La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer
Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945
jcautran.free.fr
Page d'accueil du site

Documents divers sur l'histoire de La Seyne
Toutes les élections à La Seyne
Les autres élections législatives
Elections législatives des 14 et 21 juin 1981

(4e circonscription du Var)

Autres élections législatives : 1945 (C1), 1946, 1946 (C2), 1951, 1956, 1958, 1962, 1967, 1968, 1973, 1978, 1981, 1986, 1988, 1993, 1997, 2002, 2007, 2012



Généralités sur ces élections législatives et sur le mode de scrutin
Premier tour - Les candidats de la 4e circonscription du Var
Bulletins de votes et professions de foi des candidats
Résultats du premier tour
A La Seyne-sur-Mer
Dans le Var
Second tour - Les candidats de la 4e circonscription du Var
Bulletins de votes et professions de foi des candidats
Résultats du second tour
A La Seyne-sur-Mer
Dans le Var
Tendances du scrutin en France
Autres documents sur les élections régionales de 1981






Généralités sur ces élections législatives et sur le mode de scrutin

Le 10 mai 1981, lors du second tour des élections présidentielles, le candidat socialiste François Mitterrand est élu Président de la République avec 51,76 % des suffrages exprimés, distançant de plus d'un million de voix son rival, le Président sortant, Valéry Giscard d'Estaing. La dissolution de l'Assemblée nationale constituera avec la nomination d'un nouveau Premier ministre, Pierre Mauroy, chargé de former un gouvernement, l'une des premières décisions prises dès sa prise de fonction le 21 mai 1981.

Mitterrand avait affiché son intention durant la campagne présidentielle, notamment au cours du débat d'entre-deux tours l'opposant le 5 mai 1981 à Valéry Giscard d'Estaing, de dissoudre, une fois élu, l'Assemblée nationale. Il avait notamment affirmé que le Président « peut dissoudre quand il le veut. Et je dissoudrai quand je le déciderai […]. J'ai l'intention de faire procéder à des élections avant le 1er juillet […]. Le problème pour moi serait de disposer d'une majorité, parce qu'on ne peut pas mener une autre politique sans une autre majorité ». François Mitterrand entend que l'action gouvernementale dispose d'une nouvelle chambre apte à la soutenir. Il épouse alors le système majoritaire de la Cinquième République reposant sur une double légitimité, celle du chef de l'État ainsi que celle du Parlement, légitimités qui doivent s'accorder. Tel n'est pas le cas en l'espèce puisque le nouveau Président est confronté à l'Assemblée nationale sortie des urnes au soir du 19 mars 1978 à majorité RPR et UDF qui n'aurait pas voté les réformes promises par le candidat socialiste. Cette cohérence ne peut être restaurée que par l'arme de la dissolution (...), « une technique d'ajustement de la majorité parlementaire à la majorité présidentielle ».

Des élections législatives ont donc lieu les 14 et 21 juin 1981, à la suite de la dissolution de l'Assemblée nationale par le président de la République François Mitterrand le 22 mai 1981. Ce sera la VIIe législature de la Cinquième République. Le PS et ses alliés lui donnent la majorité absolue au Parlement. Un deuxième gouvernement Pierre Mauroy fera entrer quatre ministres communistes.




Premier tour - 14 juin 1981

Les candidats de la 4e circonscription du Var (La Seyne-sur-Mer, Toulon I et partie V)

Dr. Arthur PAECHT, Union pour la nouvelle majorité (UNM)
M. Christian GOUX, Parti socialiste (PS)
Mme Danielle DE MARCH, Parti communiste (PC)
M. Alain CHAUMIER, Rassemblement pour les libertés et la patrie, Front national (FN)
M. Gérard TAUTIL, Mouvement socialiste et autonomiste occitan (Région.)
Mme Joëlle LE BRIS, Lutte ouvrière (LO)
M. François ALCARAZ, Ligue communiste révolutionnaire (LCR)





Bulletins de votes et professions de foi des candidats



Dr. Arthur PAECHT, Union pour la nouvelle majorité (UNM)







M. Christian GOUX, Parti socialiste, PS







Mme Danielle DE MARCH, Parti communiste (PC)






M. Alain CHAUMIER, Rassemblement pour les libertés et la patrie, Front national (FN)







M. Gérard TAUTIL, Mouvement socialiste et autonomiste occitan






Mme Joëlle LE BRIS, Lutte ouvrière (LO)






M. François ALCARAZ, Ligue communiste révolutionnaire (LCR)





Résultats du 1er tour



A La Seyne-sur-Mer


Nombre % / inscrits
   Inscrits 35 936
100,00 %
   Abstentions   9 397   26,15 %
   Votants 26 539   73,85 %

Nombre % / votants
   Blancs et nuls   1 235     4,65 %
   Exprimés 25 304
   95,35 %

Ont obtenu :


Candidats
Nuance
Voix
% / exprimés
  • Mme Danielle DE MARCH
  • M. Arthur PAECHT
  • M. Christian GOUX
  • M. Alain CHAUMIER
  • M. Gérard TAUTIL
  • Mme Joëlle LE BRIS
  • M. François ALCARAZ
Parti communiste (PC)
Union pour la nouvelle majorité (UNM-PR)
Parti socialiste (PS)
Front national (FN)
Liste régionale
Lutte ouvrière (LO)
Ligue communiste révolutionnaire (LCR)
9 188
9 126

 6 315

   227
   226

    125

     97
 36,31 % 
36,07 %
 24,96 %
   0,90 %
   0,89 %
   0,49 %
   0,38 %



Var-Matin, lundi 15 juin 1981



Pour la 4e circonscription du Var


Nombre % / inscrits
   Inscrits 145 852
100,00 %
   Abstentions   47 194   32,36 %
   Votants   98 658   67,64 %

Nombre % / votants
   Blancs et nuls     1 207    1,22 %
   Exprimés    97 451
  98,78 %

Ont obtenu :


Liste
Nuance
Voix
% / exprimés

Résultat
  • M. Arthur PAECHT
  • M. Christian GOUX
  • Mme Danielle DE MARCH
  • M. Alain CHAUMIER
  • M. Gérard TAUTIL
  • Mme Joëlle LE BRIS
  • M. François ALCARAZ
Union pour la nouvelle majorité (UNM-PR)
Parti socialiste (PS)
Parti communiste (PC)
Front national (FN)
Liste régionale
Lutte ouvrière (LO)
Ligue communiste révolutionnaire (LCO)
  42 832
  28 999
  22 845
    1 120
       807
       448
       402
 43,95 %
 29,76 %
 23,44 %
   1,15 %
   0,83 %
   0,46 %
   0,41 %
BAL
BAL
-
-
-
-
-


Pour le département du Var

Le Monde, mardi 16 juin 1981L'Humanité, lundi 15 juin 1981







Second tour - 21 juin 1981

Les candidats de la 4e circonscription du Var (La Seyne-sur-Mer, Toulon I et partie V)

Dr. Arthur PAECHT, Union pour la nouvelle majorité (UNM)
M. Christian GOUX, Parti socialiste (PS)






Bulletins de votes et professions de foi des candidats



Dr. Arthur PAECHT, Union pour la nouvelle majorité (UNM)







M. Christian GOUX, Parti socialiste, PS










Résultats du 2e tour



A La Seyne-sur-Mer


Nombre % / inscrits
   Inscrits 35 936
100,00 %
   Abstentions   8 404   23,39 %
   Votants 27 532   76,61 %

Nombre % / votants
   Blancs et nuls     418    1,52 %
   Exprimés 27 114   98,48 %

Ont obtenu :


Candidats
Nuance
Voix
% / exprimés
  • M. Christian GOUX
  • Dr. Arthur PAECHT
Parti socialiste (PS)
Union pour la nouvelle majorité (UNM-PR)
16 500
10 614
 60,85 %
 39,15 %


Var-Matin, lundi 22 juin 1981



Pour la 4e circonscription du Var


Nombre % / inscrits
   Inscrits 140 542
100,00 %
   Abstentions   32 256   22,95 %
   Votants 108 286   77,05 %

Nombre % / votants
   Blancs et nuls    1 502    1,39 %
   Exprimés 106 784
 98,61 %

Ont obtenu :


Candidats
Nuance
Voix
% / exprimés

Résultat
  • M. Christian GOUX
  • Dr. Arthur PAECHT
Parti socialiste (PS)
Union pour la nouvelle majorité (UNM-PR)
  57 261
  49 523
 53,62 %
 46,37 %
ÉLU
-


Pour le département du Var

Midi-Libre, lundi 22 juin 1981 Le Monde, mardi 23 juin 1981


Les 4 nouveaux députés du Var (1981-1986) :

3 PS : Alain HAUTECŒUR, Guy DURBEC, Christian GOUX
1 UNM-PR : François LÉOTARD

Les 4 sortants (élus en 1978) étaient :

1 PS : Alain HAUTECŒUR
3 UDF-PR : Maurice ARRECKX, François LÉOTARD, Arthur PAECHT

Commentaires :







Tendances du scrutin en France

Analyse politique des résultats : de la « vague » au « raz de marée » rose

Cité par Wikipedia, le politologue François Goguel a montré (in Le Monde, novembre 1981) qu'à ces élections législatives de 1981, le nombre des voix de gauche était le même qu'aux précédentes élections - perdues par la gauche - de 1978, mais que les voix de droite avaient diminué, elles, de 10 % tandis que le taux d'abstention augmentait de 10 %. Autrement dit, contrairement aux apparences, la « vague rose » de 1981 n'a pas été une victoire de la gauche, mais une défaite de la droite, dont une partie des électeurs s'est abstenue.

Analyse géopolitique des résultats : l'emprise nationale du Parti socialiste

Porté par la « vague rose », le nouveau président socialiste François Mitterrand obtient une majorité écrasante (58 % des sièges sont occupés par le seul Parti socialiste). Les rapports de force à gauche s'en trouvent bouleversés : si le PS obtient un aussi vif succès, c’est aux dépens du PCF, qui perd près de la moitié de ses députés. Cela n’empêche pas l’Union de la gauche de se muer en gouvernement de coalition : ministres socialistes, communistes et radicaux se côtoient au sein du gouvernement du Premier ministre Pierre Mauroy.



Résultats nationaux (Sources : Wikipedia et France Politique.fr)


Les résultats du premier tour (Le Monde, 16 juin 1981)


Statistique définitive du premier tour (Midi-Libre, 15 juin 1981) Rappel des résultats du premier tour (Midi-Libre, 22 juin 1981)













Autres documents sur les élections législatives de 1981  (Archives Jean-Claude Autran)


- La lettre du député, 5-29 mai 1981 : « La majorité doit rester majoritaire - La Seyne : des millions d'heures de travail pour les chantiers navals - Ollioules : un chantier bien commencé - La traversée de Toulon : un point noir qui doit être supprimé - Votre député en France, à la radio et à la télévision, au parlement - et à l'étranger, aux U.S.A., au Japon, et même en Chine - Le plan naval 1980 - La Légion vivra - La France, 3e puissance militaire mondiale - Un fer de lance pour l'économie varoise, les CNIM - Le Dr A. Paecht annonce : Un paquebot commandé aux C.N.I.M. (Deux millions d'heures de travail) - Trois frégates commandées aux CNIM par l'Arabie saoudite - Arthur Paecht, un praticien plus qu'un théoricien - Pour une politique énergétique équilibrée, les énergies nouvelles, la Var participe aussi »

- Le Monde, dimanche 24 et lundi 25 mai 1981 : A la Une : « Le nouveau gouvernement et la préparation des élections législatives — Le cabinet de M. Mauroy reflète les tendances et les générations du P.S. — Trois ministères significatifs : la solidarité nationale, la mer, le temps libre — R.P.R. et U.D.F. : des candidats uniques dans 340 circonscriptions — Les électeurs voteront les 14 et 21 juin — La fin des jacobins ? — Solidarité nationale » ; page 2 : Le gouvernement de M. Pierre Mauroy - Le reflet des tendances du P.S. - Des élus et des enseignants - L'implantation régionale des ministres ; page 3 : Les nouvelles structures - Relations extérieures : Un clin d'œil à l'histoire et un rôle plus vaste du ministère - Mer : 111 millions de kilomètres carrés à reconquérir - Equipement, Environnement : De nouveau, l'éclatement - Education nationale : Le retour des universités - Santé et sécurité sociale : Une dissociation risquée - Le précédent du ministère Blum de 1936 - M. Mitterrand rend public l'état de son patrimoine... et son état de santé ; page 4 : Les réactions : Le P.C.F. fait connaître ses objectifs pour « franchir une nouvelle étape » - Dans la presse parisienne - Les élections législatives des 14 et 21 juin : L'Union pour la nouvelle majorité présentera des candidats uniques dans 340 circonscriptions de la métropole - M. Gaston Defferre donnera des consignes d'impartialité - Paris rassure les pays de la zone franc ; page 5 : Ministres d'État - Intérieur et décentralisation : M. Gaston Defferre, retour aux sources - Plan et aménagement du territoire : M. Michel Rocard, l'avenir en charge - Recherche et technologie : M. Jean-Pierre Chevènement, l'indépendance nationale - Commerce extérieur : M. Michel Jobert, un style insolite - Solidarité nationale : Mme Nicole Questiaux, au service de l'union des socialistes ; pages 6-9 : Ministres délégués auprès du premier ministre - Ministres et ministres délégués - Secrétaires d'état auprès d'un ministre ».

Le gouvernement Pierre Mauroy I
Le Monde
, dimanche 24 et lundi 25 mai 1981

- Tract A4 recto-verso du député sortant Arthur Paecht, juin 1981 : « Trois ans seulement ! - L'action parlementaire nationale - L'action à travers la radio et la télévision - L'action en faveur de l'essor économique de notre région - L'action en faveur des habitants de ma circonscription - Je veux pas être jugé sur mes paroles, je veux être jugé sur mes actes ».

- Tract A4 recto du Parti communiste français, 4 juin 1981, signé C. Bini, M. Introini, J.-C. Dallest, F. Luminet, L. Conac : « Battre A. Paecht, c'est possible (...) Nous fêterons l'élection de Dany et Maurice le 21 juin ».

- Supplément au journal « L'avenir », Fédération du Var du P.C.F., juin 1981, 4 pages A3 : « L'avenir commence maintenant - Danielle de March et Maurice Blanc, candidats pour la majorité d'union de la gauche présentés par le P.C.F. - Avec Danielle de March, dès le 14 juin, la gauche reprendra le siège de la 4e circonscription ».

- Démocratie PCF, juin 1981, 4 pages A4, journal du comité ville de La Seyne-sur-Mer du Parti communiste français : « Pour réussir le changement, un député communiste pour la 4e circonscription »

- Tract A4 recto du Parti socialiste, IVe circonscription : « Pour une politique du logement social - Pour donner les moyens de sa politique au Président de la République François Mitterrand, votez socialiste, votez Christian Goux - Odette Casanova ».

- Le Monde, mardi 16 juin 1981 : A la Une : « Le succès « historique » du P.S. garantit au président de la République une solide majorité à l'Assemblée nationale — Le net recul du P.C., menacé de perdre la moitié de ses députés, se confirme — L'U.N.M., qui régresse, lance un appel pressant aux abstentionnistes — 156 sièges sur 491 sont pourvus au premier tour — Une hypothèque levée — Spectaculaires confirmations — Mériter la confiance - Trois faits » ;

pages 2-3 : Analyses et commentaires : « Parti du président ou parti du changement ? — Le P.C.F. régresse par rapport au vote du 26 avril dans les deux tiers des circonscriptions - L'évolution du rapport des forces entre le P.S. et le P.C.F. - entre l'U.D.F. et le R.P.R. — Au R.P.R. : Les carottes sont cuites - Au siège de l'U.D.F. : Rude soirée — Au siège de « l'Humanité » : Y a-t-il un militant dans la salle ? ; pages 4-5 : Commentaires et réactions — Au parti socialiste : M. Mauroy : l'espérance a force de loi - M. Defferre : le langage de la vérité et du courage - M. Jospin : Le peuple en mouvement - M. Fabius : les engagements restent - Mme Lalumière : les socialistes ne sont pas des godillots - M. Chevènement : associer le P.C. - M. Fillioud : les promesses réalisées - M. Hernu : l'armée est populaire - M. Schwartzenberg : les Français ne sont pas amnésiques  - M. Quilès : M. Chirac s'est trompé - Mme Neiertz : divergences avec le P.C - M. Jean Poperen : des moyens condamnables - Mme Bouchardeau : exprimer la diversité — Au parti communiste : M. Marchais : le P.C. ne demandera « aucun cadeau » - M. Fiterman : ne pas se résigner - M. Andrieu : pas de déclin historique - M. Lajoinie : travailler durablement - M. Ellenstein : établir les responsabilités  — Dans les autres formations : M. Lalonde : un score qui ne dit rien -  Les comités communistes pour l'autogestion : pas de « ministres bourgeois »  - M. Léo Hamon : comme dans les autres démocraties - M. Krivine : une victoire jamais vue - M. Delarue : avoir raison - M. Le Pen : le refus de choisir - M. Gauchon : excellents résultats — A l'U.D.F. : M. Barre : Je continuerai à servir les intérêts fondamentaux de mon pays - M. Chinaud : éviter une majorité de gauche trop forte - M. J.-F. Deniau : pouvoir dire non - M. Pinton : nous sommes orphelins - M. Diligent : un état de torpeur - M. Lecanuet : je crois au sursaut des Français — Au R.P.R. : M. Chirac : l'heure n'est pas à la résignation - M. Guichard : pas d'erreur de classification - M. Chaban-Delmas : des ressentiments qui ne se sont pas tus - M. Pons : notre discours a pu paraître obscur - M. Peyrefitte : état de choc ; pages 6-7 : La physionomie du scrutin : Cent cinquante-six sièges pourvus - Les nouveaux élus - la situation des membres du gouvernement : 12 sont réélus, 20 sont en ballotage - Cartes des abstentions, du parti communiste et du mouvement des radicaux de gauche, du parti communiste, de la majorité sortant - le sort des neuf sénateurs candidats - les différentes estimations de vote - estimations sur la composition de la future assemblée ; pages 8-28 : Les résultats par département ; page 28 : « Les réactions à l'étranger - Moscou : discrétion sur l'échec du P.C. - Bonn : Un gros soupir de soulagement - Londres : Le déclin des communistes ».

- Midi-Libre, mardi 16 juin 1981 : A la Une : « Pas de retraits du PS en faveur du PC » — « Le parti socialiste a décidé de maintenir tous ses candidats arrivés devant des communistes lors du premier tour des élections législatives. Cette décision a été annoncée au parti communiste hier après-midi au cours d'une réunion commune des deux partis, décidée le 4 juin. Les discussions au siège du parti socialiste entre les délégations de chaque formation ont duré un peu plus d'une heure. Elles étaient conduites par M. Jean Poperen (secrétaire national) pour le parti socialiste et par M. Charles Fiterman (membre du secrétariat du comité central) pour le P.C.F. Quarante-six candidats socialistes ont devancé au premier tour des députés communistes sortants, dont MM. Roland Leroy, Paul Laurent, Pierre Juquin, Maxime Gremetz et Charles Fiterman ».

- Midi-Libre, lundi 22 juin 1981 : A la Une : « Le torrent socialiste - Pour la première fois, le P.S. a la majorité absolue à l'Assemblée - Le P.C. perd la moitié de ses sièges - L'U.D.F. nettement distancée par le R.P.R. ».

Midi-Libre, lundi 22 juin 1981

- Le Monde, mardi 23 juin 1981 : A la Une : « Après la victoire du P.S., qui a la majorité absolue à l'Assemblée, le nouveau gouvernement Mauroy comprendrait des communistes — De nombreuses personnalités de l'U.N.M. sont battues — 205 nouveaux élus entrent au Palais Bourbon — L'assemblée sortante et la nouvelle assemblée — Quasi seuls en Europe... — Un homme et un parti » ;

pages 2-3 : Analyses et commentaires : Un bouleversement qui impose des stratégies nouvelles — Le P.C.F. et les responsabilités ministérielles - Du « ministère des masses » au programme commun de gouvernement - l'expérience de la Libération — Hécatombe à l'U.D.F. — Le R.P.R. à l'heure de l'autocritique ; page 4 : La physionomie du scrutin : La répartition des élus - Beaucoup plus d'enseignants, moins d'industriels et de paysans - La répartition des sièges entre les grandes familles politiques de 1958 à 1981- TF1 par K.O. - De R.T.L. au « Palace » - La Bastille, elle avait un génie... » ; pages 5-7 : Les réactions : au parti socialiste : M. Mauroy : nous sommes les défricheurs de l'avenir - M. Jospin : une nouvelle génération politique accède aux responsabilités - M. Chevènement : le pouvoir économique nous échappe - M. Hernu : le résultat d'une fidélité - Mme Halimi : une voix féminine à l'assemblée - M. Jean Poperen : le changement dans le calme - M. Defferre : un succès jamais atteint - M. Rocard : être à la hauteur de la confiance - M. Quilès : une vie parlementaire diversifiée et pluraliste - M. Fabius : la durée pour réussir - M. P. Joxe : pour la proportionnelle - M. Schwartzenberg : les Français ont jugé sur pièces — au parti communiste : M. Marchais : les convergences sont suffisantes pour gouverner ensemble - le Bureau politique : le P.C.F. est résolu à prendre toute sa place - M. Fiterman : nous demandons à être traités avec sérieux - M. Claude Poperen : quatre-vingts députés à la proportionnelle - M. Fiszbin : affaibli et divisé — à l'U.D.F. : M. Lecanuet : un recours, le centre - M. Poniatowski : nous entamons le processus de la reconquête politique de la France - M. Pinton : l'opposition, c'est notre chance - M. Blanc : fidélité à M. Giscard d'Estaing - M. Deniau : le prix de l'alliance électorale P.C.-P.S. - M. Bonnet : on a changé de pilote et d'appareil - M. d'Ornano : le retour se  fera par le centre - M. Barrot : une opposition de qualité - M. Stasi : on a trop fait appel à la peur - M. Stirn : des différences fondamentales avec la majorité - M. Fourcade : effectuer un intense effort d'explication — au R.P.R. : M. Chirac : nous n'avons pas su convainccre les Français - M. Labbé : un mélange de socialisme et de capitalisme - M. Pons : nous savions depuis dimanche dernier — à l'extrême gauche : Les comités communistes pour l'autogestion : unir les travailleurs de la base au sommet - Mlle Laguiller : ce n'est pas encore une victoire des travailleurs - M. Bauby : la lutte des travailleurs sera décisive - le P.S.U. : la pluralité de la gauche est une réalité profonde - M. Krivine : demain, tout sera possible si nous le voulons — à l'extrême droite : M. Le Pen : la stupidité des calculs ambitieux - M. Gauchon : se regrouper autour de la droite responsable et moderne - M. Collinot : une défaite prévisible ; dans la presse parisienne : L'Humanité : le P.C.F. a joué un rôle indispensable - Le Figaro : l'ex-majorité n'a pas eu de chef - Libération : le mendésisme plus le génie de la tactique politique - Le Matin de Paris : la vigilance s'impose - Les Échos : ce qui importe désormais - L'Aurore : le temps de la reconquête commence — Mgr Lefebvre : voter socialiste, c'est voter contre Dieu — dans les syndicats : La C.F.D.T. : l'action syndicale est indispensable - F.O. : demeurer un contrepoids — à l'étranger : Washington : perplexité - Bonn : la naissance d'une véritable social)démocratie française ? - Moscou : un soutien sans participation du P.C.F. serait la meilleure solution - Jérusalem : M. Pérès salue la confirmation d'une « ère nouvelle » dans les rapports avec Paris; pages 8-9 : La géographie électorale - La répartition des sièges dans la précédente Assemblée et après les scrutins des 14 et 21 juin 1981 - Le P.S. détient tous les sièges dans 21 départements - Le P.S. mord sur les bastions traditionnels de la droite et reconquiert ceux de la S.F.I.O. ; pages 10-24 : Les résultats par département — tous les membres du gouvernement candidats ont été réélus ou élus — La situation des membres du gouvernement de M. Barre : sept ont été réélus au premier tour, trois ont été réélus au second tour, seize ont été soit éliminés au premier tour, soit battus au second tour ; pages 25-26 : Les nouveaux élus (lettres A à M) ».

- France-Soir, mardi 23 juin 1981 : A la Une : « Le comité directeur socialiste et le comité central doivent donner leur avis - Accord PC-PS pour des ministres communistes - Mais c'est François Mitterrand qui décidera de leur participation (probable) au 2e gouvernement Mauroy gormé ce soir ».

- Le Figaro, mardi 23 juin 1981 : A la Une : « Le deuxième gouvernement Mauroy formé aujourd'hui - Marchandages communistes ».

- Midi-Libre, mercredi 24 juin 1981 : A la Une : « 4 communistes au gouvernement — Autres entrées : Me Badinter (Justice), P. Dreyfus (Industrie) ».

Midi-Libre, mercredi 24 juin 1981

- Le Monde, mercredi 24 juin 1981 : A la Une : « L'accord P.S.-P.C. et la nomination de ministres communistes — Les deux partis se déclarent solidaires au niveau du gouvernement, des collectivités locales et des entreprises — Les engagements présidentiels de M. Mitterrand seront les bases de l'action économique et sociale — Les signataires se prononcent pour le retrait des troupes soviétiques d'Afghanistan — Libérer l'audio-visuel — Continuité et changement, par Alfred Grosser » ; pages 7-9 : Après les résultats du second tour : Négociation à l'U.D.F. à propos de la constitution du groupe parlementaire — L'accord P.S.-P.C. et la nomination de ministres communistes - Le texte du projet — L'échec du R.P.R. à Provins - M. Peyrefitte : je paie ma participation à un gouvernement qui a été atteint par un certain discrédit — 5,3 % de femmes dans la nouvelle Assemblée — Les estimations des organismes de sondage — La situation Outre-Mer : de nouveaux rapports de forces ; pages 10-11 : Les nouveaux élus (lettres M à Z) ».

- Le Monde, jeudi 25 juin 1981 : A la Une : « Après l'entrée de quatre ministres communistes au gouvernement — « L'espérance de notre peuple est immense et notre responsabilité historique », déclare M. Mitterrand » — M. Dreyfus vient renforcer le courant réformiste — La baisse du franc s'est poursuivie — Constance — Le ralliement du P.C.F. — L'achèvement d'une stratégie — Conduire le changement, par Jacques Chaban-Delmas — L'impact international ;

page 2 : idées : Une France des régions - La carte à refondre - Fin de l'idéologie jacobine - Une réponse aux problèmes de la société française ; pages 8-12 : le deuxième gouvernement de M. Pierre Mauroy - Le premier ministre : « Tous ceux qui avaient voté pour le changement devaient être représentés » - La composition du gouvernement Mauroy-II - M. Fiterman : le second de M. Marchais - M. Marcel Rigout : un ancien tourneur - M. Anicet Le Pors : un haut fonctionnaire communiste - M. Jack Ralite : spécialiste des affaires culturelles - M. Pierre Dreyfus : le « patron » - M. Robert Badinter : restaurer l'idée de justice - M. Maurice Faure : il part sans regret — Les suppléants des membres du gouvernement — Bien qu'occupant des postes « techniques, les communistes entendent influer sur la politique du gouvernement — Le texte de l'accord P.S.-P.C. — M. Marchais : nous n'avons jamais cessé de réaffirmer notre attachement à l'union — Les ministres communistes de 1944 à 1947 — Le congrès du P.S. aura lieu les 23, 24 et 25 octobre à Villeurbanne — Les réactions en France : M. Pons (R.P.R.), pas de surprise - M. Blanc (P.R.), le masque est tombé - M. Diligent (C.D.S.), une erreur historique — Dans la presse parisienne - Combat socialiste : fin de l'ostracisme - Le Figaro : arrière-pensées - La lettre de la nation : marxisme-léninisme - Le Matin : Canossa - Les Échos : l'achat d'une certaine paix sociale ; page 13 : Les réactions à l'étranger : Les alliés occidentaux de Paris insistent sur l'ampleur des engagements communistes - Rome : « Les prises de position du P.C.F. facilitent les rapports avec le P.C.I. » - Bonn : M. Schidt ne veut pas « dramatiser les choses » — La participation des P.C. aux gouvernements en Europe non communiste depuis la seconde guerre mondiale ; page 14 : L'action gouvernementale - Quelques modifications dans le domaine économique et social - Mme Questiaux veut « prendre le contre-pied » de la politique précédent pour l'immigration - Recherche et technologie : un démarrage laborieux ; pages 15-16 : Les personnalités qui n'ont pas été élues - L'évolution des voix entre le premier et le second tour dans les 332 circonscriptions en ballotage - Points de vue : Deux crises d'identité (Bertrand Fessart de Foucault) - Conduire le changement (Jacques Chaban-Delmas) ».







Retour à la page : Autres élections législatives

Retour à la page : Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945

Retour à la page : Documents divers sur l'histoire de La Seyne-sur-Mer

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
jcautran.free.fr


Accès aux oeuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

Administrateur du site : Jean-Claude Autran 2016