La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer
Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945
jcautran.free.fr
Page d'accueil du site

Documents divers sur l'histoire de La Seyne
Toutes les élections à La Seyne
Les autres élections cantonales
Elections cantonales des 22 et 29 mars 1992

(Canton de La Seyne-Nord)

Autres élections cantonales : 1945, 1949, 1955, 1961, 1967, 1973(N), 1973(S), 1976, 1979, 1982, 1985, 1986, 1988, 1992(1), 1992(2), 1994, 1998, 2001, 2004, 2008, 2011

 
Généralités sur ces élections cantonales et sur le mode de scrutin
Tous les candidats, bulletins de vote et professions de foi
Résultats du 1er tour
Candidats présents au 2e tour
Résultats du 2e tour
Composition du nouveau Conseil Général du Var
Commentaires sur les élections cantonales de 2011 en France
Autres documents sur les élections cantonales de 1992


Généralités sur ces élections cantonales et sur le mode de scrutin

Les élections cantonales se déroulent au scrutin majoritaire uninominal au suffrage universel direct. Depuis le début de la IIIe République, la durée du mandat des conseillers généraux est fixée à 6 ans. Leur renouvellement se fait par moitié tous les 3 ans.
On parle de série pour différencier les deux groupes distinct de conseillers généraux.
La circonscription électorale pour l'élection des conseillers généraux est le canton.
Pour chaque canton, un conseiller général est élu au scrutin uninominal majoritaire à 2 tours :
- un candidat est élu au premier tour s'il a recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés et au moins 25 % des inscrits ;
- peut se présenter au second tour, tout candidat ayant obtenu au premier tour un nombre de voix égal à au moins 10 % des inscrits ;
- le candidat élu au second tour est celui qui obtient le plus grand nombre de suffrages, quel que soit le taux de participation. En cas d'égalité de suffrages (rare sans être impossible), le plus âgé remporte les élections.

Les élections cantonales françaises de 1992 pourvoient au renouvellement du poste de conseiller général dans la moitié des cantons français dite série 2, pour un mandat de six ans. Les premiers tours sont fixés au 22 mars 1992 et les seconds tours éventuels au 29 mars 1992.

En 1992, le premier tour des élections cantonales se déroule en même temps que les élections régionales.



Tous les candidats, bulletins de vote et professions de foi

Dans le canton de La Seyne-sur-Mer (nord), 7 candidats étaient en compétition au scrutin majoritaire à 2 tours :


(Dv.D. : Divers droite - F.N. : Front national - Maj. Dép. : Majorité Départementale - P.C. : Parti communiste - P.S. : Parti socialiste - S.E. : Sans Etiquette)

M. Jean-Luc BRUNO, P.S.



M. Hubert FRISON, S.E.



M. Claude LECOCQ, F.N.



M. Luc PATENTREGER, Verts



M. Maurice PAUL, P.C.



M. Alain RADISSON, Dv.D.



M. Charles SCAGLIA, Maj. Dép.





Résultats du 1er tour


Nombre
% / inscrits

Inscrits

25 399
100,00 %

Abstentions

  9 704
38,21 %

Votants

15 695
61,79 %

Nombre
% / votants

Blancs et nuls

     601
3,83 %

Exprimés

15 094
96,17 %

Voix % / exprimés Résultat
  • M. Maurice PAUL, P.C.
  • M. Charles SCAGLIA, Maj. Dép.
  • M. Claude LECOCQ, F.N.
  • M. Luc PATENTREGER, Verts
  • M. Jean-Luc BRUNO, P.S.
  • M. Alain RADISSON, Dv.D.
  • M. Hubert FRISON, S.E.

4 419
4 419
3 199
1 408
1 209
  243
  197


29,28 %
29,28 %
21,19 %
  9,32 %
  8,01 %
  1,61 %
  1,31 %

BAL
BAL
BAL
-
-
-
-

Var-Matin, 23 Mars 1992, page 9



Le Monde, 24 mars 1992





Candidats présents au second tour


M. Claude LECOCQ, F.N.



M. Maurice PAUL, P.C.



M. Charles SCAGLIA, Maj. Dép.



Résultats du deuxième tour :


Nombre
% / inscrits

Inscrits

25 400
100,00 %

Abstentions

  9 908
  39,01 %

Votants

15 492
  60,99 %


Nombre
% / votants

Blancs et nuls

584
 3,77 %

Exprimés

14 908
96,23 %

Voix % / exprimés Résultats
  • M. Maurice PAUL, P.C.
  • M. Charles SCAGLIA, Maj. Dép.
  • M. Claude LECOCQ, F.N.
6 485
6 217
2 206
43,50 %
41,70 %
14,80 %
RÉÉLU
-
-

Le Monde, 31 mars 1992
Var-Matin, 30 Mars 1992, page 4

NB. Ces élections seront annulées par le Tribunal administratif sur plainte de M. Charles SCAGLIA, pour « diffamation, injure et calomnie », « tracts injurieux entre candidats ». Un nouveau scrutin aura lieu les 6 et 13 Décembre 1992. Voir à Elections cantonales des 6 et 13 Décembre 1992.


Composition du nouveau conseil général du Var (41 membres)


En 1992, le conseil général compte 41 membres.

Les 21 cantons non renouvelables (2e série, 22 élus de 1988, moins Fréjus qui est de nouveau renouvelé en 1992) sont :
Aups, Barjols, Le Beausset, Collobrières, Comps, Cotignac, La Crau, Cuers, Draguignan, Fayence, Grimaud, La Roquebrussanne, Saint-Mandrier, Salernes, Solliès-Pont, Toulon-1, Toulon-3, Toulon-4, Toulon-6, Toulon-7, Toulon-8

Les 20 cantons renouvelables (1ère série) aux élections de 1992 sont : Besse, Brignoles, Callas, Fréjus (*), Hyères, Lorgues, Le Luc, Le Muy, Ollioules, Rians, Saint-Maximin, Saint-Raphaël, Saint-Tropez, La Seyne, Six-Fours, Tavernes, Toulon-2, Toulon-5, Toulon-9, La Valette.
(*) Canton de la 2e série, qui passe en 1ère série et où l'on a donc voté en 1988 et en 1992

1 seul canton a été pourvu au premier tour du 22 mars 1992 :

Canton de Besse : Hubert FALCO, Maj. dép.

19 cantons ont été pourvus au second tour du 29 mars 1992 :

Canton de Brignoles : Jacques CESTOR, c.s., UDF, Maj. dép.
Canton de Callas : Pierre-Yves COLLOMBAT, PS
Canton de Fréjus : Gilbert LECAT, Maj. dép.
Canton d'Hyères : Joseph SERCIA, c.s., Div. dr., Maj. dép.
Canton de Lorgues : Pierre PERRIN, Maj. dép.
Canton du Luc : Norbert LA ROSA, RPR, Maj. dép.
Canton du Muy : Michel HAMAIDE, Div. dr., Maj. dép.
Canton d'Ollioules : Ferdinand BERNHARD, c.s., UDF, Maj. dép.
Canton de Rians : Maurice JANETTI, c.s., sén., PS.
Canton de Saint-Maximin : Émile OLIVIER, c.s. (ex-PS), Div. dr., Maj. dép.
Canton de Saint-Raphaël : René-Georges LAURIN, c.s., m., RPR, Maj. dép.
Canton de Saint-Tropez : Jean-Michel COUVE, RPR, Maj. dép.
Canton de La Seyne-sur-Mer : Maurice PAUL, PC
Canton de Six-Fours : Jean-Claude BABIZE, Div. dr., Maj. dép.
Canton de Tavernes : Louis FABRE, c.s., Div. dr., Maj. dép.
Canton de Toulon-2 : Emile GRANIER, c.s., UDF-PR, Maj. dr.
Canton de Toulon-5 : Marcel MASSI, c.s., UDF-CDS, Maj. dép.
Canton de Toulon-9 : Paul ORSINI, c.s., UDF-PR, Maj. dép.
Canton de La Valette : Jacques ROUX, c.s., RPR, Maj. dép.

Nouveau conseil général (en bleu, les 20 élus de 1992 ; en noir, les 21 élus de 1988)
*Canton d'Aups : Pierre ROLLANDY, app. PS, devenu Div. dr., Maj. dép.
Canton de Barjols : William NIRONI, PC
Canton du Beausset : Josette PONS, UDF, Maj. dép.
Canton de Besse : Hubert FALCO, UDF, Maj. dép.
Canton de Brignoles : Jacques CESTOR, UDF, Maj. dép.
Canton de Callas : Pierre-Yves COLLOMBAT, PS
Canton de Collobrières : Louis FAEDDA, Div. dr., Maj. dép.
Canton de Comps : Max DEMARIA, PS
Canton de Cotignac : Jean-Louis ALENA, PS
Canton de La Crau : Philippe DE LA LOMBARDIÈRE DE CANSON, Div. dr., Maj. dép.
Canton de Cuers : Guy GUIGOU, PC
Canton de Draguignan : Max PISELLI, UDF, Maj. dép.
Canton de Fayence : Jean-Marie BERTRAND, RPR, Maj. dép.
Canton de Fréjus : Gilbert LECAT, Maj. dép.
Canton de Grimaud : Jean-Paul BREHANT, RPR, Maj. dép.
Canton d'Hyères : Joseph SERCIA, Div. dr., Maj. dép.
Canton de Lorgues : Pierre PERRIN, Maj. dép.
Canton du Luc : Norbert LA ROSA, RPR, Maj. dép.
Canton du Muy : Michel HAMAIDE, Div. dr., Maj. dép.
Canton d'Ollioules : Ferdinand BERNHARD, UDF, Maj. dép.
Canton de Rians : Maurice JANETTI, sén., PS.
*Canton de La Roquebrussanne : Paul EMERIC, PS, devenu Div. g., Maj. dép.
Canton de Saint-Mandrier : Arthur PAECHT, UDF, Maj. dép.
Canton de Saint-Maximin : Émile OLIVIER, (ex-PS), Div. dr., Maj. dép.
Canton de Saint-Raphaël : René-Georges LAURIN, m., RPR, Maj. dép.
Canton de Saint-Tropez : Jean-Michel COUVE, RPR, Maj. dép.
*Canton de Salernes : Raymond NICOLETTI, PS, puis Div. g., puis Div. dr, Maj. dép.
Canton de La Seyne-sur-Mer : Maurice PAUL, PC
Canton de Six-Fours : Jean-Claude BABIZE, Div. dr., Maj. dép.
*Canton de Solliès-Pont : Bruno AYCARD, RPR, puis UMP, Maj. dép. [élu en 1989, en remplacement de Guy MENUT, PS, qui avait été réélu en 1988]
Canton de Tavernes : Louis FABRE, Div. dr., Maj. dép.
Canton de Toulon-1 : Fabien FOGACCI, UDF, Maj. dép.
Canton de Toulon-2 : Emile GRANIER, UDF-PR, Maj. dr.
Canton de Toulon-3 : Jean-Louis VITEL, UDF, Maj. dép.
Canton de Toulon-4 : Philippe GOETZ, UDF-RPR, Maj. dép.
Canton de Toulon-5 : Marcel MASSI, UDF-CDS, Maj. dép.
Canton de Toulon-6 : Maurice ARRECKX, UDF-RPR, Maj. dép.
Canton de Toulon-7 : Louis BERNARDI, RPR, Maj. dép.
Canton de Toulon-8 : Pierre GOUTX, RPR, Maj. dép.
Canton de Toulon-9 : Paul ORSINI, UDF-PR, Maj. dép.
Canton de La Valette : Jacques ROUX, RPR, Maj. dép.

*Sur les 8 membres du groupe PS ou app. PS élus en 1988, on n'en retrouve plus que 4 dans le groupe socialiste de 1992
EMERIC PS -> Div. g.
ROLLANDY, app. PS -> Div. dr.
NICOLETTI, PS -> Div. g., puis Div. dr.
MENUT, PS, remplacé en 1989 par Bruno AYCARD, RPR, puis UMP

Ancien conseil général  (1988) : PC 3 (-1), PS 10 (=), Div. g. 0 (-2), UDF 16 (=), RPR 7 (-1), Div. dr. 5 (+4)

Président : M. Maurice ARRECKX, UDF

Nouveau conseil : Majorité départementale : 34 (14 UDF, 12 RPR, 8 non inscrits) - Opposition : 7 (3 PC, 4 PS)

        Président : M. Maurice ARRECKX, UDF


Le Monde, 31 mars 1992





Commentaires sur les élections cantonales de 1992 en France


Le taux d'abstention au premier tour est seulement de 29,34 %, score exceptionnel au vu des années précédentes (plus de 50 % en 1988).

Les résultats confirment la tendance des élections régionales. Alors au pouvoir, le Parti socialiste perd six présidences de conseil général au profit de l'opposition de droite (RPR et UDF) : Nord, Puy-de-Dôme, Drôme, Gers, Dordogne, Vaucluse. La gauche conserve finalement un total de 21 présidences.

Après cette défaite électorale, le Président de la République, François Mitterrand, nomme un nouveau Premier ministre, Pierre Bérégovoy, le 12 avril 1992, qui forme le Gouvernement Pierre Bérégovoy.

Tendances  Premier tour
(% sur exprimés) 
Second tour
(en sièges)
Extrême-gauche
Parti communiste
Parti socialiste
Mouvement des radicaux de gauche
Divers écologistes
Divers gauche
Union pour la démocratie française
Rassemblement pour la République
Divers droite
Front national
Divers extrême-droite
  0,85
  9,48
19,01
  0,87
10,35
  4,07
14,85
14,58
13,47
12,32
0,15
   9
101
309
  33
    3
  95
498
466
430
    1
    0

Total
Source : Quid, Wikipedia, France-politique
100,00
1945
Le Monde, 24 mars 1992



Autres documents sur les élections cantonales de 1992 [source : archives Jean-Claude AUTRAN]

Verbatim...

- Documents de campagne de Charles Scaglia : 

- « Marépolis en danger si Maurice Paul est élu - Votez Charles Scaglia » 
- « Dans le cadre de sa campagne électorale, Charles Scaglia a le plaisir de recevoir la population de La Seyne-sur-Mer, mercredi 25 mars 1992 de 7 h à 20 h au môle de la Paix (quai de la Marine) sous chapiteau »
- Appel de Charles Scaglia aux Seynoises et aux Seynois
- Les tours du Floréal avant... et aujourd'hui. La démolition des eux tours du Floréal est une reconquête sociale et humaine... pour notre quartier... pour notre ville. Ensemble, améliorons encore le cadre de vie à La Seyne-sur-Mer. Charles Scaglia.

- Var-Matin, 20 mars 1992 : « Chronique cantonales - Scaglia refuse la polémique - Barbero bétonne ».

- Le Monde,  24 mars 1992 : A la Une : « Participation élevée aux régionales (68,7 %) et au premier tour des cantonales » - « L'électorat a sanctionné le PS et le gouvernement ». Pages 2-3 : « Les partis face à l'éclatement du paysage politique » - Le PS lance un appel général à des « coalitions » » - « Le PCF ne remonte pas » - Le RPR et l'UDF au pied du mur » - « M. Le Pen perd son pari » - « Génération Ecologie a fait jeu égal avec les Verts » - « Cinq questions » - « Une participation plus forte que prévu » - « L'abstention depuis 1958 » - Mme Cresson : « Je continue à gouverner » - M. Fabius : « Le recul du PS confirme l'ampleur de la rénovation à accomplir » - M. Pierre Joxe (PS) : « Avertissement » - MRG : « Le PS n'a plus de « magistère moral » sur la majorité présidentielle » - M. Georges Marchais : « La courbe du déclin du PC a commencé à s'inverser » - M. Chirac : L'opposition doit refuser tout compromis avec le PS comme avec le FN » - M. Alain Juppé (RPR) : « Le caractère pervers de la proportionnelle » - M. Alain Madelin (UDF) : « Les méfaits de la proportionnelle » - M. Le Pen : « Les conditions de la campagne n'ont pas été démocratiques » - « Ile-de-France : Le FN supplante le PS ». Pages 16-34 : « Le premier tour des cantonales ».

- Var-Matin, 23 Mars 1992 : A la Une : « Le Var campe à droite - Cantonales : un élu au premier tour, Hubert Falco, Maj. départ., canton de Besse, élu avec 59,36 % » - Pages 8-10 : « Résultats des Cantonales » - Page 10 : « Cantonales : un seul élu - Les cantonales du Var au premier tour confirment le recul attendu du P.S. et la poussée du F.N. » - Les réactions :

Les réactions des candidats
CHARLES SCAGLIA (MAJ. DEP.) : « PAS DE COMMENTAIRE ».— Donner de vive voix, en une soirée, les résultats de soixante-neuf bureaux de vote s'apparente à une performance sportive. Aussi, Charles Scaglia a-t-il préféré s'abstenir de tout commentaire après l'annonce du récapitulatif des cantonales, visiblement épuisé par les dernières heures qu'il venait de vivre.
Placé par les électeurs à égalité avec le candidat communiste, il a toutefois annoncé au micro « qu'on s'orientait a priori vers une triangulaire ».

MAURICE PAUL (PC) LA SEYNE : « CONTINUER A SE BATTRE ».— Quatre mille quatre cent dix neuf voix contre quatre mille... quatre cent dix-neuf voix. Il n'y a qu'à La Seyne que l'on voit ça. Et pourtant, Maurice Paul. conseiller général sortant du canton nord de La Seyne, ni heureux, ni déçu, a surtout réagi au score du Front national de 20 % dans la deuxième ville du département. « C'est le résultat d'une politique désastreuse en matière économique et sociale au niveau national. A La Seyne, certes, je recule d'environ 10 points par rapport à 1986, mais ma grande satisfaction c'est de mettre Charles Scaglia, le maire, en échec. Selon lui, avant le premier tour, il ne faisait aucun doute qu'il serait élu facilement. Aujourd'hui, il doit méditer sur la volonté de ses concitoyens de ne pas lui offrir un siège au conseil général. Quant au second tour, je suis confiant, car toutes les forces du progrès qui veulent à la fois lutter contre les thèses d'exclusion du F.N. et la ruineuse politique de la majorité en place, devraient me permettre de vaincre, le 29 mars prochain ».
Var-Matin, 23 mars 1992, page 10

- Var-Matin,  30 mars 1992 : A la Une : « Var : La droite renforcée - La majorité départementale (U.D.F., R.P.R., non-inscrits) gagne trois sièges - cantons du Luc, de Lorgues et du Muy - au détriment du P.S. Surprises à Six-Fours, La Seyne et Saint-Tropez, où les maires sont battus. Maurice Arreckx dispose désormais du soutien de 34 élus sur 41 - Arreckxmania - Remaniement ministériel imminent » - Page 2 : « Les voix de la confiance - A Toulon, la victoire de la « majorité départementale » a été fêtée par plus de trois mille électeurs hier soir à l'hôtel-de-ville » - « En direct des états-majors » - « Majorité départementale : un succès » - « Maurice Arreckx : une victoire assombrie par l'échec de La Seyne » - « Mariani va passer la main [de secrétaire fédéral du PS du Var] » - Page 3 : « Var : victoire de l'U.P.F. - Trois sièges de plus pour la majorité départementale qui sort victorieuse des triangulaires et quadrangulaires imposées par le FN, sauf à La Seyne » - « La répartition politique du nouveau conseil général » - « Les nouveaux au conseil général : Pierre-Yves Collombat (PS), Pierre Perrin (Maj. dép.), Norbert La Rose (RPR), Gilbert Lecat (Maj. dép.), René-Georges Laurin (Maj. dép.), Jean-Michel Couve (Maj. dép.), Jean-Claude Babize (Maj. dép.) » - « Les réactions des candidats » - Pages 4-6 : « Résultats des Cantonales » - Page 6 : « Chauds... les cantons » - « Le Luc : à deux contre un » - « Brignoles : la règle des trois » - « Six-Fours : la grande fébrilité » - « Saint-Tropez : l'exception » - Lorgues : sans se voir » - « La Seyne : le grand suspense ».

Les réactions des candidats
MAURICE PAUL (P.C.) : « J'AI GAGNE POUR LA SEYNE ».— C'est aux cris de « on a gagné, on a gagné » que des centaines de sympathisants de Maurice Paul (P.C.), conseiller général sortant, ont accueilli hier soir, à 21 h 45, la victoire de ce dernier Commentant sa réélection. il a notamment affirmé : « Je suis très heureux pour La Seyne car mon adversaire avait prédit l’écrasement des communistes et leur disparition de notre commune. Nous venons de lui prouver le contraire, de manière digne et encourageante pour l'avenir. Par ailleurs, Charles Scaglia paye aujourd'hui avec toute son équipe municipale le prix d'une politique économique désastreuse et d'une gestion sociale nulle. Dès aujourd'hui, notre combat va recommencer au conseil municipal. Sur la reconversion des ex-chantiers, sur la chaudière de Gardanne que les C.N.I.M. peuvent construire, mais aussi sur le dossier de la Sadovar, puisque je vais introduire une requête auprès du tribunal administratif pour en connaître les pièces financières. Ce soir, le parti communiste montre enfin qu'en œuvrant pour l’emploi, la formation et l'aide aux plus démunis gagnera la grande bataille des municipales en 95... ».
LECOCQ (FN) A LA SEYNE : « LA DROITE PAYE ».— Crédité de 14,00 %, soit un recul de près de sept points, Claude Lecocq du Front national a sèchement attaqué la droite libérale en général et Charles Scaglia en particulier : « l'UPF et le maire de la Seyne paye aujourd'hui le prix d'un sectarisme et dune campagne de haine très violente vis-à-vis du Front national. Ce n’est pas Maurice Paul qui a gagné, c'est Scaglia et toute son équipe majoritaire, qui ne savent plus aujourd'hui où ils se trouvent sur l’échiquier politique, qui ont perdu la bataille
Aux Seynois d'écrire aujourd'hui à tous les responsables varois du RPR et de l'UDF pour leur affirmer qu'à La Seyne comme partout dans le Var ils se sont lourdement trompés. Le FN n'a jamais été aussi fort, sa progression n'a jamais été aussi importante. Je suis optimiste pour l’avenir... »

CHARLES SCAGLIA (MAJ. DEP,) A LA SEYNE : « ON REGLERA DES COMPTES ».— Après la proclamation des résultats officiels, le maire de La Seyne Charles Scaglia a lu en public une déclaration au micro de la salle des fêtes.
« Du côté de la candidature de Maurice Paul, la campagne de ce deuxième tour a été parfaitement correcte. Du côté de M. Lecocq, on n'a rien compris à la situation de la ville, compromettant gravement ses intérêts et on a fait le jeu du P.C. Du côté Scaglia, on constate le résultat d'une campagne de diffamation abjecte qui a touché des membres de ma famille, venue d'une personne de droite très connue dans cette ville. Le maire conserve plus que jamais le moral. Je compenserai ce handicap aux cantonales par mon mandat de conseiller régional Le maire avec ses vrais amis reste plus que jamais aux commandes de cette ville, avec une majorité municipale renforcée ».
Var-Matin, 30 mars 1992, page 2

- Le Monde,  31 mars 1992 : A la Une : « La gauche perd six départements dont la Dordogne, la Drôme et le Nord - M. Mitterrand est contraint de tirer la leçon du grave échec des socialistes aux cantonales - Le temps qui reste - Un PS à refaire ». Pages 2-3 : Les conséquences de l'échec des socialistes et la situation dans les autres partis : « La gauche n'est majoritaire que dans vingt départements » - « Le bon dimanche de l'opposition » - « PCF : la peau de chagrin » - « L'échec programmé du Front national » - « Seuls quatre écologistes ont passé l'épreuve du scrutin majoritaire ». Pages 4-8 : Les réactions : « M. Fabius appelle à « un véritable renouveau » du PS » - « Dans la presse parisienne : « Changer de politique » - « La nouvelle carte des conseils généraux » - « Le sort des parlementaires... et des présidents de conseils généraux » - « Les scrutins contestés du 27 mars : M. Rausch se démet de la présidence du conseil de Lorraine  - M. Soisson : « Qu'on arrête la rumeur de Dijon ! » - « Le député radical et les voix communistes en 1954 : Le précédent Mendès-France » - Ile-de-France : « Le maintien des candidats du Front national a limité la défaite de la gauche ». Pages 8-24 : « Les résultats du second tour des élections cantonales ».
- Var-Matin,  4 avril 1992 : Maurice Paul : « L'erreur de Scaglia » - « Selon le conseilleer général réélu, le maire commet une énorme erreur en demandant l'annulation des élections » - « C'est un Maurice Paul calme, profondément heureux de sa réelection de dimanche dernier qui a commenté la décision de Charles Scaglia de déposer une requête en annulation des élections cantonales. Premier commentaire du conseiller général : « nous désapprouvons la distribution de tracts anonymes. C'est odieux. Mais pourquoi pénaliser le  suffrage universel ? Le maire se trompe de cible. Qu'il porte plainte certes car il a le droit de demander une enquête pour trouver les auteurs de l'infraction. Mais alors c'est une affaire privée. Pourquoi dès lors demander aux Seynois de retourner aux urnes... » - « Charles Scaglia réfute le suffrage universel. C'est un problème entre hommes qui se détestent, pas un problème politique... "(CA) ».





Retour à la page : Autres élections cantonales

Retour à la page : Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945

Retour à la page : Documents divers sur l'histoire de La Seyne-sur-Mer

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
jcautran.free.fr


Accès aux oeuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

Administrateur du site : Jean-Claude Autran 2017