La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer
Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945
jcautran.free.fr
Page d'accueil du site

Documents divers sur l'histoire de La Seyne
Toutes les élections à La Seyne
Les autres élections cantonales
Elections cantonales des 10 et 17 mars 1985

(Canton de La Seyne-Nord)

Autres élections cantonales : 1945, 1949, 1955, 1961, 1967, 1973(N), 1973(S), 1976, 1979, 1982, 1985, 1986, 1988, 1992(1), 1992(2), 1994, 1998, 2001, 2004, 2008, 2011


 
Généralités sur cette élection cantonale et sur le mode de scrutin
Liste des candidats dans le canton de La Seyne
Résultats du premier tour
Candidats présents au deuxième tour
Résultats du deuxième tour
Composition du nouveau conseil général du Var
Commentaires sur les élections cantonales de 1985 en France
Autres documents sur les élections cantonales de 1985





Généralités sur ces élections cantonales et sur le mode de scrutin

Les élections cantonales se déroulent au scrutin majoritaire uninominal au suffrage universel direct. Depuis le début de la IIIe République, la durée du mandat des conseillers généraux est fixée à 6 ans. Leur renouvellement se fait par moitié tous les 3 ans.
On parle de série pour différencier les deux groupes distinct de conseillers généraux.
La circonscription électorale pour l'élection des conseillers généraux est le canton.
Pour chaque canton, un conseiller général est élu au scrutin uninominal majoritaire à 2 tours :
- un candidat est élu au premier tour s'il a recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés et au moins 25 % des inscrits ;
- les 2 candidats arrivés en tête peuvent se maintenir au second tour. Les candidats suivants peuvent se maintenir seulement s'ils ont obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 10 % des électeurs inscrits ;
- le candidat élu au second tour est celui qui obtient le plus grand nombre de suffrages, quel que soit le taux de participation. En cas d'égalité de suffrages (rare sans être impossible), le plus âgé remporte les élections.

Les élections cantonales françaises de 1985 pourvoient au renouvellement du poste de conseiller général dans la moitié des cantons français dite série 2, pour un mandat de six ans. Les premiers tours sont fixés au 10 mars 1985 et les seconds tours éventuels au 17 mars 1985.

Les élections cantonales de 1985 dans le Var
En 1985, les 20 cantons renouvelables (1ère série) sont les suivants : Besse, Brignoles, Callas, Fréjus, Hyères, Lorgues, Le Luc, Le Muy, Ollioules, Rians, Saint-Maximin, Saint-Raphaël, Saint-Tropez, La Seyne, Six-Fours, Tavernes, Toulon (2e), Toulon (5e), Toulon (9e), La Valette.


Liste des candidats dans le canton de La Seyne (bulletins de vote et professions de foi n'ont pas été retrouvés)
8 candidats étaient en compétition au scrutin majoritaire à 2 tours :
M. C. FINANA, Centre National des Indépendants et Paysans (C.N.I.P.)
M. R. MORENO, Divers opposition
M. P. NEUMAYER, Front National (F.N.)
M. Maurice PAUL, Parti Communiste Français (P.C.F.), Conseiller général sortant
M. G. PILARD, Parti des Forces Nouveles (P.F.N.)
M. M. ROBERT, Parti Socialiste (P.S.)
M. J.-B. SANTUCCI, Parti Communiste Internationaliste (P.C.I.)
M. Charles SCAGLIA, Union des Démocrates de France - Parti Républicain (U.D.F.-P.R.), Maire de La Seyne




Résultats du premier tour (10 mars 1985) :


Nombre
% / inscrits
Inscrits
26 249
100,00 %
Abstentions
  9 251
  35,24 %
Votants
16 998
  64,76 %

Nombre
% / votants
Blancs et nuls
    410
   2,41 %
Exprimés
16 588
97,59 %

La Marseillaise, 11 mars 1985
Le Monde, 12 Mars 1985






Candidats présents au second tour


M. Maurice PAUL, Parti Communiste Français (P.C.F.), Conseiller général sortant
M. Charles SCAGLIA, Union des Démocrates de France - Parti Républicain (U.D.F.-P.R.), Maire de La Seyne





Résultats du second tour (17 mars 1985)


Nombre
% / inscrits
Inscrits
26 345
100,00 %
Abstentions
  8 016
  30,43 %
Votants
18 329
  69,57 %

Nombre
% / votants
Blancs et nuls
    636
   3,47 %
Exprimés
17 693
  96,53 %

Le Monde, 19 Mars 1985

La Marseillaise, 19 Mars 1985

« A La Seyne où, désormais, chaque élection est l'objet d'un suspens et d'une tension peu commune : 5 voix d'écart sur 17.500 exprimés, en faveur du candidat de droite, cinq voix déjà contestées tant les irrégularités consignées sur les procès-verbaux risquent de rencre cette élection, elle aussi, provisoire. Maurice Paul, a comblé en entier l'écart théorique du 1er tour (1.150 voix en faveur de la droite) avec un bon report et l'essentiel des nouveaux votants (+ 905 exprimés).Le candidat communiste totalise 2.000 voix de plus que PC+PS aux européennes de 1984 ! Scaglia a eu besoin de toutes les voix d'extrême droite pour arracher un résultat déjà entaché d'irrégularités » (La Marseillaise, 19 Mars 1985).

« À La Seyne, le Maire (UDF), M. Charles Scaglia, précède le communiste M. Maurice Paul, de cinq voix. Ce qui laisse augurer un recours en annulation » (Le Monde, 19 Mars 1985).

Cette élection sera effectivement annulée. Un nouveau vote aura lieu à La Seyne les 2 et 9 novembre 1986.

Voir : Elections cantonales de 1986






Composition du nouveau conseil général du Var

En 1985, le conseil général compte 41 membres.

Les 21 cantons non renouvelables (2e série, élus de 1982) sont :
Aups, Barjols, Le Beausset, Collobrières, Comps, Cotignac, La Crau, Cuers, Draguignan, Fayence, Grimaud, La Roquebrussanne, Saint-Mandrier, Salernes, Solliès-Pont, Toulon-1, Toulon-3, Toulon-4, Toulon-6, Toulon-7, Toulon-8

Les 20 cantons renouvelables (1ère série) aux élections de 1985 sont : Besse, Brignoles, Callas, Fréjus, Hyères, Lorgues, Le Luc, Le Muy, Ollioules, Rians, Saint-Maximin, Saint-Raphaël, Saint-Tropez, La Seyne, Six-Fours, Tavernes, Toulon-2, Toulon-5, Toulon-9, La Valette.

2 cantons ont été pourvus au premier tour du 10 mars 1985 :

Canton de Fréjus : François LÉOTARD, c.s. m. UDF-PR
Canton de
Rians : Maurice JANETTI, c.s., sén. PS.

18 cantons ont été pourvus au second tour du 15 mars 1985 :

Canton de Besse : Hubert FALCO, UDF
Canton de Brignoles : Jacques CESTOR, c.s., UDF
Canton de Callas : André DELPUI, c.s., PS
Canton d'Hyères : Joseph SERCIA, UDF-PR
Canton de Lorgues : Edouard SOLDANI, c.s., prés. c.g., PS
Canton du Luc : Jean-Louis DIEUX, c.s., PS
Canton du Muy : André CABASSE, PS
Canton d'Ollioules : Ferdinand BERNHARD, UDF-PR
Canton de Saint-Maximin : Émile OLIVIER, PS
Canton de Saint-Raphaël : René-Georges LAURIN, c.s., m., RPR
Canton de Saint-Tropez : Louis FOUCHER, UDF-PR
Canton de La Seyne-sur-Mer : Charles SCAGLIA, UDF-PR, m.
Canton de Six-Fours : Philippe ESTÈVE, UDF
Canton de Tavernes : Louis FABRE, Div. dr.
Canton de Toulon-2 : Emile GRANIER, UDF-PR
Canton de Toulon-5 : Marcel MASSI, c.s., UDF-CDS
Canton de Toulon-9 : Paul ORSINI, c.s., UDF-PR
Canton de La Valette : Jacques ROUX, RPR

Nouveau conseil général (en bleu, les élus de 1985 ; en noir, les élus de 1982)
Canton d'Aups : Pierre ROLLANDY, PS
Canton de Barjols : William NIRONI, PC
Canton du Beausset : Gabriel DE COMBRET, UDF
Canton de Besse : Hubert FALCO, UDF
Canton de Brignoles : Jacques CESTOR, UDF
Canton de Callas : André DELPUI, PS
Canton de Collobrières : Jean-François TEZENAS, UDF
Canton de La Crau : Roland THEVENET, UDF
Canton de Comps : André LEVAVASSEUR, PS
Canton de Cotignac : Paul REBOUL, PS
Canton de Cuers : Guy GUIGOU, PC
Canton de Draguignan : André GAYRARD, PS
Canton de Fayence : Jean-Marie BERTRAND, RPR
Canton de Fréjus : François LÉOTARD, UDF-PR
Canton de Grimaud : Jean-Paul BREHANT, RPR
Canton d'Hyères : Joseph SERCIA, UDF-PR
Canton de Lorgues : Edouard SOLDANI, PS
Canton du Luc : Jean-Louis DIEUX, PS
Canton du Muy : André CABASSE, PS
Canton d'Ollioules : Ferdinand BERNHARD, UDF-PR
Canton de Rians : Maurice JANETTI, PS
Canton de La Roquebrussanne : Paul EMERIC, PS
Canton de Saint-Mandrier : Arthur PAECHT, UDF
Canton de Saint-Maximin : Émile OLIVIER, PS
Canton de Saint-Raphaël : René-Georges LAURIN, RPR
Canton de Saint-Tropez : Louis FOUCHER, UDF-PR
Canton de Salernes : Raymond NICOLETTI, PS
Canton de La Seyne-sur-Mer : Charles SCAGLIA, UDF-PR
Canton de Six-Fours : Philippe ESTÈVE, UDF
Canton de Solliès-Pont : Guy MENUT, PS
Canton de Tavernes : Louis FABRE, Div. dr.
Canton de Toulon-1 : Fabien FOGACCI, UDF
Canton de Toulon-2 : Emile GRANIER, UDF-PR
Canton de Toulon-3 : Jean-Louis VITEL, UDF
Canton de Toulon-4 : François TRUCY, UDF
Canton de Toulon-5 : Marcel MASSI, UDF-CDS
Canton de Toulon-6 : Maurice ARRECKX, UDF
Canton de Toulon-7 : Louis BERNARDI, RPR
Canton de Toulon-8 : Pierre GOUTX, RPR
Canton de Toulon-9 : Paul ORSINI, UDF-PR
Canton de La Valette : Jacques ROUX, RPR

Ancien conseil : 6 PC, 17 PS, 1 Div. g., 8 UDF, 5 RPR, 1 PR, 3 Div. d.

Président : M. Edouard SOLDANI, PS

Nouveau conseil : 2 PC, 12 PS, 1 App. PS., 12 UDF, 1 UDF-CDS, 6 UDF-PR, 6 RPR, 1 Div. dr.

Président : M. Maurice ARRECKX, UDF





Commentaires sur les élections cantonales de 1985 en France

Le taux d'abstention est relativement faible (record pour des cantonales sous la Ve République), avec 33,30 % au premier tour.

L'opposition de droite (RPR et UDF) gagne 381 sièges en plus, ce qui lui permet de conquérir dix nouvelles présidences de conseils généraux. Le rapport de forces s'établit après ces élections à 69 départements pour la droite sur 95.

Elle se rapproche de la majorité absolue en voix (49,07 %).

C'est aussi la première élection française qui voit l'émergence du FN, qui s'il culmine nationalement à 8,69 %, est beaucoup plus fort dans le sud-est (autour de 20 %).

L'extrême fait donc un bond, passant de 25 000 voix (0,20 %) en 1982, à 1 000 000 de voix.

Source : Wikipedia

L'échec des présidents sortants socialistes Louis Mermaz dans l'Isère et André Laignel dans l'Indre sont les exemples les plus marquants du nouveau recul de la gauche, qui perd au total 244 sièges (un quart de ses sièges de 1979).

La gauche perd aussi la Charente-Maritime, la Corrèze, la Corse-du-Sud, l'Eure-et-Loir, la Gironde, l'Oise, le Var. En revanche, la gauche remporte la Guadeloupe et la Guyane. Elle conserve aussi la présidence des Alpes-de-Haute-Provence grâce à la division de la droite.

Site internet : Wikipedia






Autres documents sur les élections cantonales de 1985 [source : archives Jean-Claude AUTRAN]


La Marseillaise, 12 mars 1985 : « Regards sur le 1er tour dans le Var : « Plusieurs observations doivent être faites à l'issue de ce premier tour dans le Var où l'on a voté à près de 68%.
D'abord, comme au plan national, le Parti communiste amorce un léger redressement par rapport aux Européennes.

De 12,92% son score passe à 13,80%. C'est notamment le cas pour ses 4 candidats sortants : René Clérian à Besse (+ 10,54%), Yvon Robert à la Valette (+ 5,57%), Maurice Paul à La Seyne (+ 4,11 %), Danielle De March dans le 2e canton de Toulon (+ 0,91 %).

A Brignoles, Claude Gilardo qui sera également présent au second tour, progresse de 311 voix et de 1,71% sur les Européennes.
Les candidats socialistes progressent également sensiblement, là où ils sont sortants et enregistrent par contre des baisses en voix et en pourcentage spectaculaires à La Seyne, Besse et la Valette.

Il y avait 11 sortants socialistes et 4 sortants communistes sur les 20 cantons renouvelables qui résistent dans l'ensemble mieux que pouvait le laisser supposer la poussée de la droite dans ce département qui rappelons-le, avait "basculé" à droite en 1981, au moment où la gauche devenait majoritaire au plan national.

L'autre caractéristique varoise, c'est la confirmation de cette poussée de la droite et d'une redistribution de ses électeurs au . profit de l'extrême-droite qui se fait tantôt au détriment du RPR, tantôt de l'UDF (voir les 5e et 2e cantons de Toulon, ainsi que ceux de La Valette et d'Ollioules). Dans ces trois derniers cantons, les candidats de le Pen arrivent en tête de tous les candidats.

S'il n'est pas niable que le front "national" a récupéré l'essentiel de ses voix au détriment des autres partis de droite, il parait non moins évident - et ce n'est pas le moins inquiétant, qu'il a aussi en partie mordu sur un électorat populaire, particulièrement fragilisé par la crise, comme par exemple dans le second canton de Toulon.

Cette situation ne manque pas de poser problèmes aux Etats-Majors UDF et RPR qui ne jouent pas tout à fait la même partition.
Laurin, RPR en ballotage à St-Raphaël, appelle de ses vœux les voix de l'extrême-droite tandis qu'Arreckx, après avoir promis en privé l'alliance à Le Pen, voudrait bien, en public, ne pas en être trop ouvertement l'otage.

Ces magouilles politiciennes pourraient ouvrir quelques yeux sur la démagogie de cette extrême-droite aux desseins sinistres et qui roule pour la droite. Mais cette dernière voudrait bien ne pas y perdre son âme "républicaine" .

Quoiqu'il en soit, le Var s'apprête encore à vivre un deuxième tour qui s'annonce âpre et incertain s'agissant de l'enjeu purement départemental, puisqu'il y va de la majorité au conseil général.
Il y a encore beaucoup à gagner dans l'électorat populaire.

Les communistes abordent ce second tour avec la volonté de tout faire pour rassembler sur les candidats de gauche arrivés en tête le maximum de suffrages, afin de mettre en échec les ambitions de la droite et de son allié d'extrême-droite dans ce département.

Le Monde, 12 mars 1985 : « La leçon des cantonales - L'écart important entre la droite et la gauche va relancer le débat sur la proportionnelle »

La Marseillaise, 19 mars 1985 : « Cantonales : points  de repère pour un second tour » - « Var : un département en bascule - Le Conseil général du Var, à l'issue du premier tour des cantonales, est marqué par une poussée du Front national, qui arrive en tête dans trois cantons. La défection des électeurs de gauche s'est, par contre, fait sentir dans la zone littorale et industrielle de ce bastion, où les socialistes détenaient la majorité au Conseil général depuis la Libération. C'est ainsi qu'à Ollioules, le maire de la ville, M. Guy Durbec (PS), est devancé par le candidat du FN. Dans le 2e canton de Toulon, le FN arrive en tête devant l'UDF et le candidat sortant (PC) et à La Valette-du-Var, le FN devance le RPR et le PC. Pourtant, dans l'ensemble, le PC opère un certain redressement par rapport aux européennes. Compte tenu du maintien du Front national, sur les 18 cantons en ballotage, 1 connaîtront une triangulaire PC ou PS - partis de droite - Front national. Et il y aura deux duels droite - Front national à Six-Fours et Toulon-5 » - « Var : La Seyne n'a pas dit son dernier mot » - Le nouveau conseil général (41 sièges) ».

Le Monde
, 19 mars 1985 : « L'opposition est majoritaire dans 69 départements - La gauche a résisté mieux que prévu, mais elle doit perdre trois présidences de région - La droite met en garde le chef de l'Etat contre l'introduction de la proportionnelle aux législatives »




Retour à la page : Autres élections cantonales

Retour à la page : Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945

Retour à la page : Documents divers sur l'histoire de La Seyne-sur-Mer

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
jcautran.free.fr


Accès aux oeuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

Administrateur du site : Jean-Claude Autran 2016