La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer
Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945
jcautran.free.fr
Page d'accueil du site

Documents divers sur l'histoire de La Seyne
Toutes les élections à La Seyne
Les autres élections régionales
Elections régionales de décembre 2015

Autres élections régionales : 1974, 1980, 1986, 1992, 1998, 2004, 2010, 2015



Généralités sur ces élections régionales et sur le mode de scrutin
Les élections dans la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur

Premier tour : Dimanche 6 décembre 2015
Les 10 listes de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur
Les 10 têtes de listes du département du Var
Noms des candidats du département du Var, bulletins de votes, professions de foi
Résultats
A La Seyne-sur-Mer
Dans le Var
Dans l'ensemble de la région

Deuxième tour : Dimanche 13 décembre 2015
Les 2 listes de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur
Les 2 têtes de listes du département du Var
Noms des candidats du département du Var, bulletins de votes, professions de foi
Résultats
A La Seyne-sur-Mer
Dans le Var
Dans l'ensemble de la région

Composition du Conseil régional (2015-2021)

Tendances du scrutin en France

Autres documents sur les élections régionales de 2015




Généralités sur ces élections régionales et sur le mode de scrutin :

En France, depuis 1986, les conseillers régionaux sont élus au suffrage universel direct tous les six ans. Ils sont rééligibles. Ils élisent le président du conseil régional qui, depuis 1982, dispose du pouvoir exécutif, est autorisé à recruter du personnel pour constituer ses services, et est donc chargé de faire voter et exécuter les décisions budgétaires.

Le président du conseil régional est élu à la tête du conseil régional d'une région. Il préside l'exécutif de cette collectivité territoriale.

Le mode de scrutin pour les élections régionales de 2015 (comme celui de 2010) a été défini par la loi du 11 avril 2003. Il s'agit d'un scrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire (prime majoritaire de 25% des sièges pour la liste arrivée en tête).

Contrairement aux élections d'avant 2004, c'est désormais la région et non plus le département qui conduit une liste. Toutefois, afin de permettre aux électeurs d'identifier facilement les candidats de leur département, les listes comporteront des sections départementales.

Les principales dispositions du mode de scrutin sont :

- Les citoyens élisent les conseillers régionaux pour six ans, au scrutin de liste

- Exceptionnellement, pour l'élection de 2010, la durée a été réduite à cinq ans en raison de la réforme des collectivités régionales et départementales en 2014.

- L'élection a lieu selon un système mixte combinant les règles des scrutins majoritaire et proportionnel, en un ou deux tours, sans panachage ou vote préférentiel, tout bulletin modifié en quoi que ce soit par un électeur étant déclaré nul.

- Les listes sont déposées au niveau régional, mais les candidats sont répartis entre les départements (on parle de sections départementales constituant la région).

- Le principe de parité doit être respecté dans chaque section, c'est-à-dire qu'elle doit comprendre alternativement des candidats de sexe différent.

- Le nombre de sièges à attribuer pour chaque liste est calculé globalement au niveau régional, puis réparti entre les sections départementales en fonction du nombre de suffrages obtenus dans chaque section. La répartition ne prend donc en compte que les votants et non le nombre d'habitants.

Lors du premier tour de scrutin :

- Si une liste obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, le scrutin s'arrête. Les trois quarts des sièges sont répartis à la représentation proportionnelle entre toutes les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages, y compris la liste de tête. En supplément, cette dernière obtient le quart restant des sièges à titre de prime.

- Sinon, il est procédé à un second tour la semaine suivante.

Conditions d'accès au second tour :

- Seules les listes ayant obtenu plus de 10 % des suffrages exprimés au premier tour peuvent se maintenir au second tour de scrutin et éventuellement fusionner avec les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages.

Attribution des sièges au second tour :

- Au second tour, la liste qui arrive en tête obtient le quart des sièges à pourvoir à titre de prime. Les autres sièges sont répartis à la représentation proportionnelle entre les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés au second tour.

Rapppel du fonctionnement et des compétences de la Région :





Les élections dans la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur :

 La région dispose de 123 conseillers régionaux, avec la répartition départementale suivante :
Alpes-de-Haute-Provence : 4
Hautes-Alpes : 4
Alpes-Maritimes : 27
Bouches-du-Rhône : 49
Var : 25
Vaucluse : 14
  10 listes étaient en compétition, soit au total 1230 candidats pour la région, dont 250 (+ 20 suppléants) pour le Var.

Premier tour :

Les 10 listes de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur :

Les 10 têtes de listes du département du Var :



Liste des candidats du département du Var, bulletins de vote, professions de foi :


Liste « Union des droites », conduite par M. Jacques BOMPARD (Ligue du sud)

Candidats du département du Var
 
  1. Michel de MAYNARD
  2. Marie-Reine ZIMMERMANN
  3. Didier MONNIN
  4. Valeria VECCHIO
  5. Jérôme BOSC
  6. Cécile ANTOINE
  7. Gilles SIBILLAT
  8. Christiane BERTRAND
  9. Gilles FOURNEL
10. Céline LEBERQUIER
11. Robert LALANNE
12. Xaviere RAGAZZACCI STEPHANOPOU DE COMNENE
13.
Jean-Pierre RINAUDO
14. Martine HEBERT
 
15. Daniel QUET
16. Lise BILLARD
17.
Philippe PONGE
18. Martine DUFOUR
19.
Alexandre MOLINA
20. Denise DAME
21. Michel CAGNAT
22. Isabelle DESCAMPS
23. Roger GlANESELLO
24.
Danielle BILLARD
25. Cédric MAZZOLENI

Suppléants :

26. Éliane de la BROSSE
27.
Jean-Christophe FIASCHI 


Liste « Lutte ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs », conduite par Mme Isabelle BONNET (LO)


Candidats du département du Var

  1. Renée DEFRANCE
  2. Jean-Michel GHIOTTO
  3. Pascale MOREL
  4. Gilles LOCHON
  5. Marie-Renée BALTY
  6. Daniel MOCHER
  7. Geneviève CABRERA
  8. Stéphane AUFAURE
  9. Corinne CAVAZZA
10. Mathieu ROBART
11. Françoise FERRANT
12.
Ernest KHEMOUN
13. Hélène DELAGE
14. Olivier AUDIBERT

15. Céline FLORENTIN
16. Jean-Paul SANCHEZ
17. 
Sandra YOUNE-KAYE
18. Medhi JEMIAI
19. Brigitte DUBERNET
20. Jean-Claude COSTANZA
21. Chantal JOUAN
22. Thierry LALOUM
23. Annie JEANTOUX
24. Olivier SALVIETTI

25. Mireille CANOLLE

Suppléants :

26. Michel RONCHI
27. Maryse PARTARRIEU



Liste « La région coopérative, sociale, écologiste et citoyenne », conduite par Mme Sophie CAMARD (EELV) et M. Jean-Marc COPPOLA (FG)

Candidats du département du Var

  1. Jean-Laurent FELIZIA (Le Lavandou)
  2. Monique NIRONI (La Garde)
  3. Laurent RICHARD (La Seyne-sur-Mer)
  4. Chantal MOUTTET (Le Pradet)
  5. André DE UBEDA (Toulon)
  6. Liliane MARGUERIE (Cogolin)
  7. Michel TOSAN (Bagnols-en-Forêt)
  8. Norah NINI (La Seyne-sur-Mer)
  9. Jean-Pierre LUQUAND (Sollies-Pont)
10. Sandrine MACIGNO (La Valette)
11. Anthony CIVETTINI (La Seyne-sur-Mer)
12. Muriel ALIS (Seillons-Source-d'Argens)
13. Sylvain BROSSAUD (La Garde)
14. Delphine DE LUCA (La Cadière-d'Azur)


15. Laurent CARRATALA (Le Val)
16. Odile BOZANE (Toulon)
17. Philippe BREGLIANO (Correns)
18. Sabine AULEZY-LAMBERT (La Môle)
19. Christophe TERRAS (Draguignan)
20. Francine GOURC-KREISS (Hyères-Les-Palmiers)
21. Pascal NOEL (La Celle)
22. Denise REVERDITO-ORTIGUE (La Seyne-sur-Mer)
23. Emmanuel TRIGO (Toulon)
24. Catherine AUBRY (Saint-Raphaël)
25. Nicolas PLAZANET (Toulon)
Suppléants :
26. Marie-France COMBEAU (Saint-Aygulf)
27. Jean-Marie BERNARD! (Le Luc)



Liste « Notre région, notre fierté », conduite par M. Christophe CASTANER (PS-MRG-MRC-UDE)

Candidats du département du Var
1. Cécile MUSCHOTTI
2. ANDRAU Olivier
3. PEIRANO Mireille
4. CLEMENT Jean-Louis
5. Dl MEO Elsa
6. BRUEL Michael
7. DRIQUEZ Viviane
8. LAUGIER Charles
9. BROCHET Christelle
10. MATEOS Lorenzo
11. LAURENT Valérie
12. GRILLASCA Joël-Paul
13. MANDON-BONHOMME Céline
14. SEEMULLER William


 

15. LAUBLET Cécile
16. GAVORY Yves
17. LEVILAIN-CASTEL Martine
18. GIES Valentin
19. DENUNZIO Magali
20. MARTIN Maxime
21. BURKI Geneviève
22. ROBAA Guillaume
23. BRUNEL Magali
24. CHAIS Jean-Michel
25. JARDILLIER Evelyne

Suppléants :

26. VUILLEMOT Marc
27. ROCAILLEUX Nathalie




Liste « Debout le France - Ni système, ni extrêmes », conduite par M. Noël CHUISANO (DLF)

Candidats du département du Var

  1. Erik TAMBURI
  2. Reine PEUGEOT
  3. Joël HOUVET
  4. Nadine MALARD, épouse OLIVE
  5. Marcel GARMIRIAN
  6. Caroline CUZANGE, épouse MARTIN
  7. Jean-Patrick PLUVINET
  8. Aurélie ORENGO, épouse BERTHET
  9. François PERDA
10. Benedetta VENEZIA
, épouse
GRISOLET
11. Philippe MOULIN
12. Nathalie MIRALLES
13. Thierry SARRAUTON
14. Lydie STEPHAN
, épouse PATE

16. Carole CILIA, épouse TSCHIRRET
17. François PLAISANT
18. Florence SCOFFIER
19. Benoî ABDERHALDEN
20. Sibel OKUTMUSTUR
21. Alexandre ABELLARD
22. Mireille GALLET
23. Jean-Michel BIDEAU
24. Paulette PRALONG
, épouse MOULIN
25. René CAPELLO

Suppléants :

26. Paulette SEYON, épouse MARTIN
27. Frédéric PASQUIER




Liste « Ça va changer », conduite par M. Christian ESTROSI (LR-UDI-Modem)

Candidats du département du Var
  1. Philippe VITEL
  2. Maud FONTENOY
  3. Yannick CHENEVARD
  4. Catherine ROUBEUF
  5. Claude ALEMAGNA
  6. Edwige MARINO
  7. Jean-Pierre COLIN
  8. Hélène RIGAL
  9. François de CANSON
10. Josy CHAMBON
11. Vincent MORICE
12. Béatrice MANZANARES
13. Robert BÉNÉVENTI
14. Véronique DELFAUX

15. Christian SIMON
16. Sandra TORRES
17. Jean BACCI
18. Chantal PORTUESE
19. Michel REZK
20. Claude GALLI-ARNAUD
21. Didier BREMOND
22. Isabelle MONFORT
23. Nello BROGLIO
24. Caroline VEGA
25. Laurent GRIMAUD

Suppléants :

26. Mireille GALIZIA
27. Romain PELISSOU



Liste « Alliance écologiste indépendante », conduite par M. Jean-Marc GOVERNATORI (AEI)

Candidats du département du Var 
  1. Olivier LESAGE
  2. Laurile KOSCIELSKI
  3. Jean Toussaint ZANNINI
  4. Laurence HARANG
  5. Louis GOMEZ
  6. Sandra CHOUDAR
  7. Jean-Michel BERENGUIER
  8. Paule ALLIER
  9. Thomas VOISIN
10. Alexandra ABRIGO
11. Hamed HAMMOUDA
12. Marie-Claire TOMÉ
13. Joël VIRRIAT
14. Sylvie ARFORT


15. Daniel BOUÉ
16. Simone ANDRÉANI
17. Jean LICHERE
18. Nicole SERREAU

19. Jean-Serge PETIT
20. Lince CHAUDE
21. Gabriel LE DALL
22. Catherine GUILLÉ
23. David DURAND
24. Patricia REPON
25. Anaël GUILLEMOT

Suppléants :

26. Dominique REGNIER
27. Michel PIZZOLE




Liste « Nouvelle donne », conduite par M. Cyril JARNY (ND)

Candidats du département du Var
  1. Patrick BOULET
  2. Cécile UCELLI
  3. Cely GADDACHA
  4. THOUVEREZ Michèle
  5. Michel BILLOTTE
  6. Sophie BOIS
  7. Philippe MARTINENQ
  8. Maryse FOURNIER POCHARD
  9. Jérôme TRON
10. Aurélie MICHEL
11. Martial LEROY
12. Marie KRIEF
13. Pierre LERAY
14. Miette LAFONT

15. Xavier NATALI
16. Sonia ANGOT 
17. Sarny BERKANE 
18. Marie COLLOMBAT 
19. Jean Alain VIDEAU 
20. Mireille FAUROBERT 
21. Robert CHRISTOPH
22. Chantal SAX 
23. Alain BOGLIOLO 
24. Gihda DAMOUCHE
25. André BELLENGER

Suppléants

26. Sophie AMICE
27. Guy
RICHARD-ANTONAKI


Autres documents : non parvenus



Liste « La France plein Sud », conduite par Mme Marion MARÉCHAL-LE PEN (FN)

Candidats du département du Var

  1. Marc Étienne LANSADE
  2. Christine MEUNIER
  3. Frédéric BOCCALETTI
  4. Muriel FIOL
  5. Jean-Philippe LECOINNET
  6. Aline BERTRAND
  7. Geoffrey DAVID
  8. Audrey TROIN
  9. Jean-Yves WAQUET
10. Brigitte LANCINE
11. Laurent LOPEZ
12. Aline RENCK-GUIGUE
13. Gérald HAYMANN
14. Rachel ROUSSEL

15. Williams AUREILLE
16. Stéphanie MOURIEZ
17. Sébastien AUSSERRE
18. Laure LAVALETTE
19. Gilles BALDACCHINO
20. Marie-Laure COLLIN
21. Pierre-Laurent CHABLE
22. Marie-France PASSAVANT
23. Jean-Bernard FORMÉ
24. Sylvie SALABERT-ROHRER
25. Pierre ROYET

Suppléants :

26. Patricia ZIRILLI
27. David RACHLINE



Liste « Union populaire républicaine », conduite par M. Daniel ROMANI (UPR)

Candidats du département du Var
  1. Nathalie EYMARD
  2. François CARON
  3. Fanny GUILLAUME
  4. Guy FERNANDEZ
  5. Virginie VIGNOLO
  6. Norbert FEIERABEND
  7. Joséphine DUSSOL
  8. Maurice AEPLY
  9. Catherine HEBERT-FRANCHINI
10. Matthieu BLIN
11. Catherine PIERRE
12. Éric DEVEAUX
13. Marie-Caroline LINARES
14. Jean-Louis LANG



15. Cécile MONIER
16. Majid HIRECHE
17. Dominique BOULAY
18. Fernand CHÉDRU
19. Séverine SABIS
20. Stéphane ROSSI
21. Elisabeth WERNER
22. Stéphane SIMON
23. Jeannine PITAVY
24. Jean-Pierre LACON
25. Jacqueline COUZINY

Suppléants :

26. Edwin ALLIBERT
27. Jeanne CARRERE


 


Résultats du premier tour (6 décembre 2015) à La Seyne-sur-Mer


Nombre
% / inscrits

Inscrits

44 598
100,00 %

Abstentions

23 309
  52,26 %

Votants

21 289
  47,74 %

Nombre
% / votants

Bulletins blancs

406
  1,91 %
Bulletins nuls 203   0,95 %

Exprimés

20 680
97,14 %
 


Voix
% / exprimés
  • Liste Marion Maréchal-Le Pen (FN)
  • Liste Christian Estrosi (LR, UDI et alliés)
  • Liste Chrisrophe Castaner (PS, PRG et alliés)
  • Liste Sophie Camard (EELV et alliés)
  • Liste Jean-Marc Governatori (Écolo.)
  • Liste Noël Chuisano (DLF)
  • Liste Isabelle Bonnet (Ext.-G)
  • Liste Jacques Bompard (Ext.-D)
  • Liste Cyril Jarny (Div.-G)
  • Liste Daniel Romani (Div.)
9 040
4 269
3 870
1 412
   830
   422
   394
   168
   141
   134
43,71 %
20,64 %
18,71 %
  6,83 %
  4,01 %
  2,04 %
  1,91 %
  0,81 %
  0,68 %
  0,65 %

 Source : Ministère de l'Intérieur

Var-Matin, 7 décembre 2015
Le Monde, 8 décembre 2015

Résultats par bureau


Var-Matin, 8 décembre 2015




Var-Matin, 7 décembre 2015


Résultats du premier tour (6 décembre 2015) pour le département du Var


Nombre
% / inscrits

Inscrits

780 011
100,00 %

Abstentions

375 446
  48,13 %

Votants

404 565
  51,87 %

Nombre
% / votants

Bulletins blancs

  7 502
  1,85 %
Bulletins nuls   4 147
  1,03 %

Exprimés

392 916
97,12 %
 


Voix
% / exprimés
  • Liste Marion Maréchal-Le Pen (FN)
  • Liste Christian Estrosi (LR, UDI et alliés)
  • Liste Chrisrophe Castaner (PS, PRG et alliés)
  • Liste Sophie Camard (EELV et alliés)
  • Liste Jean-Marc Governatori (Écolo.)
  • Liste Noël Chuisano (DLF)
  • Liste Isabelle Bonnet (Ext.-G)
  • Liste Jacques Bompard (Ext.-D)
  • Liste Daniel Romani (Div.)
  • Liste Cyril Jarny (Div.-G)
175 115
108 364
  53 164
  18 470
  16 147
    8 106
    5 287
    3 515
    2 615
    2 133
44,57 %
27,58 %
13,53 %
  4,70 %
  4,11 %
  2,06 %
  1,35 %
  0,89 %
  0,67 %
  0,54 %

Source : Ministère de l'Intérieur


Le Monde, 8 décembre 2015


Var-Matin, 7 décembre 2015


Var-Matin, 7 décembre 2015, page 6


Var-Matin, 8 décembre 2015




Résultats du premier tour (6 décembre 2015) pour 
l'ensemble de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur


Nombre
% / inscrits

Inscrits

3 525 268
100,00 %

Abstentions

1 694 256
48,06 %

Votants

1 831 012
51,94 %

Nombre
% / votants

Bulletins blancs

35 873
1,96 %
Bulletins nuls 20 338 1,11 %

Exprimés

1 774 801
96,93 %
 


Voix
% / exprimés
Résultat
  • Liste Marion Maréchal-Le Pen (FN)
  • Liste Christian Estrosi (LR, UDI et alliés)
  • Liste Chrisrophe Castaner (PS, PRG et alliés)
  • Liste Sophie Camard (EELV et alliés)
  • Liste Jean-Marc Governatori (Écolo.)
  • Liste Noël Chuisano (DLF)
  • Liste Isabelle Bonnet (Ext.-G)
  • Liste Jacques Bompard (Ext.-D)
  • Liste Cyril Jarny (Div.-G)
  • Liste Daniel Romani (Div.)
719 706
469 881
294 395
116 119
  71 895
  34 599
  26 278
  19 891
  11 275
  10 762
40,55 %
26,48 %
16,59 %
  6,54 %
  4,05 %
  1,95 %
  1,48 %
  1,12 %
  0,64 %
  0,61 %
2e tour
2e tour
2e tour
Fusionnable
-
-
-
-
-
-

Source : Ministère de l'Intérieur

Var-Matin, 7 décembre 2015, page 3 [Estimations à minuit : les chiffres définitifs (voir le tableau plus haut) sont légèrement différents]


Analyse :

Le scrutin 2015 en PACA est marqué par les tendances suivantes : Marion Maréchal-Le Pen a confirmé la dynamique du Front national en Provence-Alpes-Côte d'Azur en arrivant très largement en tête au premier tour. Avec 40,55 %, la députée du Vaucluse, qui aura 26 ans le 10 décembre, atteint les scores prévus par les derniers sondages. La petite-fille de Jean-Marie Le Pen récolte plus du double des suffrages de son grand-père en 2010. Et s'approche du total des voix réunies par le socialiste Michel Vauzelle lors de sa dernière victoire. L'ancien ministre Christian Estrosi (Les Républicains) est très largement distancé, même s'il remporte d'un souffle le scrutin dans son département des Alpes-Maritimes. Ses listes LR-UDl-MoDem n'obtiennent que 26,48 % des voix dans une région où la droite républicaine tient cinq départements sur six. Le retrait du candidat du PS, Christophe Castaner, annoncé tard dans la soirée de dimanche suivant les consignes nationales du PS, ne sera peut-être pas suffisant pour empêcher le FN de remporter la région. Le député des Alpes-de-Haute-Provence est arrivé en troisième position (16,59 %), confirmant l'effondrement du PS dans une région qu'il dirige depuis dix-sept ans. La liste d'union EELV-Front de gauche a totalement échoué à réunir les électeurs Verts et rouges. Son score de 6,4 % est très en deçà du total des deux listes parties séparément en 2010. Il a été amputé par la présence de l'Alliance écologiste indépendante de Jean-Marc Governatori (4,05 %). A l'extrême droite, l'Union des droites du fondateur de la Ligue du Sud, menée par le maire d'Orange (Vaucluse), Jacques Bompard, a aussi subi la dynamique FN. Ses listes accueillant de nombreux conseillers régionaux sortants du FN écartés par Marion Maréchal-Le Pen n'obtiennent que 1,12 %. Un réservoir de 20000 voix qui pourrait toutefois aider la candidate FN à assurer sa victoire au second tour. La participation (51,94 %) a été plus forte que lors des régionales de 2010 (+ 6 points). Cette forte augmentation qui a touché tous les départements a visiblement favorisé le FN (Le Monde, 8 décembre 2015).





Deuxième tour : Dimanche 13 décembre 2015

Les 2 listes de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur :

Les 2 têtes de listes du département du Var :

Liste des candidats du département du Var, bulletins de vote, professions de foi :


Liste « Ça va changer », conduite par M. Christian ESTROSI (LR-UDI-Modem)

Candidats du département du Var
  1. Philippe VITEL
  2. Maud FONTENOY
  3. Yannick CHENEVARD
  4. Catherine ROUBEUF
  5. Claude ALEMAGNA
  6. Edwige MARINO
  7. Jean-Pierre COLIN
  8. Hélène RIGAL
  9. François de CANSON
10. Josy CHAMBON
11. Vincent MORICE
12. Béatrice MANZANARES
13. Robert BÉNÉVENTI
14. Véronique DELFAUX

15. Christian SIMON
16. Sandra TORRES
17. Jean BACCI
18. Chantal PORTUESE
19. Michel REZK
20. Claude GALLI-ARNAUD
21. Didier BREMOND
22. Isabelle MONFORT
23. Nello BROGLIO
24. Caroline VEGA
25. Laurent GRIMAUD

Suppléants :

26. Mireille GALIZIA
27. Romain PELISSOU




Liste « La France plein Sud », consuite par Mme Marion MARÉCHAL-LE PEN (FN)

Candidats du département du Var

  1. Marc Étienne LANSADE
  2. Christine MEUNIER
  3. Frédéric BOCCALETTI
  4. Muriel FIOL
  5. Jean-Philippe LECOINNET
  6. Aline BERTRAND
  7. Geoffrey DAVID
  8. Audrey TROIN
  9. Jean-Yves WAQUET
10. Brigitte LANCINE
11. Laurent LOPEZ
12. Aline RENCK-GUIGUE
13. Gérald HAYMANN
14. Rachel ROUSSEL

15. Williams AUREILLE
16. Stéphanie MOURIEZ
17. Sébastien AUSSERRE
18. Laure LAVALETTE
19. Gilles BALDACCHINO
20. Marie-Laure COLLIN
21. Pierre-Laurent CHABLE
22. Marie-France PASSAVANT
23. Jean-Bernard FORMÉ
24. Sylvie SALABERT-ROHRER
25. Pierre ROYET

Suppléants :

26. Patricia ZIRILLI
27. David RACHLINE








Résultats du deuxième tour (13 décembre 2015) à La Seyne-sur-Mer


Nombre
% / inscrits

Inscrits

44 599
100,00 %

Abstentions

19 817
44,43 %

Votants

24 782
55,57 %

Nombre
% / votants

Bulletins blancs

1 709
6,90 %
Bulletins nuls   528
2,13 %

Exprimés

-
- %


Voix
% / exprimés
  • Liste Christian ESTROSI (LR-UDI-MoDem)
  • Liste Marion MARÉCHAL-LE PEN)
11 518
11 027
51,09 %
48,91 %

NB. 3 493 votants de plus au second tour. Mais le FN obtient 1 987 voix de plus, et les blancs et nuls augmentent de 1 628

Source : Ministère de l'Intérieur


Var-Matin, 14 décembre 2015
Le Monde, 15 décembre 2015

Résultats par bureau


Var-Matin, 15 décembre 2015



Le Monde, 15 décembre 2015








Résultats du deuxième tour (13 décembre 2015) pour le département du Var


Nombre
% / inscrits

Inscrits

780 002
100,00 %

Abstentions

313 869
40,24 %

Votants

466 133
59,76 %

Nombre
% / votants

Blancs blancs

  22 522
4,89 %
Bulletins nuls
  10 691
2,29 %

Exprimés

432 920
92,87 %


Voix
% / exprimés
Résultat
  • Liste Christian ESTROSI (LR-UDI-MoDem)
  • Liste Marion MARÉCHAL-LE PEN)
220 194
212 726
50,86 %
49,14 %
18 sièges 
  9 sièges 

Source : Ministère de l'Intérieur









Résultats du deuxième tour (13 décembre 2015) pour 
l'ensemble de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur
Source : Ministère de l'Intérieur


Le Monde, 15 décembre 2015



Analyse :

Plus de 8 points de hausse de participation entre les deux tours, une mobilisation de l'électorat de gauche contre une possible élection du Front national et un regain de vigueur à droite offrent à Christian Estrosi une victoire en Provence-Alpes-Côte d'Azur dont l'ampleur était encore inespérée à la veille du scrutin. Le maire de Nice, 60 ans, qui s'est posé en ultime rempart à la progression de Marion Maréchal-Le Pen (FN), a réussi à rattraper un retard de plus de 250 000 voix pour atteindre 54,78 % des suffrages. La jeune candidate du Front national, 26 ans, réussit malgré tout une performance totalement inédite pour son parti. Large vainqueur dans le Vaucluse, battu d'un cheveu dans le Var, le FN récolte 886 147 voix en PACA (45,22 %), soit 166 401 de plus qu'au premier tour. Une performance qui lui permet d'avoir 42 élus, là où le parti d'extrême droite n'en comptait jusqu'alors que 25. Les listes Les Républicains-UDl-MoDem dominent, avec 81 représentants, la nouvelle assemblée, qui, pour la première fois de son histoire, n'accueillera aucun élu de gauche. Une conséquence directe et lourde du retrait de la liste de Christophe Castaner (PS), arrivée troisième au premier tour (Le Monde, 15 décembre 2015).

CONSEIL RÉGIONAL SORTANT : 35 PS, 23 LR, 20 FN, 18 EELV, 11 FG, 7 UDl, 4 div. g., 2 PRG, 2 rég., 1 ext. d. (président : Michel Vauzelle, PS).
















Nombre théorique de conseillers en fonction de la population de chacune des sections départementales
Alpes-de-Haute-Provence : 4
Hautes-Alpes : 4
Alpes-Maritimes : 27
Bouches-du-Rhône : 49
Var : 25
Vaucluse : 14
Mais, au final, le nombre de sièges à attribuer pour chaque liste est calculé globalement au niveau régional, puis réparti entre les sections départementales en fonction du nombre de suffrages obtenus dans chaque section. La répartition ne prend donc en compte que les votants et non le nombre d'habitants.

Or les votants étaient :
Alpes-de-Haute-Provence : 78 770 (62,63 %) représentent 3,70 % des votants de Paca ont donc eu 3,70 % des 123 sièges : 4,55 ->   4 ->  4
Hautes-Alpes : 69 330 (63,66 %) " "                               3,26 %                                                                             : 4,00 ->   4 ->  4
Alpes-Maritimes : 468 751 (61,55 %)                             22,05 %                                                                           : 27,12 -> 27 -> 28 (+ 1) (+1)
Bouches-du-Rhône : 794 768 (58,85 %)                          37,38 %                                                                           : 45,97 -> 45 -> 47 (+ 2) (-2)
Var : 466 133 (59,76)                                                  21,92 %                                                                           : 26,96 -> 26 -> 27  (+1) (+2)
Vaucluse : 248 314 (62,32)                                           11,68 %                                                                           : 14,37 -> 14 -> 13 (-1) (-1)
120 sièges sont attribués

Total de la Région : 2 126 066 (60,31)


Pour la répartition à la proportionnelle, on calcule le quotient électoral (nombre de suffrages obtenus par les listes admises à la répartition des sièges divisé par nombre de sièges à pourvoir). Chaque liste reçoit autant de sièges que le total de ses voix contient le quotient électoral. Par exemple, si le quotient électoral est égal à 2 000, une liste qui a obtenu 4 000 voix (soit 2 fois 2 000) recevra deux sièges. Après cette répartition, les sièges restants sont attribués selon la plus forte moyenne. Pour cela, on calcule la moyenne pour chaque liste en divisant le nombre de suffrages recueillis par le nombre de sièges reçus plus 1 (dans le cas de la liste ayant obtenu 2 sièges, on divise le nombre de suffrages, soit 4 000, par 2+1). Les sièges restants sont successivement attribués aux listes ayant la moyenne la plus élevée jusqu’à épuisement des sièges à attribuer.

Les sièges attribués à chaque liste sont ensuite répartis entre les sections départementales au prorata des voix obtenues par la liste dans chaque département. Les sièges sont attribués aux candidats dans l’ordre de présentation dans chaque section départementale. En outre, la loi du 16 janvier 2015 a instauré un nombre minimal de sièges par département (au moins deux sièges pour les départements de moins de 100 000 habitants, au moins quatre pour les départements d’au moins 100 000 habitants).




Composition du Conseil régional 2015-2021

Liste de Christian ESTROSI (LR-UDI-MoDem) (81 sièges)

ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE (3 sièges) : Mme Eliane BARREILLE, David GEHANT, Roselyne GIAI-GIANETTI

HAUTES-ALPES (3 sièges) : Chantal EYMEOUD, Roger DIDIER, Anne-Marie FORGEOUX

ALPES-MARITIMES (19 sièges) : Christian ESTROSI, Christelle D'INTORNI, Serge AMAR, Françoise BRUNETEAUX, Pierre-Paul LEONELLI, Agnès RAMPAL, Philippe TABAROT, Monique MANFREDI, Richard GALY, Laurence TRASTOUR-ISNART, Loïc DOMBREVAL, Jennifer SALLES-BARBOSA, Roger ROUX, Muriel DI BARI, Jean-Bernard MION, Laurence BOETTI-FORESTIER, Bernard KLEYNHOFF, Julie FLAMBARD, Michel MEÏNI

BOUCHES-DU-RHONE (31 sièges) : Renaud MUSELIER, Sophie JOISSAINS, Bernard DEFLESSELLES, Arlette FRUCTUS, Nicolas ISNARD, Catherine GINER, Daniel SPERLING, Dominique AUGEY, Maurice BATTIN, Nora PREZIOSI, Pierre GRAND-DUFAY-LAUGIER, Eléonore LEPRETTRE, Roland GIBERTI, Pascale LICARI, Georges LEONETTI, Monique ROBINEAU, Maxime TOMMASINI, Isabelle SAVON, Richard MIRON, Mireille BENEDETTI, Xavier CACHARD, Caroline POZMENTIER, Bruno GENZANA, Florence BULTEAU-RAMBAUD, Christian BURLE, Anne CLAUDIUS-PETIT, Jean-Marc MARTIN-TEISSERE, Sylvaine DI CARO, Ludovic PERNEY, Béatrice ALIPHAT, Philippe MAURIZOT

VAR (17 sièges) : Philippe VITEL, Maud FONTENOY, Yannick CHENEVARD, Catherine ROUBEUF, Claude ALEMAGNA, Edwige PERROT-MARINO, Jean-Pierre COLIN, Hélène RIGAL, François DE CANSON, Josy CHAMBON, Vincent MORISSE, Béatrice MANZANARES, Robert BENEVENTI, Véronique DELFAUX, Christian SIMON, Sandra TORRES, Jean BACCI

VAUCLUSE (8 sièges) : Julien AUBERT, Bénédicte MARTIN, Michel BISSIERE, Jacqueline BOUYAC, Louis BISCARRAT, Sonia ZIDATE, Stéphane SAUVAGEON,Nathalie CZIMER-SYLVESTRE

Liste de Marion MARÉCHAL-LE PEN (FN) (42 sièges)

ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE (1 siège) : Jeannine DOUZON

HAUTES-ALPES (1 siège) : Amaury NAVARRANNE

ALPES-MARITIMES (9 sièges) : Olivier BETTATI, Claude JABOULET, Lionel TIVOLI, Anne KESSLER, Philippe VARDON, Nathalie PAVARD, Benoit LOEUILLET, Anne CHEVALIER, Jean-Pierre DAUGREILH

BOUCHES-DU-RHONE (16 sièges) : Stéphane RAVIER, Valérie LAUPIES, Franck ALLISIO, Elisabeth PHILIPPE, José GONZALEZ, Eléonore BEZ, Cédric DUDIEUZERE, Laurence LEGUEM, Jean-Alexandre MOUSSET, Sophie GRECH, Gérald GERIN, Rina GUILBAUX, Jean-François LUC, Sandrine D'ANGIO, Emmanuel FOUQUART, Laure CHEVALIER

VAR (10 sièges) : Marc Etienne LANSADE, Christine MEUNIER, Frédéric BOCCALETTI, Muriel FIOL, Jean-Philippe LECOINNET, Aline BERTRAND, Geoffrey DAVID, Audrey TROIN, Jean-Yves WAQUET, Brigitte LANCINE

VAUCLUSE (5 sièges) : Marion MARÉCHAL-LE PEN, Thibaut DE LA TOCNAYE, Anne-Sophie RIGAULT, Philippe LOTTIAUX, Agapia ENDERLIN


Les 27 élus varois

Var-Matin, 15 décembre 2015, page 6

Le conseil régional
Var-Matin, 19 décembre 2015, pages 4-5


Quatorze vice-présidents
Var-Matin, 19 décembre 2015, page 6


Christian Estrosi aura quatorze vice-présidents, soit un de moins que Michel Vauzelle, le premier d'entre eux étant sans surprise le Marseillais Renaud Muselier. Les treize autres sont : Chantal Eymeoud, Julien Aubert, Françoise Bruneteaux, Bernard Desflesselles, Eliane Barreille, Yannick Chenevard, Sophie Joissains, Philippe Vitel, Maud Fontenoy, Philippe Tabarot; Caroline Pormentier, Roger Didier, Sonia Zidate. Le nouveau président a par ailleurs prévu la constitution de quinze commissions qui seront conduites par les personnes suivantes, sous réserve de validation par l'assemblée mi-janvier : Economie, emploi (Pierre Grand Dufay) ; Finances, ressources humaines (Serge Amar) ; Industrie, innovation, nouvelles technologies et numérique (Bernard Kleynhoff) ;  Transport, infrastructures (Maxime Tommasini) ; Agriculture, viticulture, ruralité (Bénédicte Martin) ; Environnement (Loïc Dombreval) ; Tourisme (Jennifer Salles-Barbosa) ; Enseignement  supérieur, santé (Georges Leonetti) ; Lycées, jeunesse, formation professionnelle (Marie-Florence Bulteau-Rambaud) ; Culture, patrimoine (Richard GaJy) ; Sport (Richard Miron) ; Massif alpin (Anne-Marie Forgeoux) ; Euro-Méditerranée (Agnès Rampal) ; Habitat (Arlette Fructus) et Vie associative (Monique Robineau).

Composition de la commission permanente : http://www.regionpaca.fr/actualites/detail-actualite/article/la-composition-de-la-commission-permanente.html

À l’issue de l’élection de Christian Estrosi à la Présidence de la Région, ce jour, vendredi 18 décembre 2015, la Commission permanente a été constituée. Le Président a par ailleurs annoncé la liste des présidents des commissions de travail qui sera proposée au vote lors d’une prochaine assemblée plénière.
Outre le Président du Conseil régional Christian Estrosi, membre de droit, la Commission permanente comprend  40 membres.
Parmi ces 40 membres, on compte 14 Vice-présidents, dont  Renaud Muselier, 1er Vice-président de la Région, délégué à la Coordination des politiques publiques et des fonds européens. Les 26 autres sièges de la Commission sont attribués à parts égales à la liste « Ça va changer ! » (13 membres) et à la liste d’opposition « La France plein sud ! » (13 membres).
 
Liste nominative de la Commission permanente

Liste « Ça va changer ! » :
Les 14 Vice-présidents : Renaud Muselier, 1er Vice-président ; Chantal Eyméoud, 2e Vice-présidente ; Julien Aubert, 3e Vice-président . Françoise Bruneteaux ; 4e Vice-présidente Bernard Deflesselles, 5e  Vice-président ; Eliane Barreille, 6e Vice-Présidente ; Yannick Chenevard, 7e Vice-président ; Sophie Joissains, 8e Vice-présidente ; Philippe Vitel, 9e Vice-président ; Maud Fontenoy, 10e Vice-présidente ; Philippe Tabarot, 11e Vice-président ; Caroline Pozmentier, 12e Vice-présidente ; Roger Didier, 13e  Vice-président ; Sonia Zidate, 14e Vice-présidente.
Les 13 autres membres : Pierre-Paul Léonelli, Josy Chambon, François de Canson, Christelle d’Intorni, Nicolas Isnard,  Jacqueline Bouyac, Jean-Pierre Colin, Nora Preziosi, Bruno Genzana, Monique Manfredi, Daniel Sperling, Isabelle Savon, Maurice Battin.
 
Liste « La France plein sud ! » :
Marion Maréchal-Le Pen, Olivier Bettati, Valérie Laupies, Philippe Lottiaux, Eléonore Bez, Frédéric Boccaletti, Muriel Fiol, Franck Allisio, Anne-Sophie Rigault, Philippe Vardon, Anne Kessler, Amaury Navarranne, Jeannine Douzon.

 
Les commissions de travail et d’études

Christian Estrosi a par ailleurs annoncé qu’il présenterait, lors de la prochaine assemblée plénière, les commissions de travail et d’études au vote des élus régionaux.
Il a précisé qu’il proposerait à leurs présidences :

Pierre Grand Duffay, pour la commission Économie, emploi ;
Serge Amar, pour la commission Finances, administration générale ressources humaines ;
Bernard Kleynhoff, pour la commission Industrie, innovation, nouvelles technologies et numérique ;
Maxime Tommasini, pour la commission Transport, infrastructures, aménagement du territoire et ports ;
Bénédicte Martin, pour la commission Agriculture, viticulture et ruralité ;
Loïc Dombeval, pour la commission Environnement, mer, forêt ;
Jennifer Salles, pour la commission Tourisme ;
Georges Leonetti, pour la commission Université, enseignement supérieur, recherche, santé et vieillissement ;
Marie-Florence Bluteau-Rambaud, pour la commission Lycées, apprentissage, formation professionnelle, jeunesse ;
Richard Galy,  pour la commission Rayonnement culturel, patrimoine et traditions ;
Richard Miron pour la commission Sport et bien-être ;
Anne-Marie Forgeoux pour la commission Massif alpin ;
Agnès Rampal, pour la commission Euro-méditerranée ;
Arlette Fructus pour la commission Habitat, foncier, urbanisme ;
Monique Robineau, pour la commission Vie associative.




Tendances du scrutin en France

Premier tour

Avec une moyenne nationale de 27,8 %, le FN est arrivé en tête dans six régions, devant Les Républicains (27,3 %) et le PS (23,3 %).
L'extrême droite dépasse les 40 % en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en PACA, où le PS a décidé de se retirer au second tour.
En tête dans quatre régions, la droite obtient des résultats médiocres.
Malgré un score très faible, la gauche peut sauver plusieurs régions.
La situation est confuse dans le Grand Est : le candidat socialiste refuse de se retirer.

Le Monde, 8 décembre 2015

Le Monde, 8 décembre 2015

Second tour

La droite remporte sept régions de l'Assemblée territoriale. Le second tour a été marqué par un sursaut de la participation(+ 8,55 %) et une hausse des bulletins blancs. Arrivé en tête au premier tour dans six régions métropolitaines avec le plus fort total de voix, le Front national n'a réussi à s'imposer dans aucune région au second tour. En Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où la liste conduite par Marine Le Pen devançait celle de droite de plus de 15 points, et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, où la liste de Marion Maréchal-Le Pen disposait de 14 points d'avance
sur celle de sa suivante, l'extrême droite a dû s'incliner après que la gauche eut décidé de« se sacrifier» pour l'empêcher de conquérir les exécutifs régionaux.

Le second tour des élections régionales a été marqué par un inédit sursaut de participation(+ 8,55 points), supérieur à celui qui avait été observé entre les deux tours de l'élection  présidentielle de 2002 (+ 8,11 points) après la qualification de Jean-Marie Le Pen. On observe également, dans les régions où le PS avait retiré ses listes, une hausse significative des bulletins blancs, qui représentent 5,4 % des votants en Provence-Alpes-Côte d'Azur et 4.5 % en Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Sur les treize régions métropolitaines, la gauche en conserve cinq : Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Bourgogne-Franche-Comté, Bretagne - où le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, chef de file de la liste socialiste, obtient la majorité absolue des suffrages au second tour, bien qu'ayant refusé la fusion avec les écologistes, Centre-Val de Loire, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

La droite parlementaire en remporte sept : Alsace-champagne-Ardenne-Lorraine, Auvergne-Rhône-Alpes, Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Normandie, Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d'Azur. En Corse, la liste unifiée des nationalistes a réussi à prendre le pas sur celles de la gauche et de la droite. Outre-mer, la droite conserve La Réunion mais, en
Guadeloupe et en Martinique, les présidents sortants de gauche doivent céder le pouvoir à des coalitions hétéroclites, comme cela était déjà le cas en Guyane. (PATRICK ROGER).

Le Monde, 15 décembre 2015

Liste des présidents des conseils régionaux en France

Région
Nom
Parti
Depuis le :
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Philippe Richert LR 4 janvier 2016
Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes Alain Rousset PS 4 janvier 2016
Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez LR
4 janvier 2016
Bourgogne-Franche-Comté Marie-Guite Dufay PS
4 janvier 2016
Bretagne Jean-Yves Le Drian PS
18 décembre 2015
Centre-Val de Loire François Bonneau PS
7 septembre 2007
Corse
Jean-Guy Talamoni
Président de l'assemblée
CL
17 décembre 2015
Gilles Simeoni
Président du conseil exécutif
FC
17 décembre 2015
Guadeloupe Ary Chalus DVG
18 décembre 2015
Guyane
Rodolphe Alexandre
Président de l'assemblée
DVG (ex-DVD) 18 décembre 2015
Île-de-France
Valérie Pécresse LR 18 décembre 2015
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Carole Delga PS
4 janvier 2016
Martinique
Claude Lise
Président de l'assemblée
RDM
18 décembre 2015
Alfred Marie-Jeanne
Président du conseil exécutif
MIM
18 décembre 2015
Mayotte
Soibahadine Ibrahim Ramadani
Président du conseil départemental
LR 2 avril 2015
Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Xavier Bertrand LR 4 janvier 2016
Normandie
Hervé Morin UDI
4 janvier 2016
Pays de la Loire
Bruno Retailleau LR 18 décembre 2015
Provence-Alpes-Côte d’Azur
Christian Estrosi LR
18 décembre 2015
La Réunion
Didier Robert LR
26 mars 2010






Autres documents sur les élections régionales de 2015 [Archives Jean-Claude AUTRAN]

Verbatim...



- Var-Matin, 21 novembre 2014 : « Régions : l'Assemblée veut revenir à treize - Les députés ont supprimé les changements introduits par le Sénat dans le projet de loi ».
- Var-Matin, dimanche 14 décembre 2014 : « Réforme territoriale : compétences redistribuées - Les sénateurs vont se pencher, mardi et mercredi, sur un nouveau gros morceau : « qui fait quoi » entre les régions et les départements » - « Le rôle des départements - Le sort des doublons - La place des métropoles - Les intercommunalités ».
- Var-Matin, samedi 3 janvier 2015 : Robert Alfonsi : « Empêcher le FN de gagner la région  » - « Sur le point de mettre un terme à sa carrière politique, le conseiller régional et municipal PS de Toulon alerte sur le risque de voir l'extrême-droite à la tête de la Paca en décembre  » - « Je suis à un moment de ma vie où je peux me permettre une liberté d'expression ».
- Var-Matin, vendredi 9 janvier 2015 : « Régionales 2015 : Michel Vauzelle jette l'éponge - Un candidat naturel PS de rechange ? - La cote du député haut-alpin Christophe Castaner est forte. Mais il a un défaut : il n'est pas des Bouches-du-Rhône, ce qui pèse toujours lourd au moment du choix final ».
- lci.tf1.fr, 2 avril 2015 : « Régionales : pourquoi le FN est loin d'avoir gagné les 4 régions qu'il convoite - Lors des élections régionales, Marine Le Pen affirme que le FN peut l'emporter dans 4 régions. Bien que le mode de scrutin lui soit plus favorable qu'aux départementales, ces victoires sont loin d'être acquises ».
-
Var-Matin, dimanche 12 avril 2015 : C. Castaner : « Je ne suis l'otage d'aucun territoire - Le candidat de la gauche aux élections régionales, veut être « celui qui rassemble ». Maire de Forcalquier, il voudrait faire de la région la Californie en matière d'économie et d'emplois ».
- Var-Matin, lundi 13 avril 2015 : « Régionales en Paca : Le Pen va-t-il jeter l'éponge ? - Le fondateur du Front national annoncera sa décision aujourd'hui. Il a déclaré qu'il pourrait se retirer au profit de sa petite-fille » - « Muselier veut être le candidat de l'UMP ».
- Var-Matin, mercredi 15 avril 2015 : « Estrosi y va » - « Nicolas Sarkozy a tranché hier : il a demandé au député-maire de Nice, Christian Estrosi, de conduire la liste UMP aux régionales les 6 et 13 décembre - Le président de l'UMP a précipité les choses hier matin : après avoir rencontré le député-maire de Nice, Nicolas Sarkozy a jugé Christian Estrosi le plus à même de rassembler son camp pour gagner la Région - Une Région solldement ancrée à gauche depuis 1998 » - Les réactions politiques : Michel Vauzelle : « Le meilleur choix que pouvait faire l'UMP » - Christophe Castaner : « Désigné sur un coup de fil » - Renaud Muselier : « Gagner cette région » - Hubert Falco : « Il est incontournable » - M.-A. Domergue (FN) : « Il a besoin d'exister » - Rudy Salles (UDI) : « Le plus rassembleur » - Sophie Camard (EELV) : « Bling-bling ».
- Var-Matin, jeudi 16 avril 2015 : Christian Estrosi : « Je n'ai jamais choisi la facilité - Le député-maire de Nice, qui sera investi aujourd'hui pour conduire la liste UMP aux régionales, explique son engagement et sa vision d'une Paca qui soit « un outil de croissance et d'emploi ».
- Var-Matin, samedi 18 avril 2015 : « Marion Maréchal-Le Pen, comme une fulgurance - La benjamine de l'Assemblée nationale a été désignée hier par le bureau politique du FN pour conduire la liste frontiste en Paca, face à Christian Estrosi et Christophe Castaner »
- Var-Matin, samedi 25 avril 2015 : « Régionales : un programme d'abord, un candidat ensuite pour le PC... - Combattre le FN par le contenu - Robert Injey et Cécile Dumas ».
- Var-Matin, mercredi 6 mai 2015 : « Paca : Marion Maréchal-Le Pen en plein doute - Marion Maréchal-Le Pen sera-t-elle la victime collatérale de la guerre Le Pen, père et fille ? La députée du Vaucluse remet en cause sa candidature aux régionales en Paca. Elle veut réfléchir - Dans le Var, des militants sous le choc ».
- Var-Matin, lundi 11 mai 2015 : « Régionales : Sophie Camard tête de liste écologiste en Paca ».
- Var-Matin, mercredi 13 mai 2015 : « Régionales : Philippe Vitel conduira la liste UMP dans le Var ».
- Var-Matin, jeudi 14 mai 2015 : Estrosi (UMP) : « Notre projet sera celui du peuple de Paca » - « Lançant sa campagne régionale hier à Marseille, le député-maire de Nice a présenté ses têtes de liste, ses objectifs et sa méthode voulue participative, à l'écoute des habitants de la région » - « Les têtes de liste départementales : Christian Estrosi (Alpes-Maritimes), Philippe Vitel (Var), Renaud Muselier (Bouches-du-Rhône), Eliane Bareille (Alpes-de-Haute-Provence), Julien Aubert (Vaucluse), Chantal Eyméoud (Hautes-Alpes) ».
- Var-Matin, jeudi 21 mai 2015 : « Régionales : deux listes socialistes en lice pour la Var - Les militants du PS vont désigner le 28 mai leurs candidats pour les élections régionales de décembre. Une liste alternative (Elsa Di méo) est présentée contre celle (Mireille Peirano, premier secrétaire fédéral) soutenue par la direction socialiste
- Var-Matin, samedi 23 mai 2015 : « Régionales : Le PCF lance un appel « à toutes les forces de gauche - Jean-Marc Coppola, vice-président de la Région, Monique Nironi et Alain Bolla, porte-parole départementaux ».
- Var-Matin, jeudi 28 mai 2015 : Marion Maréchal-Le Pen : « On va m'attaquer sur mon âge » - « La candidate FN aux régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur a réservé ses premières attaques pour le député-maire de Nice. Sécurité et immigration restent son credo - Pas de favelas en Paca - Faire du ménage à la Région - Sur le fond des idées, avec M. Ciotti on est d'accord sur beaucoup de choses ».
- Var-Matin, samedi 30 mai 2015 : « Cécile Muschotti, tête de liste PS [dans le Var] pour mener le dur combat des élections régionales en décembre prochain - Nous sommes en ordre de marche derrière Christophe Castaner - Les Varois ont voté Cambadélis à 79  % ».
- Var-Matin, samedi 13 juin 2015 : « Régionales : ils sont prêts à partir, ou presque... » - Le second tour des régionales aura lieu dans six mois jour pour jour. Premier tour d'horizon des forces politiques varoises en piste, engagées dans une élection à fort enjeu » - « Ceux qui attendent (UDI, PCF, Front de gauche, Modem, Debout la France,... » - « Ceux qui ont toutes leurs têtes (Les Républicains, le Parti socialiste) » - « Ceux qui sont presque prêts (Le Front national : l'embarras du choix, EELV : l'autonomie, Lutte ouvrière : derrière Isabelle Bonnet) ».
- Var-Matin, mardi 23 juin 2015 : « « Les Républicains » varois en ordre de marche derrière le candidat Estrosi » - « Nous sommes des rassembleurs » - « Des lignes infranchissables ».
- Var-Matin, mercredi 24 juin 2015 : « L'UDI et Les Républicains partent unis aux régionales - L'UDI aura une tête de liste dans trois régions : Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val-de-Loire et Normandie ».
- Var-Matin, samedi 27 juin 2015 : « En 2014, la Région n'a pas dépensé tout son budget - Après avoir adopté hier son compte administratif, elle a pu réaffecter des millions d'euros qu'elle a inscrits à son budget supplémentaire et qu'elle va entre autres consacrer aux PME - Cent rapports à l'ordre du jour ».
- Marc Vuillemot, le blog, 28 juin 2015 : « Plaidoyer pour des gauches régionales responsables - J'avais renoncé à alimenter mon blog. Non par fainéantise, non parce que je n'avais rien à livrer, mais parce que je trouvais que le temps que j'y consacrais était autant de moments que je ne passais pas dans l'échange direct avec mes concitoyens, et aussi parce que force est de reconnaître que les moyens et usages d'Internet d'aujourd'hui, en 140 signes, ne peuvent supporter la palabre pour être soi-disant utiles, ou autorisent la parole sans retenue, jusqu'à l'insulte confortable proférée derrière un écran, sans possibilité de réponse ou d'objectivation en temps réel, sauf à être scotché à sa bécane. Mais le propos que j'ai été invité à tenir, ce samedi, sur le Parc de la Navale, à l'occasion de la soirée festive organisée par les socialistes de Provence Alpes Côte d'Azur dans le cadre des futures élections régionales de fin 2015, m'a été réclamé par certains de ceux qui y ont pris part. Je le livre donc in extenso aux visiteurs de ce blog, en ayant inséré des intertitres pour essayer de le rendre plus agréable à la lecture...  "Merci de l'honneur que Christophe Castaner et son équipe régionale, Cécile Muschotti et son équipe varoise, et tous leurs camarades et amis de Provence Alpes Côte d'Azur, font à La Seyne en l'ayant choisie pour ce premier temps fort régional du projet "Ambition PACA". "Je ne pense pas que ce soit totalement dû au hasard. "La Seyne est bien sûr, avec ses 65.000 habitants, la deuxième plus importante commune de notre Région dont un maire socialiste anime la vie municipale » (...).
- Var-Matin, dimanche 28 juin 2015 : « Candidat aux Régionales, Castaner se met en Seyne - Accueilli par Marc Vuillemot, le candidat est allé à la rencontre des Seynois, avant de débattre avec des entrepreneurs de la ville » - « Ici, on a inventé certains modèles et on les observe, explique celui que le maire de La Seyne se plaît déjà à présenter comme « le futur président de Région » ».
- Var-Matin, jeudi 2 juillet 2015 : « Paca : l'élection se jouera dans un mouchoir de poche - Selon un sondage Ifop publié hier, Marion-Maréchal-Le Pen serait en tête au premier tour mais Christian Estrosi gagnerait de justesse la Région au second, la gauche restant en embuscade - Une marge d'erreur supérieure aux écarts ».
- Var-Matin, lundi 6 juillet 2015 : « Marion Maréchal-Le Pen : "Une région bleu-blanc-rouge" - La candidate du FN a lancé hier sa campagne au Pontet (Vaucluse). Autour du thème de "l'identité française et provençale" : "Nous ne laisserons pas la Riviera se transformer en favela" ».
- Marc Vuillemot, le blog, mardi 7 juillet 2014 : « Régionales : mais que cherchent certains journalistes ? - Une fois de plus, j'en suis estomaqué. Voilà un nouvel article (sur le site Internet de RTL, celui-là) traitant des élections régionales de décembre prochain qui, comme tant d'autres avant lui, feint d'ignorer que, en Provence Alpes Côte d'Azur, il y a trois "blocs" de sensibilités politiques qui, si l'on en croit un récent sondage de l'IFOP, seraient au coude-à-coude, au risque de faire croire aux lecteurs que la partie serait déjà jouée, et que l'enjeu se limiterait à un duel entre droite et extrême droite. (...) Les 987 personnes qui ont bien voulu répondre aux questions des sondeurs placent la droite à 35 % des intentions de vote, l'extrême droite à 33 %, et la gauche à 32 %. Autant dire qu'on peut d'autant moins tirer de conclusion qu'on ne sait ni si les centristes du MoDem, crédités de 5 %, iront jusqu'au bout de leur projet de présenter une liste au premier tour, ni ce qu'ils feraient - et ce que leurs électeurs feraient - pour le second, ni ce qu'il en sera des discussions entre sensibilités de gauche d'avant premier tour, et encore moins d'entre les deux tours. (...) Ce que je crois, moi, c'est qu'il n'est pas correct de passer sous silence, comme si la messe était dite. J'ai toujours eu beaucoup de respect pour les journalistes et la liberté de la presse, vecteur d'information, de sujets de dialogues et de confrontations, donc de démocratie active, mais, là, depuis quelques temps, et au travers de tant de medias, je me le demande : que cherchent ceux qui promeuvent une image aussi réductrice de cette élection régionale si importante ? »
(...).
- Var-Matin, mercredi 8 juillet 2015 : Régionales : « la liste des candidats s'allonge - Marc-Etienne Lansade, maire FN de Cogolin, Jean-Laurent Felizia (EELV) et Etik Tamburi (DLF) ».
- Var-Matin, samedi 11 juillet 2015 : Frédéric Boccaletti (FN) : « Mon bilan parle pour moi » - « Démission d'élus locaux, page Facebook « anti-Boccaletti » : le directeur de campagne de Marion Maréchal-Le Pen répond aux attaques de son propre camp ».
- Var-Matin, dimanche 12 juillet 2015 : « Les Républicains prennent leurs quarteirs sur le port - Jean-Sébastien Vialatte et Nathalie Bicais ont ouvert hier la permanence des Républicains, sur le quai saturnin Fabre  » - « Préparer les régionales » - « Donner du sens, pas des querelles » ».
- Var-Matin, dimanche 12 juillet 2015 : Sophie Camard (EELV) : « La Région n'est pas perdue pour la gauche ! » - « Conseillère régionale sortante, la jeune Marseillaise est en la tête de liste des écologistes. Sans les socialistes mais dans une dynamique de gauche ».
- Var-Matin, jeudi 16 juillet 2015 : Erik Tamburi (Debout la France) : « Nous voulons daire le ménage » - « Joël Houvet, ex-FN, a rejoint DLF » - « Au vu des derniers ondages, les électeurs de DLF seront les arbitres de cette élection dans notre région où Les Républicains (LR) sont à égalité avec le Front national (FN) (...), ces deux partis ne font toujours aucun effort concret pour satisfaire les électeurs républicains patriotes... » - Luc Léandri (chef de file de la région pour le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon) : « Au cœur des rassemblements citoyens - Pour ramener les électeurs vers les urnes, il faut co-construire avec eux ».
- Var-Matin, mercredi 22 juillet 2015 : « Régionales : Le Pen jette le trouble sur sa candidature » - « Vardon en refort » - « Marion Maréchal-Le Pen de se rassurer: « Je sais que Jean-Marie Le Pen est un homme de parole, donc je suis sûre qu'il ne reviendra pas surses paroles ».
- Marc Vuillemot, le blog, 6 août 2015 : « Régionales : l'unité de la gauche est possible et nécessaire - Il y a quelques jours, le porte-parole des communistes pour la Région Provence Alpes Côte-d'Azur, mon collègue marseillais Jean-Marc Coppola, répondait aux questions d'une journaliste de "La Marseillaise" - Concluant son propos en estimant "qu'un rassemblement à gauche est possible et nécessaire", l'actuel vice-président de Région chargé des lycées et des investissements régionaux, qui sait bien par sa fonction combien il est possible à l'ensemble de la gauche de coopérer autour d'un projet commun, a lancé "un appel à toutes les forces de gauche, à tous les acteurs et actrices du mouvement social, associatif, culturel, sportif, à tous les citoyens qui veulent battre la droite et l'extrême-droite" » (...).
- Marc Vuillemot, le blog, 16 août 2015 : « C'est qui, cet Estrosi-là ? Un homonyme de l'ancien ministre ?... - J'avais cru que le candidat de droite au prochain scrutin régional était l'ancien champion de moto, trois fois membre du gouvernement sous Chirac et Sarkozy, désormais député-maire de Nice et super-maire de la métropole niçoise. Mais il semble s'agir d'un homonyme - À la lecture des réponses données lors d'un entretien accordé à la web-télé du Var, il semble ainsi manifeste qu'il s'agit d'un autre, peu informé ou guère intéressé par la chose publique régionale - Ainsi, cet autre Estrosi annonce, histoire peut-être de ratisser comme le vrai sur les platebandes de l'extrême-droite, que, élu président de la Région, il fera installer de la vidéosurveillance dans les trains régionaux pour parfaire la sécurité des voyageurs. Le vrai Estrosi, lui, aurait su que nous ne l'avons pas attendu et que toutes nos nouvelles rames sont dotées de caméras dans chaque voiture du train, et que nous sommes engagés à atteindre dans les prochains mois l'objectif de 70  % de rames équipées -  Habile, de promettre ce qui existe déjà ! (...) ».
- Var-Matin, samedi 22 août 2015 : « Régionales, nouvelle donne après l'exclusion de Le Pen ? - Le fondateur du FN, exclu de son parti va continuer de se battre sur le terrain judiciaire. Mais malgré de réels soutiens en Paca et dans le Var, il n'a pas envie d'aller jusqu'à l'affrontement avec sa petite-fille aux régionales - Dans le Var, l'espoir demeure malgré les premières défections - A Fréjus, les esprits se divisent, s'agitent et spéculent ».
- Var-Matin, dimanche 30 août 2015 : Christian Estrosi (LR), hier à Ollioules pour la deuxième réunion des Ateliers pour la région : « Il faut sécuriser les TER » - Marion Maréchal-Le Pen : « Il n'y aura pas de liste FN dissidente en Paca. Jean-Marie Le Pen m'a confirmé qu'il ne partirait pas pour les régionales. Et il est inconcevable que  ses soutiens partent sans lui. Ils ne feraient pas 5  % » - Un récent sondage la place en tête au premier tour.
- Var-Matin, mardi 1er septembre 2015 : Christian Estrosi : « Des Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen est la plus dangereuse des trois, celle qui se montre la plus extrême » - Marion Maréchal-Le Pen : « Nous serons réalistes » - « La députée FN du Vaucluse, candidate à la présidence de la région Paca, répond aux attaques de Christian Estrosi en portant plainte et distille un programme « qui ne sera pas dans l'idéologie » » - « Un travail de patriotisme économique ».
- Var-Matin, mercredi 2 septembre : « Le PCF de la Région a fait aussi sa rentrée hier - Jean-Marc Coppola - Des verts trop roses » (TH P).
- Var-Matin, vendredi 4 septembre : Christian Estrosi : « Je fais le choix de ma terre » - « Le candidat des Républicains aux régionales se présente comme l'incarnation d'un territoire et d'une histoire plus que d'un parti. Avant un week-end très chargé, il décline ses premières propositions » - « Quand je m'engage, je m'engage vraiment » - « Mise en place d'une police des transports » - « [Si je gagne] Je ne serai plus maire, mais je pourrai par exemple être premier adjoint ».
- Var-Matin, lundi 7 septembre 2015 : « Christian Estrosi à la conquête de l'ouest... Var » - « S'il a souvent hésité entre Saint-Cyr et Six-Fours et a souvent prononcé « galou » pour gaou, le candidat aux Régionales et invité de J.-S. Vialatte a séduit les convives du député-maire » - « Des coupes drastiques de fonctionnement - Une police dans les lycées et des caméras dans les trains » - « le candidat LR aux Régionales s'est longuement exprimé devant trois à quatre cents invités. Puis il est allé à la rencontre des militants pour signer de nombreuses dédicaces. » - « Parmi les représentants des Républicains de l'Ouest-Var présents hier à Six-Fours : l'Ollioulais Robert Bénéventi, la Bandolaise Lætitia Quillici, les Seynoises Sandra Torrès et Nathalie Bicais...
- Var-Matin, dimanche 13 septembre 2015 : « Je ne serai pas l'homme d'un clan » - « Le candidat socialiste Christophe Castaner a marqué hier, lors de la Fête de la Rose organisée à Correns, sa différence avec ses concurrents : « L'extrême droite, l'original et la copie » » - « A eux la notoriété négative » - « Au pupitre, le candidat Christophe Castaner, à côté de la tête de liste varoise Cécile Muschotti ».
- Var-Matin, mardi 15 septembre : « Régionales : le PS ne veut pas entendre parler d'alliance avec Estrosi » - « Le mouvement Ensemble ! veut un accord entre Verts et Front de gauche ».
- Var-Matin, mercredi 16 septembre : « Régionales : une équation à plusieurs inconnues » - « Le scrutin de décembre est d'autant plus passionnant qu'il s'annonce très serré. La réussite ou l'échec de la stratégie d'ouverture du Front national en sera l'une des clé essentielles » - « Les dix premières propositions des différents candidats : Christophe Castaner (PS-PRG-MRC), Noël Chuisano (Debout la France), Christian Estrosi (Les Républicains-UDI), J.-M. Coppola (Front de gauche), Sophie Camard (Europe Écologie) - La composition actuelle du conseil régional - Le nombre d'élus par département - Le poids des Bouches-du-Rhône - Élection, mode d'emploi - Les présidents de la région Provence Alpes Côte d'Azur : Gaston Defferre, PS (1974-1981), Michel Pezet, PS (1981-1986), Jean-Claude Gaudin, UDF (1986-1998), Michel Vauzelle, PS (1998-2015).
- Var-Matin, mercredi 16 septembre : « Les Républicains » : Maud Fontenoy aux côtés de Philippe Vitel dans le Var - « Christian Estrosi est le premier à avoir bouclé ses listes, dans son parti comme en Paca » - « La liste LR/UDI du Var ».
- Var-Matin.com,  mercredi 16 septembre 2015 : « La liste Estrosi dans le Var : 1 – Philippe VITEL, 2 – Maud FONTENOY, 3 – Yannick CHENEVARD, 4 – Catherine ROUBEUF, 5- Claude ALEMAGNA, 6 – Edwige MARINO, 7 – Jean-Pierre COLIN, 8 – Héléne RIGAL, 9 – François de CANSON, 10 – Josy CHAMBON , 11 – Vincent MORISSE, 12 – Béatrice MANZANARES, 13 – Robert BENEVENTI, 14 – Véronique DELFAUX, 15 – Christian SIMON, 16 – Sandra TORRES, 17 – Jean BACCI, 18 – Chantal PORTUESE, 19 – Michel REZK, 20 – Claude ARNAUD, 21 – Didier BREMOND, 22 – Isabelle MONFORT, 23 – Nello BROGLIO, 24 – Caroline VEGA, 25 – Laurent GRIMAUD, 26 – Mireille GALIZIA, 27 – Romain PELISSOU ».
- Var-Matin, jeudi 17 septembre : « Décryptage : que retenir de la liste de droite ? » - « La star (Maud Fontenoy), l'ouverture (Le centre droit obtient cinq places. Le Modem et CPNT font leur entrée), l'expérience (Cinq sortants sur huit sont à nouveau candidats), le renouvellement (De nouvelles têtes, souvent féminines, font leur apparition), les territoires (Ils sont représentés dans leur diversité), la benjamine (20 ans. L'âge moyen des candidats est de 52 ans) ».
- Var-Matin, dimanche 20 septembre : Gérard Piel (FdG) : « La fraternité n'entraîne pas de recul social ! » - « Maud Fontenoy fait parler d'elle » - FN : « Jean-Marie Le Pen, toujours président du groupe des élus Front national de la région » -  PS : « Christophe Castaner jusqu'au bout [tendre la main aux autres partenaires de l'ex-majorité régionale] » - « Le pari du PS pour limiter la casse : Jean-Christophe Cambadélis veut organiser un référendum pour des listes communes à toute la gauche » - « La dispersion, c'est la disparition ».
- Var-Matin, lundi 21 septembre : « Marine Le Pen donnée gagnante en Nord-Pas-de-Calais-Picardie - Selon un sondage publié hier, la présidente du Front national arriverait en tête de 10 points au 1er tour des régionales, et l'emporterait largement lors d'une triangulaire au 2nd tour ».
- Var-Matin, lundi 21 septembre : La Seyne : « Le PCF lance le débat sur les élections régionales - Jean-Marc Coppola (PCF) a rappelé que les élections régionales seront une occasion de mesurer les rapports de force - « Un bouclier social » ».
- Var-Matin, mardi 22 septembre : Christophe Castaner (PS) : « Je suis un candidat qui bosse » - « Notre campagne en Paca ne se fait pas sur les plateaux de télévision ! ». Face à ses deux principaux adversaires hypermédiatisés, le candidat socialiste espère toujours une union de la gauche » - « On n'a pas le droit de se tromper de débat ».
- Var-Matin, vendredi 25 septembre : « S'il remporte Paca, Estrosi renoncera à la primaire » - « Le député-maire de Nice et président de la métropole Nice Côte d'Azur se dit prêt à renoncer, en cas de victoire, à la fois à son mandat de député et à sa candidature à la primaire pour l'élection présidentielle de 2017 ».
- Var-Matin, samedi 26 septembre : « Les candidats sondés sur la défense des palmiers » (SM).
-
Var-Matin, samedi 26 septembre : Elsa Di Méo, secrétaire nationale du PS : « Je reste une combattante de l'unité de la gauche ».
- Var-Matin, dimanche 27 septembre 2015 : Maud Fontenoy : « En écologie aussi, il faut savoir adapter sa voilure » - « Il y a une vraie urgence pour notre planète, mais rien ne sert d'attiser des peurs stériles » (MM).
- Var-Matin, mardi 29 septembre 2015 : « Christian Estrosi (LR-UDI-Modem) salue à Toulon la première victoire de sa liste, celle de l'unité » - « Des adversaires minés » - « Christian Estrosi (LR) a inauguré hier soir à Toulon la permanence de campagne pour les élections régionales qui se dérouleront les 6 et 13 décembre » (MM).
- Var-Matin, mercredi 30 septembre 2015, page 18 : Serge Klarsfeld : « Christian Estrosi, dès le premier tour » - « Pour empêcher le FN de prendre la région PACA, le célèbre « chasseur de nazis » [A Nice, son père fut raflé par la Gestapo] appelle à voter au plus tôt pour le maire de Nice. Le rival PS « n'ayant aucune chance » de l'emporter » (JPF).
- Var-Matin, mercredi 30 septembre 2015 : « La liste « anti-déprime » des écologistes et du FdG » - « Le Front de gauche et Europe Écologie-Les Verts ont officialisé hier à Marseille la liste commune qu'ils présentent aux élections régionales de décembre. Leur verbe préféré : coopérer » - Sophie Camard (Europe Écologie-Les Verts) et Jean-Marc Coppola (Front de gauche), tous deux conseillers régionaux sortants, ont officialisé leur « alliance » hier, à Marseille » (PM).
- Var-Matin,  dimanche 4 octobre 2015, page 7 : « Christian Estrosi (LR) : immersion tourisme dans l'ouest Var » - « Christian Estrosi était à la fête de l'Olivier hier à Ollioules » - « Travailler dans le même sens » - « Christophe Castaner (PS) : L'appel de Nice - Christophe Castaner défend le droit au logement » (MM).
- Var-Matin,  mercredi 7 octobre 2015, page 16 : « A Hyères; la gauche se penche sur le tourisme - Du littoral au Verdon » (FD) - « Front de gauche et écolos ont leurs chefs de file - Ultime négociation programmée ce soir » (PM).
- Var-Matin,  jeudi 8 octobre 2015 : Luc Léandri (FdG) : « Je ne suis pas candidat » - « Luc Léandri ne briguera pas de mandat supplémentaire — alors que les instances régionales de FdG et d'EELV l'annoncent candidat en troisième position... - Le principal intéressé n'était pas au courant de sa propre candidature... ».
- Var-Matin,  samedi 10 octobre 2015, page 16 : Estrosi : « Mettre la Région au service de ses habitants » - « Le candidat de Les Républicains a décliné son programme devant une salle surchauffée, hier soir à Marseille. Un projet axé sur la proximité et l'ambition économique » - « Hier soir à Marseille, le député-maire de Nice a décliné ses principales propositions, entouré des grands édiles de la droite régionale, dont Hubert Falco » - « Rétablir l'équité » - « La fin des galères » - « Son programme : sept familles de propositions : Transports facilités - Sécurité renforcée - Santé préservée - Jeunesse épaulée - Paquet économique - Culture vivante - Écologie humaine » (TH P).
- Var-Matin,  dimanche 11 octobre 2015 : Renée Defrance (LO) : « Faire entendre le camp des travailleurs ! » (MM).
- Var-Matin.com,  vendredi 16 octobre 2015 : « Régionales PACA: Jean-Marie Le Pen se rallie à sa petite-fille ».
- Var-Matin,  vendredi 16 octobre 2015, page 18 : « Estrosi (LR) lance son comité de soutien des élus à La Crau » - « Christian Estrosi entouré d'Hubert Falco, à sa droite, d'Eric Ciotti, Philippe Vitel, Christian Simon et Jean-Pierre Giran a dévoilé hier ses « priorités pour la Région » dans le Var » - « L'équité sera mon combat ! » (FD).
- Var-Matin,  vendredi 16 octobre 2015, page 19 : « Les candidats aux Régionales auditionnés sur l'écologie » - « L'association France Nature Environnement PACA leur avait demandé de se positionner sur un certain nombre de propositions. Hier, ils ont passé le grand oral à Aix-en-Provence » (RM).
- Var-Matin,  samedi 17 octobre 2015, page 12 : « Région : la dernière séance du président Michel Vauzelle » - « Ambiance électrique hier pour la première séance plénière du conseil régional, sur fond de campagne électorale. Entre débats enflammés et hommages au président sortant » - Leurs derniers messages au président :
- Yannick Chenevard, pour le groupe de droite : « En dix-sept ans, nous n'avons cessé de vous rappeler combien nos conceptions de la société, de l'économie, de l'emploi, etc. sont éloignées de votre majorité. En dix-sept ans votre attitude a toujours été courtoise, respectueuse, républicaine. En dix-sept ans vous avez conservé la dignité qui sied à celui qui doit incarner la légitimité sortie des urnes, même si ce choix ne nous convenait pas ».
- Jean-Marie Le Pen pour le groupe FN : « Vous nous laissez un héritage calamiteux. Vous avez encouragé la préférence étrangère et vous avez préféré les Érythréens aux Azuréens ! Vous n'avez pas construit un seul kilomètre de route, pas un seul lycée. Et vous avez discriminé les élus FN car la République, pour vous, c'est l'exclusion ! ».
- Gérard Piel pour le Front de gauche : « Je ne vais pas énumérer les acquis de ces trois mandats mais tout de même, il n 'y a pas lieu de rougir de notre bilan et des avancées que nous avons permis. Tout cela ne s'est pas fait sans débat, ni même sans friction au sein de la majorité, mais aujourd'hui ces avancées sociales existent et qui pourrait oser les supprimer ? ».
- Philippe Chesneau pour EELV : « Merci pour avoir laissé l'écologie prendre de la place dans votre institution. Pour votre rassemblement unitaire, votre probité, pour le soutien aux migrants, etc. Mais c'est la fin d'une histoire, celle de la gauche avec l'écologie. Et le début d'une autre ; celle de l'écologie, avec la gauche ».

- Var-Matin,  dimanche 18 octobre 2015, page 13 : « Luc Léandri (FdG) : plus candidat mais toujours inquiet » - « Jean-Pierre Colin (UDI) et la famille Adams » - « Frédéric Boccaletti (FN) : béton ! » - « PRG : Joël Canapa tourne la page Région » - « PS : l'appel de Fréjus » - « FN : Marion Maréchal Le Pen indésirable [à l'université d'été catholique de la Sainte-Baume ».
- Var-Matin,  lundi 19 octobre 2015, page 17 : « Le FN donné gagnant aux régionales en PACA » - « Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien/BFMTV, Marion Maréchal-Le Pen serait en tête au 1er tour (35  % des voix) comme au 2nd (37  %) » - « Les Républicains en tête au plan national. D'après un sondage Elabe pour le site Atlantico mené au niveau national et publié samedi, les listes Les Républicains-UDI recueillent 30  % des intentions de votes au 1er tour, le FN 26  % et le PS 23  %. Aucune autre liste ne dépasse les 10  % (EE-LV 8,5  % ; Front de gauche 5  % ; Debout la France 3  %) - « « Je vois dans ce sondage un encouragement à poursuivre sur la voie que nous avons empruntée jusqu'à présent », a réagi la petite-fille de Jean-Marie le Pen ».
- Var-Matin,  mercredi 21 octobre 2015 : « Le PRG du Var ne veut pas être représenté par un parachuté [Jean-Louis Clément, qui habite et est élu des Alpes-de-Haute-Provence, le département de Christophe Castaner, tête de liste PS ] — alors qu'ils avaient désigné à l'unanimité l'un des leurs, le Hyérois Nicolas Massuco » - « Le Parti radical de gauche du Var dénonce une façon de faire de la politique « issue du passé » » (MM).
- Var-Matin,  jeudi 22 octobre 2015, page 14 : « Quatre visions pour la région » - « Camard, Castaner, Estrosi, Maréchal-Le Pen : les quatre principaux candidats à la présidence de la région Paca ont débattu hier soir sur I-Télé. Les chicaneries ont parfois éclipsé les idées » - « Jean-Pierre Elkabbach et Michaël Darmon ont animé un débat musclé entre Christian Estrosi (LR), Sophie Camard (EELV - FDCi), Christophe Castaner (PS) et Marion Maréchal-Le Pen (FN) » - « L'emploi - Les transports - La laïcité - La culture » (TH P).
- Var-Matin,  jeudi 22 octobre 2015, page 15 : « Décryptage : que retenir de la liste EELV-FDG ? » - « Au peuple de gauche déboussolé » (MM) - « Nous sommes les mieux placés pour garder notre région à gauche »
- « Sondage Ifop : Maréchal-Le Pen et Estrosi au coude-à-coude » - « Marion Maréchal-Le Pen et Christian Estrosi dans un mouchoir de poche, loin devant Christophe Castaner pour l'instant, selon le dernier sondage lfop sorti hier » - « Les actifs favorables à Le Pen,
les retraités" à Estrosi » - « La gauche aura la clé » (TH P).

-
Var-Matin,  vendredi 23 octobre 2015 : Mourad Boudjellal [président du RCT] : « Ne pas voter Estrosi, c'est voter Le Pen » - « Hier soir, le président du RCT a expliqué pourquoi il soutenait le candidat des « Républicains » /UDI / Modem » (MV).
- Var-Matin,  vendredi 23 octobre 2015, page 18 : « 150 personnalités aux côtés d'Estrosi dans la course à la Région » - « Mourad Boudjellal, entre. autres représentants du monde du sport, de l'économie ou du spectacle, a rejoint le comité de soutien du candidat LR / UDI / Modem pour les régionales » - « Serge Klarsfeld appelle la gauche à voter utile » - « Christian Estrosi entouré par quelques-uns des cent cinquante membres de son comité de soutien, hier soir à Antibes » - « À la tribune, les personnalités se sont relayées pour répéter, inlassablement, qu'elles ne voulaient pas d'elle, pas de « ça ». À commencer par Bernadette Chirac et Jean-Claude Gaudin, les coprésidents du comité de soutien à Chris tian Estrosi. Pour le premier, le maire de Nice est « celui qui incarne le mieux les valeurs de la République dans cette région ». Pour la seconde, « ce candidat responsable et sérieux, engagé et passionné, en sera le gardien » (TP).
- Var-Matin,  vendredi 23 octobre 2015 : « Sondage Nice-Matin/BVA : match très serré entre Maréchal-Le Pen et Estrosi » - « Notre sondage BVA, après celui d’Odoxa, donne une nouvelle fois le FN gagnant aux Régionales en Paca. Mais l’écart avec Christian Estrosi est insignifiant. Seule la gauche paraît condamnée... » - « Les sondages se suivent et se ressemblent, à un chouïa près. Dimanche, Odoxa donnait Marion Maréchal-Le Pen victorieuse en Paca, trois points devant Christian Estrosi au second tour (37  % contre 34  %)... Mercredi, l’Ifop les plaçait sur la même ligne, à 36  % d’intentions de vote. Aujourd’hui, notre sondage BVA pour la presse régionale livre à nouveau Marion Maréchal-Le Pen gagnante, d’un cheveu au second tour » - « L’institut a d’ailleurs, un instant, envisagé de mettre les deux candidats à égalité, tant l’écart entre eux apparaît insignifiant. Autant dire qu’il n’existe aujourd’hui qu’une seule certitude : le gain de la Région se jouera sur le fil, cet écart d’un pour cent correspondant peu ou prou à la marge d’erreur du sondage ».
Un miracle pour la gauche. Entre Christian Estrosi et Marion Maréchal-Le Pen, la bataille s’annonce donc plus que jamais sans merci. La gauche, en revanche, doit à ce stade compter sur un miracle pour refaire son retard. Nettement distancé au premier tour (16  %), Christophe Castaner, à 27  % au second tour, ferait deux points de moins que le total du bloc de gauche au premier tour.
Que va faire Castaner ? La question est donc bien de savoir si la gauche, par un retrait ou une alliance, fera en sorte de faire élire Christian Estrosi plutôt que Marion Maréchal-Le Pen. Manuel Valls a laissé entendre qu’il ferait tout pour empêcher le FN de remporter le Sud. Pour l’heure, Christophe Castaner décline toutefois, diplomatiquement mais fermement, toute idée de soutien à Christian Estrosi.
- Var-Matin.com, vendredi 23 octobre 2015 : « Régionales : les réactions politiques au sondage Nice-Matin/BVA » - « D'après notre sondage BVA, publié ce vendredi, Marion Maréchal-Le Pen remporterait la région Paca le 13 décembre, avec 37  % des voix, devant le candidat des Républicains Christian Estrosi (36  %) et celui de la gauche Christophe Castaner (27  %). Les principaux candidats en ont tiré leurs conclusions…




Christian Estrosi : "Nous n'avons cessé de progresser". "C’est parce que je savais que c’était difficile que je me suis engagé. Les deux derniers sondages démontrent que par rapport à mon départ en campagne, nous n’avons cessé de progresser. Ce sondage me conforte dans l’idée que ce ne sont pas les thèmes nationaux, imaginés depuis Paris, qui changeront le quotidien des habitants de la région. Je suis convaincu que mon projet pour l’emploi et l’innovation, la baisse de la fiscalité et la sécurisation des transports régionaux, fera la différence."
Olivier Bettati, tête de liste 06 de Marion Maréchal-Le Pen : "Les acteurs économiques ont trouvé notre programme efficace". "Sondage après sondage, je note que c’est chez les chefs d’entreprise de 35 à 65 ans que nous réalisons notre meilleure progression avec désormais plus de 40  % des intentions de vote. Les leaders régionaux des Républicains et du PS, eux, ne sont plus respectivement qu’à 21 et 18  % chez les actifs. Les acteurs économiques, les vrais, ont donc trouvé notre programme destiné aux TPE et PME moderne, efficace et surtout à la mesure de leurs attentes."
Christophe Castaner : "Je poursuis la campagne avec toute mon énergie". "Le seul sondage à prendre en compte sera celui des 6 et 13 décembre. Je poursuis la campagne avec toute mon énergie. Ce sondage n’a aucune valeur tant qu’on juge sur des personnes et pas sur des projets. Les habitants de Paca ne se prononceront pas sur la notoriété médiatique mais sur la force d’un projet. Je donne rendez-vous le 3 novembre à Marseille pour juger de la qualité du mien. Et je lance un appel à la mobilisation du peuple de gauche, qui doit refuser d’abandonner notre région à des idées de droite extrême ou d’extrême droite."
Sophie Camard, tête de liste EELV - Front de gauche : "Peu d'électeurs sont encore informés". "Nous arrivons dans ce scrutin avec une offre politique nouvelle, alternative, qui unit des candidats écologistes, du Front de gauche et des acteurs de la société civile, hors partis. C’est la seule région dans ce cas, peu d’électeurs en sont encore informés et la machine médiatico-sondagière l’ignore. Nous voulons remettre au centre du débat les questions sociales, environnementales et démocratiques, contre les crispations identitaires et nationalistes qui ne font que diviser et entretenir le rejet de la politique."

- Var-Matin,  samedi 24 octobre 2015, page 15 : N. Chuisano (DLR) : « Nous sommes l'alternative de droite - Notre priorité, c'est la réduction des dépenses publiques » - « Le parti souverainiste de Nicolas Dupont-Aignan, présent dans toutes les régions de France, espère démontrer sa différence » - « La Région vit au-dessus de ses moyens » - « Plus de sécurité dans les trains, les gares et les lycées » (MM).
- Var-Matin,  dimanche 25 octobre 2015, page 7 : « Marion Maréchal-Le Pen se veut chantre de la ruralité à Esparron » - « Rencontre à bâtons rompus avec trois conseillers municipaux sur me parvis de la mairie hier à midi » - « Effet aimant ou... repoussoir » - « Porte-voix des oubliés géographiques » (LA) - « Ligue du Sud : Michel de Maynard tête de liste dans le Var » (SM) - « Le parti occitan se rallie à Castaner ».
- Var-Matin.com,  lundi 26 octobre 2015 : Isabelle Bonnet (Lutte ouvrière) : « A tous ceux sui se trompent » - « "Le camp des travailleurs, c’est nous!" La tête de liste de Lutte ouvrière prône des solutions radicales à l’échelon du pays et en décline quelques-unes pour la Région » - « "Le vote peut exprimer des choses, mais il ne peut pas changer les choses. Ce que les travailleurs ont obtenu par le passé, ce n'était pas par la voix des urnes mais par les combats" » - « Le ton est donné. Isabelle Bonnet, tête de liste pour Lutte ouvrière, veut donner aux salariés qui ne se résignent pas l'occasion d'exprimer leur colère… Et leurs idées » - « Pour Lutte ouvrière, les solutions ne sont pas à trouver à l'échelon local ou régional, mais à celui du pays, au minimum. Pourtant, vous êtes présents à toutes les élections, ou presque » - « Nous sommes là pour défendre le camp des travailleurs et les revendications essentielles du monde du travail. Comme nous le faisons à longueur de temps. Notre action est essentiellement militante » - « Mais les élections, c'est un moment privilégié où nous pouvons défendre nos idées plus largement. En cette période de crise où tout est fait pour nous faire accepter recul social sur recul, nous nous battons afin que ceux qui produisent toutes les richesses aient au minimum une vie décente » - « Alors oui, il faudrait commencer par l'interdiction des licenciements et le partage du travail entre tous, sans baisser les salaires et les pensions. Et même les augmenter en les indexant réellement sur le coût de la vie » - « Pas facile à mettre en œuvre, surtout en période de crise... » - « Les seuls à qui l'on impose de se serrer la ceinture depuis des années et des années, ce sont les salariés. L'argent ne manque pas à tout le monde ! À titre d'exemple, les entreprises du CAC40 ont vu leurs profits augmenter de 38  % pour le seul premier semestre de 2015. Soit près de 40 milliards d'euros ! » - « Vous êtes crédités de 1  % des voix dans notre sondage BVA-Var matin. Pas de quoi vous décourager ? » (MM).
- Var-Matin.com,  mardi 27 octobre 2015 : « La Ligue du Sud dans l'Union des droites - C'est sous ce titre que M. Bompart présente ses colistiers dont de nombreux ont pour point comme d'avoir claqué la porte du FN - L'Union des droites regroupe ainsi la Ligue du Sud, le Parti de la France (PDF, Carl Lang), Paca fait Front (Lydia Schenardi) et l'Alliance royale (Sandrine Pico-Deprez), une union des droites... de la droite, extrêmement à droite » (SM).
- Novembre 2015 : Brochure de 8 pages A4 éditée par le PCF-Front de gauche : « En PACA, faites le choix de l'humain d'abord ! - Sophie Camard et Jean-Marc Coppola, co-têtes de liste de « La Région coopérative » - « Rassemblons-nous pour une région qui vous soit utile » - « Les grands axes pour un pacte national » - « 1945-2015, 70 ans, la SéCuRité SoCiale SolidaiRe : une idée d'avenir ! ».
-
Var-Matin,  mercredi 4 novembre 2015 : Christophe Castaner : « Faire avancer la Région tous ensemble » - « Le candidat du PS et de ses alliés a présenté son programme, fruit d'une centaine de rendez-vous dans tout le territoire. Avec comme priorités, l'emploi et la solidarité » - « Pour le député-maire de Forcalquier, il est temps de sortir du débat national » - « Lycées, transports, économie : quinze propositions » (MM).
- Var-Matin.com,  vendredi 6 novembre 2015: « Tour de France des régions et les rapports de force à un mois du premier tour des élections régionales des 6 et 13 décembre » - « En PACA, défaite attendue de la gauche au pouvoir depuis 18 ans - La gauche (PS, EELV, PCF) qui dirige la région depuis 18 ans est donnée perdante, arrivant en 3e position derrière les listes LR-UDI Modem et FN, au coude à coude dans les sondages - Deux récentes enquêtes donnent en effet des scores très serrés entre les listes FN et Les Républicains au 1er tour, et une victoire possible du Front national au second tour - La liste PS qui avait obtenu 25,8 % au 1er tour en 2010 dégringole à 18 %, privée au 1er tour d'alliés EELV et front de gauche, d'après les sondages qui prévoient en revanche un saut spectaculaire de la liste menée par Marion Maréchal-Le Pen pour le FN, qui passe de 20,3 % des voix rassemblées au 1er tour en 2010 autour de son grand-père Jean-Marie Le Pen, à 34 ou 35 % donnés par les sondages en 2015 - Créditée de 26,26 % au 1er tour en 2010, la liste UMP améliorerait aussi fortement son score sous son nouveau nom les Républicains, en rassemblant avec ses alliés du MoDem et de l'UDI, entre 30 % et 32 % des voix - Dans cette région gagnable pour le FN, l'enjeu de l'entre deux tours - désistement républicain ou non du PS, mené par le député PS Christophe Castaner au profit de LR de Christian Estrosi - fait déjà débat ».
- Var-Matin,  vendredi 6 novembre 2015 : Christophe Castaner : « Nous sommes prêts à en découdre ! » - « « Pour moi, c'est Casta ! » - Hier soir à Marseille, au Dock des Suds, le candidat du parti socialiste et de ses alliés a présenté et rassemblé les personnalités qui le soutiennent - L'actuel président Michel Vauzelle, était aux côtés de celui qui espère prendre sa succession, Christophe Castaner » (MM).
- Var-Matin,  samedi 7 novembre 2015, page 15 : « Décryptage : que retenir de la liste du Front national » - « Hier à Toulon, le FN présentait à son tour sa liste et ses 27 candidats varois » - « Tête de liste : Marc Etienne Lansade, maire de Cogolin - L'expérience : Frédéric Boccaletti directeur de campagne - Les territoires - L'enracinement - Le renouvellement - Le benjamin, Sébastien Ausserre - la notoriété : David Rachline, maire de Fréjus » - « Les déçus de droite et de gauche se tourneront vers nous ».
- Var-Matin.com,  dimanche 8 novembre 2015: « A un mois des élections régionales, Manuel Valls a mis en garde dimanche contre la victoire du Front national dans une ou plusieurs régions, qui constituerait un "drame", tout en répliquant vertement à Nicolas Sarkozy sur la sécurité et la justice - Il faudra "tout faire" pour éviter que des régions soient gagnées par le FN, a-t-il martelé, réitérant des propos sous-entendant que le PS serait prêt à pratiquer un "front républicain" avec la droite - "Oui, ce serait un drame que le Front national gagne une, deux ou trois régions", a affirmé M. Valls, à exactement quatre semaines du premier tour des régionales où le FN peut espérer l'emporter en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, voire en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne - "Il faudra analyser ces résultats (du premier tour) et ensuite tout faire" pour empêcher la victoire du FN, a réaffirmé M. Valls, qui n'en dit "pas plus à ce stade" afin que les candidats PS "fassent le score le plus important" - Mais "nous prendrons nos responsabilités" comme la droite devra le faire, car, "dans ces moments-là, nous devrons être désintéressés. Le plus important, ce sera d'empêcher que l'extrême droite antisémite et raciste ne prenne une région", a-t-il ajouté ».
- Var-Matin,  dimanche 8 novembre 2015, page 11 : EELV-FDG : « Nous seuls pouvons changer la donne » - « Réunis hier à Marseille, Sophie Camard et Jean-Marc Coppola ont présenté leurs principales propositions. Et promis « Une région coopérative, sociale, écologiste et citoyenne » - Sophie Camard et Jean-Marc Coppola, un binôme inédit pour la liste EELV-FDG »
- Var-Matin.com,  lundi 9 novembre 2015 : « La liste du Front national dans le Var : Marc Étienne LANSADE, Christine MEUNIER, Frédéric BOCCALETTI, Muriel FIOL, Jean-Philippe LECOINNET, Aline BERTRAND, David GEOFFREY, Audrey TROIN, Jean-Yves WAOUET, Brigitte LANCINE, Laurent LOPEZ, Aline RENCK-GUIGUE, Gérald HA YMANN, Rachel ROUSSEL, Williams AUREILLE, Stéphanie MOURIEZ, Sébastien AUSSERRE, Laure LAVALETTE, Gilles BALDACCHINO, Marie-Laure COLLIN, Pierre-Laurent CHABLE, Marie-France PASSAVANT, Jean-Bernard FORMÉ, Sylvie SALABERT-ROHRER, Pierre ROYET, Patricia ZIRILLI, David RACHLINE ».
- Var-Matin, mardi 10 novembre 2015, à la Une : « Dix listes en lice le 6 décembre » - pages 2-3 : « La gauche détient  la clé du scrutin - Dix listes seront sur la ligne de départ le 6 décembre. Malmenée dans les sondages, la gauche est mal partie pour garder la Région PACA. Mais elle peut influencer l'élection du prochain président » - « Les dix candidats : Jacques Bompard (Ligue du Sud), Isabelle Bonnet (Lutte ouvrière), Sophie Camard (EELV-Front de gauche), Christophe Castaner (PS-PRG-MRC-UDE), Noël Chuisano (Debout la France), Christian Estrosi (Républicains-UDI-Modem), Jean-Marc Governatori (Alliance écologiste), Cyril Jarny (Nouvelle Donne), Marion Maréchal-Le Pen (Front national), Daniel Romani (Union populaire républicaine) ».

Var-Matin, 10 novembre 2015

-
Var-Matin.com,  mardi 10 novembre 2015 : « Le Parti Socialiste a dévoilé sa liste pour les élections régionales dans le Var menée par Cécile Muschotti. Marc Vuillemot et Nathalie Rocailleux seront les deux suppléants » - « 1 - Mme Cécile MUSCHOTTI, 2 - M. Olivier ANDRAU, 3 - Mme Mireille PEIRANO, 4 - M. Jean-Louis CLEMENT, 5 - Mme Elsa DI MEO, 6 - M. Michaël BRUEL, 7 - Mme Viviane DRIQUEZ, 8 - M. Charles LAUGIER, 9 - Mme Christelle BROCHET, 10 - M. Lorenzo MATEOS, 11 - Mme Valérie LAURENT, 12 - M. Joël-Paul GRILLASCA, 13 - Mme Céline MANDON-BONHOMME, 14 - M. William SEEMULLER, 15 - Mme Cécile LAUBLET, 16 - M. Yves GAVORY, 17 - Mme Martine LEVILAIN-CASTEL, 18 - M. Valentin GIES, 19 - Mme Magali DENUNZIO, 20 - M. Maxime MARTIN, 21 - Mme Geneviève BURKI, 22 - M. Guillaume ROBAA, 23 - Mme Magali BRUNEL, 24 - M. Jean-Michel CHAIB, 25 - Mme Evelyne JARDILLIER, 26 - M. Marc VUILLEMOT, 27 - Mme Nathalie ROCAILLEUX
-
Var-Matin,  vendredi 13 novembre 2015, à la Une : « Chère campagne : jusqu'à 14 000 € par candidat en Paca » - pages 2-3 : «Tous en campagne... A quel prix en Paca ? » - « Il y a ceux qui ne sont pas sûrs de dépasser la barre des 5  %. Pour les autres, le prix de la campagne ira de 689 000 € à 1,4 million » - « La main à la poche... ou pas : 14 000 € chez Christian Estrosi [cela représente plus ou moins six mois d'indemnité d'élu] - Selon nos sources, dans le Var, les colistiers de Christian Estrosi ont participé à hauteur de 14 000 €, jusqu'à la quinzième place - Maxi 7 500 € au PS et alliés - Entre 5 000 et 10 000 € au FN - Seulement les volontaires à EELV-FDG » - « Ces candidats régionaux qui sont également mécènes (J.-M. Governatori et M. de Maynard) ».
- Var-Matin,  vendredi 13 novembre 2015, page 20 : « Régionales : la fusion de Valls suscite l'embarras - L'idée d'une alliance entre les listes droite-gauche au second tour dans le Nord, avancée par le Premier ministre, a provoqué de vives critiques » - Claude Weill : « Fusion et confusion » - « L'idée de fusion régionale porte en germe la perspective d'une possible recomposition du système politique, remettant en cause le logiciel des partis de gouvernement ».
- Var-Matin,  vendredi 13 novembre 2015, page 6 : « Christian Estrosi (LR) en déplacement dans l'ouest-Var : Saint-Mandrier, Ollioules et La Seyne (grande réunion publique à la Bourse du travail à 18 heures) ».
- Plaquette de 64 pages couleur du programme de Christian Estrosi, 13 novembre 2015 : « Avec ce projet “Ça va changer” ».
-
Var-Matin.com,  vendredi 13 novembre 2015 : « Christian Estrosi s'est opposé à l'idée de fusionner les listes de droite et du Parti socialiste pour faire barrage au Front national, comme proposé par Manuel Valls, lors d'une réunion publique dans le Vaucluse ce jeudi - "Unir les listes de droite et du PS, pour faire barrage au FN." Telle est la proposition choc, faite par Manuel Valls, ce jeudi à Carpentras, le fief de Marion Maréchal-Le Pen - Hors de question pour Christian Estrosi, député-maire de Nice et candidat LR aux régionales en Paca. "M. Valls ne cherche qu’une chose, faire de l’enfumage et favoriser le FN comme l’a toujours fait le PS depuis François Mitterrand", rapporte le JDD, qui fait le lien avec l’instauration de la proportionnelle en 1986, qui fit entrer des élus lepénistes à l'Assemblée nationale. Un jeu "extrêmement dangereux".
Et Christian Estrosi de continuer : "Est-ce que j’ai une tête de barrage ? Je ne suis pas candidat pour faire barrage mais pour diriger la région et faire changer les choses". Le député-maire de Nice a ensuite dénoncé un jeu "extrêmement dangereux", en ajoutant que "le PS va devenir l'assurance-vie du FN" ».
- Var-Matin,  samedi 14 novembre 2015 : « Valls se défend de perturber la campagne des régionales après avoir soutenu l'hypothèse d'une fusion des listes PS-Les Républicains au second tour de certaines régions pour faire barrage au FN » - « Fusion droite-gauche : « Jamais » répond Estrosi ».
- Var-Matin,  samedi 14 novembre 2015: « C. Estrosi en campagne dans l'ouest-Var - Plusieurs « Républicains » varois ont accompagné le candidat Estrosi, qui s'est rendu à Saint-Mandrier, à
Ollioules et à La Seyne - On a la chance d'avoir la mer ».

- Var-Matin.com,  mercredi 18 novembre 2015 : « Appel à témoins : quel nouveau nom pour la région Paca ? - A l'approche des élections régionales, le débat est relancé. Comment rebaptiser la région Provence Alpes Côte d'Azur, souvent réduite à l'acronyme "Paca"? Le débat est relancé ».
- Var-Matin,  jeudi 19 novembre 2015, pages 22-23 : « Camard et Coppola [face à la rédaction] : deux noms pour une même vois » - « Transports : soyons exigeants avec l'État ! - Trois propositions : l'emploi, le logement et un emprunt populaire - Un contexte chamboulé - Que se passe-t-il dans la tête des électeurs ? »
- Var-Matin,  jeudi 19 novembre 2015, page 25 : « Les socialistes toulonnais contre le front républicain (MM) ».
- Var-Matin,  vendredi 20 novembre 2015 : Jean-Marc Governatori : « Recréer du lien social » - « Tête de liste de l'Alliance Ecologique Indépendante, cet ancien chef d'entreprise à succès prône un retour à la ruralité qu'il conçoit comme un art de vivre mais aussi comme une source d'emploi » - « Mettre les circuits courts en pratique » - « L'importance du fait écologiste » - « Des cahiers de doléances dans les services publics ».
- Var-Matin,  samedi 21 novembre 2015 : « Le PS passe devant la droite au premier tour - Ce premier sondage réalisé après les attentats du 13 novembre place toujours le FN en tête (27  %), mais cette fois suivi du PS (26  %) et de la droite (25  %) ».
- Var-Matin, dimanche 22 novembre 2015 : « Nouvelle Donne en ordre de marche - 14 propositions au programme - Pa d'alliance au second tour - La liste conduite dans le Var par Patrick Boulay et Cécile Ucelli a été présentée hier à Draguignan - La liste varoise » (JJ).
- Var-Matin, dimanche 22 novembre 2015 : « L'UPR contre l'Europe à tous les niveaux - Daniel Romani, tête de liste Paca et une partie de la liste varoise menée par Nathalie Eymard - Un parti classé « divers » - Les candidats varois » (VP).
- Var-Matin,  lundi 23 novembre 2015, pages 2-3: « Rebaptiser Paca, le casse-tête régional » - « L'acronyme désignant la région Provence-Alpes-Côte d'Azur ne fait pas rêver. D'ici à 2016 un nouveau nom est possible. Quelles options, au risque de crispations identitaires marquées ? » - « Comment la « Mission nouveau nom » de 2009 a fait « pschiiiit » » - « Les candidats face au nom » - « Les mêmes difficultés dans les autres régions » - « La solution extrême serait de numéroter les régions ».
- lci.tf1.fr, lundi 23 novembre 2015 : « Avec des sondages en hausse, le FN espère rafler la mise aux régionales » - « La confidence d'un maire du sud de la France fin octobre résonne aujourd'hui étrangement. « Le FN ne battra pas Estrosi. A moins qu'il y ait un nouvel attentat ou des problèmes à la frontière avec l'Italie. ». Aujourd'hui, les attentats ont eu lieu et le réveil est très difficile pour beaucoup d'élus de gauche comme de droite dans certaines régions. Alors que le campagne redémarre timidement, les premiers sondages post-13 novembre montrent sans surprise une progression du Front national. Si Marine Le Pen avait déjà des chances de gagner la région du Nord-Pas-de-Calais-Picardie, c'est désormais la région PACA qui risque de tomber dans l'escarcelle de son parti. En effet, selon un sondage Ipsos publié dimanche, Marion Maréchal-Le Pen gagnerait sa bataille. Le FN remporterait les élections régionales en Paca avec 40 % des voix au premier tour et 41 % au second devant la liste Les Républicains-UDI-MoDem (30 % au 1er tour, 34 % au second) et la gauche (25 % au second tour), selon un sondage Ipsos/Sopra Steria publié dimanche et réalisé après les attentats de Paris et Saint-Denis. La prise de cette région par une candidate de 25 ans serait un tremblement de terre politique pour la droite dans le sud de la France ».
-
Var-Matin,  lundi 23 novembre 2015, page 22 : « Le Pen creuse l'écart en Paca, selon un sondage : la petite-fille de Jean-Marie Le Pen est en effet créditée de 40  % de vois au 1er tour, loin devant ses concurrents de droite : 30  %, et de gauche : 16  %. Contre respectivement 37  % et 32  % pour le duo de tête (la gauche était d"jà tombée à 16  %) avant le 13 novembre » - « La gauche « pas si loin d'une victoire possible » selon Christophe Castaner » - « Marion Maréchal Le Pen, la peur et les musulmans », par Michèle Cotta.
- Var-Matin,  mardi 24 novembre 2015 : « L'Alliance Ecologique Indépendante milite pour une sobriété heureuse - Paysannerie, recyclage et isolation - Les candidats varois » - « Christophe Castaner (PS) en mode numérique à Draguignan » - « Christian Estrosi (LR) défend l'apprentissage à St-Maximin ».
- Var-Matin,  mardi 24 novembre 2015 : Claude Weill : « Le drôle de campagne - Rien n'est plus pareil. Vitrifiée pendant dix jours par la tragédie du 13 novembre, la campagne des régionales redémarre, mais c'est une autre campagne - Personne ne sait vraiment comment la France, dans ses profondeurs, a été transformée par cet évènement d'une violence inédite »•
- Marc Vuillemot, le blog, 24 novembre 2015 : « Rendre les armes avant d'avoir combattu ? Jamais de la vie ! - Evidemment, quand certains sondages instillent l'idée que c'est perdu d'avance, quand des dirigeants haut placés freinent les élans de conviction en envisageant publiquement, des semaines avant le premier tour, une retraite pure et simple pour le second, quand les adversaires détournent le sujet en parlant de tout sauf des enjeux régionaux, quand ceux d'un même camp laissent pantois leurs supporters en ne parvenant pas à s'unir, la pente à remonter est rude et glissante. Mais, à La Seyne, on en a vu d'autres, des situations soi-disant désespérées. Et des outsiders unis autour d'un projet fait de "plus grands dénominateurs communs" ont créé la surprise. Alors, bien sûr, il est des choses dont on parle peu dans les médias ces jours derniers, mais, de ce que j'entends en ville, qui ont fait des ravages qui pourraient être durables si on n'y coupe pas court nettement. Et notamment cette histoire d'absence délibérée de la gauche au deuxième tour de l'élection régionale, envisagée y compris par certains de sa propre sensibilité, qui me turlupine d'autant plus qu'elle ne se fonde sur rien (...).
- Marc Vuillemot, le blog, 25 novembre 2015: « Régionales : place à la fraicheur d'une jeunesse talentueuse ! - On me demande souvent, ces temps-ci, pourquoi je ne figure qu'en avant-dernière position sur la liste varoise de l'équipe régionale de Christophe Castaner, candidat de la liste de gauche pour les élections des 6 et 13 décembre prochains. Je réponds généralement, sourire aux lèvres, que c'est parce qu'on n'a pas voulu de moi... en dernière position... précisant tout de même après avoir laissé un temps de surprise à mon interlocuteur que ça n'aurait pas été possible puisque l'alternance stricte homme-femme, à juste titre imposée par la Loi, fait que la 27ème et dernière place d'une liste dont la tête est une femme est mathématiquement occupée par une femme (...).
- Var-Matin,  mercredi 25 novembre 2015 : « Castaner (PS) [face à la rédaction], l'anti « papillons médiatiques » - « Notre rôle, c'est d'apaiser - Que les "Républicains" soient républicains - Conforter les filières qui créent de l'emploi - Ce qui le distingue des autres ».
- Var-Matin,  samedi 28 novembre 2015 : « M. Maréchal-Le Pen (FN) veut supprimer les subventions au planning familial - La tête de liste FN annonce qu'elle souhaite supprimer les aides aux associations politisées dont les planning familiaux [qui véhiculent une banalisation de l'avortement]. Une proposition mal accueillie par les autres candidats de la région » - « DLF pour une police régionale - Un référendum régional sur Schengen ».
- Marc Vuillemot, le blog, 28 novembre 2015 : « Le moment à ne pas manquer, c'est à La Seyne, et c'est mardi : Ambition PACA - Mardi 1er décembre - Réunion publique à La Seyne de l'équipe de gauche de Christophe Castaner - 20 heures - Bourse du Travail, avenue Gambetta » - « Quand droite extrême et extrême-droite, avec leurs bonimenteurs, parlent de tout et de rien, façon propos de comptoir, et plutôt pas des enjeux pourtant majeurs avec les nouvelles responsabilités que la loi confie désormais aux Régions, quand on a l'impression que ce sont les sondages qui font les résultats des élections, quand certains médias "oublient" qu'il y a dix listes concurrentes et non un duel entre M. Estrosi et Mme Maréchal, et quand, depuis les camps de ces deux-là, fusent des promesses de réalisations qui sont... déjà réalisées, on est en droit de se dire que la démocratie, autour de l'élection régionale des 6 et 13 décembre, a un sacré coup dans l'aile (...).
- Dimanche 29 novembre 2015 : Brochure de 8 pages A4 couleur + dépliant 4 pages A5 du Front national, avec Marion Maréchal-Le Pen : « Avec Marion, la France plein Sud ! - Mettons un terme à 17 ans d'échec socialiste en PACA ! - Immigration, communautarisme, islamisme, STOP ! - Avec Marion, une région pour les Français d'abord ! ».
- Var-Matin.com,  dimanche 29 novembre 2015 : « Le FN et les Républicains au coude-à-coude : « Les Républicains (LR) et le Front national (FN) font jeu égal au premier tour des élections régionales du 6 décembre avec chacun 28 % des intentions de vote, loin devant le Parti socialiste (22 %), selon un sondage Ifop publié par le Journal du Dimanche (JDD) - "A gauche, il n'y a pas d'effet électoral post-attentat", souligne le Journal du Dimanche - Selon ce sondage, les listes LR/UDI/MODEM obtiendraient 28 % des voix, en perte de 3 % par rapport au précédent sondage, effectué avant les attentats du 13 novembre. Le FN serait lui aussi à 28 % des voix gagnant ainsi 2 points par rapport au sondage précédent. Les autres listes divers-droite recueilleraient 3 % des voix - Les listes PS/Radicaux de gauche obtiendraient 22 % des votes tandis que l'ensemble Front de Gauche/Europe Ecologie-Les Verts (EELV)/Nouvelle Donne serait à 12 % suivi des Divers gauche (2 %) et de l'extrême gauche (1 %) - Le JDD souligne que par rapport aux régionales de 2010, le "recul global de la gauche (37 % cumulés) est sévère : -6 points" - Cela confirme, dit Frédéric Dabi, directeur-général adjoint de l'Ifop, la droitisation du pays : le total de la "non-gauche" atteint en effet 61 %", ajoute le JDD - Avec un taux de 54 %, l'abstention serait supérieure au taux des votants (46 %), des taux inchangés par rapport aux régionales de 2010 ».
- Var-Matin,  dimanche 29 novembre 2015, pages 2-3 : Régionales : notre sondage choc : «  Marion Maréchal-Le Pen gagnante en triangulaire » - « Maintien, fusion, désistement : la bouteille à l'encre » - « Effet post-attentats » - Rapport de forces national au second tour ».
- Var-Matin,  dimanche 29 novembre 2015 : « Ce n'est pas encore un tremblement de terre, mais déjà une sacrée secousse. Une digue supplémentaire semble avoir cédé dans le regard que les Français portent sur le Front national. Semaine après semaine, sondage après sondage, la tendance se confirme. Le tripartisme s'est bel et bien installé dans notre paysage politique. Une nouvelle enquête BVA pour notre titre concernant les régionales vient ainsi valider les précédentes. Marion Maréchal-Le Pen remporterait assez nettement la région Paca en cas de triangulaire le 13 décembre. Et, peut-être plus surprenant encore, elle ferait jeu égal en duel avec Christian Estrosi, si la gauche se retirait ! Ce qui revient à dire, sans faux-fuyants, que le front républicain ne signifie plus grand-chose pour l'électeur lambda. Et que le peuple dit de gauche, si ses candidats se désistaient, serait loin de se reporter en bloc sur Christian Estrosi. Dans ces conditions, va très vite se reposer la question d'une éventuelle fusion gauche-droite au 2e tour, une idée jusqu'ici repoussée, avec la même virulence, et par Christian Estrosi et par Christophe Castaner. Elle seule pourrait sans doute inciter l'électorat de gauche à soutenir plus franchement le candidat des Républicains. Si tant est, bien sûr, que les sondages se confirment dimanche prochain dans les urnes, près d'un électeur sur quatre n'ayant pas encore arrêté son choix (TP) ».
- Var-Matin.com,  lundi 30 novembre 2015 : « Les trois enseignements de notre sondage choc en Paca » - « A moins de deux semaines du 1er tour des élections régionales, les écarts se creusent en Paca, où le Front national semble plus que jamais tenir la corde. Aux deux tours, selon le dernier sondage BVA pour la presse régionale.
1. Marion Maréchal-Le Pen renforcée au 1er tour
Six points de plus, quand son rival le plus sérieux en perd quatre : à une semaine du 1er tour des élections régionales, Marion Maréchal-Le Pen accentue son avance, selon le dernier sondage réalisé du 17 au 23 novembre par l'institut BVA pour la Presse régionale.
La candidate du FN totalise 42 % d'intentions de vote, quand Christian Estrosi (Les Républicains) chute à 28 %. Les intentions de vote pour le candidat socialiste Christophe Castaner stagnent à 16 %.


Au second tour, Le Front national l'emporterait en cas de triangulaire.



Et même si la gauche se retirait, ce ne serait peut-être pas suffisant pour faire barrage au FN...

2. Front républicain trop mince en Paca ?

Si le second tour opposait les listes conduites par Marion Maréchal-Le Pen à Christian Estrosi, le front républicain pourrait ne pas fonctionner en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Moins d'un électeur socialiste sur deux reporterait sa voix sur la liste Estrosi au second tour. Quant aux électeurs qui choisiraient Sophie Camard le 6 décembre, ils seraient moins d'un sur quatre à faire barrage au FN en votant à droite la semaine suivante.


En cas de duel, les listes du FN et des Républicains seraient ainsi au coude à coude.

Rapport des forces au plan national :


- MYTF1News, lundi 30 novembre 2015 : « La poussée du Front national se confirme dans les sondages : À moins d'une semaine du premier tour des élections régionales, une vague de sondages publiée ce week-end, confirme une poussée du Front national, une stabilité de la gauche à un bas. Cependant, dans des régions totalement absent, le parti de Marine Le Pen, fait plus de 20 %. Les explications du spécialiste politique, Renaud Pila ».
- Var-Matin.com, lundi 30 novembre 2015 : « Le FN a le vent en poupe, au-delà de ses bastions traditionnels - Le Front national est en mesure de remporter au moins deux régions lors du scrutin des 6 et 13 décembre selon une vague de sondages qui donne également de sérieux espoirs au parti d'extrême droite dans des zones traditionnellement moins perméables à ses idées ».
- Var-Matin, lundi 30 novembre 2015 : « Poussée généralisée du FN dans les sondages » - « Des visées sur 4 ou 5 régions » - Le PS grand perdant » - Jean-Christophe Cambadélis : « Les sondages ne mesurent pas le vote frontiste, ils mesurent la peur. Et en France, il y a un parti de la peur que structure le Front national ».
- Var-Matin, mardi 1er décembre 2015 : « Face au FN, Hubert Falco lance le deuxième appel de Toulon - Mobilisation générale de la droite et la majorité départementale hier à Toulon » (MM) - « Coppola : que la Paca soit une priorité pour l'État » - « AEI : Respirez, votez ! » - « Les experts de Marion Maréchal-Le Pen - La candidate du FN a présenté l'équipe qui l'entourera si elle est élue à la tête de la Région - Usine à gaz socialiste » (MM).
- Var-Matin, mardi 1er décembre 2015 : « Christophe Castaner dans son antre à Forcalquier - Il est le moins connu des principaux postulants à la présidence de la région Paca. Rencontre avec le candidat socialiste dans sa commune des Alpes-de-Haute-Provence - Christophe Castaner dans son bureau de poche de la mairie de Forcalquier, installée dans un ancien couvent du XVIIe siècle - Une histoire d'amour - Le « cynisme » de Mitterrand - « Parler aux sens et à l'esprit » - Trautmann, Jacob, Depardieu, Ibrahimovic et... Macron » (TP).
- Var-Matin, mercredi 2 décembre 2015, pages 2-3 : « Mobilisation générale avant le premier tour » - « La Seyne : la forte charge de Christophe Castaner contre le FN - « Marion Maréchal-Le Pen fait le jeu des terroristes » » - « Marion Maréchal-Le Pen à Toulon : « L'unité nationale autour de nos valeurs » - La leçon du 13 novembre - La candidate du FN a déclaré « avoir des raisons d'être optimiste quant à l'issue du premier tour » » (MM) - « Marseille : Christian Estrosi joue la carte de l'économie - « Ouvrir les portes » » (PLP) - « Marseille : le Front de gaiche/EELV prêt à se battre jusqu'au bout - « Chasser les idées noires » » (PLP).
- Var-Matin, mercredi 2 décembre 2015, pages 18-19 : « Marion Maréchal-Le Pen face à la rédaction : le planning de sa campagne - Un contexte particulier - Le succès en 2017 viendra en partie de nous - Ce qui la distingue des autres - « On ne remplacera pas les départs en retraite » - Ma région à moi - « Le planning familial est dans un rôle de militant politisé assumé ».
- Marc Vuillemot, le blog, 2 décembre 2015 : « Régionales : dénonçons les camelots de foire ! - Ce mardi, notre Bourse du Travail, pleine à craquer, accueillait pour la campagne des élections régionales nos têtes de liste départementale et régionale, Cécile Muschotti et Christophe Castaner, auxquels le ministre Stéphane Le Foll est venu apporter son soutien. J'ai eu le plaisir de les accueillir avec ce propos... "Benvèngut a totei ! Bienvenue dans cette Bourse du Travail d'où, avant vous, M. le ministre, Mmes et MM. les candidats, le grand Jaurès harangua il y a 110 ans le peuple laborieux et rebelle de La Seyne" (...). Alors, il nous reste quelques jours pour dénoncer les colporteurs de foire qui profitent de la détresse économique et sociale de milliers de nos concitoyens pour brader leur quincaille de propositions aussi incongrues qu'irréalistes, et même malhonnêtes parce que déjà réalisées ou ne relevant pas de la compétence d'une Région (...). "L'un des bonimenteurs, M. Estrosi, vous vante le doublement du nombre des apprentis (...). "L'autre baratineuse, Mme Maréchal (qui va jusqu'à usurper un nom qui n'est pas le sien), est moins dépensière... puisqu'elle ne propose pas grand chose dont le coût soit évaluable et qui puisse entrer dans les compétences régionales (...) tout ça, bien sûr, sans expliquer où elle trouvera les ressources. "Et nos deux forains rivalisent de jacasse pour trompéter à leurs braderies d'autres choses qui existent déjà ou qui ne relèvent pas de la compétence de la Région qu'ils prétendent pouvoir administrer : une préférence pour attribuer les marchés publics aux entreprises de la Région... interdite par la loi et les marchés européens, des pénalités versées par la SNCF pour les retards des trains (on ne les a pas attendus : de 2003 à 2015, ça aura représenté 33,3 millions d'euros), des exonérations d'impôts sur les véhicules propres qui relèvent... de la compétence de l'État, ou encore une police des transports qui est aussi... de la responsabilité de l'État et de la SNCF, et qui, de toute façon, est en service depuis plusieurs années. Voilà la réalité. Voilà la vacuité des propositions de nos aigrefins charlatans que les sondages portent hélas d'autant plus aux nues que certains médias à l'éthique... insolite font tout pour laisser croire qu'il n'y a que leurs deux listes qui soient dignes d'intérêt. Mais les sondages ne font pas l'élection, on le sait bien ici, à La Seyne, où, en 2008 et 2014, les équipes de gauche unie étaient données perdantes aux municipales, où, il y a quelques mois, aux départementales, le plus jeune duo de candidats de gauche du Var a obtenu dans le pire des cantons le meilleur des scores jamais réalisé par la gauche dans ce secteur, et où, dans l'autre canton, le binôme de notre camp a été l'un des deux seuls du Var a accéder au second tour. Et puis nos concitoyens ne sont pas des gogos qu'on manipule... pour peu que, nous tous, auprès de nos proches, au travail, au comptoir, au rugby ou au foot, nous redoublions d'efforts pour dénoncer l'indigne vilenie de ces camelots de pacotille. Alors ressassons sans relâche jusqu'à dimanche qu'il y a dissimulation, hors-sujet, désinformation, intoxication, comme on l'a connu ici en 2014 de la part d'un certain M. Vitel qui a cru berner les Seynois. On connaît la suite. Reprenons les exemples que je viens de citer et promouvons avec simplicité les propositions réalistes, compatibles avec celles de l'autre gauche, en prise avec les territoires et avec les gens, que nos têtes de liste et leur illustre invité vont développer ce soir. Encore merci à eux d'avoir choisi La Seyne. Je leur cède la place ».
- Var-Matin.com, jeudi 3 décembre 2015 : « Hier soir sur France 3 : Dans la dernière ligne droite avant le premier tour de dimanche, les quatre principaux candidats ont débattu une dernière fois hier soir sur le plateau du service public. Une confrontation crispée » - « Les cinq phrases à retenir du débat :
"CE N'EST PAS À LA RÉGION DE FINANCER LA SÉCURITÉ, UNE PRÉROGATIVE RÉGALIENNE DE L'ÉTAT". Marion Maréchal Le Pen s'est positionnée en "lanceur d'alerte" sur les questions de sécurité. Dans la foulée, Christian Estrosi (LR), "élément de référence à droite dans le domaine de la sécurité", s'est félicité que le président de la République reprenne ses propositions. Évoquant "le cynisme de la politique", Christophe Castaner (PS) a renvoyé ses deux adversaires dos à dos en déclarant : "Il faut apaiser et ne pas hystériser le débat". Sophie Camard (Front de gauche-EELV) est finalement la seule à ne pas avoir vraiment joué la surenchère sur cette question. Et pour cause. "Ce n'est pas à la Région de financer la sécurité, une prérogative régalienne de l'État", a conclu la candidate écologiste.
 "UNE PROVOCATION À L'ENCONTRE DU PETIT JUIF OU DU PETIT MUSULMAN QUI NE MANGE PAS DE PORC". Après avoir dit qu'il fallait "investir dans les hommes et les femmes", Christophe Castaner a attaqué Marion Maréchal-Le Pen sur la suppression des menus alternatifs. Aux yeux du candidat socialiste, "une provocation à l'encontre du petit juif ou du petit musulman qui ne mange pas de porc".
LES ASSOCIATIONS ESTAMPILLÉES UOIF, "COURROIES DE TRANSMISSION DE LA RADICALISATION ". La candidate FN a accusé Christian Estrosi de subventionner dans sa ville de Nice des associations estampillées UOIF (Union des organisations islamiques de France), "courroies de transmission de la radicalisation". Ce à quoi, le candidat LR lui a rétorqué: "Vous mentez matin, midi et soir. Soyez prudente, ça vous retombera sur le coin de la figure".
"LA RÉGION MÉRITE QU'ON S'Y  CONSACRE À PLEIN TEMPS". En cas de victoire aux régionales, les candidats seraient-ils prêts à abandonner l'un de leurs autres mandats ? Marion Maréchal-Le Pen n'a pas hésité une seconde : "La Région mérite qu'on s'y consacre à temps plein. Je démissionnerais donc de mon mandat de député". Même décision pour le député-maire de Nice, Christian Estrosi. Mais ce dernier a été attaqué par Christophe Castaner. Le député-maire de Forcalquier, également prêt à renoncer au Palais Bourbon en cas de victoire au soir du 13 décembre, a ainsi lancé à son adversaire Les Républicains : "Ce serait une faute de vouloir rester président de la métropole Nice Côte d'Azur". Pour Sophie Camard - "seule non-cumularde", s'est-elle empressée de faire remarquer -, la situation serait évidemment plus simple…
"PERSONNE N'A LE MONOPOLE DE L'ÉCOLOGIE". Lors du débat. Marion Maréchal-Le Pen, Christian Estrosi et Christophe Castaner se sont ainsi affrontés en "triangulaire". C'est finalement Sophie Camard, "oubliée" par ses adversaires, qui a donné la meilleure image de la politique. La candidate écologiste a d'ailleurs lancé "un appel au réveil citoyen" pour que les sondages soient faux au soir du premier tour. Alors que Paris accueille la Cop 21, Sophie Camard a insisté : "Il faut des élus écologistes à la Région". Ce à quoi Marion Maréchal-Le Pen a répondu : "Personne n'a le monopole de l'écologie".
BONUS: LE CADEAU DE CHRISTIAN ESTROSI. Christian Estrosi était revenu sur la polémique née de la volonté de Marion Maréchal-Le Pen de ne plus subventionner le planning familial, association que la candidate Front National juge "politisée". Brandissant la version poche d'"Une vie", l'autobiographie de Simone Veil à qui l'on doit la dépénalisation de l'avortement, Christian Estrosi a déclaré vouloir offrir l'ouvrage à son adversaire. "Si vous êtes candidate aujourd'hui, c'est que des femmes se sont battues pour que vous ayez des droits". La candidate frontiste l'a refusé.
- Var-Matin, jeudi 3 décembre 2015, page 17 : Estrosi : « Six ans, ça ne se joue pas sur un coup de tête - Autour d'Hubert Falco, de Mourad Boudjellal et de Jean-Christophe Lagarde, le candidat LR-UDI a estimé que le programme du FN, c'est la ruine de la région » - « Liste de l'union des droites : « D'abord réduire les dépenses ! » »; page 20 : « Le FN au pouvoir en Paca ? 7 patrons sur 10 inquiets - C'est le résultat sans appel d'un sondage Ifop-Fiducial réalisé pour Le Provence, Nice-Matin et Var-Matin. Le programme économique de Marion Maréchal-Le Pen n'a pas convaincu et inquiète même - Image de la région : la crainte d'une dégradation - Tourisme : un impact très fort - Et la culture ? » (GL) ; page 22 : Le Foll : « Marion Maréchal-Le Pen a un problème avec l'Histoire - Le ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, porte-parole du gouvernement, était mardi soir dans le Var pour soutenir le candidat PS aux régionales, Christophe Castaner » (SM) ; page 23 : Frédéric Mitterrand : « Christian Estrosi est un vrai républicain - Frédéric Mitterrand couvre d'éloges celui qui fut son collègue au sein du gouvernement Fillon en 2009-2010. Entre les deux, le courant est passé » (TP).
- Var-Matin, vendredi 4 décembre 2015, pages 16-17 : « Christian Estrosi (LR) face à la rédaction : la contre-attaque - Un contexte particulier - « Maréchal-Le Pen candidate du mensonge » - « Je veux faire de Paca la start-up région » - Ce qui le distingue des autres - « Dimanche soir, je compte bien être en tête. Mais quelle que soit ma position, je ne transigerai pas su mes valeurs. Je vais gagner. Je sens cet élan sur le terrain. Il y aura une surprise dimanche soir par rapport à ce que disent tous les brillants pronostiqueurs » ».
- Var-Matin, vendredi 4 décembre 2015, page 23 : A deux jours du premier tour, Nicolas Sarkozy est soucieux à l'idée que le FN mette la main sur la région Paca et confiant quant à l'issue d'un scrutin aussi important qu'incertain pour la droite : «  Votre région ne portera pas le visage du désordre - J'ai confiance dans le bon sens des Français - Je me réjouis de la campagne que mène Christian Estrosi » (DC).
- Var-Matin, samedi 5 décembre 2015, page 18 : « Quatre questions pour un scrutin - On votera demain pour le premier tour des régionales. Dix listes sont en course mais toute l'attention sera captée par le score du Front national. Confirmera-t-il sa poussée sondagière ? - Quelle fiabilité des sondages ? Petites listes laminées ? - Un sursaut à gauche ? - Désistement, LA question » (TP) - « Les nouvelles compétences de la Région » - « Election, mode d'emploi » - Les dix candidats » - « Les réusltats de 2010 ».
- MyTF1News, dimanche 6 décembre, 21 h 46 : « Estimations PACA : Marion M. Le Pen en tête avec 41,5%, Estrosi 25,3%, Castaner 15,8% - Estimations PACA : Marion M. Le Pen en tête avec 41,5%, Estrosi deuxième 25,3%, Castaner 15,8% Selon les estimations TNS Sofres / OnePoint pour TF1, Marion Maréchal Le Pen arriverait largement en tête avec 41,5% des voix devant le candidat de la droite Christian Estrosi qui obtiendrait 25,3%.
Estimations PACA : Marion M. Le Pen en tête avec 41,5%, Estrosi deuxième 25,3%, Castaner 15,8% Selon les estimations TNS Sofres / OnePoint pour TF1, Marion Maréchal Le Pen arriverait largement en tête avec 41,5% des voix devant le candidat de la droite Christian Estrosi qui obtiendrait 25,3% des voix. Le socialiste Christophe Castaner obtiendrait 15,8% des voix. La candidate Sophie Camard (EELV-FDG) recueillerait 7,2% des voix. La région Provence-Alpes-Côte d'Azur est la 2ème région où l'on a le plus voté ce dimanche de 1er tour. Il semblerait que ce soit l'électorat du FN qui s'est le plus mobilisé pour porter Marion Maréchal Le Pen en position avantageuse pour le second tour de dimanche prochain ».
- MYTF1News, lundi 7 décembre, 6 h 00 : « Le PS retire ses listes en PACA et Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Cette décision morale peut paradoxalement permettre à Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen de prouver qu'elles peuvent gagner seules contre tous. La nouvelle percée historique du FN sur l'ensemble du territoire amène les partis de gouvernement à prendre leurs responsabilités pour le second tour. Si Nicolas Sarkozy a écarté tout retrait de liste de sa formation pour éviter une confusion entre la droite et la gauche face au FN, il n'en est pas de même du PS. Appelant à un "barrage républicain", le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a annoncé un retrait de ses listes en NPDC-Picardie et PACA, synonyme de "sacrifice" pour les socialistes qui ne siégeront pas dans ces régions pendant près de six ans. Si cette décision, prise en étroite liaison avec Matignon et l'Elysée, se comprend sur le plan moral, son efficacité sur le terrain reste à prouver. Du côté des élus et militants, certains évoquaient de fait une décision "douloureuse", notamment en PACA, qui ne sera même pas forcément couronnée de succès . "On a été jusqu'au maximum", a souligné un responsable du parti, sans certitude sur la réaction des votants : "qui vous dit que l'électorat de droite ne va pas filer vers le Front national ?".
Face au FN, le retrait des listes PS sera-til vraiment efficace ? - "Nos électeurs sont allergiques à la gauche !". En effet, en PACA, la porosité entre les électorats de droite et FN est telle que si le candidat PS appelle à voter pour Christian Estrosi, certains électeurs de droite pourraient du coup basculer au second tour vers le vote FN. "Il faut voir que nos électeurs sont allergiques à la gauche !", confie le maire de droite d'une grande ville du sud. Ainsi, malgré le retrait de Christophe Castaner, Marion Maréchal-Le Pen part favorite dimanche prochain. Dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, les électorats sont différents mais rien ne dit que les électeurs de gauche voteront massivement pour Xavier Bertrand. Si la décision du PS de retirer ses listes est une façon de prendre date pour 2017 en se montrant les plus fermes face au FN, elle induit des conséquences politiques importantes. En effet, Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen ont la possibilité de gagner des élections en duel dimanche prochain, seules contre tous. Si elles prouvent qu'elles sont capables de faire plus de 50 % dans des territoires importants où votent plusieurs millions d'habitants, ce fait politique sera vécu comme un nouveau coup de tonnerre à 18 mois de la présidentielle de 2017 ».
- Var-Matin, lundi 7 décembre 2015, A la Une : « Tous contre elle - A La Seyne, le FN a 23 points d'avance - Dans le Var, il frôle les 45 % des voix - En France, le FN en tête dans six régions sur treize » ; pages 2-7 : « Le FN face au barrage républicain - Les résultats du premier tour - Les résultats département par département - L'ambiance dans les QG de la région Paca - Maréchal-Le Pen veut saisir sa chance - Estrosi : un camp sous le choc - Castaner, arrivé 3e, finit par se retirer - Camard/Coppola : la résistance s'organise - L'ambiance dans les QG varois - Le FN dynamite le 1er tour ; pages 8-11 : spécial élection Var - résultats commune par commune ; pages 12-13 : les résultats en France - Le Front national en tête dans six régions - L'alliance de la droite en première position dans quatre régions - L'ouest du pays reste fidèle au PS - Les trois crises françaises (Denis Jeambar) ».
- Marc Vuillemot, le blog, 7 décembre 2015: « Appel à Christophe Castaner et aux listes de gauche et de l'écologie - Une marée noire a déferlé sur nos côtes de Méditerranée jusqu'aux massifs alpins. La position de reddition en rase campagne dictée à Christophe Castaner n'est pas acceptable. Une autre voie est possible : le rassemblement des listes de Christophe Castaner et de Sophie Camard et Jean-Marc Coppola. L'argument d'une pseudo-responsabilité de favoriser l'élection du FN ne tient pas. En effet, même si la gauche ne devait pas être présente, il n'y aurait hélas, sauf miracle, aucune chance que la Région échappe au FN, au vu du score qu'il a réalisé ce dimanche. Il aurait les mains libres pour conduire sa sinistre politique. Et, si le miracle se produisait, ceux qui assumeraient les responsabilités régionales, ce seraient ceux qui ont tellement flirté avec les idées nauséabondes de l'extrême-droite qu'il lui ont donné du crédit et se sont fait siphonner leur électorat qui aura préféré l'original à la copie. Sans que quiconque, du vrai camp républicain, celui de la gauche, ne puisse porter une voix d'opposition. En revanche, si la gauche et l'écologie réunies se présentaient au second tour, elles pourraient au moins, par le vote à la proportionnelle, être présentes avec leurs diversités pour combattre les méfaits que le FN va s'employer à commettre. Et, ce faisant, la gauche et l'écologie, peut-être avec d'autres, entreraient en résistance autrement que dans une inopérante clandestinité contrainte ».
- Marc Vuillemot, le blog, 7 décembre 2015 : « Gauches régionales : dans quelques heures ce sera trop tard - Il faut se féliciter de l'écho de mon appel lancé pour qu'une liste des gauches et de l'écologie unies offre une alternative au peuple de la Région Provence Alpes Côte d'Azur. Des militants et cadres des instances régionales du Parti radical de gauche, du Mouvement républicain et citoyen, de la Fédération varoise du Parti socialiste, du Mouvement Jeunes socialistes, plusieurs maires et élus de PACA, de nombreux colistiers de Christophe Castaner, des militants et sympathisants des partis de la gauche, de l'écologie et du régionalisme, ont relayé et soutenu mon appel. Des centaines de signatures apparaissent sur une pétition mise en ligne par des "jeunes de gauche". Les leaders de l'autre liste de gauche, Sophie Camard (EELV) et Jean-Marc Coppola (PCF), ont confirmé leur accord pour qu'émerge d'une fusion une liste portant l'espérance d'une unité des gauches et de l'écologie afin que la résistance à la hélas très probable prédominance de l'extrême-droite sur la Région PACA puisse s'incarner autour d'une équipe combattive reflétant les sensibilités progressistes du territoire. Il suffit pour cela que Christophe Castaner, mandataire en sa qualité de tête de liste régionale du PS et de ses partenaires, formule dans les toutes prochaines heures à son homologue de la liste EELV-FG, Sophie Camard, la proposition de cette fusion qu'il avait lui-même appelée de ses vœux. Le peuple méridional ne peut se résoudre à l'impasse d'un choix entre l'extrême-droite et ce que Christophe Castaner a qualifié pendant des mois, à juste titre, de "droite extrême". Il est inacceptable que les instances nationales du Parti socialiste s'arcboutent pour ne pas vouloir tenir compte de l'aspiration d'un peuple et de nombre de ses représentants, et empêcher Christophe Castaner, homme de talent et de raison, de créer les conditions de ce rassemblement des républicains progressistes qu'il a espéré et promu durant des mois. Il ne reste que quelques heures. Puisse la sagesse prévaloir ».
- Le Monde, mardi 8 décembre 2015 : A la Une : « Régionales : poussée historique du FN » - « Comment en est-on arrivé là ? » ; pages 2-9 : Commentaires sur les régionales : « Le FN, première force d'opposition - Le parti de Marine Le Pen bénéficie d'une dynamique forte esquissée lors des départementales de mars » - « Les régions que la gauche peut espérer conserver - L'espoir caressé par Nicolas Sarkozy de remporter six à dix régions s'éloigne au lendemain du premier tour » - « Participation, report de voix... les inconnues du second tour : En règle générale, la mobilisation est supérieure au second tour. Le péril frontiste, prévisible mais devenu éclatant, va-t-il inciter l'électorat républicain, de droite ou de gauche, à se déplacer ? Ou va-t-on assister à une sorte de résignation ? Le « sursaut républicain », à cette heure, n'apparaît pas comme l'hypothèse la plus probable tant les partis de gouvernement ne semblent pas en mesure de susciter un engouement quelconque » - « Le Front national plus haut que jamais - Le parti d'extrême droite qui a réuni plus de six millions de voix, est arrivé en tête dans six régions - Pour la première fois en Europe, un parti d'extrême droite pourrait gouverner seul une région - A Calais « si le FN gagne, il vont les dégager » - « Evolution des scores nationaux depuis 2007 » - « Les Républicains pris au piège - Le parti de Nicolas Sarkozy, allié aux centristes de l'UDI et au MoDem, doit se contenter de la deuxième place » - « Wauquiez estime sa stratégie validée - La forte explosion du FN nous oblige à nous repenser. Nos vieilles grilles d'analyses sont dépassées » - « Malgré un net recul, le PS limite les dégâts - La gauche peut espérer décrocher entre quatre et sept régions, en misant sur de bons reports de voix au second tour - Pour François Hollande, des raisons d'espérer dans la défaite » - « La débâcle d'Europe-Ecologie-Les Verts - Les écologistes ont perdu près de la moitié de leur électorat, dans un scrutin qui leur est d'ordinaire favorable » - « Le Front de gauche paie ses divisions - La coalition de la gauche radicale réalise l'un de ses plus mauvais scores » ; pages 10-14 : Dans les régions : « Les larmes de Pierre de Saintignon - A l'annonce des résultats, les socialistes du Nord, effondrés, ont été contraints de se retirer face au FN » - « Claude Bartolone anticipe sa victoire - Sûr de bénéficier du report des voix de gauche, le président de l'Assemblée se voit déjà à la tête de la région » - « La marche victorieuse de Marion Maréchal-Le Pen - La candidate frontiste pourrait devenir, à 26 ans, présidente de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur - La soirée coup de massue de Christian Estrosi - Le candidat Les Républicains en Provence-Alpes-Côte d'Azur a été distance de 14 points par Marion Maréchal-Le Pen » - « Florain Philippot s'impose face à la droite - En Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, le numéro 2 du FN pourrait accéder à la présidence de région » - « Sophie Montel, de la défense des animaux au Front national - Tête de liste en Bourgogne Franche-Comté, cette fidèle de la famille Le Pen est une apparatchik du parti d'extrême droite » - « Carole Delga à la peine sur des terres socialistes - L'ex-secrétaire d'Etat, candidate à la succession de M. Malvy à Toulouse, va devoir convaincre » - « Jean-Yves Le Drian bien placé pour l'emporter en Bretagne » + Supplément de 16 pages : « Résultats du premier tour, région par région ».
- Marc Vuillemot, le blog, 8 décembre 2015 : «
Régionales : les caciques du PS ont fait la sourde oreille - Mon appel n'a pas été entendu par les caciques du Parti socialiste. La gauche et l'écologie seront absentes du choix offert aux citoyens de Provence Alpes Côte d'Azur. Merci aux milliers de personnes, citoyens, élus, acteurs politiques, économiques et sociaux, y compris des républicains non engagés à gauche, qui, en vingt-quatre heures, m'ont apporté leur soutien et ont relayé mon message. Il avait pourtant été clairement exprimé il y a quelques semaines par le Premier secrétaire du PS que "de toute façon, les déclarations extrémistes de Christian Estrosi (...) empêchent désormais le front républicain.", position reprise par un membre du gouvernement : "Nous voyons un certain nombre de candidats face au Front national qui tiennent le même discours que le FN. Je pense notamment à M. Estrosi et donc, confrontés à ce bloc réactionnaire, au fait que, pas tous "Les Républicains", mais une partie d'entre eux, tiennent le même discours que le Front national, nous ne serons pas amenés à nous retirer pour eux." Et voilà que les dirigeants du PS ont cédé aux injonctions d'un Premier ministre dont, en situation d'urgence républicaine, je peine à comprendre les motivations politiques. Il reste aux électeurs déboussolés à évaluer dans quel sens, au-delà des mots et des formules, M. Estrosi va infléchir - ou pas - son projet d'ici au second tour : soit encore un peu plus vers les impasses qu'offrent l'extrémisme de droite pour ratisser sur le terreau du FN, soit, s'il se sent réellement investi de la fonction de "Résistant" dont il s'est tout récemment paré, vers un programme en forme de contrat économique, social, éducatif et culturel, rompant avec ses positions ultra-droitières et compatible avec les aspirations de la majorité des Provençaux, Alpins et Azuréens qui, de la droite républicaine à l'extrême-gauche, n'ont pas voté pour le FN au premier tour ».
- Var-Matin, mardi 8 décembre 2015 : A la Une : « Chasse aux voix - Au lendemain du retrait de la liste PS conduite par Christophe Castaner pour le second tour des régionales, les électeurs de gauche sont aussi bien courtisés par Christian Estrosi que par Marion Maréchal-Le Pen. Sans oublier les abstentionnistes » ; pages 2-3 : « Le cas de conscience des électeurs de gauche - Ne pas s'en mêler ou faire barrage au FN ? Après le retrait de Christophe Castaner, les électeurs de gauche, entre résignation, colère et vent de fronde, détiennent les clés du second tour - Ceux qui s'en lavent les mains - Ceux qui se rebiffent [Marc Vuillemot : « Il vaut mieux être dedans pour résister »] - Ceux qui voteront contre le FN [ Elsa Di Méo : « Se retirer, c'est être fidèle à nos valeurs »] - Celui qui claque la porte [Bernard Clap : « J'ai l'habitude de me battre. La politique de la chaise vide, ce n'est pas pour moi »] (MM) - PS : Les coulisses d'une tragique soirée : « L'appel de Valls - 20 h : La surprise FN et Estrosi - La réunion des têtes de listes - 22 h 15 : Cambadélis annonce le retrait - 22 h 45 : échanges froids avec Cambadélis : « La politesse n'est pas réservée qu'aux rois » - 23 h 35 : Castaner renonce - Minuit : le coup de fil d'Estrosi - « Il faudrait un débat [sur le mot Résistance] » ; page 4 : « Le Front national, nouveau poids lourd politique du Var - Longtemps bastion inexpugnable de la droite républicaine, le Var n'en finit pas de subir les assauts du FN. Ce dernier, avec près de 45 % des voix au 1er tour, y réalise un score historique - Un contexte particulier : Hubert Falco relativise le poids réel du parti lepéniste dans le Var : « Le FN a profité d 'un traumatisme national. Avec les attentats du 13 novembre, les élections régionales sont devenues un scrutin de portée nationale. Les 45 % réalisés par le FN dans le Var ne représentent pas son poids réel ». Hubert Falco en veut pour preuve les résultats des élections départementales au printemps dernier. « La droite républicaine n'a jamais eu une majorité pareille. Elle a gagné 20 cantons, contre à peine 3 pour le FN ». Et d'insister : « Je suis persuadé que dans un autre scrutin, qui ne se déroulerait pas dans ce contexte particulier d 'état d'urgence, le FN ne ferait pas le même score » ; page 5 : LR : « Partout, nous devons nous remettre en question [Que réclament nos électeurs : ils veulent plus que tout de l'ordre et de la sécurité] » - La droite espère rééditer dans le Var la performance réalisée en mars dernier dans plusieurs cantons en remontant le retard pris au premier tour. Même si l'écart est cette fois plus important - Des résultats moins bons qu'aux derniers scrutins (35 % aux régionales 2010, 36 % à la présidentielle 2012, plus de 35 % au départementales de mars 2015, 27,58 % cette fois-ci) - Estrosi, entre « fermeté et fibre sociale » ; page 6 : « Quelle stratégie en vue du second tour ? - C'est un duel inédit que devront arbitrer les électeurs de la région Paca, dimanche. Pour les deux candidats encore en lice, c'est aussi une nouvelle campagne qui commence - Qui appelle à voter pour qui ? - Gouvernatori se rallie à Estrosi » ; page 7 : « Valls et Cambadélis appellent à voter à droite dans trois régions - Claude Weill : « La gueule de bois »Incrédulité devant les programmes et les promesses de campagne, nourrie de toutes les déceptions passées. Et pire que tout, ce sentiment qui ne cesse de gagner, d'élection en élection, d'alternance en alternance, que la politique a perdu la main. Que les élus sont impuissants à résoudre les problèmes du pays. Que la où un camp a échoué, l'autre ne ferait pas mieux. D'où cette tentation de renverser la table et d'essayer autre chose qui est un des principaux moteurs de l'ascension du Front national »] ; pages 8-11 : « Les résultats par bureau dans l'ouest-Var » ; page 12 : La Seyne : « Ville à gauche... électeurs de plus en plus à droite - Dans la deuxième plus grande municipalité de gauche de la Région, les Seynois ont voté, ce week-end, à près de 44 % pour la liste du Front national. Un score électoral d'une ampleur inédite - Marc Vuillemot estime que la « politique d'austérité de l'Europe » est pour partie responsable du faible score de la gauche - En 5 ans, trois fois plus d'électeurs du Front national - Forte abstention dans les cités » (MA.D).

Var-Matin, 8 décembre 2015

- Var-Matin, mercredi 9 décembre 2015 : Pages 2-3 : « Tension maximale dans la campagne électorale - Alors qu'un débat réunira ce soir les deux candidats, la journée d'hier a fait monter la pression de la campagne électorale à son paroxysme - Les deux finalistes se rendent coup pour coup - On ressort les vieux dossiers » ; pages 4-5 : « Paca : un fauteuil pour deux - Sans trop de surprise, l'appel à une liste d'union de la gauche est resté sans effet. Pour la première fois, deux candidats seulement seront présents au second tour - Un meeting chacun, et quoi d'autre ? - Le FN inquiète des associations d'aide aux démunis - Des appels, des contre-appels et vice-versa - Masseret se maintient dans le Grand-Est - Le PS lui a retiré l'investiture hier soir - La droite piégée (Denis Jeambar) »
- MYTF1News, mercredi 9 décembre, 18 h 20 : « Selon les enquêtes de TNS-Sofres/OnePoint pour LCI, RTL et Le Figaro, Xavier Bertrand l'emporterait face à Marine Le Pen avec 53% des intentions de vote. Christian Estrosi gagnerait, lui, face à Marion Maréchal-le Pen avec 54%. A quatre jours du second tour des régionales, voilà deux sondages surprise qui vont faire démentir beaucoup de commentaires depuis dimanche soir sur l'issue du scrutin en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et PACA. En effet, selon les enquêtes de TNS-Sofres/OnePoint pour LCI, RTL et Le Figaro, le Front national serait donné battu face aux candidats de droite dans ces deux régions où la gauche s'est retirée du 2nd tour. Dans le Nord-Pas-de-Calais Picardie, Marine Le Pen n'obtiendrait que 47% des intentions de vote contre 53% à Xavier Bertrand. Cette victoire nette du candidat de la droite et du centre serait le résultat de bons reports de voix de l'électorat de gauche. En effet, 77% des électeurs de gauche du 1er tour voterait pour le candidat de droite dimanche prochain. Dans cette région, 42% des personnes interrogées par TNS-Sofres approuvent la décision du Parti socialiste de retirer sa liste, autant la désapprouvent. 
De bons reports des voix de gauche. En Provence-Alpes-Côte-d'Azur, c'est le candidat de la droite et du centre Christian Estrosi qui l'emporterait aussi dimanche face au FN, selon le sondage TNS-Sofres/OnePoint. Marion Maréchal-Le Pen serait donnée battue avec 46% des intentions de vote contre 54% pour le maire de Nice. Après un premier tour où il a été largement distancé par la jeune candidate du FN, Christian Estrosi bénéficierait également, selon l'enquête TNS-Sofres, de bons reports de voix de gauche, la liste de Christophe Castaner s'étant retirée de la compétition pour dimanche. Comme dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, 77 % des électeurs de gauche s'apprêteraient à voter pour le candidat de droite. Il est à noter que dans la région PACA, 60 % des personnes interrogées approuvent la décision du PS de retirer sa liste, compte tenu de son faible score. Comment expliquer de tels sondages de 2nd tour alors que le FN a réalisé dans ces deux régions de très forts premiers tours à plus de 40 % des voix ? Outre les bons reports estimés des voix de gauche sur les candidats de la droite et du centre, la polarisation de l'attention médiatique et politique n'a pas échappé aux électeurs de ces deux vastes territoires à très forts enjeux. Ainsi, dans les deux régions, plus de 80 % des personnes interrogées par TNS-Sofres se disent intéressés pour le second tour de dimanche. VIDEO. Marine Le Pen : "Je ne crois pas du tout à ce résultat" ».
- Var-Matin, jeudi 10 décembre 2015 : A la Une : « Les deux programmes passés au crible - Pas les mêmes - Féroce joute verbale, hier lors du débat France 3/France Bleu/Var-Matin, entre les deux candidats aux régionales » ; pages 2-3 : « Les candidats se rendent coup pour coup - Parfois vif, le seul débat de l'entre-deux tours des élections régionales a tenu ses promesses. S'il n'a pas nécessairement un vainqueur, il a permis de préciser les positions des deux finalistes - Marion Maréchal-Le Pen prête à « écrire une nouvelle histoire » - Coulisses : « Ça va mon beau ? » : quand deux proches des candidats se retrouvent avec plaisir » ; pages 4-5 : « Maréchal-Le Pen - Estrosi : les programmes à la loupe - Les projets des deux postulants à la présidence de la Région se recoupent assez largement en matière de transports. Les variantes apparaissent dans l'économie et, plus encore, la culture... - Transports : Estrosi mise sur les portiques dans les gares - Education et culture : Maréchal-Le Pen plus drastique sur les subventions - Economie et emploi : un libéral et une protectionniste - L'expert (Frédéric Ganneval) : « Une vraie évolution » - Notre bilan express » ; pages 6-7 : Alain Chouraqui : « Le doigt dans quel engrenage ? » - Estrosi gagnant dans les sondages : Deux enquêtes Odoxa et TNS-Sofres le créditent de respectivement 52 % et 54 % des suffrages au 2nd tour - Dans le Nord aussi - La srtatégie périlleuse de Nicolas Sarkozy (Michèle Cotta) - Sur les campus, des étudiants font campagne contre l'abstention - Bernard Clap : « Pourquoi j'ai rendu ma carte du PS » ».
- Var-Matin, vendredi 11 décembre 2015 : A la Une : « Sondage exclusif Var-Matin/BVA : Rien n'est joué - Christian Estrosi et Marion Maréchal-Le Pen sont au coude à coude. Que feront les électeurs de gauche ? Comment se comporteront les abstentionnistes ? Quels poids auront les soutiens qui se sont signalés hier ? » ; pages 2-3 : « Notre sondage : Estrosi gagnerait d'un cheveu - L'enquête BVA/Nice-Matin pour la presse quotidienne régionales confirme l'émergence d'un front tépublicain et le redressement du député-maire de Nice, qui l'emporterait dimanche : 51 % contre 49 % - Christian Estrosi en meeting à Brignoles : « Chaque voix compte ! » - Le choix entre la haine et la générosité - Pas besoin de vacancier pour diriegr la région - Portrait au vitriol de la candidate » ; pages 4-5 : Les responsables de plusieurs grands lieux culturels ont réaffirmé hier l'importance d'une culture indépendante : « Nous, gens de gauche, voterons Estrosi » - Abdellatif Kechiche : « Il faudrait être aveugle pour ne pas voir qu'on s'approche du chaos (...). Insensé qu'une gamine de 26 ans fasse presque la moitié des voix de la région ! Il faudra deux générations pour revenir à d'autres mentalités (...). Bonne chance à ma ville » - Meeting national avec Marine Le Pen à Paris » ; pages 6-7 : « Procurations : y aura-t-il plus de votants dans le Var dimanche ? - Vote au second tour : le sursaut citoyen à Nice - La campagne se tend en Ile-de-France : Claude Bartolone accuse la droite de « faire la danse du ventre aux électeurs du FN ». Indignation générale dans les rangs des Républicains - Estrosi et Bertrand promettent de consulter la gauche s'ils sont élus - Tout sauf sectaire - Dans le Nord, la « jungle » de Calais au cœur du discours FN - La folle semaine (Claude Weill) ».
- Var-Matin, samedi 12 décembre 2015, page 18 : « L'affrontement ultime - Qui remportera demain la Région Paca ? Le duel entre Marion Maréchal-Le Pen, arrivée en tête qu 1er tour, et Christian Estrosi, désormais soutenu par la gauche, s'annonce extrêmement indécis - Un vrai scénario hitchvockien - La roulette russe des régionales (Denis Jeambar) ».
- MYTF1News, dimanche 13 décembre: « Régionales : le second tour sera très serré, le point région par région - Après la campagne de l'entre-deux-tours, l'issue des Régionales est incertaine dans de nombreuses régions. Combien le FN peut-il espérer en remporter ? Combien la gauche peut-elle en conserver ? MYTF1News fait le point. Provence-Alpes-Côte d'Azur : Largement devancée au soir du premier tour des régionales en Paca, la liste (LR-UDI-MoDem) du député-maire de Nice Christian Estrosi est désormais donnée gagnante d'une courte tête au second tour face à la députée FN Marion Maréchal-Le Pen. Avec 14 points d'avance sur l'ex-ministre de l'Industrie au premier tour, la petite-fille de Jean-Marie Le Pen semblait dimanche bien partie pour réussir là où le fondateur du Front national a échoué par trois fois, en 1992, 1998 et 2010, et emporter une région dirigée par le socialiste Michel Vauzelle depuis 18 ans. Mais en milieu de semaine, à quelques jours du second tour, ce sont coup sur coup trois sondages qui donnaient Christian Estrosi gagnant, avec un écart oscillant entre 2 et 8 points. Après le retrait de la liste PS menée par Christophe Castaner (16,59 %) et l'appel des socialistes à voter pour lui, le député-maire de Nice a multiplié les gestes en direction des électeurs de gauche, se posant en "résistant", multipliant les promesses en direction du monde culturel, assurant qu'il créerait un "conseil territorial" pour écouter la gauche en cas de succès. La députée du Vaucluse a de son côté critiqué la stratégie de barrage à son parti adoptée par le PS dans la région. "Tous ces gens aujourd'hui, qui se drapent dans les valeurs de la République, ont manifestement oublié que la première valeur de la République, c'est la démocratie", a-t-elle dénoncé, assurant que cette "grande coalition ne l'effrayait pas". Résultats du 1er tour : Marion Maréchal-Le Pen (FN) : 40.55 % - Christian Estrosi (LR-UDI) : 26.48 % ».
- Var-Matin, dimanche 13 décembre 2015, page 12 : « Second tour : Maréchal-Le Pen ou Estrosi ? - Quels reports ? - Marion Maréchal-Le Pen a distancé Christian Estrosi de 14 points au premier tour. Mais le candidat socialiste Christophe Castaner s'est retiré, incitant ses électeurs à faire barrage au Front national (TH.P.)
- Var-Matin, lundi 14 décembre 2015, à la Une : « Le sursaut - Christian Estrosi peut dire merci à la gauche : porté par le front républicain; le député-maire de Nice ravit la région à l'extrême droite avec 54,78 % des voix. Mais Marion Maréchal-Le Pen réalise le meilleur score FN en France, à 45,22 % - Estrosi en tête à La Seyne et à Six-Fours - Maréchal-Le Pen devant à Signes - France : Le FN rate son pari - La Corse au nationaliste Gilles Simeoni » ; pages 2-3 :  Le sursaut républicain porte Estrosi à la Région - Le candidat des Républicains et du centre a bénéficié d'une mobilisation accrue et d'un bon report des voix de gauche et écologistes pour s'imposer finalement assez confortablement - Le vent du boulet (par Denis Carreaux) - Participation : 60,31 % - Républicains-UDI-Modem : 54,78 %, 81 sièges - Front national: 45,22 %, 42 sièges - Christian Estrosi : « Le bonheur est immense » - Marion Maréchal-Le Pen = « Mes amis, ne soyez pas tristes » - Les résultats par département » ; pages 4-5 : « Le soir où la Région Paca a basculé à droite - 20 h : à son QG, Christian Estrosi tombe dans les bras de Renaud Muselier - « Que soient remerciés ceux qui à gauche ont fait le sacrifice de leur présence au conseil régional » a lancé Christian Estrosi (GL) - Au QG de Marion Maréchal-Le Pen, les militants FN touchés, mais pas coulés - Retenir « la victoire » - « Hâte d'être en 2017 » (GA) ; pages 6-7 : « Var : une victoire à moins de deux points pour Estrosi - Le candidat de la droite remporte le scrutin, mais de justesse. Le score de Toulon ainsi que la mobilisation de l'électorat et des abstentionnistes ont fait finalement la différence - « Cette mobilisation des électeurs républicains est la victoire de toutes nos convictions républicaines », a déclaré Hubert Falco, sénateur-maire de Toulon, ville-clé du scrutin dans le Var - Les Républicains sans triomphalisme - Au FN : « C'est une blague ? » ; pages 8-9 : « Les résultats dans le Var, commune par commune » ; pages 10-12 : « En France : Le FN échoue aux portes des régions - La formation de Marine Le Pen était pourtant pressentie dans trois régions métropolitaines sur treize. La droite remporte sept régions au second tour, la gauche limite la casse en n'en conservant que cinq - Pécresse annonce sa victoire - Bartolone s'en remet aux députés PS - Sarkozy critiqué dans sa famille - Marine Le Pen : « Rien ne pourra nous arrêter » - Un autonomiste à la tête de la Collectivité territoriale de la Corse - Le bal des déçus (par Claude Weill) » - Les résultats département par département.
- Var-Matin, mardi 15 décembre 2015, page 4 : « Le Front national, champion des premiers tours - Dans le Var où il talonne la droite et prend 37 600 voix supplémentaires entre les deux tours, le FN s'offre une vitrine nationale. Et mise sur les législatives » - « 87 communes ont voté Front national, 64 communes ont voté Les Républicains, 2 communes ont voté a égalité » - « Tout le centre Var et de nombreuses petites communes du haut Var passées dans le giron FN. Mais aussi des villes comptant plus de 10 000 électeurs qui, comme Sainte-Maxime, Draguignan, Brignoles, Roquebrune et Saint-Maximin, ont encore une fois donné la préférence à la candidate FN. « Il y a du souci à se faire ! », tempête le sénateur-maire Hubert Falco. Certes sa ville en premier mais aussi TPM, seule agglomération à placer Estrosi en tête, ont bien résisté à la tentation frontiste, comparé au reste du département. « Mais depuis trois élections de suite, les électeurs nous envoient le même message au premier tour avant de se reprendre au second. Si certains ne se remettent pas en question, pas sûrs que les électeurs leur laissent une quatrième chance ! » » (MM).


Var-Matin, 15 décembre 2015, page 4

- Var-Matin, mardi 15 décembre 2015, page 10 : « La Seyne : Participation en hausse, Christian Estrosi au forceps - Les électeurs seynois ont été 3 493 de plus qu'au 1er tour, dimanche. Ch. Estrosi s'impose avec 51,09 % des suffrages face à  Marion Maréchal-Le Pen, qui totalise 48,91 % - À La Seyne, entre le premier et le second tour, 3 493 électeurs de plus se sont rendus aux urnes. Et si l'effet « front républicain » a joué à plein, la mobilisation a opéré dans les deux sens. Au profit, d'abord, de Christian Estrosi qui, entre les deux tours, enregistre un bonus de 7 249 voix (de 4 269 à 11 518). Le report de vote s'est donc largement réalisé à l'avantage du candidat de la droite et du centre. Pour mémoire, au premier tour, ce dernier était distancé de 23,07 % (un gouffre de 4 771 voix) par la candidate Front national. En plus des suffrages de sa famille politique, il a mathématiquement bénéficié d'une grande partie des voix de l'union de la gauche de Christophe Castaner (3 870) en plus de celles des candidats apparentés de celui-ci et largement rattrapé son retard. Il n'en demeure pas moins que sa rivale frontiste, elle aussi, enregistre une progression significative de 1987 suffrages. C'est cette progression que salue Frédéric Boccaletti, secrétaire départemental du Front national, qui voit le verre à demi plein. Les électeurs de gauche ont été quand même relativement nombreux à ne pas suivre les consignes de leur parti, visant à faire barrage au Front national et à pratiquer un « ni Estrosi, ni Le Pen » de circonstance. Entre les deux tours, le nombre de bulletins blancs est passé de 406 à 1 709, soit une progression de 2,92 %. Et le nombre de bulletins nuls est passé lui de 203 à 528 (+ 0,72 %) » (JMV).
- Le Monde, mardi 15 décembre 2015, à la Une : « Sursis républicain » - « La hausse de la participation au second tour a permis de faire barrage au FN, qui fait néanmoins le plein de voix, avec un record de 6,8 millions de suffrages - En gagnant sept régions, Les Républicains n'effacent pas la montée du FN - La gauche évite la déroute et l'emporte dans cinq régions. Hollande n'envisage ni remaniement, ni changement de cap » - « Agir avant la catastrophe (Éditorial de Jérôme Fenoglio » ; pages 2-11 : « Une élection sans vainqueur ni vaincu - Les bons scores de la gauche et de la droite cachent leur fragilité, l'échec du FN au second tour masque sa force « - « Le FN échoue à passer l'obstacle du second tour - Le parti d'extrême droite ne remporte aucune région. Il dépasse toutefois son record de voix en 2012 » - « Un sursaut exceptionnel de mobilisation - L'abstention a reculé de 8,5 points entre les deux tours, soit plus qu'à l'élection présidentielle de 2002 » - « A droite, la primaire pour la présidentielle commence maintenant - Maigre bilan pour les centristes alliés aux Républicains [seul Hervé Morin a réussi à l'emporter en Normandie] - Valérie Pécresse, la victoire au bout d'une longue campagne : la députée des Yvelines met fin au règne de la gauche, commencé en 1998 » - « La gauche soulagée d'avoir évité une déroute - M. Hollande n'envisage ni changement de cap, ni remaniement ; M. Cambadélis souhaite une « inflexion » - Selon M. Valls, la République doit se « rassembler », s'il le faut au delà de la gauche - Le Parti socialiste à la recherche d'un nouveau souffle » - « M. Bartolone perd l'Ile de France mais garderait le « perchoir » - Jean-Yves Le Drian, mission accomplie : vainqueur en Bretagne, le ministre de la défense restera au gouvernement » - « Elu à la présidence du Nord-Pas-de-Calais, Xavier Bertrand (LR) en fera son laboratoire : « C'est la campagne la plus dure que j'aie eue à mener » - Une revanche contre les élites parisiennes » - « Les écolos voient fondre le nombre de leurs élus : EELV sera absent de près de la moitié des nouveaux conseils régionaux » ; page 12 : « Les habits neufs du président Estrosi - Le maire de Nice va devoir composer avec la coalition hétéroclite qui l'a aidé face au FN - « Je sais la responsabilité qui pèse sur mes épaules de ne pas trahir les valeurs républicaines que nous avons en partage » - « Son premier acte de président du conseil régional - l'élection n'a lieu que vendredi - se place dans la lignée de cette déclaration. Lundi, M. Estrosi sera à Marseille pour mettre sur orbite le « conseil territorial » de la région, structure consultative proposée aux candidats de gauche qui se sont retirés à l'issue du premier tour. S'il ira voir Jean-Claude Gaudin, le sénateur et maire LR de Marseille, M. Estrosi doit rencontrer deux autres de ses prédécesseurs, les socialistes Michel Vauzelle et Michel Pezet. Des monuments locaux dont la carrière est plutôt derrière eux, mais que M. Estrosi compte associer dans un « conseil des sages ». « Christian a profondément changé au cours de cette élection, confie l'UDI Jean-Pierre Colin, élu dans le Var. ll a touché du doigt la nécessité de ne pas laisser prospérer des extrêmes sur l'exclusion et la haine. Il a envie de jouer un rôle national dans cette lutte » - « Devant cette métamorphose annoncée, la gauche provençale reste méfiante. Elle, qui, pour la première fois, sera totalement absente de l'hémicycle régional, attend d'autres preuves qu'un simple strapontin : « Nous serons les vigies exigeantes du respect des engagements pris par le nouveau président de région, prévient le candidat PS Christophe Castaner. M. Estrosi nous trouvera sur son chemin chaque fois que nécessaire quand il s'éloignera du pacte républicain » ; page 12 (suite) : « Défaite, Marion Maréchal-Le Pen attend son heure - Alors qu'elle était donnée favorite, la députée du Vaucluse a échoué en Provence-Alpes-Côte d'Azur - « Jeanne d'Arc en Provence » - « Où est le plafond de verre ? » » ; pages 13-15 : « Wauquiez, un ambitieux à la tête de la deuxième région de France - Le numéro trois des Républicains s'impode en Auvergne-Rhône-Alpes - En Normandie, la victoire serrée d'Hervé Morin - Victoire historique des nationalistes en Corse - Carole Delga s'impose en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées malgré un parcours semé d'embuches - Philippe Richert ramène l'Est à droite - Dans le Jura, Sophie Montel dénonce le « front anti-FN » » + Supplément de 13 pages : « Résultats du second tour, région par région ».
- Var-Matin, mercredi 16 décembre 2015, pages 16-17 : « M. Estrosi, Christophe Castaner vous regarde - L'issue du scrutin des régionales a conforté le candidat de la gauche dans son choix de retrait au 1er tour. Il évoque aujourd'hui la « dette républicaine » du nouveau président. Et reste vigilant » - Christian Estrosi : « Apporter une offre politique nouvelle » - « Il assure ne pas avoir changé. Mais le nouveau président de la Région, qui sera élu vendredi, se pose en rassembleur et veut répondre à la défiance des citoyens par « la parole tenue » - « Les trains arriveront à l'heure » - « Nous devons nous remettre en question ».
- www.varmatin.com, jeudi 17 décembre 2015 : « Plus de la moitié des voix PS se seraient reportées sur Christian Estrosi au second tour -  Les électeurs socialistes se sont reportés à 65 % sur Christian Estrosi pour contrer le FN, a estimé ce lundi Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l'Ifop - Par ailleurs, 14 % des abstentionnistes du premier tour se seraient mobilisés au second en faveur du député-maire de Nice plutôt que de Marion Maréchal-Le Pen (9 %) - « Le FN a progressé entre les deux tours, il se heurte toujours au fameux plafond de verre, mais il ne parvient pas à atteindre les 50 % », a estimé Jérôme Fourquet, qui note un score "en boulet de canon" au premier tour, suivi d'une capacité d'allonge au second "plus faible" ».
- www.varmatin.com, jeudi 17 décembre 2015 : « Dans le Var, l'explosion du vote blanc au second tour des élections régionales - Estrosi ou Le Pen ? Certains électeurs de gauche n’ont donc pu s’y résoudre. Tiraillés. Face au mur. Face à ceux que beaucoup ont rebaptisé "la peste et le choléra" – "l’extrême droite et la droite extrême" – comme on a pu le lire sur les réseaux sociaux. Le vote blanc a explosé au second tour des élections avec une hausse de près de 300 % par rapport au 1er tour - Alors ils ont choisi… de ne pas choisir. En même temps qu’une participation en forte hausse (+ 7,89 points dans le Var), le vote blanc a fait un triple salto avant entre les deux tours dans le département: de 7 487 voix (sur 404 566 votants) au premier, il bondit à… 22 311 voix (sur 466 135 votants) au second. Soit une augmentation de près de 300 % ! - Illustration parfaite de cette hausse à Toulon, la ville capitale. Le vote blanc est passé de 973 bulletins au premier tour à 2 883 au second. 296 % d'augmentation. Tendance encore plus forte à Le Seyne. Dans la deuxième commune du département, la hausse s'élève à 421 %. Idem pour les bulletins nuls, passés de 4 191 à 10 706.  Un sursaut inversé, pour ainsi dire. Et un signal d’alarme pour les politiques, quels qu’ils soient ».
- Var-Matin, vendredi 18 décembre 2015, page 20 : « Jour J pour neuf nouveaux présidents de régon - François Hollande salue Xavier Bertrand - Des territoires de cinq millions de personnes - Le nationaliste Gilles Simeoni élu dès hier - La place de la concorde (par Claude Weill) ».
- Var-Matin, samedi 19 décembre 2015, à la Une : « Estrosi élu président de Paca : L'emploi, chantier prioritaire » ; pages 2-3 « Chantiers prioritaires : chômage et transports - Christian Estrosi élu hier, sans surprise, président d'une assemblée régionale inédite où la majorité LR-UDI n'aura qu'un opposant : le Front national. Première initiative sur le dossier chaud des TER, une rencontre lundi avec le président de la SNCF - « Le serai le président de la bataille pour l'emploi » - Marion Maréchal-Le Pen, désormais chef de file de l'opposition : « Nous, nous n'avons trahi personne ! » ; pages 4-5 : Photos des 123 élus au conseil régional 2015-2021 ; pages 6- 7 : « Quatorze vice-présidents - Christian Estrosi a esquissé hier les grandes lignes de son organigramme régional, qui sera définitivement figé lors de la prochaine séance programmée à la mi-janvier - Jennifer Salles-Barbosa (UDI) : « Les citoyens en attente d'écoute » - Jean-Philippe Lecoinnet (FN) : « Fier d'être l'élu de la ruralité », premier mandat et premier pas hier pour le Varois, élu du FN - Pécresse, Le Drian... prennent aussi la tête de leur région - A l'exception des sept nouvelles grandes régions, qui ne verront le jour que le 1er janvier, tous les autres conseils régionaux et collectivités territoriales d'outre-mer ont élu peur président - En Corse, le gouvernement confronté au défi du dialogue avec les nationalistes ».
- Var-Matin, dimanche 20 décembre 2015 : Robert Alfonsi : « La gauche n'est plus dans son axe » - Figure socialiste historique dans le Var, le Toulonnais prend ses distances avec son parti. Les élections régionales ont sans doute été la goutte de trop - Régionales : l'heure de la douloureuse, les dépenses de campagne supposées, de 100 000 € à 1 000 000 € ».
- Var-Matin, mardi 5 janvier 2016 : « Les 7 nouvelles régions ont élu leur président - Paca : trois recours contre l'élection de Christian Estrosi - Six à neuf mois de rab ».
- Var-Matin, mercredi 6 janvier 2016 : « Les motivations du recours de Marion Maréchal-Le Pen contre Christian Estrosi - Insincérité du scrutin ».
- Var-Matin, samedi 9 janvier 2016 : « Christian Estrosi à la Région « Mes 12 mesures en 100 jours » - Le président du Conseil régional a présenté à la presse son plan d'actions pour les 100 premiers jours de son mandat. L'avancée des travaux pourra être suivie sur le site de la Région ».
- Var-Matin, samedi 16 janvier 2016 : « Conseil régional : économies et déontologie - Le présiden Christian Estrosi a annoncé hier des mesures pour réduire le trainde vie des élus et pour veiller à leur probité. Le FN proteste d'une façon inattendue - Le FN refuse la déclaration de patrimoine - Catherine Husson-Trochain, première présidente honoraire de la Cour d'Appel d'Aix-en-Provence, et depuis hier, déontologue du conseil régional - Fermeture des antennes régionales : une perte pour le FN » (RM).
- Var-Matin, mercredi 20 janvier 2016 : « Cinq Varois parmi les vice-présidents et les délégués ».

Var-Matin, 20 janvier 2016

- Var-Matin, samedi 23 janvier 2016 : « Christian Estrosi : « Je suis là pour développer l'emploi » - Le nouveau président de la Région détaille ses premierc chantiers : il veut notamment attirer, en deux ans, 500 entreprises - 10 000 à 15 000 emplois créés fin 2016 » - « J'ai demandé à Guillaume Pepy, le patron de la SNCF, des améliorations. Si elles n'étaient pas mises en oeuvre, je prendrais des mesures fortes. Je pourrais réduire les prestations déléguées à la SNCF et les confier à d'autres acteurs, moins chers et plus rapides, à travers des bus à haut niveau de service par exemple » - « Des portiques de sécurité pouvant détecter de la poudre ou des armes blanches seront installés avant la fin du premier semestre et généralisés d'ici mi-2017. Et la vidéosurveillance connectée en instant réel dans les trains sera développée dans tous les TER dans un délai de six à huit mois » - « Il y avait à la Région un train de vie excessif. C'est un ensemble, qui ne concerne pas que les élus, mais aussi les fonctionnaires. Là où il y avait une imprimante pour quatre secrétaires, il pourra y en avoir une pour huit, c'est suffisant. Sur 143 voitures de fonction, nous allons en supprimer 40. Les téléphones portables de fonction des 123 élus seront aussi supprimés. Au total, nous avons identifié 30 M€ d'économies. Par ailleurs, je veux ouvrir un dialogue avec les syndicats pour que les agents travaillent réellement 35 h par semaine, ce qui n'est pas forcément le cas à la Région » - « Je ne crois pas un seul instant aux mesures annoncées par François Hollande pour redresser la courbe du chômage. Je n'accepterai pas que les 500 000 chômeurs qu'il veut mettre en formation soient un maquillage des chiffres du chômage. En tant que député, je présenterai le 4 février une proposition de loi sur l'apprentissage. Elle visera à faire de la Région l'interlocuteur unique en matière de formation, à permettre l'apprentissage dès 14 ans en alternance, à créer une banque régionale de l'apprentissage et à aligner les conditions de travail des apprentis sur celles des salariés. Je suggère par ailleurs à François Hollande que toute allocation soit liée à une activité, même de quelques heures par semaine. En clair, qu\me allocation d'activité se substitue à l'allocation chômage et que le montant de cette dernière soit progressivement réduit si quelqu'un refuse des emplois. Pour ce qui est de la Région, 25 000 offres d'emplois ne sont pas pourvues aujourd'hui en Paca. Il faut mettre les plans de formation en phase avec les métiers pratiqués et pour cela il faut y associer les employeurs. Mon projet prévoit la création de 12 opérations d'intérêt régional autour de filières d'excellence pour attirer 500 entreprises à fort potentiel en deux ans, une réponse en quinze jours à toute demande d'aide d'un entrepreneur qui s'installe ou s'étend, et le développement du numérique. Je veux structurer l'économie de notre région en filières. Tout cela doit entraîner la création de 10 000 à 15 000 emplois d'ici fin 2016. Enfin, je veux que 50 % au moins des sommes consacrées à la formation servent aux chômeurs, alors que 80 % vont aujourd'hui à la formation continue de gens qui ont déjà un travail » (TP et TS).
- Var-Matin, dimanche 24 janvier 2016 : « Philippe Vitel : Comment faire rayonner notre identité régionale [une vice-présidence consacrée à l'identité et aux traditions régionales a été créée] (MM).
- Var-Matin, samedi 30 janvier 2016 : « Région : la dette surprise s'élève à près de 3 milliards - On en était resté à 2,6 milliards mais en fait la dette de la collectivité devrait atteindre les 3 milliards. La situation financière est tendue mais « la bataille pour l'emploi sera menée » - Le vote du budget primitif aura lieu fin mars - Conférence régionale consultative : le FN refuse d'y siéger. Pour Marion Maréchal-Le Pen, « c'est une mascarade » » (MM).
- Var-Matin,  mardi 2 février 2016 : « Christian Estrosi propose de refonder l'apprentissage - Apprentissage en alternance dès 14 ans » (TP).
- Var-Matin,  vendredi 4 mars 2016 : « Région : la bataille pour l'emploi en six points - Christian Estrosi a présenté hier le Schéma régional de développement économique aux acteurs économiques. « Ce n'est pas un « machin bidule » mais un outil pour vous accompagner » - « Quelles orientations pour le réseau ferroviaire ? ».
- Var-Matin,  jeudi 31 mars 2016 : « Région : un budget d'urgence économique - Christian Estrosi a présenté hier à Marseille les grandes lignes de son premier budget qui sera voté le 8 avril. « Changement de cap » à l'horizon - Pour le président de la Région, « C'est le budget de la parole tenue » (MM).
- Var-Matin, vendredi 8 avril 2016 : « TER : La Région vote tout un train de nouvelles mesures - C'est le réseau ferroviaire régional le plus cher de France. Mais pas le plus efficace ... Un
avenant au contrat avec la SNCF pour améliorer et sécuriser le trafic est voté aujourd'hui - Les trois principales mesures à retenir - Quantité, ponctualité, prix, information... Les attentes des usagers sont fortes - « La priorité des usagers, c'est des trains à l'heure » ».

- Var-Matin, samedi 9 avril 2016 : « Budget : la Région au défi de faire mieux avec moins - Voté sans le FN, le premier budget Estrosi mise sur l'économie et... les économies » - « FN : « Comme un conte de fées » ».
- Var-Matin, mardi 12 avril 2016 : « Christian Estrosi invité exceptionnel de la chaîne Public Sénat au siège de Var-matin/Nice-Matin - Transports : étendre le ticket à tarif unique à toute la région Paca - Suppression du RSA pour certains chômeurs » (MC).






Retour à la page : Autres élections régionales

Retour à la page : Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945

Retour à la page : Documents divers sur l'histoire de La Seyne-sur-Mer

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
jcautran.free.fr


Accès aux oeuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

Administrateur du site : Jean-Claude Autran 2016