La Seyne-sur-Mer (Var)   La Seyne-sur-Mer (Var)

Retour à la page d'accueil du Site

Forum du site

http://jcautran.free.fr

Retour à la page d'accueil du Forum


Construction navale, Forges et Chantiers, histoire des navires (correspondances 2009-2010)


  Après 15 ans d'existence (2001-2015), la section "Forum" de ce site internet n'est plus désormais régulièrement alimentée
J'ai décidé de me consacrer à d'autres types d'activités (rédaction d'ouvrages, mise en ligne de nombreuses archives familiales non exploitées,...)
Je n'aurai donc plus la disponibilité suffisante pour continuer à répondre aux centaines de questions qui m'étaient posées chaque année
Les informations précédemment rassemblées resteront en ligne, mais il ne pourra être répondu à aucune nouvelle question
   Jean-Claude Autran                                              
Pour des explications plus détaillées, se rendre à la page d'accueil du Forum

Historique des échanges de messages à propos de :
Ancien couvent qui appartenait aux F.C.M.
Cuirassé Liberté (liste des victimes de l'explosion)
Cuirassé Liberté (nouvelle carte postale)
Cuirassé Marceau
Evolution des arsenaux de 1940 à 1945
Dussaud (les frères), entrepreneurs de travaux portuaires
Film-documentaire sur les bassins Vauban - Toulon
Paquebot Sagafjord
Photos des chantiers navals de La Seyne
Pont du chantier en construction
Reconversion des anciens chantiers navals de la Seyne
Renseignements sur les bâtiments Le Protis et Le Prophète
Sous-marin de pêche aux éponges de 1907
Souvenirs de l'apprentissage aux CNIM

    Voir également les correspondances des années : 2001-2002, 2003-2004, 2005-2006, 2007-2008, 2011-2013 et 2014-2016



13 octobre 2010 - 23 septembre 2011 : Renseignements sur les bâtiments Le Protis et Le Prophète [Suite des échanges commencés en 2006]

Q1.

Monsieur,

Me livrant actuellement à des recherches sur les transports maritimes entre l'Algérie et la France, après 1830, auriez-vous l'extrême obligeance de m'indiquer où je pourrais obtenir des informations, concernant la "vie" (année de construction - constructeurs - description etc...- des deux bâtiments suivants :

- "LE PROTIS", qui a navigué dans les années 1860, entre BONE et MARSEILLE ( capitaine DE SALVY à l'époque);

- "LE PROPHETE", qui a assuré la même ligne, à la même époque ( capitaine COTTON).

D'après les renseignements que je détiens, il s'agissait de bateaux à vapeur (aube ou hélice ?)

En vous priant de m'excuser d'une telle démarche auprès de vous, veuillez croire, Monsieur, à l'expression de ma plus parfaite considération.

MC

R1.

Bonjour Monsieur,

Suite à votre message, j'ai effectué quelques recherches dans les archives familiales, mais je n'y ai pas trouvé d'information sur les bâtiments "LE PROTIS " et "LE PROPHETE", leur construction, leur création, etc. Ce que nous possédons en matière de navires et de construction navale concerne essentiellement les Chantiers de La Seyne, et il ne semble pas que ces deux navires aient été construits dans ces chantiers.

Des recherches sur internet m'ont cependant conduit à deux sites qui mentionnent "LE PROTIS" :

- Le récit de l'expédition de Garibaldi en Sicile et Italie, par Henri Durand-Brager, qui a été mis en ligne à l'adresse : http://www.gutenberg.org/files/12751/12751-h/12751-h.htm

Le Protis est mentionné à plusieurs reprises dans ce texte (avec son Commandant M. De Salvi) dans les combats entre Napolitains et Garibaldiens.

- La Nature. Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l'industrie : http://cnum.cnam.fr/ILL/4KY28.28.html

Avec un document photographique sur l'incendie en mer du "Protis" (http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?4KY28.28/132/100/432/0/0), le 16 décembre 1886 à la sortie du port de Marseille. Vous avez sur ce document un dessin du "Protis" en feu. Il ne semble pas qu'il s'agisse d'un navire à aubes. [Il me semble que l'hélice a commencé à être vulgarisée sur nos navires à partir de 1835].

Mais c'est vraiment tout ce que j'ai pu trouver pour l'instant. Si je trouve à l'occasion de nouvelles informations sur Le "Protis" ou Le "Prophète", je ne manquerai pas de vous les communiquer.

Cordialement,

Jean-Claude Autran


Q2. (13 octobre 2010)

Monsieur,

Au sein du Forum du site Marius-Autran concernant la "construction navale, forges et chantiers", vous répondiez en 2006 à un certain M.C. qui vous questionnait sur le PROTIS ayant navigué entre Bône et Marseille dans les années  1860, en lui signalant deux sites faisant mention de ce navire:

-gutemberg.org = récit de l'expédition de Garibaldi en Sicile et Italie dans lequel le Protis est mentionné avec son commandant de Salvi

-cnum.cnam.fr = incendie du Protis à la sortie de Marseille le 16 décembre 1886.

J'ai bien évidemment profité de ces informations et exploité ces deux sources, car je m'intéresse  aussi au Protis sur lequel mon arrière-grand père Edouard Rastoul a navigué et qu'il a aussi commandé. Je dispose d'un intéressant document manuscrit libellé ainsi:

"Bateau à vapeur le Protis de Marseille, commandé par Mr Senglar, parti de Marseille le samedi 3 mars 1860 pour Tétouan.  PV de disparition du Sieur Seglar Jean Auguste, inscrit au quartier de Saint-Tropez, f°21n°81, capitaine du dit bateau, tombé à la mer le mercredi 7 mars 1860, à 6h30 du matin....... Signé par l'équipage et le 2ème capitaine Edouard Rastoul, qui prend le commandement, et vu au Consulat de France à Gibraltar le 13 mars 1860."

Voici quelques informations concernant Edouard Rastoul (Avignon 1834-1911)

Capitaine au long cours en 1859
Embarqué comme second sur le Protis, paquebot de la Compagnie Phocéenne
Commandement du Protis confié en février 1862, puis commandement de la Seine jusqu'en novembre 1834
Lieutenant dans l'administration des Messageries Impériales en 1864, navigue comme officier jusqu'en 1869
Placé hors cadre à dater du 16 janvier 1870 pour préparer l"examen du commissariat
Commissaire de 1870 à 1878 puis entre dans le cadre des agences
Agent à Alger par décision du 6/2/1884
Agent à Dakar en 1887
Agent à Suez en 1888
Chargé de l'intérim de l"agence de Mahé en 1889
Chargé de l'intérim de l'agence d'Aden en 1892
Chargé de l'intérim de l'agence de Calcutta en 1893
Agent à Aden en 1894, à Djibouti en 1896, à Calcutta en 1897
Relevé de ses fonctions en 1904 et nommé agent honoraire

Son fils Joseph Rastoul, mon grand-père maternel, fera lui aussi carrière au sein des Messageries Maritimes, dans les agences, puis en assurant la direction commerciale à Marseille, puis mon père René Brault effectuera une partie de sa carrière aux MM, en Indochine puis au siège de la rue de Sèze. Les MM, une histoire de famille donc !

J'ai été un peu long, je m'en excuse. Si vous disposez d'éléments supplémentaires sur le Protis, je suis preneur. Je peux vous envoyer copie du document évoqué ci-dessus, si cela vous intéresse. Avec mes remerciements, je vous prie de croire, Monsieur, en l'expression de mes sentiments distingués.

PB

R2a.

Bonjour Monsieur,

J’ai bien reçu votre message et vous en remercie infiniment.

Je prends note de vos précieuses informations sur le vapeur Le Protis et sur la carrière de votre ancêtre Edouard Rastoul qui l’a commandé de 1860 à 1862.

Malheureusement, je n’ai eu, de mon côté, aucune information nouvelle sur le navire depuis l’échange que vous avez retrouvé et qui date de 2006.

Le complément d’information que vous m’avez adresse pourra être ajouté au “forum” de mon site, si vous n’y voyez pas d’inconvénient, à sa prochaine mise à jour. Je pourrai aussi le communiquer à Monsieur MC (...) qui s’intéressait au Protis en 2006-2007, en espérant que l’adresse que j’ai conservée (...) n’a pas changé depuis ce temps-là.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

R2b. (à MC)

Bonjour,

Il y a quelques années (fin 2006), vous m’aviez demandé des informations sur le navire Le Protis.

Un internaute a trouvé récemment notre échange de messages sur le forum de mon site :

http://jcautran.free.fr/archives_familiales/forum/chantier_navires_2005_2006.html#38

Il a alors pu fournir les renseignements ci-dessous, notamment sur son ancêtre Edouard Rastoul, qui a commandé Le Protis de 1860 à 1862. J’ai pensé que ces informations pourraient vous intéresser.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q3a. (22 Octobre 2010)

Cher Monsieur,

Vous m'excuserez tout d'abord d'avoir un peu tardé à vous répondre : j'étais en effet absent de LYON ! Oui ! je me souviens trés bien de notre echange de messages, il y a quelques années... A l'époque, je m'interessais aux compagnies de navigation desservant l'Algérie aux XIX° ET XX° siècles : je m'y interesse d'ailleurs toujours !

Je vous remercie beaucoup des informations que vous a communiquées M. B et que vous avez l'amabilité de me transmettre. De mon côté, je vais rechercher dans mes archives les renseignements  que j'avais pu recueillir sur le PROTIS, et je vous les enverrai...

Bien à vous !

MC

Q3b.

MONSIEUR,

JE VOUS COMMUNIQUE EN PIECES JOINTES, DES RENSEIGNEMENTS SUR LE PROTIS, QUE J'AVAIS PU RASSEMBLER LORSQUE JE M'INTERESSAIS A L'HISTOIRE DE CE BATIMENT.

SALUTATIONS DISTINGUEES

MC

LE PROTIS ET LE PROPHETE

            Dés les premières années du XIX° siècle, la navigation à voile en Méditerranée fut progressivement délaissée au profit de la vapeur : les rotations d’un port à l’autre se firent dés lors plus nombreuses et plus régulières… ce qui ne préserva pas pour autant, les équipages et les passagers, d’être témoins (ou victimes), et plus souvent qu’à leur tour, d’évènements imprévisibles, au cours des traversées…
 
            C’est ainsi que « LE PROTIS » et « LE PROPHETE », -parmi d’autres, bien sûr – qui assurèrent un temps les liaisons BONE-MARSEILLE, en faisant souvent escale, soit à STORA-PHILIPPEVILLE, soit à TUNIS, via LA CALLE, connurent des fortunes diverses, avant une fin brutale, et pour l’un et pour l’autre…

            De capacité similaire (47mx7, 15m 205 tonneaux pour le PROTIS contre 41,50x7, 4m – 199 tonneaux, pour LE PROPHETE), ils avaient été construits, le premier, à LONDRES, en 1856, le deuxième, à SETE,  en 1853. C’étaient des bateaux à vapeur à hélice et leur coque était en fer.  Ils transportaient à la fois, passagers et marchandises ; Le confort à bord, était des plus sommaires, même si quelques places en cabine particulière étaient réservées aux plus fortunés.  D’ailleurs, ceux qui les empruntaient, le faisaient essentiellement par nécessité (hommes d’affaires – commerçants – travailleurs migrants…) Très rares étaient des femmes… 

            Leur liaison sur MARSEILLE durait plus de deux jours… en principe, car par gros temps leurs horaires étaient fortement malmenés… Et c’est précisément une tempête qui abrégea la vie du « PROPHETE » : le 26 mars 1860, alors qu’il naviguait par gros temps, en vue des côtes françaises, sous le commandement du capitaine COTTON, venant de BONE via PHILIPPEVILLE, il tenta d’aller s’abriter dans la baie d’AGAY, proche de SAINT-RAPHAEL ; mais vers le 30, il fit naufrage prés du cap Lardier, soit sept ans seulement après son lancement… Les plongeurs – à la condition d’être bien équipés, pourraient encore observer son épave, gisant par 34 mètre de fond, recouverte d’un linceul de posidonies. Il s’agirait de la plus vieille épave d’un vapeur à hélice, reconnue à ce jour en Méditerranée !  Quel beau retour vers le passé de nos ancêtres !

            Le destin du « PROTIS » fut tout autre… car il connut son heure de gloire : figurez-vous trois petits bâtiments, dont « LE PROTIS » (cap. DE SALVY) voguant par un beau matin de juillet 1860 vers MILLAZZO, au nord-est de la Sicile : affrétés par le roi de Naples,  ils ont pour instructions d’apporter au chef de l’armée royale cantonné dans cette ville, vivres et munitions. Sitôt à quai, des hommes en armes prennent en charge DE SALVY qui, ignorant tout de la situation, croit qu’on le conduit devant le Royaliste. Mais stupeur ! Notre homme se retrouve… devant GARIBALDI en personne qui est précisément en train de conquérir l’Ile, avant de remonter sur NAPLES et de proclamer unie l’Italie tout entière… DE SALVY explique sa mission à GARIBALDI : celui-ci ne se démonte pas, accorde à DE SALVY le droit de rencontrer son ennemi,  mais lui donne également mission de remettre à ce dernier… un ordre de capitulation. Et voilà notre vaillant capitaine transformé en plénipotentiaire avec drapeau blanc et trompette. Le Napolitain refuse de capituler ; GARIBALDI est sur le point de donner l’assaut… lorsqu’apparaît une petite escadre envoyée par le roi de Naples qui enjoint son irrédentiste représentant de se rendre…  Comme le stipulait l’accord de capitulation, « LE PROTIS »  a la permission d’évacuer une partie de la garnison à destination de NAPLES…

            Après cette petite page d’histoire, notre « PROTIS », continue de sillonner la Méditerranée, après avoir changé plusieurs fois de propriétaires…   Jusqu’à ce fatidique 16 décembre 1886 : ce jour-là, notre navire sort du port de MARSEILLE à destination de PORT-VENDRES ; il transporte une cargaison éminemment inflammable composée de sulfure de carbone, de soufre et de pétrole. Soudain, alors qu’il se trouve encore dans la rade, une première explosion se produit. L’équipage et son capitaine (était-ce toujours le fameux DE SALVY ?) sont recueillis juste à temps par un autre bateau se trouvant à proximité ; une seconde explosion l’envoie par le fond. Une anecdote à retenir : un photographe a pu prendre une photo instantanée de la catastrophe : une prouesse pour l’époque !

R3a.

Bonsoir Monsieur,

Merci beaucoup pour vos informations sur le PROTIS.

Je possédais déjà la page de la revue La Nature avec la photo du navire en feu. Par contre, je ne connaissais pas le texte “LE PROTIS ET LE PROPHETE”, que je vais donc pouvoir transmettre à mon correspondant, M. PB, qui est toujours à la recherche de documents sur le PROTIS.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

R3b.

Bonsoir Monsieur,

A la suite de notre échange de messages du mois dernier, j’ai reçu de mon correspondant (MC), le document ci-joint qui mentionne le navire Le Protis auquel vous vous intéressez. (...).

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q4. (21 Novembre 1010)

Bonsoir Monsieur,

Je vous remercie bien tardivement pour cet envoi très intéressant. Je sais que MC a donné une conférence sur les navires ayant relié la France à l'Afrique du nord au 19ème et 20ème siècle. Vous pouvez lui envoyer ma modeste contribution concernant un épisode de l'histoire du Protis,

Cordialement

PB

Q5. (27 Décembre 2010)

Cher Monsieur, 

Dans mon mail du 13 octobre 2010 dans lequel je vous indiquais que mon arrière grand père Edouard Rastoul avait notamment commandé le Protis, je vous donnais également des informations sur les carrières respectives  d'Edourad et de Joseph Rastoul.

En ce qui concerne ce dernier, Joeph Rastoul, il convient de préciser qu'il n'a pas éte "directeur commercial" des MM, mais "Chef du Service Commercial des MM" à la direction générale de Paris de fin 1917 à fin 1922, puis Agent général  à Marseille de 1922 à 1938, date à laquelle il apris sa retraite.

Il était entré aux MM en 1898, avait été commis d'agence à Singapour  puis à Port-Said, puis sous-agent à Monbassa puis à Shanghai où il avait rempli les fonctions d'agent général pour l'Extrême Orient,  puis chef du service commercial des lignes de l'au-delà de Suez  à Marseille avant de monter à Paris en 1917. Voilà qui est plus précis !
Je vous souhaite une excellentte nouvelle année.

Cordialement

PB

R5.

Cher Monsieur,

Merci pour toutes ces nouvelles précisions sur la carrière de votre ancêtre Joseph Rastoul.

Je vais les intégrer à la page correspondante de mon site dès la prochaine mise à jour.

Je vous souhaite également une excellente année 2011.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q6. (21 septembre 2011)

Bonjour Monsieur,

Sur le forum du site Marius-Autran relatif à "La construction navale, forges et chantiers" vous répondez en 2006 à un certain M.C. qui vous questionne sur le navire PROTIS ayant navigué entre Bône et Marseille dans les années 1860, et vous lui indiquez deux sites qui mentionnent ce navire :

- le récit de l'expédition Garibaldi en Sicile et Italie où le Protis est mentionné avec son commandant de Salvi (Gutemberg.org)
-l'incendie du Protis à la sortie de Marseille le 16 décembre 1886 (CNUM-CNAM.fr).
 
J'ai moi-même  pris connaissance avec beaucoup d'intérêt de ces deux sources, car je recherche également des informations sur ce navire, que mon arrière-grand père maternel Edouard RASTOUL a commandé quelque temps. Je dispose d'ailleurs  d'un document manuscrit intéressant intitulé
 
"Bateau à vapeur la Protis de Marseille, commandé par Mr Senglar, parti de Marseille le samedi 3 mars 1860 pour Tétouan. PV de disparition du Sieur
Senglar Jean_Auguste, inscrit au quartier de Saint-Tropez, f°21n°81, capitaine du dit bateau tombé à la mer le mercredi 7 mars 1860, à 6h30 du matin.....
...signé par l'équipage et le 2ème capitaine Edouard Rastoul qui prend le commandement ... vu au Consulat de France à Gibraltar le 13 mars 1860"
 
Je peux vous envoyer ce document si cela vous intéresse, et vous pourriez le faire suivre à MC ?
 
Informations sur Edouard Rastoul (Avignon 1834-1911):
-Reçu capitaine au long cours en 1859
-Embarqué comme second sur le Protis, paquebot de la Société Phocéenne
-Commandement du Protis confié en février 1862, puis commandement de la Seine jusqu'en novembre 1864
-Lieutenant dans l'administration des Messageries Impériales en 1864
-Navigue comme officier jusqu'en 1869
-Placé hors cadre à dater du 16/1/1870 pour préparer l'examen du commissariat
-Commissaire de 1870 à 1878 puis entre dans le cadre des agences
-Agent à Alger en 1884
-Agent à Dakar en 1887
-Agent à Suez en 1888
-Chargé de l'intérim de l'agence de Mahé en 1889
-Chargé de l'intérim de l'agence d'Aden en 1892
-Chargé de l'intérim de l'agence de Calcutta  en 1893
-Agent à Aden  en 1894
-Agent  à Djibouti en 1896
-Agent à Calcutta en 1897
Relevé de ses fonctions en 1904 et nommé agent honoraire.
 
Pour information, son fils Joseph Rastoul -donc mon grand-père-  a lui-même fait carrière aux Messageries Maritimes dont il a été directeur commercial  à Marseille après avoir dirigé plusieurs agences à l'étranger, et mon père René Brault a également effectué une partie de sa carrière professionnelle aux MM. Une histoire de famille donc...
 
Voilà, j'ai été un peu long, mais toute information complémentaire sur ce fameux Protis , si vous en disposez, m'intéresse beaucoup.
Veuillez croire, Monsieur, en l'expression de mes sentiments distingués.
 
PB (...)

R6.

Bonjour Monsieur,

Merci pour votre message et pour les nouvelles précisions qu’il contient.

J’ai voulu les communiquer immédiatement à mon correspondant (MC), mais apparemment, l’adresse que j’avais de lui (...) ne semble plus fonctionner et le message m’est revenu.

A tout hasard, je me permets de vous donner ses coordonnées postales pour le cas où vous souhaiteriez communiquer directement avec lui.

Il s’agit de Monsieur MC (...).

Bien cordialement à vous,

Jean-Claude Autran


6-11 septembre 2010 : Catastrophe du cuirassé Liberté

Q1.

Bonjour,

Je m'appelle ML et je viens de consulter votre site sur la catastrophe du cuirassé Liberté où j'ai obtenu votre adresse mail.

Je me permets de vous écrire car mon arrière grand-père, Alexandre Leblanc était à Toulon le jour de la catastrophe. Affecté sur la Liberté, le 25 Septembre 1911, il était en permission et lors de l'explosion il a fait parti des hommes qui se sont précipités pour secourir leurs camarades. C'est sur le peu de souvenirs de mon grand-père que je m'appuie pour connaitre l'histoire de mon aïeul. Je sais toutes fois que le nom de mon arrière grand-père est apparu dans un quotidien sur la liste des membres de l'équipage morts ou portés disparus alors qu'il n'était ni mort ni porté disparu. J'aimerais beaucoup obtenir des informations, si toutes fois il en existe, sur lui et retrouver cet article de presse. Mon aïeul à été décoré, comme beaucoup de ses camarades, pour son courage ce jour là et j'ai en ma possession des médailles ainsi qu'un diplome et des photographies du cuirassé. Il s'agit pour mon grand-père et aussi pour moi, d'une grande fierté, que de parler de cet épisode de la vie de mon arrière grand-père (...).

Je serait très heureuse si dans vos archives vous pouviez trouver cet article ou toutes autres informations concernant Alexandre Leblanc matelot sans spécialité.

En attendant de vos nouvelles, je vous remercie.

ML

R1.

Bonjour,

Merci pour votre message.

Je ne possède malheureusement pas de liste complète des noms des victimes de cette catastrophe, ni d'ailleurs de liste complète de l'équipage. Curieusement, je n'ai dans mes archives que des coupures d'un journal de Lorient, qui ne donne que des listes de marins morbihannais. Et je n'y ai pas trouvé le nom de matelot Leblanc.

Je ne sais pas dans quel quotidien a pu paraître le nom de votre arrière grand-père. Savez-vous de quelle région il était originaire ? (je crois que la majorité des marins de la Liberté étaient Bretons).

Je reconnais cependant n'avoir encore jamais pris le temps de rechercher les quotidiens de Toulon où sa région à propos de cette catastrophe. Je pense qu'ils sont consultables à la bibliothèque des Amis du Vieux Toulon.

Je note donc votre question et, à ma prochaine visite aux Amis du Vieux Toulon, j'essayerai de retrouver les articles qui, à partir du 26 septembre 1911 et jusqu'à la mi-octobre, ont dû relater en détail la catastrophe. Il est possible que les noms des victimes et des rescapés y aient été publiés. Il y aurait aussi les archives de la Marine à Toulon, mais là aussi, je n'ai jamais trouvé le temps de m'y plonger. Si je peux un jour, je penserai à vous.

Cela fera 100 ans l'année prochaine. Et, fin septembre 2011, je dois d'ailleurs faire une conférence à La Seyne-sur-Mer sur l'explosion du cuirassé Liberté. Ce sera l'occasion de faire des recherches plus approfondies et d'essayer, par exemple, de retrouver des listes exhaustives de l'équipage, des victimes et des rescapés.

Je vous tiendrai au courant des résultats de mes recherches.

Cordialement,

Jean-Claude Autran


 

19 août 2010 - 23 août 2011 : Les frères Dussaud, entrepreneurs de travaux portuaires (Suite des échanges de 2003-2004)

Q1.

Bonsoir Mr Autran

Bravo pour votre site et la somme d'info dispo sur la Seyne.

Je suis à la recherche de documents sur la famille Dussaud pour écriture d'un ouvrage et je suis tombé sur votre forum.

Fin 2003, début 2004 vous avez été en contact avec CLH qui cherchait également des infos sur Louis Dussaud en vue de rédiger lui aussi un article sur ce personnage, entrepreneur de TP portuaire et ayant œuvré à Toulon.

A tout hasard avec vous gardé un contact avec ce monsieur et pouvez me mettre en relation avec lui ou lui transmettre mon message.

Je sais c'est déjà loin mais il est permis d'espérer.

Si l'ouvrage de CLH a été publié et s'il vous en a communiqué un exemplaire, pourriez vous me donner les références d'édition et le nom de l'auteur.

Merci par avance et encore bravo pour votre site

Cordialement

JD

R1

Bonjour Monsieur,

Vous avez bien retrouvé sur le forum de mon site les échanges que j'ai eus en 2003-2004 avec Monsieur CLH, petit neveu de Louis Dussaud, et qui écrivait à l'époque un ouvrage sur sa famille. [Voir à http://jcautran.free.fr/archives_familiales/forum/chantier_navires_2003_2004.html#8].

Je n'ai malheureusement plus eu de contact avec ce Monsieur depuis près de 7 ans, et j'ignore totalement si son ouvrage est paru et sous quel titre. Je n'ai rien trouvé de tel sur internet. J'ai seulement trouvé que le nom de CLH apparaissait comme récent contributeur à une page wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques-Vincent) qui mentionnait le nom de Dussaud, entrepreneur de travaux publics, ainsi que celui d'un ouvrage de sa veuve sur Ferdinand de Lesseps.

On trouve sur internet plusieurs mentions de Joseph Dussaud, entrepreneur de Travaux portuaires dans les années 1870-1880 (avec ses frères Elie et Elzéar), dont le neveu était René Dussaud, célèbre orientaliste, mais je ne sais pas si Louis Dussaud était un autre frère ou si c'était le prénom d'usage de Elie ou Elzéar ??

Tout ce que je peux vous communiquer, c'est l'adresse e-mai avec laquelle j'avais communiqué avec M. CLH à l'époque. Vous pouvez essayer de le contacter en espérant que cette adresse n'a pas changé : (...).

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q2.

Bonjour Monsieur,

Merci pour votre prompte réponse.

J'ai pris contact avec CLH et j'attends sa réponse.

Pour votre information Louis Dussaud (1836-1926) était bien le frère de Elie, Elzéard, Joseph et Auguste Dussaud, actionnaire de la Société Dussaud Frères créée en 1857 par Elie et Elzéard et que le reste de la fratrie a rejoint un peu plus tard.

Pour l'instant voilà les seuls informations que je possède sur Louis Dussaud. Si vous êtes intéressé par ce personnage je me propose de vous envoyer le résultat final de mes modestes travaux lorsqu'ils seront publiés (revue d'archéologie industrielle). De votre côté si vous obtenez d'autres renseignements je suis preneur.

Cordialement

JD

Q3. (21 novembre 2010)

Bonjour

Je suis un autre descendant de Louis Dussaud (Ma grand-mère maternelle, Lily Dussaud, était sa petite-fille).

Je note sur votre site que l'un de vos correspondants s'intéressent à la famille et l'entreprise Dussaud, qui a dominé la technique des blocs artificiels submersibles pendant plusieurs décennies entre 1835 et 1880,  intervenant notamment dans les ports de Marseille, Gênes, Trieste, Smyrne, et dans la construction des quais du canal de Suez.

Il se trouve que mon père, aujourd'hui décédé, a écrit il y une vingtaine d'années, quelques pages sur les techniques Dussaud, que je viens de remettre en forme.

Est-il possible de transmettre mon adresse électronique à "JD" ?

Je m'appelle JP (...)

R3a. (à JD)

Bonjour Monsieur,

Postérieurement à nos échanges sur la famille Dussaud, entrepreneurs de travaux publics, j’ai été contacté par Monsieur JP, autre descendant de Louis Dussaud, qui me prie (message ci-après) de vous transmettre son adresse électronique afin que, si je comprends bien, vous puissiez communiquer à propos de documents qu’il possède.

    (...)

Cordialement,

Jean-Claude Autran

R3b. (à JP)

Bonjour,

Merci pour votre message.

J'ai bien fait suivre votre adresse électronique au correspondant qui était intéressé par Louis Dussaud et ses travaux.

Il s'agit de M. JD (...).

J'espère que vos contacts seront fructueux.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q4.

Bonjour

Merci beaucoup pour la rapidité de votre réaction.

JP

Q5. (21 août 2011)

Monsieur
 
Je vous avais contacté il y a de cela plusieurs années concernant mon grand oncle Louis Dussaud, frère d'Elie et d'Elzéar, constructeurs de ports en Méditerranée.
 
En parcourant votre site tout à l'heure j'ai découvert que deux descendants de Louis Dussaud vous avaient contacté récemment pour avoir de plus amples renseignements.
 
Je souhaiterais avoir leurs coordonnées pour échanger puisqu'ils n'ont jamais pu me joindre. Peut-être un changement d'adresse email ?
Auriez-vous l'amabilité de me les fournir ?
 
Mon email est : (...).
 
Merci d'avance

CLH

R5.

Bonjour Monsieur,

Je me souviens bien de nos premiers échanges à propos de Louis Dussaud et des jetées de défense de Toulon, dont j’ai gardé la trace dans le forum de mon site (décembre 2003 – janvier 2004).

Effectivement, j’ai été contacté il y a environ un an par un Monsieur JP, qui s’est présenté comme descendant de Louis Dussaud (sa grand-mère maternelle, Lily Dussaud, étant la petite-fille de Louis Dussaud). A peu près à la même époque, c’est Monsieur JD qui m’a contacté, me disant être à la recherche de documents sur la famille Dussaud pour écriture d'un ouvrage.

Je me suis donc permis de communiquer votre adresse e-mail (celle que j’avais notée il y a sept ans), mais en précisant “en espérant qu’elle n’a pas changé entre temps”. C’est ce qui semble s’être produit puisque ces personnes n’ont pas pu entrer en contact avec vous.

Je vous communique dont les noms et les adresses électroniques de ces deux personnes (que j’ai l’habitude de ne jamais faire figurer en clair dans le forum de mon site) :

- JP (...)
- JD : (...)

Vous allez donc pouvoir maintenant échanger avec eux.

Bien cordialement,

Jean-Claude Autran

Q6.

Monsieur
 
Je vous remercie de la diligence avec laquelle vous avez répondu à ma requête.
 
Je connais Monsieur JP qui est un cousin éloigné, descendant de Louis Dussaud. Personnellement je descends de Claire Dussaud (sa soeur).
 
J'ai transmis mon email et mon numéro de téléphone à Monsieur JD en espérant qu'il me contacte.
 
Bien amicalement

CLH


 

3-4 juillet 2010 : Pont du chantier en construction

Q.

merci. En retour p.j .cordialement

MTP

R.

Bonjour,

Merci beaucoup pour cette image rare.

Et, dans le fond, on voit encore plusieurs moulins sur la colline des 4 Moulins !

Cordialement,

Jean-Claude Autran


 

21-25 juin 2010 : Photos des chantiers navals de La Seyne

Q.

Bonjour,

Pour le N° d'été de la revue OCCITANIA_Volèm Viure AL País (éditée par le Partit Occitan), M. Gérard Tautil m'a transmis un poème célébrant les Chantiers de la Seyne.

Pourriez-vous (gracieusement, mais nous ferons mention de votre participation), me transmettre deux photos significatives du travail sur les Chantiers (si possible de moments de lutte) pour illustrer cet article en .jpeg, 300dpi.

Merci d'avance.

AR (Cap-redactor d'Occitania-Volèm Viure al País

R.

Bonjour,

Mon père (Marius Autran, 1910-2007) a effectivement écrit il y a une quinzaine d'années un livre sur la construction navale à La Seyne, avec un certain nombre de photos. Voir à :

http://jcautran.free.fr/oeuvres/tome5/sommaire_tome5.html

Mais je n'ai guère retrouvé d'originaux de bonne qualité dans ses archives. Il avait dû probablement emprunter beaucoup d'illustrations qu'il a rendues après les avoir utilisées pour son livre.

Je peux cependant vous faire parvenir, ci-joint, quelques images dans lesquelles vous pourrez trier ce qui vous intéresse.

Un groupe de cadres de 1889
Un groupe d'ouvriers de 1889
Atelier de mécanique (petites machines) (1906)
Atelier de mécanique (grosses machines) (1906)
Sortie des ouvriers, "place de la Lune", vers 1910
Mais je n'ai rien qui soit de bonne qualité sur les moments de lutte.

Pour les luttes syndicales, il faudrait voir avec les anciens des Chantiers comme Francis Lyon (lyon.francis@orange.fr), ou avec l'Association pour le maintien des Intérêts des Anciens de la Navale qui a d'ailleurs mis sur son site (http://pagesperso-orange.fr/amians/) des photos de manifestations de défense de la Navale.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q2.

Je vous remercie pour cet envoi et ces précisions.

Amicalement,

AR


 

27 avril - 9 mai 2010 : Ancien couvent qui appartenait aux F.C.M.

Q1.

ancienne citée détruite ou j'ai passé ma jeunesse....j'.essaies de retrouver des habitants de cette merveillleuse pèriode !!! impossible!!!

R1.

Bonjour,

J'ai bien reçu un message de votre part avec le titre :

Re: ancienne citée détruite ou j'ai passé ma jeunesse....j'.essaies de retrouver des habitants de cette merveillleuse pèriode !!! impossible!!!

Mais il ne contenait aucun texte.

Pouvez-vous me préciser ce que vous souhaitiez savoir en m'écrivant.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q2.

J'habitais à la Présentation c'est un ancien couvent qui appartenait au c n i m (savoir si il existe une adresse ou je pourrai retrouver des photos d'archives ou des contacts avec les locataires) car nous étions tous amis. merci d'avance.

MS

R2.

Bonjour,

J'ai longuement réfléchi à votre question, mais je n'ai malheureusement que peu d'élément de réponse.

Concernant l'ancien couvent, il existe bien sûr quelques vieilles photographies ou cartes postales (ci-jointes), mais elle sont du début du XXe siècle, notamment lorsque les Maristes y ont été déplacés, pendant la guerre de 14-18.

Le Couvent de La Présentation : Une partie de la façade sud
(Carte postale, éd. A. Bergeret. Collection M. Autran)
Les Forges et Chantiers de la Méditerranée, avec, au second plan, le couvent de La Présentation
(Photo extraite de l'ouvrage L'Institution Sainte-Marie, 1849-1999, de Louis-Jean, Association des Anciens Elèves, 2007)
Les Maristes installés à La Présentation pendant la guerre de 1914-1918
(Photo extraite de l'ouvrage L'Institution Sainte-Marie, 1849-1999, de Louis-Jean, Association des Anciens Elèves, 2007)
Ensuite, je sais que le bâtiment a été acquis par les F.C.M. (mais je ne sais pas en quelle année) pour y loger des personnels. D'après ce que j'ai lu, c'est dans les années 1970 que la Municipalité en fit l'acquisition pour le raser et construire sur le même terrain le Foyer Jean Bartolini pour personnes âgées, qui existe encore actuellement. Un groupe d'H.L.M. "La Présentation" a également été construit sur le même domaine, au sud du Foyer Jean Bartolini.

Sur l'époque que je vous avez connue, je n'ai retrouvé aucun document. Depuis la fermeture des chantiers de La Seyne, les archives de la Société auraient été dispersées entre les Archives Départementales du Var à Draguignan, les archives de la société NORMED qui se trouvent au Centre des Archives du Monde du Travail (CAMT) à Roubaix, et semble-t-il un 3e site, une société d'archivage privée, qui se trouverait à Sophia-Antipolis. Je ne sais pas du tout où pourraient se trouver des documents sur l'époque qui vous intéresse et sur les locataires de la Présentation.

Il existe aussi l'Association du Maintien des Intérêts des Anciens de la Navale Seynoise (http://perso.orange.fr/amians/) qui doit aussi posséder quelques archives, mais la gestion de ces archives ne doit pas être leur principale préoccupation car leur problème n° 1 est le traitement des dossiers des anciens travailleurs des chantiers, et particulièrement tous ceux victimes de l'amiante.

Vous pouvez cependant leur poser votre question en adressant votre message à : amians@wanadoo.fr.

Je vais aussi mettre votre question sur le "forum" de mon site internet. Peut-être que quelqu'un saura un jour y répondre.

Je ne peux guère vous en dire plus pour l'instant.

Bien cordialement à vous,

Jean-Claude Autran

Q2.

Merci pour votre dévouement, je continue à chercher de mon coté et suivre vos conseils merci encore, à très bientôt j'espère!!!!

MS


 

25 avril 2010 : Types de navires construits aux FCM

Q1.

Cher Gérard,

Merci encore pour ton aide, hier, dans la rectification de certaines erreurs du Tome I de mon père.

Comme je te l'ai dit, je suis précisément en train de relire les épreuves de la réédition de son Tome II et notamment du chapitre "Amable Lagane".

Sont cités en annexe "les principaux navires construits sous la direction d'Amable Lagane" :

AMIRAL DUPERRÉ (cuirassé)
TOURVILLE (croiseur)
MARCEAU (cuirassé)
CÉCILLE (croiseur à deux hélices)
GYMNOTE (sous-marin)
PROVENCE (paquebot)
BOURGOGNE (paquebot)
GASCOGNE (paquebot)
PELAYO (cuirassé)
JAURÉGUIBERRY (cuirassé)
CAPITAN PRAT (cuirassé)
ITSUKUSHIMA (garde-côte)
MATSUCHIME (garde-côte)
BENJAMIN CONSTANT (corvette-école)
JEANNE BLANCHE (yacht à vapeur)
WULFRAN PUGET (quatre mâts)
PERSÉVÉRANCE (quatre mâts)
RHÔNE (quatre mâts)
ANTOINETTE (quatre mâts)
JACQUELINE (quatre mâts)
D'ENTRECASTEAUX (croiseur)
CHATEAURENAULT (croiseur)
MONTCALM (croiseur rapide)
CESAREVITCH (cuirassé)
BAYAN (croiseur cuirassé)
PRESIDENTE ERRAZURIZ (croiseur)
PRESIDENTE PINTO (croiseur)
LA SEINE (paquebot)
LA FRANCE (paquebot)

Pourrais-tu jeter un coup d'œil à cette liste et me dire s'il n'y a pas, ici aussi, quelques erreurs dans le type de navire qui est indiqué entre parenthèses.

Merci beaucoup par avance.

Avec toutes mes amitiés.

Jean-Claude Autran

R1.

MONTCALM (croiseur cuirassé) au lieu de croiseur rapide
CECILLE (croiseur protégé) à deux hélices, mais pourquoi ne pas donner le Nbre. d'hélices des autres ? En réalité c'est AMIRAL CECILLE, souvent appelé improprement CECILLE
ITSUKUSHIMA & MATSUSHIMA (croiseurs protégés) attention un A au lieu d'un E
Les 2 PRESIDENTE chiliens sont des (croiseurs protégés) idem pour le français D'ENTRECASTEAUX et CHATEAURENAULT

-- Bien cordialement à toi

GG

Q2.

Cher Gérard,

Un grand merci à toi pour cette réponse aussi rapide.

J'effectue les corrections que tu m'indiques.

Amitiés. A bientôt sans doute.

Jean-Claude Autran


 

19-31 mars 2010 : Reconversion des anciens chantiers navals de la Seyne

Q1.

Bonjour M. Autran,

Je me permets tout d'abord de vous écrire suite à la découverte de votre site fort intéressant et exceptionnellement riche en informations sur la Seyne-sur-Mer. Votre père ainsi que vous avez fait un travail unique.

Avant de poursuivre ce message, je vais commencer par me présenter rapidement. J'ai 23 ans et je finis mes études d'urbanisme au Québec, à Montréal. Je suis né à Nice mais mes parents sont originaires de la Seyne-sur-Mer. Une partie de ma famille habite encore entre La Seyne et Six-Fours.

Dans le cadre de mon stage de fin d'étude, je me concentre sur le redéveloppement d'anciennes usines aujourd'hui fermées qui étaient spécialisées dans l'industrie lourde. Dans ce stage, j'étudie le redéveloppement d'un secteur montréalais composé de 3 anciennes grandes usines qui étaient spécialisées dans la construction de structures en acier pour les ponts et gratte-ciels canadiens. Par rapport à cela, je souhaiterais faire une étude de cas sur la reconversion des anciens chantiers navals de la Seyne. Les deux secteurs ont énormément de points communs.

Par rapport à cela, j'aimerais contacter et poser quelques questions à des personnes ayant travaillées dans ces chantiers ou ayant eu un lien avec ceux-ci. Je m'adresse donc à vous pour savoir si vous connaissez des personnes qui seraient prêtes à répondre à un petit questionnaire électronique ? Aussi, existe-il une association des anciens des chantiers ?

Ce travail représente beaucoup pour moi et la ville de Montréal pour qui je travaille est très intéressée par ce cas inédit pour eux...

Je vous remercie pour votre attention.

Très respectueusement,

RF

R1.

Bonjour,

Veuillez pardonner, je vous prie, le retard avec lequel je réponds à votre message de 18 Mars.

Je comprends bien votre question, mais, contrairement à mon père, Marius Autran, aujourd'hui décédé, J'ai été personnellement absent de La Seyne pendant de nombreuses années et je n'ai que peu de relations avec le milieu des anciens des chantiers navals de La Seyne. Et beaucoup de ceux que j'ai connus autrefois ont aujourd'hui disparu ou sont très âgés et ne sont pas en mesure de répondre à des courriers électroniques.

Je peux toutefois vous communiquer les coordonnées de :

- FL, ancien des chantiers et devenu écrivain : (...).
- PM, auteur d'un ouvrage sur l'histoire de la construction navale à La Seyne : (...).
- BC : (...).

Par ailleurs, il existe bien une association des anciens des chantiers, actuellement présidée par M. LC, et que vous pouvez contacter à l'adresse suivante : (...) ou http://perso.orange.fr/amians/

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q2.

Bonjour M. Autran,

Ce n'est pas grave pour le retard, je comprends très bien que l'on soit occupé.

Je vous remercie en tout cas pour votre réponse forte utile. J'ai passé de longues heures sur votre site et je dois encore vous remercier pour l'aide que vous m'avez apporté par son intermédiaire.

Je vais contacter les personnes dont vous m'avais donné les adresses. J'ai déjà tenté de rentrer en contact avec FL mais sans succès. Je retenterai ma chance plus tard. Je vais essayer avec PM et BC

Je vous remercie infiniment pour votre aide.

Je vous souhaite une belle fin de journée.

Très respectueusement,

RF


 

15 Février 2010 : Cuirassé Liberté (nouvelle carte postale)

Q.

Bonjour

J'ai utilisé pour mon blog quelques informations de vos pages sur Liberté. J'ai bien entendu cité mes sources. Vous n'avez pas la CP que je possède, vous la trouverez ci-jointe si vous souhaitez compléter votre site.

Cordialement

CM

Carte postable aimablement adressée par M. Christian Mouquet, MDV Maîtres du Vent

R.

Bonsoir,

Merci beaucoup pour cette belle carte postale qu'effectivement je n'avais encore jamais vue. Je ne manquerai pas de la rajouter à mon site à la prochaine mise à jour, en citant naturellement son origine.

Et bravo pour votre blog www.maitres-du-vent.blogspot.com

Cordialement,

Jean-Claude Autran


 

21 décembre 2009 - 9 janvier 2010 : Sous-marin de pêche aux éponges de 1907

Q.

Bonjour,

Je suis en train d'écrire un livre sur la plongée sous-marine en Tunisie et je suis à la recherche d'informations sur le sous-marin de l'abbé Raoul. Dans votre site, il est mentionné une fiche n° 1012 des registres de la société ( Hist. de la grande construction navale 4ème époque 66-89). Comment pourrais-je consulter ces archives ?

Je vous remercie de votre aide et vous adresse mes meilleurs sentiments.

FB

R.

Bonjour,

(...) Mon père (Marius Autran) a en effet mentionné ce sous-marin de pêche aux éponges dans son Tome V "Petite histoire de la grande construction navale" paru en 1995 :

http://jcautran.free.fr/oeuvres/tome5/chapitre_4.html#38

J'ai retrouvé également dans les archives de mon père l'exemplaire de la revue "Sillages" (N° 2, 1993, pages 12-14) d'où il avait extrait son texte. Vous trouverez ci-joint ces 3 pages scannées, avec une photo du sous-marin.

Egalement, une page est consacrée à ce sous-marin dans l'ouvrage écrit par Patrick Martinenq en 1993 "La Seyne Méditerranéenne - La Mer et l'héritage", page 47. Je vous adresse aussi une copie de cette page (sous_marin_4.jpg), où est figure une photo, apparemment de meilleure qualité, de ce "sous-marin à rames" de 1907.

Cette réalisation serait en effet décrite dans une fiche N° 1012 des registres des Forges et Chantiers de la Méditerranée.

Mais quant à savoir où cette fiche pourrait être consultée, je ne sais pas vous répondre. Depuis la fermeture des chantiers de La Seyne, les archives de la Société auraient été dispersées entre les Archives Départementales du Var à Draguignan, les archives de la société NORMED qui se trouvent au Centre des Archives du Monde du Travail (CAMT) à Roubaix, et semble-t-il un 3e site, une société d'archivage privée, qui se trouverait à Sophia-Antipolis. Je ne peux malheureusement pas vous en dire plus.

Par contre, je vous communique les coordonnées de deux de mes correspondants (que vous pouvez consulter de ma part) qui auraient peut-être des informations complémentaires sur ce "sous-marin à rames", ainsi que sur la localisation des archives de la Société des Forges et Chantiers :

- M. JPG (...) qui est un érudit en matière d'histoire des chantiers de La Seyne et qui doit avoir davantage de précisions sur les archives des Forges et Chantiers.

- M. GG (...) qui est un autre érudit de l'histoire des navires et particulièrement de l'histoire des premiers sous-marins.

Cordialement,

Jean-Claude Autran


Extrait de "La Seyne Méditerranéenne - La Mer et l'héritage" (Patrick Martinenq), 1993, page 47


 

6-16 décembre 2009 : Evolution des arsenaux de 1940 à 1945

Q.

Bonjour,

Je suis étudiant en doctorat à l'université de Nantes. Dans le cadre de mon travail je m'intéresse aux arsenaux, et à leur évolution sur une période allant de 1940 à 1945. Aussi, j'aimerai savoir si vous connaissez des ouvrages, articles, présentant les changements opérés au sein des arsenaux. Le livre de M. Gelfré (l'histoire de l'arsenal de Toulon), présente M. Bartolini, comme étant un des hommes ayant travaillé sur la reconversion des arsenaux. Aussi, connaissez-vous des ouvrages, articles qui présente le travail de ce dernier.

Par ailleurs, je souhaite avoir une vision d'ensemble de l'évolution des arsenaux (entre 1940 et 1985), sur différents plans : stratégique, économique, politique, social et technique. En ce sens je suis ouvert à toutes suggestions, et références bibliographiques.

Bien cordialement,

FL

R.

Bonjour,

Je suis désolé. Je ne possède pas d'information ni d'ouvrage particulier sur le sujet qui vous intéresse. Les archives dont j'ai hérité de mon père se limitent à l'histoire de La Seyne sur Mer, et je n'ai absolument rien de précis concernant l'Arsenal de Toulon et son évolution, ni sur l'action de M. Bartolini.

Tout ce que je pourrais communiquer, ce sont des informations que chacun peut trouver sur internet, telles que :

http://www.cerna.ensmp.fr/Documents/GLB-arsenal.pdf

Cordialement,

Jean-Claude Autran


 

8 novembre 2009 - 13 Jjanvier 2010 : Conférences sur les Chantiers de La Seyne

Q1.

Monsieur et cher Seynois,

Je suis né au cours Louis Blanc le 1er Août 1925 dans une vieille famille seynoise, stagiaire "aux chantiers" pendant toutes mes vacances scolaires. J'y ai travaillé pendant 2 ans à ma sortie des Arts comme dessinateur, puis comme responsable des à bois et la maladie de l'époque a brisé ce début de carrière sans que je me détache de ma ville natale.

Bien sûr, je connais et j'apprécie l'œuvre de votre père, et la vôtre, qui l'avez si bien fait revivre dans le site exemplaire que vous avez créé. Tous mes compliments.

Vos amis de SSNATV vous ont sans doute dit que je souhaitais faire votre connaissance pour m'entretenir avec vous de ce qui nous tient à cœur : notre Patrimoine seynois. Aussi je vous invite à l'exposé que je vais présenter à notre siège de Montéty (4-6) cité Montéty le Mercredi 2 Décembre 2009 à 16 h pour faire un parallèle entre Eiffel et Daydé.

Dans l'attente du plaisir de faire votre connaissance, je vous prie de croire, Monsieur, à l'expression de mes sentiments les meilleurs.

JPG

R1.

Cher Monsieur,

Merci pour votre courrier, que j'ai bien apprécié.

Je connais, bien sûr, votre nom depuis longtemps, ainsi que les thèmes de vos conférences. Mais nous n'avons encore jamais dû nous rencontrer.

Il faut dire que je ne suis "de retour" à La Seyne que depuis peu d'années et que je ne me suis réellement impliqué dans la vie associative locale que récemment.

C'est avec plaisir que j'assisterai à votre conférence au siège de la SSNATV, cité Montéty le 2 décembre prochain à 16 heures.

Nous aurons donc ainsi l'occasion de nous rencontrer et de commencer à nous entretenir sur le Patrimoine Seynois.

Avec mes meilleurs sentiments,

Jean-Claude Autran

Q2a.

Cher Monsieur AUTRAN

Je suis très heureux de faire votre connaissance le 02.12.09 à mon retour de Chaillot où je vais présenter le 30.11 le thème de la vocation maritime de notre site La Seyne - Toulon.

Avec mes meilleurs sentiments.

JPG

Q2b.

 

R2.

Cher Monsieur,

Merci pour vos bons vœux et votre invitation.

Je ne pourrai hélas pas être présent ce mardi 14 après-midi étant déjà engagé par ailleurs. Je regrette, j'aurais été bien intéressé par le thème des FCM après 1914.

Recevez néanmoins tous mes souhaits pour 2010. De bonne santé d‚abord, car, avec simplement la santé, tout le reste suit.

Espérant vous revoir prochainement, recevez toutes mes amitiés,

Jean-Claude Autran

Q3.

Cher Ami seynois

J'ai bien regretté votre absence d'hier car le rappel de cette période que nous avons vécue était émouvant.

Je suis à votre disposition pour vous le présenter, à votre convenance.

A bientôt et toutes mes amitiés.

JPG


 

14-25 septembre 2009 : Liste des victimes de l'explosion du cuirassé Liberté

Q1a.

J'adhère à l'Association "AUX MARINS" dont le siège est à PLOUGONVELIN dans le Finistère et je recherche des éléments pour établir un dossier au nom de LAMOUR François, marin sur le cuirassé REPUBLIQUE et porté disparu lors de la tragédie du cuirassé LIBERTE en rade de TOULON, en portant secours aux marins de ce navire, je ne possède pas sa date ni son lieu de naissance, il était jeune et matelot sans doute.

J'aimerai le faire figurer au cénotaphe de la Pointe Saint Mathieu car il estmort en service et considéré comme "Mort pour la France".

A quel service puis je m'adresser ? Merci de me le communiquer si vous le connaissez.

JB

Q1b.

Je suis bretonne et en retrouvant une photo ancienne ayant appartenu à ma grand-mère maternelle je me suis souvenue des explications que me donnaient ma grand-mère, cette photo est celle de son frère François LAMOUR (c'est donc mon grand'oncle), quand je la questionnait elle me disait qu'il était mort, porté disparu lors de l'explosion du LIBERTE à TOULON, en allant porter secours aux marins de ce bâtiment car lui était embarqué sur le REPUBLIQUE, bien sûr il n'avait pas de sépulture.

En 1991 ou 1992 je suis passée au cimetière de LAGOUBRAN à TOULON et j'ai cherché le monument érigé à la mémoire de tous ces marins disparus tragiquement et c'est en lisant un livre sur SAINT MANDRIER où j'ai véçu presque six années que l'idée m'est venue de chercher des éléments sur Internet et aussi parce que j'adhère à l' Association "AUX MARINS" créée en 2OO5 et dont la mission est d'honorer les marins de toutes unités, mer, marchande et S.N.S.M. "Morts pour la France" dans un lieu maintenant connu, le cénotaphe de la Pointe Saint Mathieu où leur photo est apposée sur les murs de ce vieux fort à la Vauban, à l'extrême pointe de la Bretagne.

Je ne possède que cette photo ancienne et aucun élément ne me permet d'établir un quelconque dossier, ne connaissant pas sa date et son lieu de naissance, je viens de lire le récit de la tragédie sur votre site et ce sont de très anciens souvenirs qui me reviennent.

Merci de me lire si mon message vous parvient.

JB

R1.

Bonjour,

Vos messages me sont bien parvenus et je vous félicite de vous consacrer à cette cause particulièrement noble d'honorer la mémoire de tous nos marins tragiquement disparus.

Avec la catastrophe du cuirassé Liberté, vous faites référence à un événement également très douloureux pour ma famille puisque mon grand-père maternel, Louis GAUTIER, y a également trouvé la mort à 25 ans alors que, affecté à la Direction du port de Toulon, il allait porter secours aux marins du cuirassé Liberté.

Je sais qu'il y a eu sur le cuirassé République 24 tués dont, je crois, 5 ont été portés disparus. Votre grand-oncle aurait donc été parmi ceux-là.

Mais il m'est très difficile de répondre à la question des listes des victimes et de leurs dates et lieux de naissance. Très peu de ces listes semblent apparaître sur les sites internet de la Marine ou de la Défense Nationale. Sans doute faudrait-il essayer d'aller consulter les archives sur place à Brest, Cherbourg, Paris ou Toulon ? Je n'ai encore jamais consulté celles de Toulon, dont je ne suis pas éloigné, et je pourrais naturellement y aller un jour, mais je ne peux rien promettre car j'ai beaucoup à faire par ailleurs.

Il se trouve cependant que j'ai retrouvé des photocopies d'un journal du Morbihan, Le Novelliste, du 10 Octobre 1911, qui fournit une liste des survivants morbihannais de la catastrophe du cuirassé Liberté. Vous me dîtes être Bretonne, mais je ne sais pas si vous êtes du Morbihan ou d'un autre département. Cette liste (copie ci-jointe) peut peut-être vous intéresser car elle mentionne deux fois le nom de Lamour , notamment Auguste Lamour, parmi les survivants de la catastrophe. Certes, il ne peut s'agir de votre ancêtre puisque ce sont des noms de survivants. Mais ceci pour dire qu'en recherchant les journaux de cette époque dans les archives départementales, peut-être peut-on retrouver dans l'un ou l'autre numéro d'octobre 1911, la liste et le grade des victimes. Enfin, ce n'est qu'une piste possible.

Page d'un journal du Morbihan, Le Novelliste, du 10 Octobre 1911
Je regrette de ne pas avoir davantage d'élément pour vous aider.

Je vous tiens au courant si je trouve un jour le temps de me pencher sur les archives de la Marine à Toulon.

Cordialement,

Jean-Claude Autran

Q2.

Monsieur,

Je tiens à vous remercier d'avoir répondu à mon message, je dois vous avouer qu'il ny a pas si longtemps que je pratique l'informatique et je n'étais pas du tout certaine que message soit passé

Il convient que je me présente, JB, je demeure à QUEVEN, à proximité de LORIENT mais je suis originaire du CONQUET, un petit port à l'extrémité de la pointe du FINISTERE, le MORBIHAN reste mon point de chute depuyis 37 années.

Le souvenir de ce grand'oncle m'a suivi depuis l'enfance, il avait sa photo, en marin, chez mes grands-parents et je n'avais qu'une explication à ma curiosité "c'est tonton François, il a été tué à TOULON sur le LIBERTE en allant porter secours car il était sur le "REPUBLIQUE" il a été porté disparu".

Ma grand-mère était l'aînée de neuf enfants, orpheline à quatre ans elle avait d'après mes souvenirs beaucoup d'affection pour ses demi-frères et soeurs issus du remariage de son père, quatre frères marins, l'un d'eux Noel a épousé une varoise d'origine corse et ils ont fondé une famille à GRIMAUD où ils sont inhumés tous les deux.

Mon arrière grand'père et mes grands parents, issus du milieu agricole et pauvre s'exprimaient en breton, ils étaient illettrés, j'ai compris, à la lecture de vos correspondances sur votre site, que ces pauvres gens n'avaient peut-être pas eu beaucoup connaissance des circonstances terribles dans lesquelles leur fils et frère avait perdu la vie, en plus pas d'obsèques, pas de tombe, pas de lecture de journaux et la Bretagne est loin, à cette époque ce n'était pas la région que nous connaissons, agricole et industrielle et même touristique, c'est peut-être pour cette raison que M. FALCONETTI, un de vos correspondants qualifie les bretons de froids et distants !

Un livre de Madame ARGENSE, une institutrice de SAINT MANDRIER, décédée depuis d'ailleurs, relate la catastrophe, en une page et demie, ce fut l'enfer et je ne m'imaginais pas que cette si belle rade de TOULON ait pu un jour vivre des heures si terribles et surtout si meurtrières.

J'ai habité LA SEYNE-MARVIVO et SAINT MANDRIER durant cinq années, je retourne toujours avec beaucoup d'émotions et mes enfants aussi, j'ai fait un séjour de trois semaines près d'AIX chez ma fille qui travaille à MARSEILLE.

De ce grand'oncle qui a perdu la vie si tragiquement il me reste sa photo, il est sans doute né à PLOUZANE près de BREST et je vais essayer, étant à LORIENT, de voir si le Service historique de la Marine peut m'éclairer un peu, j'ai des cousins toulonnais et qui ne refuseraient pas de contacter des services compétents, ma fille qui a des connaissances dans le milieu militaire, enfin, comme vous le savez, les fils sont ténus et je remarque que les contacts sur cet événement sont peu nombreux, un peu, beaucoup novice, j'ai eu la chance d'arriver sur votre site, bien sûr c'était en 1913, mais ils sont morts en faisant leur devoir jusqu'au bout, je le fais pour le souvenir de ma gentille grand'mère qui m'a donné tant d'affection, je mesure son chagrin muet d'avoir perdu son petit frère.

J'adhère depuis de nombreuses années au SOUVENIR FRANCAIS et, depuis 2005 à l'ASSOCIATION AUX MARINS" qui fait un travail remarquable de recherches pour honorer les marins "Morts pour la France". votre grand'père et François LAMOUR n'ont pas démérité non plus, ils ont donné leur vie pour sauver leurs camarades.

Je vous tiendrai au courant si je découvre un petit fil qui me conduirait vers un peu de lumière.

Je vous remercie sincèrement, chaleureusement.

JB


 

6 août 2009 - 19 janvier 2012 : Souvenirs de l'apprentissage aux CNIM

Q1.

Bonjour,

Encore un détour de tiroir, j'ai trouve cela sur l'apprentissage des cnim enfin fcm des photos des remises de prix des apprentis. On reconnaît des gens hélas disparus.

Je pense que cela est bien encore de le partager. A vous de voir, les images proviennent du journal des fcm "mediterannee"

J'évite de passer les images où avant des gens TRAVAILLAIENT, car ça a existé. Comment un touriste qui passe place de la Lune aujourd'hui pourait imaginer ce qui pouvait y avoir à la place d'un parking, ou d'un hôtel, mais c'est un autre sujet, hélas.......

Sincères salutations.

Peut-être un jour nous rencontrerons nous et je pourais parler de ma vie à l'intérieur de ces lieux.

AA

R1.

(...) Merci également pour les très belles photos des remises de prix des apprentis des chantiers que j'ai reçues hier soir. Je verrai comment je peux les exploiter pour la page sur les chantiers et la construction navale. Je n'ai pas le temps de le faire immédiatement, ce sera pour une prochaine mise à jour du site.

Merci encore pour votre aide au travail de mémoire de notre ville.

Amitiés,

Jean-Claude Autran

Q2a. (22 Août 2009)

Bonjour

Voilà aujourd'hui c'est une bonne journée pour l'histoire

Cela peut vous intéresser, c'est un commentaire et surtout une photo de Mr Christol directeur des études à l'école d apprentissage,un homme qui a su tenir ces apprentis et parfois leurs donner des goûts artistiques, un poète, voilà c'est un journal du 26 novembre 1965 il y a bientôt 49 ans...

Sincères salutations

AA

Journal du 26 novembre 1965

Q2b.

Bonjour

Je pense que vous connaissez, mais au cas où ! Cela est à écouter avec un pincement au cœur.

http://www.dailymotion.com/video/x7d4ln_chantiers-navals-la-seyne-1907_music

Rien à voir avec le site de votre papa, mais c'est à savoir. J'ai fait écouter cela à ma petite fille, il fallait...

Bon week end

AA

R2.

Bonjour,

J'ai bien reçu vos quatre messages, toutes ces photos et leurs légendes, l'école d'apprentissage des CNIM et cette bien émouvante vidéo sur nos chantiers. Hélas !

Je ne sais comment vous remercier pour tout cela.

A la prochaine mise à jour de mon site, j'essayerai de faire entrer tous ces documents. Je rectifierai aussi la légende de la photo de la classe de Mme Havard, qui était inversée.

(...) Merci encore. Très cordialement,

Jean-Claude Autran

Q3. (11 mai 2011)

Bonjour Mr Autran

Je recherche toujours dans le passé. Je ne vous propose pas aujourd hui des vieux journaux de la guerre ni la classe de Mme Havard, mais une photo souvenir hélas de pas trop bonne qualité car issue d'un appareil bas de gamme et photo argentique, mais une photo de la section électricité de l'école d'apprentissage CNIM place de la Lune ou nous sommes entrés jeunes de 15 ans. Et oui il y a 45 ans.

Sinceres salutations

Je sais que vous rencontrez Michel Havard, j'ai perdu par changement de téléphone les coordonnées, merci à l'occasion de lui transmettre nos sinceres salutations.

ARL


École d'apprentissage CNIM, place de la Lune, 10 décembre 1968

R3.

Encore une fois, merci beaucoup de m'envoyer des documents retrouvés dans vos archives.

Votre photo va être rajoutée incessament à mon site dans la rubrique "Enseignement et écoles".

Par ailleurs, je ne manquerai pas de transmettre vos salutations à Michel Havard, que je rencontre régulièrement.

Bien cordialement à vous,

Jean-Claude Autran

Q4.

Bonjour

Je range un peu et je trouve... Je vous envoie des photos souvenirs du camp de vacance des apprentis des CNIM en 1968/1969, je ne sais pas s'il y en a, mais celles ci sont gardées depuis près de 50 ans. Que de bons souvenirs.

On retrouve des noms tel que Pansa, Gondran, Fouillon, Garcia, Bosc, Parena, Romrezin, Buchbach, Leroy, je met les  lunettes, Verdier, Mateucci, Fruch, Leautier, Caysaliez, les frères Boisblet,et les vilains canaillous simulant le masacre de l'auto de leur moniteur...

J'ai passé ces éléments également aux 2 moniteurs qui restent Mr Bazzuchi et Mr Benfenati, qui nous ont apporté à peu près tout ce qu il fallait savoir pour demarrer la vie et la mener à bien. Et le tout en 3 ans d apprentissage.

Tout comme moi, les camarades qui restent ne peuvent que remercier ces personnes.

Salutations et amitiés

ARL

Merci pour transmetre le bonjour à Mr Havard


A Tarascon (1968)

A Tarascon (1968) : le groupe des apprentis

A Tarascon (1968) : les apprentis et la voiture de M. Benfenati

A Tarascon (1969) : le camp des apprentis

Q5. (18 janvier 2012)

Bonjour,

Pour completer la série des photos sur l'apprentissage des cnim, voilà une photo des élèves de la classe de Mr Nury Paul, professeur d'électro-mécanique qui a su beaucoup s'investir pour la reussite de ses élèves à l'examen de fin de formation, photo datant du 10 décembre 1968.

On retrouve sur cette photo : à gauche, mr abran ; à droite, mr paul nury.

En bas à gauche : Parena, ?, Roland Garcia, Caisalie Gérard, André Andreini.

Au-dessus : ?, ?, Michel Rivere, Buchbach, Boisblet, Fruchh, Jo Fouillon et Raymond di Pilla.

Derrière : ?, avec les lunettes Boisblet Christian, Leautier, Romezin et Roland Bosc.

J'ai oublie les noms des ?? Au cas où d'autres collègues se reconnaissent.

Voila, comme à l'habitude, je vous passe ces éléments. A vous de juger de leurs utilité et eventuelle diffusion.

Toujours attentif à la beauté du site.

Je vous adresse notre bonjour amical.

ARL

Apprentissage des CNIM : photo des élèves de la classe de M. NURY Paul, professeur d'électro-mécanique
(
10 décembre 1968)

R5.

Merci encore pour cette photo, que j'ai placé à la suite de celles que vous m'aviez envoyées en mai 2011 : 

http://jcautran.free.fr/archives_familiales/forum/enseignement_et_ecoles.html#55

Recevez aussi mon amical bonjour,

Jean-Claude Autran


 

27 juillet 2009 : Film-documentaire sur les bassins Vauban - Toulon

C.

Madame, Monsieur,

Nous souhaitions vous informer de la mise ne ligne sur Internet ( Site Dailymotion- cecmed ) d'un film-documentaire sur l'aventure humaine et technique que fût la construction des Grands Bassins Vauban de la base navale de Toulon entre 1774 et aujourd'hui.

Ce film-hommage aux milliers d'hommes qui travaillent à la construction et à la réparation navale en Méditerranée, devrait - en toute logique - intéresser vos lecteurs, vos abonnés, et toute personne passionnée par le monde maritime et militaire.

Nous souhaitions donc vous communiquer l'adresse du site internet en lien à savoir :

http://www.dailymotion.com/relevance/search/cecmed/video/x9vbi4_un-berceau-pour-des-geants-lhistoir_news

Pour toutes informations nous restons à votre disposition,

Si ce documentaire vous a plu, n'hésitez pas SVP à en colporter le lien, à diffuser l'information , vous savez mieux que quiconque l'importance des réseaux, de la toile pour informer la population sur la culture maritime.

Avec nos remerciements anticipés, vous souhaitant une bon visionnage,

Cordialement

L'équipe de réalisation

LP - YB


 

22-29 avril 2009 : Cuirassé Marceau

Q.

Bonjour,

Je suis à la recherche d'informations ou d'ouvrages accessibles concernant un cuirassé construit aux chantiers de la seyne sur Mer: le cuirassé marceau de l'ingenieur Huin.

Des plans sont t-ils disponibles? des schemas?

Mais un question me tarabuste, d'aprés mes sources (hélas peu abondantes) pourquoi un tel delai de construction prés de 10 ans!

Avec tous mes remerciements

AB

R.

Bonjour,

En réponse à votre message, je ne dispose malheureusement que de très peu d'informations concernant le cuirassé Marceau.

Le cuirassé Marceau est cité, page 152, dans le premier des deux ouvrages d'histoire de la construction navale à La Seyne :

FERRIER M. 1994. Sillages. 1 - Les Pionniers. Association pour l'Histoire de la Construction Navale à La Seyne sur Mer, 180 p.

MARCEAU
Type : Cuirassé
Année de construction : 1881
L = 103 m.
Puissance = 5832 CV
Construit pour la Marine Nationale Française

Le cuirassé Marceau a également fait l'objet de quelques échanges de messages sur le "forum" de mon site entre 2003 et 2005, que vous trouverez à l'adresse :

http://jcautran.free.fr/forum/chantier_navires_2003_2004.html#3

Le schéma et les 2 photos du navire ont été tirés du site : http://historic-marine-france.com/photographie/photomarinenationale.htm

Dans lequel il est dit aussi : « Construit à La Seyne de 1882 à 1887. Désarmé en 1922 ».

Concernant le délai de construction de près de 10 ans que vous mentionnez : J'observe simplement que les Forges et Chantiers de La Seyne avaient à cette époque un grand nombre de commandes : dans l'ouvrage de M. FERRIER, pas moins de 10 navires portent l'année de construction "1881" (4 paquebots, 5 torpilleurs, 1 cuirassé - Le Marceau) et 9 autres navires (9 paquebots) portent l'année de construction "1882". Ce qui est beaucoup plus que la moyenne du nombre de navires (2 à 5) construits par an à la fin du XIXe siècle. Peut-être cette période 1881-1882, particulièrement chargée aux chantiers de La Seyne, a-t-elle entraîné d'importants retards dans les livraisons de certains navires ?

Ce sont là toutes les informations que je possède.

Cordialement,

Jean-Claude Autran


 

 

13-14 février 2009 : Paquebot Sagafjord

Q1.

http://www.marine-marchande.net/Reportages/SagaRose/SagaRose-m.jpg

Bonjour Jean Claude. Je ne sais pas si l'image t'arrivera mais, il s'agit du fameux SAGAFJORD dernier paquebot construit aux FCM

Ce navire, né en 1965 sera démoli fin 2009 mais c'est trés interessant de le visiter virtuellement..

Reçois mes amitiés.

HG

R1.

Bonsoir Henri,

Merci pour cette belle photo. J'ai pu visiter le site et voir toutes les autres images du paquebot à l'adresse :

http://www.marine-marchande.net/Reportages/SagaRose/0-SagaRose.htm

Quel dommage qu'il soit (déjà ?) démoli. Mais c'est ainsi. Le temps a passé tellement vite depuis 1965.

Amitiés.

Jean-Claude Autran

PS. Une autre photo du Sagafjord avait été présentée dans le forum de mon site, en Juin 2006 :

http://jcautran.free.fr/forum/chantier_navires_2005_2006.html#31

En voici une copie.

Q2.

Il aura vraiment marqué l'histoire de notre chantier ce fameux paquebot, il l'aura si bien marqué qu'il sera la cause de sa fermeture si l'on croit la version de la direction.

Lancé en 1965, le SAGAFJORD, devenu par la suite SAGAROSE va finir ses jours à la fin de cette année alors, je voudrais par quelque images vous faire visiter ce magnifique navire avant qu'il ne passe dans les mains des démolisseurs.

Si mes images passent vous pourrez voir ou revoir l'oeuvre réalisée et le savoir faire des ouvriers des chantiers, des entreprises sous traitantes.

Adieu Sagafjord!!!!!!!

HG


Retour à la page d'accueil du forum

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
http://jcautran.free.fr


Accès aux oeuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

© Jean-Claude Autran 2016