La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer
Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945
jcautran.free.fr
Page d'accueil du site

Documents divers sur l'histoire de La Seyne
Toutes les élections à La Seyne
Les autres élections municipales
Elections municipales des 6 et 13 mars 1983

Autres élections municipales à La Seyne : 1935, 1941, 1944, 1945, 1947, 1950, 1953, 1959, 1965, 1971, 1977, 1983, 1984, 1985, 1989, 1995, 2001, 2008, 2014



Généralités sur ces élections et sur le mode de scrutin

- Le Monde, 1983 : Un scrutin proportionnel majoritaire - La nouvelle loi électorale établit un mode de scrutin qui diffère selon l'importance des communes.

• Dans les communes de moins de 3 500 habitants la loi a maintenu le scrutin majoritaire à deux tours. Pour être élu au premier tour, il faut obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés et le quart des électeurs inscrits. Au second tour, la majorité relative suffit.
• Dans les communes de plus de 3 500 habitants la loi a institué un mode de scrutin « mixte proportionnel-majoritaire » à deux tours. Panachage et vote préférentiel sont interdits.

Si les sièges sont pourvus en totalité dès le premier tour, la liste qui recueille la majorité absolue obtient la moitié des sièges plus un. Les sièges restants sont répartis entre toutes les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés, à la « représentation proportionnelle ».

Pour cette répartition, il faut calculer le quotient électoral, qui s'obtient en divisant le nombre des suffrages qui se sont portés sur les listes ayant atteint la barre des 5 % par le nombre de sièges restant à pourvoir. Chaque fois qu'une liste ayant droit à répartition atteint ce quotient, elle obtient 1 siège. S'il reste des sièges à pourvoir, ils sont attribués selon la régie de « la plusforte moyenne ».

Prenons l'exemple d'une commune de 25 000 habitants dans laquelle 36 conseillers municipaux sont à élire. Il y a 18 000 inscrits et 12 482 suffrages exprimés. La majorité absolue est de 6 242. Cinq listes (A, B. C, D et E) sont en présence. La liste A recueille 6 320 voix, soit 50,63 % des suffrages exprimés, la liste B 3 210 (25,71 %), la liste C 1840 (14,74 %), la liste D 980 (7,86 % ) et la liste E 132(1,05 %).

La liste A obtient 18 sièges par le fait de la majorité absolue. Les 17 sièges restants sont répartis à la représentation proportionnelle entre les listes A, B. C et D, qui ont obtenu plus de 6 % des suffrages exprimés. Le quotient électoral est 726. La liste A se voit attribuer 8 sièges (6 320 : 726) ; la liste B, 4 sièges (3 210 : 726) ; la liste C, 2 sièges (1 840 : 726) ; et la liste D, 1 siège (980 : 726). 15 sièges sont ainsi répartis. Il reste deux sièges à pourvoir selon la règle de la plus forte moyenne. On attribue pour cela un siège supplémentaire à chaque liste et on divise le nombre de voix recueilli par chacune par ce nombre de sièges. Soit, liste A, 6320 : 8+1 = 702 ; liste B, 3 210 : 4+1 = 642 ; liste C, 1 840 : 2+1 = 613 ; liste D, 980 : 1+1 = 490. La liste A qui a la plus forte
moyenne obtient un des deux sièges. Pour attribuer le second siège, il faut recommencer cette opération. La moyenne de la liste A est alors de 6320 : 8+1+1 = 632. Les moyennes des autres listes sont inchangées. Si bien que la liste B obtient le dernier siège.

Si aucune liste n'obtient la majorité absolue au premier tour il est procédé à un second tour, Seules peuvent se représenter les listes ayant obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés au premier tour. Les listes qui ont obtenu au premier tour plus de 5 % des suffrages exprimés peuvent négocier la présence de certains de leurs candidats sur leslistes du second tour.

Dans l'exemple que nous avons choisi, la liste E est éliminée, la liste D, qui obtient plus de 5 % et moins de 10 % des suffrages exprimés, peut participer au second tour en négociant avec A, B ou C. Dans toutes ces communes de plus de 3 600 habitants, les sièges sont attribués aux candidats dans l'ordre de présentation des listes. Pour l'attribution du dernier siège, si plusieurs listes obtiennent la même moyenne, il revient à la liste qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages. En cas d'égalité des suffrages, le siège est attribué au plus âgé des candidats susceptibles d'êtreélus.

Lorsqu'un siège devient vacant (décès, démission), c'est le candidat qui était placé immédiatement après le dernier élu de laliste qui lui succède.


A La Seyne :

 
 

Tous les candidats, liste par liste, avec leur profession de foi

 

Liste René MORENO

MORENO René
NEUMAYER Pierre
DETOLLE Marie-Thérèse
OGGERO Henri
LABORDE Robert
FAGNI Marc
ZAPPU Patricia
BAIZE Gérard
MARTIN Lucile
GIRAUDO Albin
TORNATO Henri
FRANÇOIS Alain
CARTHAGOT Jacques
BRISSET Charles
SOLVEZ Antoine
LOBRY Gilbert
BRAQUET Monique
SOLINAS Robert
ZUNINO Brigitte
FLEURY Alix
MAIGRET Jacques
MOREAU Claude
FABRE Claude
DHO André
MEDURI Pascal
OUVRARD Jean-Pierre
CUADRANO Michèle
CADEGIANI Edouard
BADOUARD Daniel
MARTIN Odile
MOURET Roger
CAMPS Odette
HUVERT Danièle
POGGI François
TAILLADE Sylvain
RICHAUD France
BLANC Maurice
THIBON Philippe
SCIPIONI Luigi
GALLAN Emilie
PEGNA Roger
SANTARELLI Raymonde
DE PENA Claire
NAVEAU Michel
MOLINES Paule

Liste Charles SCAGLIA

SCAGLIA Charles
LORDET Jacques
PERRIN Daniel
HOUVET Joël
MORITZ André
BUONUMANO Raphaël
QUIVIGER Marc
DI MAJO Christian
MATTEI Jean-Baptiste
HUREAUX Fernand
POUSSARD Anita
RESPAUD Jean-Louis
TOUCAS François
CELTON Marie-Françoise
ALBERT Christian
DULOR Robert
SANANÈS Bernard
FAUCHON Jean
SECOLO Patrick
RICHARD Denise
DECHIFFRE Joseph
PILARD Gilles
BER André
KERGADALLAN Yves
BERTONE Pierre
TUMMINO Christine
POLIDORI Jean-Pierre
GRIMALDI Simone
MARTIN Philippe
LAIR Serge
FINANA Claude
ROSSI André
BORDE Yves
THIBAUT Alain
HÉRISSON François
REYNAUD Michèle
ROUSSEAU Fabienne
ARRIGHI Brigitte
PHILIPPE Daniel
BARD Jacques
AUBINAT Jacky
BOUVET Yvette
BARTH Eugénie
DECLERIEUX Emile
CAPOBIANCO Paul

Liste Maurice BLANC

BLANC Maurice
SPRECHER Jean
BARBERO Marcel
PAUL Maurice
PETITJEAN Claude
VINCENT Josette
PASSAGLIA Jean
MIRAGLIO Roger
BRES Joëlle
LYON Francis
JAUBERT Alain
BOURGEOIS Thérèse
PANZANI Jean-Paul
PERIN Bernard
BINI Christian
ROBERT Arlette
GIOVANNINI Philippe
BRÉMOND Jacques
SEGOND Gérard
BRÉMOND Louis
DUTTO Camille
DJIAN Marcel
HUGONNET Daniel
PAGANELLI Armande
MALLEA Jeannine
PAMPALONI Marcel
RICHARD Georges
FRANCHETEAU René
SPAGNA Andrée
FIOL Marie-France
PRIOL Eric
TRINEL Jean-Luc
ADJEDJ Emile
BONNET Christiane
BENDER Laurent
CAPOBIANCO Lise
ANDRIEU Paul
INTROINI Maurice
DOMENECH Adrien
VIEIL Marie-Louise
BOUFFARD Jean
DALLEST Jean-Claude
EVORA Jacques
AVRISANI Agnès
IVALDI Josiane


 

Résultats du 1er tour :


Nombre
% / inscrits

Inscrits

37 120
100,00 %

Abstentions

9 780
26,35 %

Votants

27 340
73,65 %


Nombre
% / votants

Blancs et nuls

745
2,72 %

Exprimés

26 595
97,28 %


Voix
% / exprimés
Résultat
  • Liste Moreno, SE
  • Liste C. Scaglia, Opp. Unie
  • Liste M. Blanc, Maj. Présid.
3 156
10 474
12 965
11,86 %
39,38 %
48,74 %
BAL
BAL
BAL

Le Monde du mardi 8 Mars 1983

 

 

Listes en présence au 2e tour :

3 listes étaient susceptibles de se maintenir pour le 2e tour, mais il y a fusion entre la liste de M. Charles SCAGLIA et 10 colistiers de celle du Dr. René MORENO. Restent donc les deux listes suivantes :

 

Liste Charles SCAGLIA

SCAGLIA Charles
MORENO René (*)
LORDET Jacques
PERRIN Daniel
HOUVET Joël
MORITZ André
NEUMAYER Pierre (*)
BUONUMANO Raphaël
QUIVIGER Marc
DI MAJO Christian
MATTEI Jean-Baptiste
DETOLLE Marie-Thérèse (*)
HUREAUX Fernand
OGGERO Henri (*)
POUSSARD Anita
RESPAUD Jean-Louis
TOUCAS François
LABORDE Robert (*)
THIBAUT Alain
ALBERT Christian
DULOR Robert
FAGNI Marc (*)
SANANÈS Bernard
FAUCHON Jean
SECOLO Patrick
CADEGIANI Edouard (*)
RICHARD Denise
DECHIFFRE Joseph
PILARD Gilles
FRANÇOIS Alain (*)
BER André
KERGADALLAN Yves
BERTONE Pierre
FLEURY Alix (*)
TUMMINO Christine
POLIDORI Jean-Pierre
GRIMALDI Simone
BRAQUET Monique (*)
MARTIN Philippe
LAIR Serge
FINANA Claude
DHO André (*)
ROSSI André
BORDE Yves
ARRIGHI Brigitte

 

(*) colistiers du Dr. René MORENO au premier tour

Liste Maurice BLANC

BLANC Maurice
SPRECHER Jean
BARBERO Marcel
PAUL Maurice
PETITJEAN Claude
VINCENT Josette
PASSAGLIA Jean
MIRAGLIO Roger
BRES Joëlle
LYON Francis
JAUBERT Alain
BOURGEOIS Thérèse
PANZANI Jean-Paul
PERIN Bernard
BINI Christian
ROBERT Arlette
GIOVANNINI Philippe
BRÉMOND Jacques
SEGOND Gérard
BRÉMOND Louis
DUTTO Camille
DJIAN Marcel
HUGONNET Daniel
PAGANELLI Armande
MALLEA Jeannine
PAMPALONI Marcel
RICHARD Georges
FRANCHETEAU René
SPAGNA Andrée
FIOL Marie-France
PRIOL Eric
TRINEL Jean-Luc
ADJEDJ Emile
BONNET Christiane
BENDER Laurent
CAPOBIANCO Lise
ANDRIEU Paul
INTROINI Maurice
DOMENECH Adrien
VIEIL Marie-Louise
BOUFFARD Jean
DALLEST Jean-Claude
EVORA Jacques
AVRISANI Agnès
IVALDI Josiane

 

 Résultats du 2e tour :


Nombre
% / inscrits

Inscrits

37 120
100,00 %

Abstentions

6 645
17,90 %

Votants

30 475
82,10 %


Nombre
% / votants

Blancs et nuls

627
2,06 %

Exprimés

29 848
97,94 %


Voix
% / exprimés
Nombre d'élus
  • Liste C. Scaglia, Opp. Unie
  • Liste M. Blanc, Maj. présid.
14 754
15 094
49,43 %
50,57 %
11 élus
34 élus
 

Le Monde du mardi 15 Mars 1983
Sources (Archives de Marius Autran) :
- Le Monde du mardi 8 Mars 1983. Titre : « Le recul de la gauche en Allemagne fédérale et en France - L'opposition conquiert seize ville de plus de trente mille habitants - Large succès du R.P.R. à Paris, M. Defferre en difficulté à Marseille »
- Le Monde du mardi 15 Mars 1983. Titre : « La majorité veut tenir compte de l'avertissement des électeurs - La gauche a mieux résisté au deuxième tour qu'au premier - Elle perd trente et une grande villes, garde Marseille et Belfort, conquiert Châtellerault »

 

 

Composition du Conseil municipal (1983-1984) [tel qu'il était au soir du 13 Mars 1983]

Majorité (34 PC-PS) : BLANC Maurice, SPRECHER Jean, BARBERO Marcel, PAUL Maurice, PETITJEAN Claude, VINCENT Josette, PASSAGLIA Jean, MIRAGLIO Roger, BRES Joëlle, LYON Francis, JAUBERT Alain, BOURGEOIS Thérèse, PANZANI Jean-Paul, PERIN Bernard, BINI Christian, ROBERT Arlette, GIOVANNINI Philippe, BRÉMOND Jacques, SEGOND Gérard, BRÉMOND Louis, DUTTO Camille, DJIAN Marcel, HUGONNET Daniel, PAGANELLI Armande, MALLEA Jeannine, PAMPALONI Marcel, RICHARD Georges, FRANCHETEAU René, SPAGNA Andrée, FIOL Marie-France, PRIOL Eric, TRINEL Jean-Luc, ADJEDJ Emile, BONNET Christiane

Opposition (11 UDF-RPR) : SCAGLIA Charles, MORENO René, LORDET Jacques, PERRIN Daniel, HOUVET Joël, MORITZ André, NEUMAYER Pierre, BUONUMANO Raphaël, QUIVIGER Marc, DI MAJO Christian, MATTEI Jean-Baptiste

Procès-verbal de l'installation du Conseil municipal et de l'élection d'un maire et de 13 adjoints (20 mars 1983)
Le Président, après avoir donné lecture des Articles L.122-4, L.122-5 et L.-122.8 du Code des communes, a invité le Conseil à procéder à l'élection d'un Maire conformément aux dispositions prévues par l'article L.122-4 du Code des communes.
Chaque Conseiller municipal, à l'appel de son nom, a remis fermé au Président son bulletin de vote écrit sur papier blanc.
Le dépouillement du vote a donné les résultats ci-après :
Archives Jean Passaglia

Fonctions des adjoints et des conseillers municipaux de la majorité [à la date d'Avril 1983]

Maire : Maurice BLANC

Adjoints : [source : Vivre à La Seyne, Avril 1983]

1er Adjoint : Jean SPRECHER (personnel communal)
 2e Adjoint : Maurice PAUL (logement social)
 3e Adjoint : Claude PETITJEAN (sécurité publique)
 4e Adjoint : Josette VINCENT (action sociale)
 5e Adjoint : Roger MIRAGLIO (instruction publique)
 6e Adjoint : Jean PASSAGLIA (sport, culture)
 7e Adjoint : Joëlle BRES (jeunesse, enfance)
 8e Adjoint : Alain JAUBERT (environnement)
 9e Adjoint : Francis LYON (information, relations avec la population)
10e Adjoint : Christian BINI (affaires économiques
11e Adjoint : Bernard PERIN (urbanisme)
12e Adjoint : Jean-Paul PANZANI (santé)
13e Adjoint : Thérèse BOURGEOIS (état-civil)

NB. Elections annulées par le Tribunal de Nice le 15 Juin 1983, qui n'a retenu qu'un seul des dix griefs avancés par le plaignant : « l'utilisation par le maire sortant, M. Maurice Blanc, de papier à en-tête de la commune à des fins de propagande électorale », ce qui, pour le Tribunal « constitue une irrégularité compte tenu du faible écart de voix », soit 341.

Sources :

- Procès-verbal de l'installation du Conseil municipal et de l'élection d'un Maire et de 13 adjoints (20 mars 1983) (Archives Jean PASSAGLIA)


 

Commentaires sur les élections municipales de 1983 en France [source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Élections_municipales_françaises_de_1983]

Les élections municipales ont lieu les 6 et 13 mars 1983.

Contexte : Les élections arrivent après une défaite de la majorité (de gauche) aux cantonales de 1982. Dans ce contexte, on peut craindre une remise en cause des succès obtenus par la gauche lors des précédentes municipales de 1977.

D'autre part, le gouvernement socialiste a mis en place de nouvelles lois sur la décentralisation qui accordent davantage de pouvoirs aux maires et donne un certain relief à ce scrutin.

Résultats : Le taux de participation s'élève à 78,4 % Au premier tour, la droite (principalement RPR et UDF) obtient 53,3 % des suffrages exprimés dans les villes de plus de 30 000 habitants et 58 % dans celles de plus de 100 000 habitants.

Villes de plus de 30 000 habitants : Au second tour, la gauche subit une défaite. Elle perd 31 villes de plus de 30 000 habitants, dont de nombreuses avaient été conquises en 1977. Seule Châtellerault (Édith Cresson) sera gagnée à la droite. Le rapport de forces national s'établit désormais à 53 en faveur de l'opposition contre 47 à la majorité.

Villes perdues par la gauche :

- Par le PC : Reims, Saint-Étienne, Béziers, Sète, Nîmes, Grasse…
- Par le Parti socialiste : Grenoble, Roubaix, Tourcoing, Épinal, Chalon-sur-Saône…

Villes de plus de 100 000 habitants : Le Parti socialiste conserve de justesse Marseille (Victoire de Gaston Defferre, alors que le RPR Jean-Claude Gaudin est majoritaire en voix mais pas en sièges ; la gauche ayant remporté plus d'arrondissements que la droite), mais perd Nantes (victoire du RPR Michel Chauty).

À Paris, les listes RPR de Jacques Chirac remportent tous les arrondissements, infligeant de cinglantes défaites à des personnalités socialistes (Lionel Jospin, Jack Lang…).

Conséquences : La défaite de la gauche entraîne la démission de Pierre Mauroy de la tête du gouvernement. Il est aussitôt reconduit dans ses fonctions afin de donner une nouvelle orientation à sa politique, à la faveur d'un remaniement ministériel : 3e gouvernement Pierre Mauroy.





Autres documents sur les élections municipales de 1983 [Archives Jean-Claude AUTRAN]



Retour à la page : Autres élections municipales

Retour à la page : Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945

Retour à la page : Documents divers sur l'histoire de La Seyne-sur-Mer

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
jcautran.free.fr


Accès aux oeuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

Administrateur du site : Jean-Claude Autran 2016