La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer
Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945
jcautran.free.fr
Page d'accueil du site

Documents divers sur l'histoire de La Seyne
Toutes les élections à La Seyne
Les autres élections cantonales
Elections cantonales des 15 et 22 mars 1998

(Canton de La Seyne-Nord)

Autres élections cantonales : 1945, 1949, 1955, 1961, 1967, 1973(N), 1973(S), 1976, 1979, 1982, 1985, 1986, 1988, 1992(1), 1992(2), 1994, 1998, 2001, 2004, 2008, 2011

 
Généralités sur ces élections cantonales et sur le mode de scrutin
Noms des candidats
Résultats du premier tour
Candidats présents au second tour
Résultats du second tour
Composition du nouveau Conseil Général du Var
Commentaires sur les élections cantonales de 1998 en France
Sources


Généralités sur ces élections cantonales et sur le mode de scrutin

Les élections cantonales françaises de 1998 pourvoient au renouvellement du poste de conseiller général dans la moitié des cantons français dite série 1, pour un mandat de six ans. Les premiers tours sont fixés au 15 mars 1998 et les seconds tours éventuels au 22 mars 1998.
Les élections cantonales se déroulent au scrutin majoritaire uninominal au suffrage universel direct. Depuis le début de la IIIe République, la durée du mandat des conseillers généraux est fixée à 6 ans. Leur renouvellement se fait par moitié tous les 3 ans.

On parle de série pour différencier les deux groupes distinct de conseillers généraux.
La circonscription électorale pour l'élection des conseillers généraux est le canton.

Pour chaque canton, un conseiller général est élu au scrutin uninominal majoritaire à 2 tours.

Pour être élu au premier tour, un candidat doit obtenir :
- au moins la majorité absolue des suffrages exprimés (plus de 50%),
- et un nombre de suffrages égal à au moins 25 % des électeurs inscrits.
Si aucun candidat n'est élu dès le premier tour, il est procédé à un second tour.

Au second tour, les 2 candidats arrivés en tête peuvent se maintenir.

Les candidats suivants peuvent se maintenir seulement s'ils ont obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 10 % des électeurs inscrits.

Le candidat qui obtient le plus grand nombre de suffrages au second tour est élu. En cas d'égalité, le candidat le plus âgé est élu.





VAR : Poussée à gauche, mais l'UDF confirme son implantation
Marqué, hier encore, par une forte participation (66,1 %), le second tour des élections cantonales a été fertile en surprises.
Pour la première fois. Hyères aura un conseiller général socialiste. Succès enregistré sur le fil. M. Jean-François Barrau enlève le siège avec deux voix d'avance sur Mlle Angèle Sorba (U.D.F.).
Déjouant certaines prévisions, le P.S. accroît la majorité dont il disposait au sein de l'assemblée départementale. Avec les apparentés, die sera désormais de 22 sièges sur 41 (plus 1). Outre le canton d'Hyères, les socialistes enlèvent Six-Fours et Ollioules. Et conservent les sièges du Muy, de Saint-Tropez et de Tavernes.
De son côté, le P.C. élargit sa représentation toulonnaise.
Mme Danielle De March a battu M. André Seguin (U.D.F.) conseiller général sortant du 2e canton.
Déjà représentés dans le 8e par M. Pizard, les communistes disposent désormais de deux sièges.
L'U.D.F. est la seule formation de la majorité qui sort renforcée de cette compétition. M. Léotard l'avait emporté à Fréjus dès le premier tour. Hier, M. Cestor a été élu à Brignoles, M. Massi à Toulon 5e et M. Orsini à Toulon 9e.
Malgré la perte du 2e canton, la formation glscardienne (Glad compris) gagne donc deux sièges.
 
LES RESULTATS DANS L'ARRONDISSEMENT DE BRIGNOLES
M. René Clérian (P.C.) est réélu avec 58 % des voix dans le canton de Besse où il était opposé à M. Hubert Falco (U.D.F.).
Un peu plus serré est le résultat à Tavernes. M. Clément Denans (P.S.) retrouve son siège. Mais son adversaire, M. Raymond Carrière, réalise un bon score (44,2 %). Nettement majoritaire à Sillans et à Fox-Amphoux, M. Carrière est distancé à Montmeyan, Régusse et surtout Artignosc et Tavernes.
M. Paul Barles, conseiller général sortant (S.E.) a gagné la bataille de Saint-Maximin. Son adversaire, Mlle Martine Codron (P.C.), ne retrouve pas toutes les voix de la gauche. Il s'en faut de trois cents suffrages. Par contre, M. Barles accroit très sensiblement son score du premier tour (plus 1.388).
Il est permis de penser que des considérations locales ont joué, M. Barles siégeait à l'assemblée départementale parmi les apparentés socialistes.
A Brignoles, la position de la municipalité Tirard va devenir inconfortable. C'est un élu de la minorité, M. Jacques Cestor (U.D.F.), qui enlève le siège de conseiller général, battant de 584 voix le candidat communiste, M. Marius Barbier.
En tête à Vins, Tourves, Camps, le candidat de la gauche est distancé à La Celle, Le Val, mais surtout à Brignoles (P.C. : 1.828 ; U.D.F. : 2.670).

DANS L’ARRONDISSEMENT DE DRAGUIGNAN

M. André Cabasse (P.S.) a été facilement élu dans le canton du Muy. En tête dans les trois communes, le maire de Roquebrune obtient finalement 4.022 voix contre 1.881 à M. François Barone (U.D.F.). Le P.S. garde ainsi le siège qui était détenu en 1973 par M. Aymard.
A Saint-Tropez, défaite de M. Bernard Blua (U.D.F.). Le maire de la cité du Bailli n'a pu combler le handicap du premier tour. Son adversaire socialiste, M. Albert Raphaël, le précède dans six communes dont Saint-Tropez (1.841 voix contre 1.522 à M. Blua). Seul Le Rayol donne la majorité au candidat U.D.F.
Le désistement tardif du docteur Philippe Héritier (U.D.F.) a bien servi M. René Laurin. Le conseiller général-maire de Saint-Raphaël sort vainqueur de l'élection triangulaire qui l'opposait à M. Henri Laugier (P.S.) et au docteur Henri Girod (S.E.).
Au premier tour, la gauche (P.C., P.S., M.R.G.) avait totalisé 3.346 voix. Hier. M. Laugier en a retrouvé 3.066. Les suffrages manquants se sont portés, semble-t-il, sur le nom du docteur Girod. Mais M. Laurin était hors d'atteinte...


Les des candidats [bulletins de vote et professions de foi n'ont pas été retrouvés]

7 candidats étaient en compétition au scrutin majoritaire à 2 tours :


M. Alain FRANÇOIS, Divers droite





M. Jean-Luc GAY, Parti des Travailleurs





M. François HÉRISSON, Rassemblement pour la République





M. Patrick MARTINENQ, Divers droite





M. Maurice PAUL, Parti Communiste, conseiller sortant



M. Gilbert PÉRÉA, Front National




M. Bernard SASSO, Divers gauche







Résultats du 1er tour


Nombre
% / inscrits

Inscrits

25 000
100,00 %

Abstentions


 %

Votants

  
 %


Nombre
% / votants

Blancs et nuls

  
 %

Exprimés

12 314 
 %

Voix % / exprimés Résultat
  • M. Maurice PAUL, P.C.
  • M. Gilbert PÉRÉA, F.N.
  • M. François HÉRISSON, R.P.R.
  • M. Patrick MARTINENQ, Div. dr.
  • M. Alain FRANÇOIS, Div. dr.
  • M. Bernard SASSO, Div. g.
  • M. Jean-Luc GAY, P.T.

4 442
3 843
1 503
1 360
   501
   406
   259

39,26 %
33,97 %
13,28 %

12,02 %

  4,43 %

  3,59 %

  2,29 %
BAL
BAL
-
-
-
-
-

Il y a ballotage

Le Monde, 17 Mars 1998

Candidats présents au second tour

M. Maurice PAUL, Parti Communiste, conseiller sortant




M. Gilbert PÉRÉA, Front National






Résultats du second tour


Nombre
% / inscrits

Inscrits


100,00 %

Abstentions


 %

Votants

  
 %


Nombre
% / votants

Blancs et nuls

  
 %

Exprimés

12 011
 %

Voix % / exprimés Résultat
  • M. Maurice PAUL, P.C.
  • M. Gilbert PÉRÉA, F.N.
6 594
5 417
54,90 %
45,10 %
RÉÉLU
-

Le Monde, 24 mars 1998


Composition du nouveau conseil général du Var (43 membres)


Aux élections de 1998, 20 cantons sont renouvelables et 2 nouveaux cantons sont créés. Avec les 21 cantons non renouvelables (*), le conseil général comptera désormais 43 membres au lieu de 41.

(*) Aups, Barjols, Le Beausset, Collobrières, Comps, Cotignac, Cuers, Draguignan, Fayence, Grimaud, La Crau, La Roquebrussanne, Saint-Mandrier, Salernes, Solliès-Pont, Toulon-1, Toulon-3, Toulon-4, Toulon-6, Toulon-7, Toulon-8 (cantons pouvus les 20 et 27 mars 1994)

1 canton a été pourvu au premier tour du 15 mars 1998 :

Besse : Hubert FALCO

21 cantons sont pourvus au second tour du 22 mars 1998 :

Canton de Brignoles : Claude GILARDO, PC
Canton de Callas : Pierre-Yves COLLOMBAT, Div. g., sout. PS
Canton de Fréjus : Elie BRUN, UDF-DL
Canton de Hyères-est : Gilbert WERKLE, RPR
Canton de Hyères-ouest : Léopold RITONDALE, UDF-DL
Canton de La Garde : Yvon ROBERT, PC
Canton de La Seyne-sur-Mer : Maurice PAUL, PC
Canton de La Valette : Christiane HUMMEL, UDF
Canton du Luc : Jean-Yves GOSSE, PS
Canton du Muy : Jean-Pierre SERRA, Div. dr., sout. RPR-UDF
Canton de Lorgues : Barthélemy MARIANI, PS
Canton d'Ollioules : Ferdinand BERNHARD, UDF-DL
Canton de Rians : Guy LOMBARD, PS
Canton de Saint-Maximin : Horace LANFRANCHI, div. dr., sout. RPR-UDF
Canton de Saint-Raphaël : Georges GINESTA, RPR
Canton de Saint-Tropez : Jean-Michel COUVE, RPR
Canton de Six-Fours : Jean-Sébastien VIALATTE, RPR
Canton de Tavernes : Louis FABRE, Div. dr., sout. RPR-UDF
Canton de Toulon 2 : Bruno MARANZANA, PS
Canton de Toulon 5 : Dominique MICHEL, FN
Canton de Toulon 9 : Danièle DAUMAS, PC

Nouveau conseil : 6 PC, 6 PS, 1 Div. g., 9 UDF, 10 RPR, 9 Div. d., 2 FN

Présid. : M. Hubert FALCO, UDF-DL, sén., m. de Pignans


Commentaires sur les élections cantonales de 1998 en France

Au premier tour, les partis de la « gauche plurielle » obtiennent 44 % des voix, contre 40,1 % pour les partis de droite et 13,5 % pour le Front national. Ils semblent en mesure de conserver les départements qu'ils détiennent et de progresser un peu. Le premier tour est concomitant des élections régionales, élections à la proportionnelle ne nécessitant qu'un tour. Or à l'issue des régionales, le FN se trouve en position d'arbitre en pouvant faire basculer douze régions à droite.

Entre les deux tours, le débat politique tourne autour d'éventuelles alliance entre le Front National et les partis de la majorité présidentielle de Jacques Chirac. Le vendredi 20 mars 1998 à deux jours du scrutin, a lieu l'élection des présidents de région au sein des conseils régionaux. Dans cinq régions, celui-ci est élu avec l'appoint des voix des conseillers FN créant un forte polémique, la presse et la gauche nommant ce jour le « vendredi noir ».

Au second tour, en réaction au « vendredi noir », les électeurs de gauche se mobilisent tandis que nombre d'électeurs de droite s'abstiennent. De plus la droite se trouve, comme lors des législatives de 1997, gênée par des triangulaires gauche/droite /FN là ou celui-ci a pu se maintenir en passant la barre de 10% des inscrits. Les partis de la « gauche plurielle » obtiennent 47 % des voix, contre 44,5 % pour les partis de droite et 8,5 % pour le Front National. Au final la gauche conquiert près de 400 nouveaux cantons, lui permettant de faire basculer 11 départements tandis qu'aucun ne passe à droite.


Inscrits
19 200 056
Votants
11 588 962
Abstentions
39,64 %
Blancs et nuls
  4,51 %
Exprimés
11 066 774


Premier tour
(nombre de voix obtenues)
Premier tour
(% sur exprimés)
Premier tour
(% sur inscrits)
Second tour
(en sièges)
Extrême-gauche
     49 031
  0,60

   8
Parti communiste français
1 089 009
10,00

143
Mouvement des citoyens

  0,68

  11
Parti socialiste
2 656 418
23,58

654
Parti radical de gauche

  1,07

  36
Verts
  382 702
  3,36

    2
Divers gauche

  5,60

166
Divers

  1,33

   6
Union pour la Démocratie française
1 525 852
13,27

337
Rassemblement pour la République
1 577 690
13,68

309
Divers droite
1 346 773
13,16

363
Front national et extrême-droite
1 543 382
13,66

   3
Total
11 066 774


2038

Départements ayant basculé à gauche
Aisne
Allier
Alpes-de-Haute-Provence
Ardèche
Finistère
Gers
Meurthe-et-Moselle
Nord
Puy-de-Dôme
Pyrénées-Orientales
Essonne
Haute-Saône
Sources : France Politique, Wikipedia


Sources

Archives J.-C. Autran :

- Var-Matin, 5 février 1998 : « François Hérisson, candidat UDF-RPR - Soutenu par !'UDF et le RPR, François Hérisson, ancien maire de La Seyne, entre donc dans la course au siège de conseiller général du canton nord. « Aujourd'hui, le plus important pour moi, c'est d'avoir su tirer des leçons du passé, remarque François Hérisson. Je ne suis pas seul dans ce cas, car tout le monde en a fait autant. C'est pour cette raison que mon objectif est de parvenir à faire l'union la plus grande autour du consensus le plus large possible. Sans cela, aucune élection ne pourra être gagnée » ».
- Le Monde, 17 Mars 1998 : « Quelques départements devraient basculer le 22 Mars - Un scrutin de faible intensité - Deux électeurs sur cinq n'ont pas voté » - Cahier des résultats des élections régionales et du premier tour des élections cantonales
- Le Monde, 24 Mars 1998 : « La gauche bénéficie de la crise à droite - A l'issue des cantonales, la droite réalise sa plus mauvaise performance depuis la guerre, et la gauche obtient sa meilleure implantation sous la Ve République - Dix départements passent à gauche ; droite et gauche sont à égalité dans quatre autres - Le chantage du FN a échoué en PACA où Michel Vauzelle (PS) a été élu président » - Cahier des résultats du second tour des élections cantonales
Sites internet :

Wikipedia
La France politique.fr



Retour à la page : Autres élections cantonales

Retour à la page : Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945

Retour à la page : Documents divers sur l'histoire de La Seyne-sur-Mer

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
jcautran.free.fr


Accès aux oeuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

Administrateur du site : Jean-Claude Autran 2016