionnerais mes sources, tant pour les textes que pour les photos.

D'autre part, je dois également écrire une double page sur la ville de Hyères au 19è siècle. Auriez-vous également des informations sur ce sujet ?

Par avance, merci de votre réponse et de l'aide que vous pourrez m'apporter. Je reste à votre écoute, si vous souhaitez m'appeler.

NN

R1.

Bonjour,

Le séjour de George Sand à La Seyne a fait l’objet de récit de mon père, Marius Autran, dans le Tome 2 de sa série “Images de la Vie Seynoise d’antan”, paru en 1988, et que j’ai réactualisé et réédité en 2010 (éditions Géhess, Toulon). Ce récit reprenait, en le développant et en l’illustrant, un premier texte écrit dans l’Histoire de La Seyne écrit en 1965 par Louis Baudoin. Vous avez dû trouver sur internet ce chapitre sur George Sand écrit mon père (http://jcautran.free.fr/oeuvres/tome2/george_sand.html) puisque j’ai créé en 2000-2001 un site internet pour héberger notamment la totalité de ses 10 ouvrages. Des informations complémentaires obtenues par des échanges avec mes correspondants internautes se trouvent aussi dans la section “forum” du site, que vous avez dû trouver également :

http://jcautran.free.fr/forum/george_sand.html

Vous pouvez naturellement utiliser parmi ces différents écrits tout ce qui peut vous paraître utile pour votre prochain article, en mentionnant vos sources (ouvrage de mon père et/ou mon site internet).

En ce qui concerne les visuels de la villa George Sand qui apparaissent sur mon site internet, je ne suis pas collectionneur de cartes postales et je ne dispose pas d’originaux. Les illustrations m’ont été pour la plupart adressées par des internautes divers et variés et je ne peux donc vous communiquer que des images dont la résolution est celle que reçue :

- 3 cartes postales de la Villa George Sand (d’éditeurs non identifiés), au début du XXe siècle ; la dernière, moins classique ne doit pas encore figurer sur mon site.
- 1 carte postale de l’entrée du domaine (années 50 ?), au bord du rivage et 2 vues de l’entrée actuelle, en couleur, que j’ai prises personnellement en 2006.
- 4 photos au cours de la démolition (par l’entreprise Ferraris) de la villa George Sand en 1975, avec tentative de récupération du médaillon se trouvant sur l’une des façades de la villa.
- 3 dessins de Maurice Sand, à l’époque du séjour de George à Tamaris, montrant divers aspects du quartier en 1861 et notamment la “bastide Trucy”, sur le sommet de la colline.

A noter que plusieurs cartes indiquent, par erreur, “la villa où la romancière composa son roman célèbre Tamaris”. Alors qu’elle n’écrivit Tamaris qu’en 1862, à Nohant, je crois, d’après les notes qu’elle avait prises à La Seyne l’année précédente.

Je vous joins aussi deux portraits de George Sand que j’ai utilisés dans la réédition de livre de mon père, l’un de 1850 (lithographié par le graveur Alexandre Manceau d’après un dessin du peintre Thomas Couture), l’autre de 1864 (portrait photographique de Félix Nadar).

Je pense que c’est tout ce que je possède comme illustration à propos du séjour de George Sand

Concernant Hyères, au XIXe siècle, je n’ai rien d’original, à part quelques lignes d’histoire telle qu’on la trouve dans les guides touristiques du Var. Mais j’ai vu qu’il existait 2 volumes consacrés à Hyères dans la collection “Mémoire en Images”, de Ghislaine MAILLE et Hubert FRANCOIS (Editions Alan Sutton). Ce sont des ouvrages constitués de cartes postales très anciennes et commentées. Je ne les possède pas mais vous devez pouvoir les trouver facilement, ainsi que tout autre livre (voir à http://www.ville-hyeres.fr/livres_et_ouvrages.html)

Je reste à votre disposition pour toute autre précision que je pourrais encore vous apporter.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q2.

Bonjour Monsieur Autran,

Je vous remercie infiniment. Et je ne manquerais pas de mentionner mes sources. Vos informations me seront précieuses pour la véracité des faits.
Bien à vous

NN

R2.

Bonjour,

En vue d’un Supplément Histoire de Var-Matin, je vous avais fourni au mois d’avril dernier, quelques informations à propos du séjour à La Seyne (1861) de George Sand. Mais, sauf erreur de ma part, je n’ai jamais vu paraître d’article sur ce sujet. Pourriez-vous, je vous prie, m’informer sur l’état ce projet “George Sand à La Seyne”. Doit-il paraître un jour ou a-t-il été abandonné ? Merci par avance.

Bien cordialement,

Jean-Claude Autran

Q3.

Bonjour,

Vous avez raison, l'article a été fait et devrait passer à la rentrée de septembre. Le supplément est arrêté pendant l'été. Je pense que vous le verrez bientôt. 

Très cordialement

NN


18-22 décembre 2011 : George Sand chez M. Trucy à La Seyne

Q1.

Bonsoir,

J'ai redécouvert sur votre site l'histoire du séjour de George Sand dans la villa les Tamarins, histoire dont j'avais déjà entendu parler dans ma famille.

Je suis surpris que vous mentionniez le nom de Albert Trucy, comme étant la personne qui a loué cette maison à George Sand. J'ai recherché dans notre généalogie et j'ai constaté que Albert (en fait Victor César Albert, avoué à Toulon) avait 16 ans en 1861. C'est son père Bienvenu (Antoine Louis Victor Bienvenu) avocat-avoué à Toulon, qui a dû, en fait, faire la location.

Par contre, la maison a été vendue semble-t-il en 1880. A cette époque là, Bienvenu était décédé. Il est donc possible que ce soit son fils Albert qui ait procédé à la vente.

Je serais curieux de connaître vos sources, concernant le prénom de Albert.
Cordialement.

AT (Arrière-arrière-petit-fils de Bienvenu TRUCY)

R1.

Bonsoir,

Merci pour votre message. L'histoire du séjour de Georges Sand à La Seyne en 1861 que vous avez retrouvée sur mon site internet avait été écrite par mon père, Marius Autran, en 1988, dans le Tome II de sa série "Images de la vie seynoise d'antan".

Vous avez entièrement raison, ce texte comportait une erreur à propos d'Albert Trucy, erreur qui s'est donc retrouvée sur mon site lorsque j'y ai intégré le chapitre de mon père.

La source utilisée par mon père, et où se trouve vraisemblablement l'origine de l'erreur, est l'ouvrage de M. Louis Baudoin "Histoire générale de La Seyne-sur-Mer", ouvrage de 900 pages publié en 1965. Il y est écrit textuellement : « ... Le propriétaire est avoué à Toulon ; il n’y habite pas en ce moment et ne loue, du reste, jamais sa bastide. C’est un homme charmant, qui est venu, lui-même, nous installer » (Lettre de Mme Sand à des amis de Nice, M. et Mme Ernest Périgois).
Et M. Baudoin ajoute : « Le propriétaire dont parle George Sand était Me Albert Trucy, avoué auprès du Tribunal civil de Toulon. »

Je pense que M. Baudoin a dû confondre les prénoms dans ses notes ; il a écrit Albert au lieu de Antoine. Et mon père a utilisé la même phrase sans la vérifier.

En cherchant dans mes archives, je trouve d’ailleurs que l’erreur n’a pas été commise par la suite puisque, dans une récente édition de l’ouvrage Tamaris, qui contient les annotations de Mme Nathalie Bertrand, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université d’Aix, il est bien écrit : « L’écrivain loue « les trois-quarts d’une maison de campagne très bourgeoise mais extrêmement propre, que le propriétaire, avoué à Toulon (Antoine Trucy) n’habite pas en ce moment et ne loue jamais » (Extrait de Voyage dit « du Midi », texte inédit de George Sand, publié par les Ateliers du Patrimoine en 1991).

J’ai également retrouvé, dans le résumé d’une conférence faite en 1983 sur George Sand, par M. Maurice Jean, ancien Président des Amis du Vieux Toulon : « ... Son vieil ami, le poète-ouvrier toulonnais Charles PONCY, parvient à décider l'avoué toulonnais Me Antoine TRUCY, à lui louer pour trois mois, sa villa de vacances à TAMARIS, en bordure du golfe du Lazaret. »

Merci de m’avoir signalé cette erreur commise par mon père, et par M. Baudoin. Je l’ai immédiatement rectifiée dans le chapitre “George Sand à La Seyne” sur mon site internet.

Je vais faire également figurer ce message dans la page “George Sand” du Forum de mon site.

Dernier point : je ne savais pas exactement quand la villa avait été vendue. La thèse de Nathalie Bertrand indique “vers 1880”, l’acquéreur ayant été M. Rossolin qui y effectuera des modifications importantes. Vous confirmez donc cette date de 1880.

Bien cordialement,

Jean-Claude Autran

Q2.

Bonsoir,

Et merci de toutes vos précisions. Tout est ainsi beaucoup plus clair.

En ce qui concerne la vente de la maison, je ne possède pas d'information de la famille. Je me suis contenté de la date indiquée sur votre site.

Bien cordialement.

AT


 

18 février - 9 juillet 2010 : Livre Le Château de Nohant - Maison de George Sand, de Christophe Grandemange

Q1.

Cher Monsieur,

Je vous avais déjà contacté il y a quelques temps suite aux travaux de votre papa, concernant George Sand à Tamaris.

Après avoir publié deux ouvrages autour de George Sand, je travaille actuellement sur un livre qui porte sur les deux séjours effectués par George Sand sur la Côte d'Azur (je réside pour ma part en Vaucluse).

A ce titre, Tamaris m'intéresse énormément.

J'ai découvert avec bonheur les formidables photographies qui ont été prises lors de la démolition.

Pourriez-vous soit me communiquer les coordonnées du petit-fils du maçon, soit me mettre en rapport avec celui-ci, car je trouverais formidable de pouvoir publier ces photos.

D'autre part, concernant la photo en noir et blanc de la villa Trucy, sur votre site également, comment faut-il faire pour obtenir les droits de reproduction ? Peut-être est-ce d'ailleurs du domaine public à présent. Pourriez-vous me l'envoyer avec une bonne résolution ?

Avec tous mes remerciements,

Cordialement,

CG

R1.

Cher Monsieur,

Merci pour votre message.

Les photos de la démolition de la villa George Sand m'ont été adressées, en mai 2008, par M. FF, le petit fils de M. AF, maçon à la Seyne de 1939 à 1990.

Son adresse électronique était à l'époque : (...) (J'espère qu'elle n'a pas changé depuis).

Je vous adresse ci-joint copie de ces 4 photos. Mais il vaut mieux que vous contactiez M. Ferraris pour les utiliser. Je ne pense pas qu'il s'oppose à leur publication.

Quant aux photos de la villa George Sand, deux sont reproduites sur le forum "George Sand" de mon site :

http://jcautran.free.fr/forum/george_sand.html

Sur la première, on voit la villa de loin, dû côté de sa façade ouest. (...). La deuxième est une copie de vieille carte postale, très classique, « Edition Nice », que mon père avait empruntée autrefois à un collectionneur privé seynois, M. Lebon. Elle n'est pas de très bonne qualité, mais je n'ai rien de meilleur.

Mais, entre temps, l'internaute mentionnée ci-dessus s'est procurée une autre photo de la villa, de bien meilleure qualité, que je vous adresse également ci-joint. Il semble que ce soit encore une « Edition Nice », sans plus de détail.

Je ne sais pas du tout si ces cartes sont dans le domaine public. Mais je ne saurais pas à qui demander des droits de reproduction, vu le peu d'information qu'on a sur leur éditeur.

Personnellement, j'ai eu régulièrement ce problème avec la publication réactualisée des œuvres de mon père [d'ailleurs, la version réactualisée de son Tome II, où se trouve le chapitre sur George Sand à La Seyne, doit paraître en mai prochain]. Mon éditeur (Géhess Agence Editoriale, à Toulon) s'est renseigné à ce sujet et, il est ressorti qu'en dessous d'un certain tirage (1000, ou peut-être 3000), il n'y avait pas grand risque à publier de telles cartes postales, sans autorisation, en mentionnant honnêtement ce qu'on savait de leur éditeur, ou, au pire, « carte postale, édition inconnue ». Les éditeurs de cartes ne semblant faire des problèmes pour l'utilisation d'une de leurs cartes qu'au delà d'un tirage de plusieurs milliers.

Voilà ce que je peux vous dire. Je reste à votre disposition.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q2.

Monsieur Autran,

Merci infiniment pour la rapidité de votre réponse.

J'ai adressé un courriel à FF pour les photographies.

Je n'avais jamais vu la carte postale de la villa que vous m'avez adressée. Elle est très rare.

En effet, les cartes postales anciennes (celles du début du 20e siècle en tous cas) peuvent se reproduire sans autorisation particulière.

Savez-vous ce qu'il est advenu de cette villa jusqu'à sa destruction ? Etait-elle toujours habitée ?

En vous renouvellant mes remerciements,

Cordialement,

CG

R2.

Cher Monsieur,

Suite à votre message, j'ai trouvé les quelques renseignements suivants (toutefois incomplets) sur ce qu'est devenue la villa George Sand les années qui ont précédé sa destruction.

1) Selon la thèse de Madame Nathalie Bertrand - Tamaris : Villégiature, Urbanisme, Architecture - à l'Université d'Aix (2000)

« La propriété de la bastide Trucy est acquise par un riche propriétaire, M. Rossolin (vers 1880 ?).

« Vers 1893, M. Rossolin fait appel à un architecte bien connu du Var, M. Roustan, pour faire construire un ravissant chalet de concierge, moitié briques rouges, moitié faïence près de la nouvelle entrée du domaine, le long du boulevard du bord de mer »

2) Selon l'Histoire de La Seyne-sur-Mer (1965) de M. Louis Baudoin :

« La bastide de M. Trucy qui abrita la femme de lettres, le quartier de Tamaris qu'elle connut, ont subi des changements notables depuis le temps du second Empire.

« La partie nord de la maison de campagne a conservé son aspect provençal d'autrefois, tandis que la façade, regardant vers le sud et vers la baie du Lazaret, a été embellie par des sculptures encadrant les fenêtres. On a ajouté, de plus, à l'ancien corps de logis, une aile style Renaissance dotée d'un hall vitré au rez-de-chaussée. L'ensemble compose une élégante demeure qui a été restaurée après la guerre 1939-1945.

« Signalons qu'au-dessus des fenêtres du premier étage, un médaillon en terre cuite, contenant l'effigie de George Sand, a été placé en 1891 au cours d'une manifestation de littérateurs et de félibres.

« Quand Michel-Pacha eut transformé Tamaris, auquel il avait voulu donner une allure orientale, un parc spacieux garni de grands arbres et de végétaux exotiques remplaça les rustiques terrasses de 1861 ; le modeste pavillon de M. Gouin (le M. Pasquali du roman), habitant La Seyne, fut incorporé, avec d'autres parcelles, à l'ancienne propriété Trucy qui est devenue, il y a plus de cinquante ans, la villa "George Sand".

« Dans un proche avenir, de nouveaux changements s'annoncent dans la physionomie de ces lieux, physionomie que beaucoup de nos contemporains ont connue. Un « lotissement - signe de temps, de goûts et de besoins actuels - apportera sans doute à ce coin de Tamaris un visage quelque peu différent de celui qui nous était familier, qui n'était pas dépourvu de noblesse, mais, Dieu merci ! les grandes lignes du paysage resteront et nous continuerons à y apercevoir la belle figure de George Sand contemplant l'image harmonieuse d'une contrée que sa plume décrivit avec beaucoup de bonheur, d'une terre qui lui procura les plus douces consolations. »

3) Suit une longue période où je n'ai pas retrouvé le nom des propriétaires. Mais la villa a dû encore être habitée après la guerre de 1939-1945 puisque M. Baudoin évoque sa restauration.

4) Ensuite (mais je ne sais pas exactement en quelle année), la villa et le domaine environnant ont été acquis par une société immobilière, la S.C.I. "GEORGE SAND".

Voici d'ailleurs le texte d'un courrier (archives de mon père) adressé par le Député-Maire de La Seyne à M. le Sous-Préfet du Var à Toulon (daté du 31 Mai 1974) :

« Par lettre visée en référence, vous avez bien voulu attirer mon attention sur la réclamation de Monsieur Guillemot relative à la démolition d'un bâtiment dans la propriété de la S.C.I. "GEORGE SAND" sise à LA SEYNE quartier Tamaris.

« Cette Société, propriétaire depuis fort longtemps, a obtenu par arrêtés préfectoraux des 22 septembre 1970 et 18 avril 1972 le permis de construire d'un ensemble de 128 logements.

« La réalisation de ce programme (*) nécessitait la démolition du bâtiment existant appelé "Villa George SAND" - Cette construction n'a jamais été classée "Monument Historique" et avait d'ailleurs été restaurée avec plus ou moins de bonheur par ses propriétaires.

« La démolition a été autorisée par ARRÊTÉ PRÉFECTORAL EN DATE DU 10 JANVIER 1974.

LE DEPUTE - MAIRE

CACHET DE LA MAIRIE DE LA SEYNE-SUR-MER ET CACHET : POUR LE MAIRE, L'ADJOINT DELEGUE

(avec signature de Marius AUTRAN)

[Il est fort possible que ce soit mon père qui ait eu à traiter cette affaire et à rédiger ce courrier, à la demande du Député-Maire Philippe GIOVANNINI]

(*) Il s'agit vraisemblablement de l'actuel groupe d'immeubles Les Jardins de Sand.

Voilà tout ce que j'ai pu retrouver à propos de cette "villa George Sand".

(...). Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q3.

Monsieur,

Merci infiniment pour les renseignements très intéressants que vous avez bien voulu prendre la peine de me communiquer concernant la villa George Sand de Tamaris.

A tout hasard, savez-vous de quand date la construction de l'aile style Renaissance ? Est-ce bien sur cette aile que le médaillon représentant George Sand avait été installé ?

Savez-vous où l'on peut trouver la thèse de Madame Bertrand ?

(...) En tout état de cause, je ne citerai pas votre nom pour cette photographie.

En vous renouvelant mes remerciements pour l'aide que vous m'apportez,

Cordialement,

CG

PS- Vous ai-je dit que Florian m'avait donné son accord pour les photographies de la destruction ?

R3.

Bonjour Monsieur,

- Je suis heureux que vous ayez reçu l'accord de M. Ferraris pour les photos de la destruction de la villa George Sand.

- Dans les documents que je possède, je n'ai malheureusement pas trouvé de date précise concernant la construction de l'aile Renaissance de la villa.

- Le médaillon semble bien avoir été installé sur cette aile, mais je ne peux pas affirmer avec certitude sur laquelle des façades. En effet, on distingue une décoration de forme circulaire, sur les deux anciennes cartes postales que j'ai mises sur le "forum George Sand" de mon site, qui montrent respectivement la villa vue de loin par sa façade ouest (ou ouest-sud-ouest), la plus étroite et, par sa façade sud. On pourrait penser que l'une d'entre elles correspond au médaillon de George Sand. Mais, dans le médaillon qui a été récupéré lors de la démolition de la villa, on voit qu'il est surmonté d'un arc surbaissé et d'une coquille, ce qui n'est apparemment pas le cas pour les deux formes circulaires ci-dessus. Alors, peut-être le médaillon était-il tout en haut de la façade sud, où l'on aperçoit bien un arc, mais cette partie de la façade est cachée par les arbres, ce qui empêche d'être affirmatif.

Le mieux serait donc que vous contactiez directement Nathalie Bertrand, de ma part (...)

Elle possède certainement beaucoup plus de documents que moi en matière d'architecture, qui est sa spécialité. Elle vous dira également si sa thèse est toujours disponible. Elle en a tiré aussi un ouvrage : Tamaris entre Orient et Occident (éd. Actes Sud, 2003) qui doit être encore disponible. Et il est probable qu'elle pourra répondre à toutes vos questions concernant la date de construction de l'aile Renaissance et l'emplacement du médaillon.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q4. (9 Juin 2010)

C'est avec plaisir que je vous informe que mon nouvel ouvrage consacré à la maison de George Sand, intitulé :

Le château de Nohant - Maison de George Sand

va être très prochainement disponible.

Vous pouvez d'ores et déjà consulter le visuel et le descriptif en suivant le lien suivant : Nohant

R4.

Bonjour,

Ceci pour vous informer que je viens de recevoir votre beau livre « Le château de Nohant - Maison de george Sand », que j'avais commandé il y a quelques jours chez fnac.com.

Je vais me mettre immédiatement à sa lecture.

Bien cordialement à vous.

Jean-Claude Autran

Q5.

Monsieur,

C'est avec un très grand plaisir que je prends connaissance de votre achat de mon livre sur la maison de George Sand.

J'espère que sa lecture vous apportera satisfaction.

Mon projet d'ouvrage, dont l'écriture est à présent achevée, sur les villas de GS sur la Côte d'Azur est actuellement en relecture chez madame Christiane Sand.

Bien à vous,

CG


 

6-8 avril 2009 : Emplacement de la Villa George Sand (2)

Q1.

Bonjour Monsieur Autran,

Je suis un étudiant de Master de l'Université du Sud Toulon Var.

Bientôt professeur de français, j'étudie encore cette année la littérature moderne à la faculté.

Je suis en train d'effectuer un exposé sur George SAND à Tamaris et j'aimerais connaître précisément la localisation actuelle de l'ex "Bastide Trucy" qui fût la deumeure de l'écrivain au printemps 1861.

Personne pour l'instant n'a pu me renseigner.

Sur le site, dans l'article écrit par votre père, je trouve cette légende à une photo actuelle : "Vue actuelle, depuis les Hauts de Sand (emplacement de l'ancienne Bastide où vécut George Sand)".

Pourriez-vous m'indiquer où se trouvait précisément cette Bastide Trucy ?

Dans l'attente d'une réponse, veuillez agréer Monsieur Autran, l'expression de mes sentiments respectueux.

AV

R.

Bonjour Monsieur,

Il est exact que mon père a écrit un chapitre sur "George Sand à La Seyne" dans le Tome II des Images de la vie seynoise d'antan, publié en 1988. Par la suite, j'ai mis les ouvrages de mon père sur un site internet, en y apportant quelques compléments, notamment photographiques. Il se trouve qu'actuellement, je termine aussi une nouvelle édition papier réactualisée des Tomes I et II de mon père, et que j'y apporte encore quelques modifications.

Précisément, concernant ce chapitre sur George Sand, et la localisation de l'ancienne bastide Trucy, je viens d'effectuer les corrections suivantes :

1) Mon père avait mentionné, à plusieurs reprises dans son texte de 1988, le groupe d'immeubles les Hauts de Sand pour indiquer l'emplacement de cette ancienne bastide. Or, aujourd'hui, je ne retrouve plus cette dénomination des Hauts de Sand : c'est l'ensemble les Jardins de Sand qui s'y trouve (je ne sais pas si c'est une erreur de mon père, ou si le nom du groupe d'immeubles a changé entre temps - ou encore si les Hauts de Sand n'étaient en 1988 qu'un simple projet d'immeubles qui n'aurait pas abouti ?).

2) La légende de la photo que j'ai prise l'an dernier et que j'ai mise sur mon site avec "Vue actuelle, depuis les Hauts de Sand (emplacement de l'ancienne Bastide où vécut George Sand)" doit donc être corrigée en : "Vue actuelle, depuis les Jardins de Sand...". J'ai d'ailleurs déjà effectué la correction sur mon site.

3) Je vous adresse ci-joint quelques cartes anciennes (cadastre dit napoléonien de 1808-1848, carte au 1/50 000e de 1902, carte au 20 000e de 1930) où la "villa George Sand" figurait encore. Ainsi qu'un plan du quartier actuel, et aussi un schéma du quartier extrait de la thèse d'architecture et urbanisme de Mme Nathalie Bertrand (2000) (où elle fait clairement figurer la Villa George Sand).

Si l'on essaye de superposer ces différents documents avec un plan du quartier actuel, ou encore, si l'on reporte les distances par rapport aux côtés du polygone formé par les avenues ou rues : Auguste Plane, Thierry, Raphaël Dubois, Henri Guillaume et Closerie des Lilas, on arrive à la conclusion que l'ancienne bastide Trucy devait se situer pratiquement à l'emplacement de l'immeuble I (entre H et G) (voir sur le plan actuel) des Jardins de Sand.

Je pense que cela répond à votre question.

Je rappelle aussi qu'il y a eu quelques compléments d'informations à propos de George Sand dans la section "forum" de mon site, que vous trouverez en allant à l'adresse :

http://jcautran.free.fr/forum/george_sand.html

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Extrait du Cadastre napoléonien (1808-1848) : feuille de Balaguier
Extrait d'une carte d'état-major de Toulon au 1/50 000 (1902)
Carte d'état-major de Toulon au 1/20 000e (feuille n° 6 - La Seyne) (1930)
Plan du domaine de Michel Pacha, extrait de la thèse de Nathalie Bertrand
Plan actuel de La Seyne (d'après le guide Planète)

Q2.

Bonsoir Monsieur,

En effet, tout cela répond parfaitement à ma question.

Je vous remercie donc grandement pour le temps que vous m'avez consacré, pour la clarté, la concision et la rapidité de votre réponse, ainsi que pour les documents fournis.

Avec mes meilleures salutations.

AV


 

20-27 juin 2008 : Site internet sur George Sand

Q.

fbls.net est un site de littérature et de droit

Dans ce cadre, nous avons traité George Sand et avons mis un lien vers votre site sur la page : http://www.bookine.net/sandbio.htm

nous serions heureux que vous fassiez un lien retour vers : http://www.bookine.net/sand.htm

ou : http://www.bookine.net/sandbio.htm

cordialement

FF (http://www.fbls.net/)

R.

Bonjour,

Merci pour votre message et pour le lien vers mon site.

Je viens également d'établir un lien vers votre site : http://www.bookine.net/sand.htm sur le chapitre que mon père avait écrit sur George Sand, sur la page du "forum" consacrées à George Sand et sur la page "sites internet en rapport avec l'histoire de La Seyne-sur-Mer".

Cordialement,

Jean-Claude Autran


 

23-25 mai 2008 : Récupération du médaillon de la façade de la villa George Sand lors de la démolition de la villa en 1975

Q.

Bonjour je suis Florian Ferraris le petit fils de Mr Aimé Ferraris maçon a la Seyne de 1939 à 1990

j'ais retrouvé des photos de la démolition de la maison de George SAND

Récupération du médaillon de la façade de la villa George Sand
Photos prises lors de la démolition de la villa en 1975, qui nous ont été aimablement communiquées par M. Florian Ferraris, petit fils de M. Aimé Ferraris, maçon à la Seyne de 1939 à 1990

R.

Bonjour,

J'ignorais totalement que des photos avaient pu être prises lors de la récupération du médaillon de la villa George SAND.

C'est très aimable à vous de me communiquer ces documents exceptionnels.

Avec tous mes remerciements.

Jean-Claude Autran


26 février - 2 mars 2008 : Chopin à La Seyne ?

Q.

bonjour,

je suis Agathe, j'ai 10 ans et je suis élue au conseil municipal des enfants.

Dans la commission culture-patrimoine, nous préparons une exposition sur l'histoire de la musique.

Est-ce que Chopin est venu à la Seyne chez George Sand ? Si oui, quand ? et avez vous des documents ?

Sinon, d'autres musiciens célèbres sont ils déjà venus à la Seyne ?

Merci pour votre aide.

A(KM)

R.

Bonjour,

C'est très bien de vous intéresser à la culture et au patrimoine de La Seyne.

Je n'ai jamais lu ou entendu dire que Chopin soit venu à La Seyne.

George Sand a séjourné une seule fois à La Seyne, dans une maison du quartier Tamaris, entre le 18 février et le 29 mai 1861, alors que Chopin était mort depuis 1849.

Il a naturellement eu une liaison entre George Sand et Chopin, mais c'était beaucoup plus tôt, entre 1838 et 1848. Leur dernière rencontre fut le 4 Mars 1848 à Paris.

A noter qu'il y a un blog sur internet dans lequel il est dit : « à La Seyne, Chopin a retrouvé George SAND qui y possédait une maison, toujours existante, la "Villa George Sand" ». Mais ça me paraît totalement fantaisiste puisque : 1) George Sand ne possédait pas de maison à Tamaris (elle avait simplement loué cette maison lorsqu'elle est venue passer 3 mois en 1861) ; 2) Cette maison, que l'on a appelé par la suite "Villa George Sand", n'existe plus (elle a été démolie en 1975 pour faire place à un ensemble immobilier "Les Jardins de Sand") ; 3), que Chopin était mort depuis près de 12 ans quand George Sand est venue à La Seyne.

La venue de Chopin à La Seyne fait partie de la Légende, mais que certains ont peut-être entretenue lorsqu'on a baptisé deux autres groupes jumeaux d'immeubles du quartier Tamaris le "George Sand" et le "Chopin", laissant croire qu'ils avaient pu être ensemble à cet endroit...

Mais d'autres musiciens sont venus à La Seyne dans différentes villas du domaine de Michel Pacha. On peut citer en particulier :

- Camille Saint-Saëns occupa souvent à Tamaris une villa appelée La Provençale.

- Cécile Chaminade (1857-1944), compositeur et pianiste professionnelle de la fin du XIXe siècle (qui connut un grand succès de son vivant et donna des concerts aux Etats-Unis et en Angleterre), fréquenta aussi dès 1901 la villa La Provençale à Tamaris, où elle venait se reposer. Onze ans plus tard, elle s'installa définitivement dans le quartier.

- Germaine Tailleferre (1892-1983), compositeur de musique du Groupe des Six, mariée (de 1925 à 1929) au caricaturiste américain Ralph Barton (1891-1931) qui possédait une maison à Tamaris aurait séjourné plusieurs fois dans cette villa qui pourrait correspondre à celle dénommée Les Terrasses, et située derrière la célèbre Villa Blanche.

Voilà ce que j'ai pu trouver pour répondre à vos questions. (Je tiens ces informations des ouvrages que mon père a écrits et des forums qui se trouvent sur mon site internet, par exemple à :

http://jcautran.free.fr/oeuvres/tome2/george_sand.html
http://jcautran.free.fr/oeuvres/tome4/ils_sont_venus_a_la_seyne.html
http://jcautran.free.fr/forum/george_sand.html
http://jcautran.free.fr/forum/michel_pacha.html

Bon courage pour votre travail. Je reste à votre disposition si vous avez d'autres questions.

Cordialement,

Jean-Claude Autran


 

19-27 septembre : Tamaris

Q1.

(...) Je viens d'aller cet après midi à pied à la poste de Tamaris et c'est toujours un bonheur que d'aller dans cet endroit privilègié.

Nous avons la chance d'avoir un site qui est exceptionnel, Sanary et Bandol sont loin de possèder un tel littoral mais ces localités sont elles, mises en valeur.

A vrai dire, je ne souhaite pas que notre ville devienne une station balnéaire comme toutes celles artificielles de la côte d'Azur, ici, la corniche a un petit côté désuet qui me rappelle un peu mes bords de la Marne de la Région parisienne dans les années 50 et je m'y trouve très bien.

En revanche, un tout petit peu plus d'entretien serait nécéssaire : je regardais cet après-midi la friche qui se trouve devant l'ancien hôtel de Tamaris et son annexe près de la poste et je trouve vraiment désolant que cela devienne une décharge. Cet endroit est tellement beau qu'il mériterait un peu plus d'attention de la part des pouvoirs publics. Mais que faire .......

Tout autre chose, j'ai souhaité me procurer le livre de Georges Sand "TAMARIS", qu'elle a écrit ici dans les années 1850 lors de son séjour à la bastide Trucy et il semble que celui-ci soit épuisé. Connaissez-vous un moyen de s'en procurer un exemplaire ?

Merci pour votre sollicitude et votre écoute,

Très cordialement

AB

R1.

(...) Concernant le roman Tamaris de George Sand, il paraît en effet épuisé (l'exemplaire que je possède est une réédition de 1984 des éditions L'Aurore). Mais il me semble avoir lu récemment (dans un bulletin de l'Association des Amis de La Seyne Ancienne et Moderne ??) qu'il y avait eu (ou qu'il y allait y avoir ?) une réédition de Tamaris. Mais je n'ai pas pu retrouver l'endroit où je l'ai lu. Je vais continuer à chercher et je vous tiendrai informée.

En attendant, vous pouvez essayer de vous procurer ce roman Tamaris via les sites internet de livres d'occasion, comme :

http://www.chapitre.com/
http://www.livre-rare-book.com/
http://www.abebooks.fr/

Il suffit de déposer une requête et vous recevrez un e-mail si le livre se trouve un jour disponible (actuellement, il ne semble pas y en avoir en vente, mais avec de la patience...).

Enfin, je partage aussi votre opinion à propos de notre site exceptionnel de Tamaris. Il est vrai qu'un peu plus d'entretien serait nécessaire et permettrait de le mettre encore plus en valeur. Mais j'imagine que ce n'est pas simple, s'agissant en grande partie, de propriétés privées. Je me souviens d'avoir vu très longtemps dans un incroyable état de délabrement les alentours de l'ancien château de Michel Pacha et son parc. Et je sais que la ville (mon père était alors aux Affaires) ne pouvait rien y faire, faute d'avoir réussi à rassembler et à mettre d'accord tous les héritiers du domaine. Et cela a dû prendre près de 30 ans avant que le domaine puisse être réhabilité. Je ne veux pas systématiquement défendre les pouvoirs publics, mais il est certain que beaucoup de gens les incriminent pour un mauvais entretien de certains chemins ou terrains de notre territoire, et il apparaît souvent après enquête du Maire, qu'il s'agit de chemins ou de domaines privés, dont l'entretien incombe aux propriétaires (qui ont d'ailleurs parfois refusé de les céder à la ville...). Enfin, pas de polémique.

Très cordialement,

Jean-Claude Autran

Q2.

Bonsoir Monsieur Autran,

Je vous remercie beaucoup pour votre aimable réponse. Je vais donc consulter les sites que vous me proposez afin d'essayer de me procurer un exemplaire de "Tamaris" de George Sand.

J'avais une autre question à vous poser : (...) [voir la suite sur les pages Histoire de Tamaris de notre forum].

Merci pour votre "écoute",

Avec mes plus cordiales salutations.

AB


 

3-12 septembre 2006 : Photos de la Villa George Sand

Q1.

Bonjour cher Monsieur Autran, Je vais vous faire un petit cadeau ; il m'en coûte car je suis "jalouse" de mes trouvailles sandiennes mais vous avez toujours été très délicat avec moi : je suis Suzanne (questions sur les Jardins de Sand à Tamaris). Voilà, sur le site (...), il y a actuellement et encore pour une dizaine de jours ..... 2 photographies de la villa GS à Tamaris ; ceci est pratiquement introuvable : une de la maison avant destruction et une du portail (entre nous soit dit il ne devait pas être tel du temps de GS mais on voit les abords de la propriété). Allez donc (...) pour ornementer le beau reportage de Monsieur votre père. Et merci d'avoir repris le riche site qu'il a créé.

MM

R1a.

Bonjour,

Merci beaucoup pour cette information sur le site DELCAMPE. Je n'avais, en effet, encore jamais vu ces deux photographies.

On reconnaît bien, sur la plus ancienne, la façade nord-ouest de la villa, qui portait alors le médaillon de terre cuite représentant George Sand. Cette même façade, avec le médaillon, est d'ailleurs représentée sur une photo (planche 56 B) de la thèse de Nathalie Bertrand (2000), photo prise alors que la villa était en cours de démolition.

Quant à la carte postale du portail, je ne sais pas de quelle époque exacte elle peut être. Dans sa thèse (p. 158), Nathalie Bertrand parle effectivement d'un « portail d'un goût et d'un style très pur (...) soutenu par une superbe muraille de pierres taillées en polygones réguliers » et d'un « ravissant chalet de concierge, véritable bijou de construction, moitié briques rouges et moitié faïence », qui auraient été édifiés en 1891 par Rossolin et l'architecte Roustan. Cette description correspond bien à la carte postale. Mais ce portail a disparu avec la destruction de la villa en 1975. Nathalie Bertrand indique cependant que le chalet de briques subsiste.

J'ai essayé de retrouver cette configuration des lieux en me rendant sur place, par le bas de la résidence George Sand Chopin. Le gardien, que j'ai rencontré, m'a dit totalement ignorer l'existence de vestiges de l'époque de George Sand, et même ignorer complètement l'emplacement de l'ancienne villa. Je n'ai donc rien retrouvé, mais je pense qu'il me faut plutôt essayer d'explorer le secteur en entrant par Les Jardins de Sand. En superposant les cartes anciennes et les plans des résidences actuelles, c'est plutôt du côté des Jardins de Sand que devrait se retrouver le chalet octogonal de la carte postale.

Je vous tiendrai au courant de mes recherches et, en cas de succès, vous adresserai les photographies.

Merci encore pour votre renseignement sur les cartes postales (...).

Cordialement,

Jean-Claude Autran

R1b.

Bonjour,

Permettez-moi de compléter et de rectifier ma réponse de ce matin à propos de la photo du portail d'entrée de la villa George Sand. Je pensais, au vu de ce "chalet de concierge", situé à droite après avoir passé le portail, qu'on se situait dans l'actuelle résidence Les Jardins de Sand.

Mais je n'avais lu qu'incomplètement ce qu'écrivait Nathalie Bertrand dans sa thèse à propos de ce chalet. Elle dit en effet, page 216, en citant l'architecte François Roustan dans un texte des Echos de Tamaris daté de 1893 : « Depuis quelques jours, les promeneurs qui longent le boulevard du bord de mer des Sablettes au Manteau, s'arrêtent tous avec une légitime curiosité et une évidente satisfaction devant la nouvelle entrée de la villa George Sand... [...] le ravissant chalet de concierge, véritable bijou de construction, moitié briques rouges et moitié faïence... ».

J'ai alors compris que le portail représenté sur la carte postale se situait au niveau de la route de la corniche, et non aux abords de la villa. Et il est vrai que George Sand, pour se rendre sur le rivage, devait parcourir une certaine distance (environ 250 mètres) en descendant de nombreuses marches d'escalier. Et « l'entrée de la villa George Sand », telle qu'elle est indiquée sur la carte postale, avait donc été reconstruite en 1891, loin de la villa, aux limites sud-est du domaine et pratiquement au bord du rivage (sur l'actuelle corniche Michel Pacha).

Me rendant sur les lieux, j'ai pu en effet facilement retrouver cette entrée, les piliers, avec le chalet de concierge derrière (seul le portail métallique a disparu).

Je vous adresse ci-joint une photo de cette entrée, et un gros plan sur le chalet, qui constitue actuellement une maison d'habitation nommé Casa di Mimo. Je croyais ce chalet de forme octogonale. En réalité seule sa façade Sud-ouest porte des pans coupés, et le plan d'ensemble est quasi rectangulaire.

Je suis ensuite entré par ce passage et je suis monté par le chemin d'accès côté Est aux Jardins de Sand au milieu desquels se situe très certainement l'emplacement de l'ancienne villa. Je n'y ai vu naturellement aucun vestige, mais j'ai bien pu imaginer la vue que George Sand devait avoir vers la baie du Lazaret et l'anse des Sablettes, telle qu'elles apparaissent sur les dessins de Maurice Sand - sauf l'urbanisation massive et les nombreux grands arbres qui limitent aujourd'hui la vue.

A plus tard, si j'obtiens de nouvelles précisions.

Amicalement.

Jean-Claude Autran

Q2.

Eh bien ! Comme vous êtes obligeant et comme vous comprenez bien l'intérêt que je porte à toutes ces précisions ! Quoiqu'en parcourant votre site (enfin votre "morceau" de site et plus particulièrement "les Autran" et vos anciens copains d'écoles) j'aie constaté que vous ne laissiez pas sur les bas-côtés les détails qui font l'exhaustivité d'une "page". Combien je vous souhaite de trouver des internautes tels que vous pour continuer de "démonter" votre ascendance !!!

Je me réjouis de vous avoir signalé ce portail (qui me faisait faire la moue quand je le regardais) car j'agrandis, grâce à vous, mon canevas ou ma toile d'araignée autour de cette maison disparue. Merci, merci, merci.

MM

 


 

6-14 décembre 2005 : Villa George Sand

Q1.

Cher Monsieur,

Président de l'association "Corambé - George Sand à Nohant", c'est avec grand plaisir que j'ai pris connaissance des pages consacrées à George Sand et Tamaris.

Je souhaiterais savoir si vous disposez d'autres photos de la villa occupée par George Sand ? D'autre part, nous éditions chaque année une revue. Serait-il possible d'intégrer un article sur ce sujet et une photo de la maison disparue ?

Encore merci,

Cordialement,

CG

R1.

Cher Monsieur,

Merci pour votre message.

Malgré mes recherches, je n'ai pas pu retrouver d'autre photo de l'ancienne villa George Sand à Tamaris. La seule que je connaisse est celle qui a été reproduite dans le chapitre "George Sand à La Seyne" que mon père (Marius Autran) a écrit dans le tome 2 de sa série "Images de la vie seynoise d'antan", publié en 1988.

En fait, il s'agit d'une copie de carte postale, non datée, édition Nice, empruntée à une collection privée (M. Lebon, ancien conservateur du musée de Balaguier, aujourd'hui décédé).

Mais il existe aussi de la villa George Sand et de ses environs plusieurs dessins (ce ne sont pas des photos) réalisés par Maurice Sand lors du séjour de George Sand à Tamaris en 1861. On peut trouver ces dessins dans le roman Tamaris (Editions de l'Aurore, 1984). Je vous en adresse deux, à titre d'exemple, dans les fichiers ci-joints. Si cela vous intéresse de recevoir les autres dessins des environs de la villa, dites-le moi, je pourrai vous les scanner. Mais peut-être les connaissez-vous déjà ?

Villa George Sand à Tamaris, côté nord, dessin de Maurice Sand, 2 mars 1861
Villa George Sand à Tamaris, côté sud, dessin de Maurice Sand, 14 avril 1861
Si vous écrivez un article sur ce sujet, vous pouvez naturellement vous référer au chapitre de mon père et utiliser les illustrations qui se trouvent sur notre site internet, notamment la carte postale de la villa, en mentionnant la source que j'ai indiquée ci-dessus.

Restant à votre disposition.

Cordialement,

Jean-Claude Autran (fils de Marius Autran)


 

4-5 octobre 2004 : Roman de George Sand

Q1.

Monsieur

Vous qui connaissez si bien l'oeuvre de george Sand, pourriez-vous me donner le titre de ce roman écrit à Venise lors du voyage avec Alfred de Musset, publié en avril 1834 dans la revue des deux mondes qui réinvente l'histoire de Manon Lescaut, en inversant les rapports de couple. Je l'ai cherché vainement.

par avance merci.

GC

R1.

Bonjour,

Je suis loin d'être un spécialiste de George Sand, mais j'ai essayé de répondre à votre question en recherchant sur quelques-uns des nombreux sites internet consacrés à George Sand et à son oeuvre.

Il semble que le texte écrit à Venise en 1834 et publié dans la Revue des deux mondes s'intitule Lettres d'un voyageur. C'est ce qui est indiqué sur le site : http://romantis.free.fr/Sand/html/sand.html :

« En 1833, elle rompt avec Jules Sandeau et commence à 29 ans une légendaire liaison avec Alfred de Musset. Parti pour l'Italie, à Venise, le couple traverse une crise majeure. Sand tombe amoureuse de Pagello, le médecin de Musset. Lorsque le manque d'argent se fit sentir, elle écrivit pour la Revue des Deux Mondes les Lettres d'un voyageur ».

Cela est rapporté également sur le site : http://www.amisdegeorgesand.info/fichfaq9.html :

« Le voyage en Italie, entrepris avec Alfred de Musset en 1834, est décisif : George Sand y approche de l'Orient, Venise étant considéré comme la porte magique vers cet au-delà rêvé. Venise, ville frontière entre l'eau, la terre, le ciel, mais aussi l'Orient et l'Occident. Sand y découvre les traces d'une culture qu'elle désire découvrir davantage. Les dômes byzantins, les nombreux Turcs qui vivent dans la cité vénitienne, tout lui donne envie d'en apprendre plus, tout l'intrigue. Elle fait de nombreuses références à l'Orient dans ses Lettres d'un voyageur, écrites dans la cité des Doges, comme en témoignent ces extraits... » (Le site reproduit plusieurs pages de ces Lettres).

Et sur le site : http://www.wanadoo.fr/

« Sa sensibilité se relève plus discrètement dans les lettres d'un voyageur (1834), ou elle fixe pour Musset, ses impression d'Italie (parution en revue ».

Elle racontera aussi, en 1859, sa liaison avec Musset dans « Elle et lui ».

Voilà tout ce que j'ai pu trouver pour l'instant. Est ce ce que vous recherchiez ?

Cordialement,

JCA

George SAND "Oeuvres autobiographiques" (La Pléiade, 1970). Cet ouvrage en 2 volumes comprend les titres suivants : "Histoire de ma vie", "Voyage en Espagne", "Mon Grand-oncle", "Voyage en Auvergne", "La Blonde Phoebé", "Nuit d'hiver", "Voyage chez M. Blaise", "Les Couperies", "Sketches and Hints", "Lettres d'un voyageur", "Journal intime", "Entretiens journaliers avec le docteur Piffoël", "Fragment d'une lettre écrite de Fontainebleau", "Un hiver à Majorque", "Souvenirs de Mars-Avril 1848", "Journal de Novembre-Décembre 1851", "Après la mort de Jeanne Clésinger", "Le théâtre et l'acteur", "Le théâtre de marionnettes de Nohant". Le texte établi, présenté et annoté par Georges LUBIN.

Q2.

bonjour monsieur

merci infiniment de me donner aussi vite une réponse, c'est bien je pense la bonne réponse, je vais contrôler à la médiathèque.

Merci beaucoup.

GC


 

25 novembre 2002 - 6 janvier 2003 : Emplacement de la Villa George Sand (1)

Q1.

Vous indiquez que l'ensemble immobilier construit à la place de la "villa george sand" est "les hauts de sand" alors que l'association "les amis de george sand" dit qu'il s'agit de "les jardins de sand" avec des précisions que j'ai constatées moi-même à ce dernier endroit. Merci de me dire si votre version est de façon certaine la bonne et, si oui, où se trouvent ces "hauts de sand". De plus, j'aimerais voir ou acquérir d'autres vues de cette villa détruite en 1975 : en existe-t-il et où me les procurer. Merci encore.

MM

R1a.

Bonjour,

(...) Merci pour votre message et pour vous intéresser à ce site sur l'histoire de La Seyne-sur-Mer.

Concernant la dénomination de l'ensemble immobilier construit à la place de l'ancienne "Villa George Sand", vous avez certainement raison puisque vous l'avez constaté sur les lieux.

Il faut rappeler que le texte "George Sand à La Seyne" qui peut être consulté sur internet

http://jcautran.free.fr/oeuvres/tome2/george_sand.html

est la copie intégrale du chapitre écrit par mon père dans son Tome II des "Images de la vie seynoise d'antan", paru en 1988.

Il est possible que l'ensemble immobilier que mon père rapporte comme étant "Les Hauts de Sand" dans les années 80 ait vu sa dénomination changer depuis cette époque.

D'après les adresses sur Pages Blanches Internet, il y a en effet un ensemble important "Les Jardins de Sand" au N° 117 avenue Auguste Plane. Mais il y a aussi un immeuble ou résidence "Le George Sand", voisin de l'immeuble "Chopin" un peu plus bas dans l'avenue Auguste Plane (et que le plan le plus récent que j'ai de La Seyne (2000-2001), semble situer par erreur plus haut, là ou se trouvent semble-t-il "Les Jardins de Sand"). Et il y a aussi, à peu de distance, un lotissement "George Sand" vers le milieu du chemin de la Closerie des Lilas.

Mais, comme je ne réside pas à La Seyne et que je n'y viens que tous les 1-2 mois, je ne peux pas vous en dire davantage aujourd'hui. Lorsque je repasserai à La Seyne (Noël prochain), je me rendrai dans le quartier pour faire un point exact sur ces différences résidences et vous confirmer que ce sont bien "Les Jardins de Sand" qui se trouvent à l'emplacement de l'ancienne villa George Sand. Je vous recontacterai alors pour vous le confirmer. Et j'ajouterai alors sur mon site internet un complément d'information (avec mention des "Jardins de Sand") au texte de mon père sur George Sand.

Concernant la photo de l'ancienne villa George Sand, je ne sais pas s'il y en a d'autres que celle figurant sur notre site internet, laquelle est une copie de carte postale. Je n'ai rien d'autre sur cette ancienne villa, mais je n'ai pas de collection de photos ou de cartes postales très fournie.

Si vous résidez dans la région de La Seyne, je peux vous donner l'adresse d'un grand collectionneur de cartes postales anciennes, qui peut-être en possède d'autres. Il s'agit de M. Noël Guigou (... 83500 La Seyne)

Mais, à mon prochain passage à La Seyne, je ferai le point avec mon père et chercherai dans ses archives s'il n'a pas quelques autres documents, et je ne manquerai pas de vous les communiquer.

Cordialement,

JCA

R1b.

Bonjour,

Suite à votre message de fin novembre, je vous avais promis davantage d'information sur l'emplacement de l'ancienne villa George Sand par rapport aux groupes d'immeubles construits après sa démolition en 1975.

Malheureusement, mon trop bref passage à La Seyne la semaine dernière ne m'a pas permis de me rendre sur les lieux pour faire le point sur cette question et je ne suis finalement pas très sûr, me trouvant à distance, uniquement d'après des plans ou des cartes, de vous avoir donné des renseignements exacts quant à la localisation respective des ensembles "Les Jardins de Sand", "Le George Sand", etc. J'espère que je pourrai prendre le temps de parcourir le quartier le mois prochain.

J'ai pu toutefois avoir une précision sur l'emplacement de l'ancienne villa George Sand d'après un plan du quartier reproduit dans la thèse de Doctorat de Mlle Nathalie Bertrand ("Tamaris - Villégiature - Urbanisme - Architecture - Dans le seconde moitié du XIXe siècle", 439 pages, 142 planches), présentée en 2000 devant l'Université de Provence - UFR Civilisation et Humanité.

Je vous adresse ce plan en fichier attaché : villa_george_sand.jpg.

Emplacement de l'ancienne villa George Sand d'après un plan du quartier (Extrait de la thèse de Doctorat de Mlle Nathalie Bertrand)
Il apparaît que la villa se situait, non pas à proximité du carrefour entre l'avenue Auguste Plane et le chemin de la Closerie des Lilas (comme je le pensais initialement), mais plus bas, à une altitude de 25 mètres environ, pratiquement au centre du pentagone formé par l'avenue Thierry, la corniche Michel Pacha, l'avenue Henri Guillaume, l'avenue Auguste Plane et le chemin de la Closerie des Lilas, donc bien dans le secteur des "Jardins de Sand", comme vous le rappeliez.

La thèse de Nathalie Bertrand indique aussi (p. 158) qu'il subsiste encore sur place le chalet de concierge, en briques rouges et faïence, qui se trouvait autrefois à proximité de la villa George Sand. Cela devrait aider à mieux la localiser au milieu des constructions modernes.

La thèse fournit aussi (planches 56A et 56B) une photo de la villa (mais c'est la même que celle se trouvant dans le chapitre George Sand écrit par mon père), ainsi qu'une photo de la villa en cours de démolition en 1975. Mais je n'ai qu'une photocopie de qualité moyenne, et je n'ai pas jugé utile de vous la joindre, à moins que vous y teniez particulièrement.

Je n'ai pas trouvé d'autre photo de la villa, mais j'ai trouvé quelques dessins de Maurice Sand représentant à l'époque les environs de la villa ("bastide Trucy"), que je vous joins également (bien que ce ne soient pas des scoops - vous les avez sans doute déjà vus puisqu'ils sont extraits d'une réédition de l'ouvrage Tamaris, Editions de l'Aurore, 1984).

Cordialement,

A plus tard, lorsque j'aurai trouvé d'autres précisions.

JCA

Q2.

Merci ! N'ayant pas l'honneur de vous connaître, j'ai pensé, fin novembre : "bah, ce monsieur aura autre chose à faire que de s'occuper d'une inconnue" ; je vous remercie donc de ma part et ... de la vôtre car, si vous êtes en tout comme en ceci, vous devez passer de bonnes nuits. "C'est tout naturel" me direz-vous mais... le diamant aussi.

Oui, je connaissais les dessins de Maurice Sand et aussi la photographie de la villa en destruction que vous n'avez pu m'adresser. Mais la confirmation de la situation de la villa et le plan de la thèse de Nathalie Bertrand, je ne les avais pas et ce sont deux points primordiaux pour moi. Grâce à vous, j'ai considérablement avancé. Monsieur Noël Guigou dont vous m'aviez donné les coordonnées et auquel, bien sûr, j'avais aussitôt écrit en me prévalant de votre conseil a pris la peine de me répondre et m'a envoyé un autre plan (de 1939).

Monsieur Autran, je vous présente mes voeux de bonne et heureuse année 2003.

Merci.

MM

Voir la suite des échanges sur la villa George Sand (Photos de la Villa George Sand (2)), ci-dessus (3-12 Septembre 2006) et sur l'emplacement de la villa George Sand (2)



Retour à la page d'accueil du forum

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
jcautran.free.fr


Accès aux oeuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

© Jean-Claude Autran 2016