Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer, La Seyne-sur-Mer
Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945
jcautran.free.fr
Page d'accueil du site

Documents divers sur l'histoire de La Seyne
Toutes les élections à La Seyne
Les autres élections législatives
Elections législatives des 11 et 18 juin 2017

(7e circonscription du Var)

Autres élections législatives : 1945 (C1), 1946, 1946 (C2), 1951, 1956, 1958, 1962, 1967, 1968, 1973, 1978, 1981, 1986, 1988, 1993, 1997, 2002, 2007, 2012, 2017





Généralités sur ces élections

Ces élections visaient à renouveler les 577 représentants siégeant à l'Assemblée nationale et ont eu lieu les dimanches 11 et 18 juin 2017 (pour la métropole). Il s'agit de l'élection de la XVe législature de la Cinquième République. Depuis 2002, ces élections législatives font immédiatement suite à l'élection présidentielle qui s'est déroulée cette année les 23 avril et 7 mai 2017.


Mode de scrutin

Les 577 députés qui composent l'Assemblée nationale sont élus selon le scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans chaque circonscription. Les candidatures doivent être déposées avant le 19 mai.

Pour être élu dès le premier tour, un candidat doit réunir la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal au quart des électeurs inscrits. Si aucun des candidats ne satisfait ces conditions, un second tour est organisé. Seuls peuvent se maintenir les candidats ayant réuni 12,5 % des électeurs inscrits. Si un seul candidat y parvient, les deux candidats en tête du 1er tour peuvent se maintenir. Au second tour, est élu le candidat arrivé en tête.

D'une durée de 20 jours, la campagne officielle finit à minuit, le vendredi précédant les élections .

Les députés sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans (article 24 de la constitution de la Ve République de 1958). Lors du premier tour de scrutin, les électeurs votent pour l'un des candidats de leur circonscription électorale le 10 juin 2007. Si l'un des candidats obtient alors la majorité absolue des suffrages exprimés et au moins 25 % des suffrages des inscrits sur les listes, il est élu dès le premier tour. Le découpage en circonscription utilisé était le découpage dit découpage Pasqua, effectué en 1988 avec le retour à un mode de scrutin majoritaire. Le Conseil Constitutionnel avait demandé, le 7 juillet 2005, de réviser le découpage en fonction de l'évolution démographique, comme le prévoit la Constitution après chaque recensement quinquennal, ce qui n'aura finalement pas été fait avant les élections. Dans les circonscriptions où aucun candidat n'a pu recueillir simultanément la majorité absolue des voix et 25 % des inscrits, un deuxième tour a été organisé le 17 juin 2007. Seuls les candidats ayant obtenu au premier tour au moins 12,5 % des électeurs inscrits dans la circonscription (plus de deux candidats pouvaient donc être présents au second tour) pouvaient se maintenir pour le second. A été alors élu le candidat recevant la majorité simple des suffrages exprimés. Si un seul ou aucun candidat n'avait pas réalisé ces 12,5 %, le deuxième tour s'effectuait entre les deux candidats ayant obtenu le plus de suffrages au premier tour. En cas d'égalité, le candidat le plus âgé a été élu.





Premier tour dans la 7e circonscription du Var (La Seyne - Saint-Mandrier - Six-Fours - Bandol - Sanary)

Candidats, bulletins de vote et professions de foi

La liste officielle des 18 candidats, s'établit ainsi (ordre alphabétique) :

- Mme Marie-Renée BALTY (Lutte ouvrière)
- M. Frédéric BOCCALETTI (Front national)
- Mme Jeanne-Marie CARRERE (Union populaire républicaine)
- M. Jean-Pierre COLIN (Les Centristes)
- Mme Lucienne DAUDÉ (Mouvement Ecologiste Indépendant)
- M. Khalid El GARTI (Nous Citoyens)
- Mme Émilie GUÉREL (La République En Marche)
- M. Élie HATEM (Union des patriotes)
- Mme Janine LECLER (Parti communiste français)
- Mme Reine PEUGEOT (Debout la France)
- Mme Denise REVERDITO (Europe Ecologie-Les Verts - Parti socialiste)
- M. Laurent RICHARD (France insoumise)
- M. Thomas ROSTAING (Parti du vote blanc)
- Mme Nadine ROUZIC (Parti citoyen pour les animaux)
- Mme Michèle THOUVEREZ-BROCHOT (Nouvelle Donne)
- M. Jean-René TOZZA (Démocratie directe et résilience)
- M. Jean-Sébastien VIALATTE (Les Républicains)
- M. Gilles ZOBIRI (Mouvement des libérés)






Marie-Renée BALTY, Lutte ouvrière




Frédéric BOCCALETTI, Front national




Jeanne-Marie CARRERE, Union populaire républicaine




Jean-Pierre COLIN, Les Centristes




Lucienne DAUDÉ, Mouvement Ecologiste Indépendant




Khalid EL GARTI, Nous Citoyens




Émilie GUÉREL, La République En Marche




Élie HATEM, Union des patriotes




Jeanine LECLER, Parti communiste français




Reine PEUGEOT, Debout la France




Denise REVERDITO, Europe Écologie Les Verts - Parti socialiste





Laurent RICHARD, France insoumise







Thomas ROSTAING, Parti du vote blanc




Nadine ROUZIC, Parti citoyen pour les animaux








Michèle THOUVEREZ-BROCHOT, Nouvelle Donne






Jean-René TOZZA, Démocratie directe et résilience







Jean-Sébastien VIALATTE, Les Républicains




Gilles ZOBIRI, Mouvement des libérés








Résultats du 1er tour à La Seyne-sur-Mer et dans la 7e circonscription du Var (Source : Var-Matin, 12 juin 2017)

1) A La Seyne-sur-Mer


Nombre
% / inscrits
Inscrits
44 822
100,00 %
Abstentions
26208
  58,47 %
Votants
18 614
  41,53 %

Nombre
% / votants
Blancs et nuls
    385
 2,07 %
Exprimés
18 229
97,93 %

Ont obtenu :


Nuance
Voix
% / exprimés
% / inscrits
  • Mme Émilie GUÉREL
  • M. Frédéric BOCCALETTI
  • M. RICHARD Laurent
  • M. Jean-Sébastien VIALATTE
  • M. COLIN Jean-Pierre
  • Mme REVERDITO Denise
  • Mme LECLER Janine
  • Mme PEUGEOT Reine
  • Mme DAUDÉ Lucienne
  • Mme BALTY Marie-Renée
  • M. ROSTAING Thomas
  • Mme CARRERE Jeannine
  • Mme ROUZIC Nadine
  • M. HATEM Élie
  • Mme THOUVEREZ-BROCHOT Michèle
  • M. EL GARTI Khalid
  • M. TOZZA Jean-René
  • M. ZOBIRI Gilles
La République En Marche
Front National
France insoumise
Les Républicains
Divers Droite
Europe Écologie Les Verts - PS
Parti communiste français
Debout la France
Divers Droite
Extrême Gauche
Divers
Divers
Écologiste
Extrême Droite
Divers Gauche
Divers Droite
Écologiste
Divers
  5 493
  4 431
  2 567
  2 180
     839
     799
     620
     383
     274
     112
     109
     106
     100
       80
       61
       49
       19
         7
 30,13 %
 24,31 %
 14,08 %
  11,96 %
   4,60 %
   4,38 %
   3,40 %
   2,10 %
   1,50 %
   0,61 %
   0,60 %
   0,58 %
   0,55 %
   0,44 %
  0,33 %
   0,27 %
   0,10 %
   0,04 %
 12,26 %
   9,89 %
   5,73 %
   4,86 %
   1,87 %
   1,78 %
   1,38 %
   0,85 %
   0,61 %
   0,25 %
   0,24 %
   0,24 %
   0,22 %
   0,18 %
   
0,14 %
    0,11 %
   0,04 %
   0,02 %


Var-Matin, 12 juin 2017


Résultats par bureau

Var-Matin 13 juin 2017


2) Dans la 7e circonscription du Var


Nombre
% / inscrits
Inscrits
103 509
100,00 %
Abstentions
57 205
  55,27 %
Votants
46 304
  44,73 %

Nombre
% / votants
Blancs et nuls
    888
 1,92 %
Exprimés
45 416
98,08 %

Ont obtenu :


Nuance
Voix
% / exprimés
% / inscrits
  • Mme Émilie GUÉREL
  • M. Frédéric BOCCALETTI
  • M. Jean-Sébastien VIALATTE
  • M. RICHARD Laurent
  • M. COLIN Jean-Pierre
  • Mme REVERDITO Denise
  • Mme LECLER Janine
  • Mme PEUGEOT Reine
  • Mme DAUDÉ Lucienne
  • M. ROSTAING Thomas
  • Mme ROUZIC Nadine
  • Mme CARRERE Jeannine
  • Mme BALTY Marie-Renée
  • M. HATEM Élie
  • Mme THOUVEREZ-BROCHOT Michèle
  • M. EL GARTI Khalid
  • M. TOZZA Jean-René
  • M. ZOBIRI Gilles
La République En Marche
Front National
Les Républicains
La France insoumise
Divers Droite
Europe Écologie Les Verts - PS
Parti communiste français
Debout la France
Divers Droite
Divers
Écologiste
Divers
Extrême Gauche
Extrême Droite
Divers Gauche
Divers Droite
Écologiste
Divers
14 330
10 838
  8 658
  4 665
  1 669
  1 358
     910
     845
     721
    288
    247
    215
    206
    169
    131
     86
     56
     24

31,55 %
23,86 %
19,06 %
  10,27 %
  3,67 %
  2,99 %
  2,00 %
  1,86 %
  1,59 %
  0,63 %
  0,54 %
  0,47 %
  0,45 %
  0,37 %
  0,29 %
  0,19 %
  0,12 %
  0,05 %
- %
- %
- %
  - %
  - %
  - %
  - %
  - %
  - %
    - %
    - %
    - %
  - %
  - %
  - %
    - %
   - %
  - %



Var-Matin, 12 juin 2017



Le Monde, 13 juin 2017


3) Dans le Var

- Var-Matin, 12 juin 2017 : « L'abstention en marche dans tout le Var » - « Avec un taux d'abstention record, La République en marche d'Emmanuel Macron se place en tête dans les huit circonscriptions du Var. Le parti Les Républicains est le grand perdant de ce 1er tour - Plus de 53 % d'abstentions - Près d'un électeur sur deux ne s'est pas rendu aux urnes hier : jamais le département du Var n'avait aussi peu voté, à l'exception des Européennes de 2014 - La lame de fond LREM - Après la mort du PS, fin de règne pour LR ? - Le FN confirme son ancrage départemental - La contre-performance de France insoumise - Quel report de voix au second tour ? » (KM).

Var-Matin, 12 juin 2017

Var-Matin, 12 juin 2017

Le Monde, 13 juin 2017

Sortants : Geneviève Levy (LR) ; Philippe Vitel (LR) ; Jean-Pierre Giran (LR) ; Jean-Michel Couve (LR) ; Georges Ginesta (LR) ; Josette Pons (LR) ; Jean-Sébastien Vialatte (LR) ; Olivier Audlbert-Troin (LR).

- Le Monde, 13 juin 2017 : Commentaires : « Dans le Var, la faible participation et l'effet Macron ont eu raison de l'historique ancrage de la droite. Les candidats de la majorité présidentielle se hissent en tête dans toutes les circonscriptions. Surprise de taille : seuls deux candidats Les Républicains seront au second tour. Il s'agit de la sortante Geneviève Lévy, en ballottage défavorable face à la candidate La République en marche, Elisabeth Chantrieux, dans la circonscription de Toulon-Sud (1ère), et du maire de La Garde, Jean-Louis Masson, qui accuse plus de 5 000 voix de retard sur le candidat LRM dans la circonscription d'Hyères (3e). Dans les six autres territoires, tous aux mains jusqu'alors d'élus LR, les points se compteront entre LRM ou son allié du MoDem et le Front national ».


4) En France



Var-Matin, 12 juin 2017












Second tour : Candidats, bulletins de vote et professions de foi

- M. Frédéric BOCCALETTI (Front national)
- Mme Émilie GUÉREL (La République En Marche)




Frédéric BOCCALETTI, Front national





Émilie GUÉREL, La République En Marche





Résultats du 2e tour à La Seyne-sur-Mer et dans la 7e circonscription du Var (Source : Var-Matin, 12 juin 2017)

1) A La Seyne-sur-Mer


Nombre
% / inscrits
Inscrits
44 822
100,00 %
Abstentions
28 831
  64,32 %
Votants
15 991
  35,68 %

Nombre
% / votants
Blancs et nuls
  1 479
 9,25 %
Exprimés
14 512
90,75 %

Ont obtenu :


Nuance
Voix
% / exprimés
% / inscrits
  • Mme GUÉREL Émilie
  • M. BOCCALETTI Frédéric
La République En Marche
Front national
8 176
6 336
56,34 %
43,66 %

18,24 %
14,14 %


Var-Matin, 19 juin 2017 (Résultats pour La Seyne-sur-Mer)

Le Monde, 20 juin 2017




Var-Matin, 20 juin 2017 (La Seyne-sur-Mer : résultats par bureau)



2) Dans la 7e circonscription du Var


Nombre
% / inscrits
Inscrits
103 570
100,00 %
Abstentions
63 307
  61,12 %
Votants
40 263
  38,88 %

Nombre
% / votants
Blancs et nuls
  3 458
 8,59 %
Exprimés
36 805
91,41 %

Ont obtenu :


Nuance
Voix
% / exprimés
% / inscrits
  • Mme GUÉREL Émilie
  • M. BOCCALETTI Frédéric
La République En Marche
Front national
20 967
15 838
56,97 %
43,03 %

20,24 %
15,29 %


Mme Émilie GUÉREL est élue député de la 7e circonscription du Var

Var-Matin, 19 juin 2017


Le Monde, 20 juin 2017



3) Dans le Var

Var-Matin, 19 juin 2017


Le Monde, 20 juin 2017


Sortants : Geneviève Levy (LR) ; Philippe Vitel (LR) ; Jean-Pierre Giran (LR) ; Jean-Michel Couve (LR) ; Georges Ginesta (LR) ; Josette Pons (LR) ; Jean-Sébastien Vialatte (LR) ; Olivier Audlbert-Troin (LR).

- Le Monde, 20 juin 2017 : Commentaires : « Après avoir éliminé six des huit candidats Les Républicains (LR) lors du premier tour, les candidats macronistes ont remporté tous leurs duels face au Front national au deuxième. Dans la commune de Fréjus, le sénateur, maire et cadre du FN David Rachline voit son 2e adjoint devancé de 165 voix par le candidat MoDemLRM, qui remporte largement la circonscription après avoir pourtant été balayé aux municipales de 2014. Dans la circonscription de La Seyne-sur-Mer, le secrétaire départemental du FN s'incline face à une enseignante marcheuse, novice en politique. Dans les deux circonscriptions où ils avaient pu se maintenir (Toulon-Sud et Hyères) , les candidats LR l'ont finalement emporté. Maigre consolation alors que la droite raflait 100 % des sièges il y a cinq ans dans le Var.





4) En France


Var-Matin, 19 juin 2017









 

Rappel des résultats des 1er et 2e tours pour la France entière (Sources : Wikipedia, Ministère de l'Intérieur)








Commentaires sur les élections législatives de 2017 en France (Source : Wikipedia)












Autres documents sur les élections législatives de 2017 [source : archives Jean-Claude AUTRAN]
Verbatim...


- Var-Matin, 2 octobre 2016 : « Jean-Pierre Colin en (pré)campagne » - « S'il y a une chose que l'on ne pourra pas reprocher au conseiller régional UDI Jean-Pierre Colin, c'est d'avancer masqué... Sa « génération du parler vrai » s'affiche en format 4 x 3 sur toute la 7e circonscription... ».
- Var-Matin, 6 janvier 2017 : « Virginie Sanchez n'exclut pas sa candidature hors FN » - « Se dirige-t-on vers un nouveau psychodrame au sein du Front national varois ? Hier soir, pour la traditionnelle galette offerte à plus d'une centaine de militants frontistes, l'élue municipale Virginie Sanchez a en tout cas fait sensation. Elle a ainsi laissé entendre qu'elle pourrait se présenter aux prochaines législatives (11 et 18 juin 2017) dans la 7e circonscription sous une autre étiquette que celle du FN. « Je me donne encore un mois » » (MAD).
- Var-Matin, 9 janvier 2017 : « Le conseiller régional (Front National) Frédéric Boccaletti se lance à nouveau dans la campagne des élections législatives dans la 7e circonscription » - « Le sénateur-maire de Fréjus, David Rachline, est venu soutenir, la candidature de Frédéric Boccaletti - Le candidat a repris la feuille de route tracée par Marine Le Pen prônant « la remise en ordre de l'État, de notre indépendance, de notre système social de santé, de notre modèle de société, de notre économie et de notre pays », avant de vilipender l'inertie, la mauvaise foi ou l'incompétence de ses adversaires potentiels » (JMV).
- Var-Matin, 17 janvier 2017 : « Législatives : les investitures confirmées » - « le conseil national les Républicains (LR), qui s'est tenu hier, a donc définitivement entériné les huit investitures du parti aux législatives dans le Var - Les candidats investis sont donc : Geneviève Levy (1ère circonscription), Philippe Vitel (2e), Jean-Louis Masson (3e), Françoise Dumont (4e), Guillaume Decard (5e), Josette Pons (6e), Jean-Sébastien Vialatte (7e) et Olivier Audibert-Troin (8e) « (KM) - « Le MoDem se prépare pour les futures législatives - Un Philippot (FN) dans la première circonscription ? - Le PS varois à l'offensive - 6e circonscription : Josette Pons va devoir choisir » (GJ).
- Var-Matin, 31 janvier 2017 : « Une permanence pour Jean-Pierre Colin (UDI) » - « L'inauguration de cette « permanence », 2 avenue du Dr Mazen, en vue des prochaines échéances électorales (présidentielle et législatives) ne valait pas déclaration de candidature, a-t-il assuré. Toutefois, malgré l'investiture confirmée dans la 7e circonscription du Var du député sortant Jean-Sébastien Vialatte par Les Républicains, Jean-Pierre Colin maintient être « en réflexion » et « prêt ». « Les négociations se poursuivent entre LR et l'UDI, assure-t-il. Nous ne sommes pas d'accord avec la répartition régionale des investitures et estimons qu'une présence centriste dans le Var est indispensable » - « Virginie Sanchez toujours élue FN ».
- Var-Matin, 5 février 2017 : « UDI - 1ère circonscription : Philippe Sans définitivement sans étiquette » - « LR - Geneviève Levy atterrée par la décision de Sans » - « PS - Un conseil fédéral pour l'union... » - « EELV - Dans le Var, on veut croire à l'union des gauches » - « Les insoumis sont en ordre de bataille » - « 7e circonscription : Damien Guttierez marche aussi » (MAD).
- Var-Matin, 15 février 2017 : « Les communistes varois parés pour les législatives » - « Avec Alain Bolla, secrétaire fédéral, Jean-Marie Jegou, Jean-Marie Bernardi, Coraly Escudier, Laurent Carattala et Janine Lecler, entre autres, sont les candidats du PCF aux élections législatives - Septième circonscription - Titulaire : Janine Lecler, 73 ans, retraitée de Pôle emploi en région parisienne et syndicaliste. Suppléant : Jean-Marie Jegou, 59 ans, retraité de DCNS et syndicaliste, conseiller municipal d'opposition à Saint-Mandrier ».
- Var-Matin, 3 mars 2017 : « Législatives : Jean-Pierre Colin passe à l'offensive » - « Le conseiller régional (UDI) a annoncé hier sa candidature dans la 7e circonscription où le sortant Jean-Sébastien Vialatte a été investi par LR. Il s'estime « le mieux placé pour battre le FN » - Ce n'est pas par hasard que le Seynois Jean-Pierre Colin a choisi d'annoncer sa candidature à Six-Fours, entouré de sa remplaçante Dalida Sarkissian, du maire de Bandol Jean-Paul Joseph, du conseiller municipal d'opposition seynois Jo Minniti et de l'adjoint au maire de Saint-Mandrier Hérard Hoehn » (AF) - « Marion Maréchal-Le Pen vient aujourd'hui inaugurer la permanence de Frédéric Boccaletti, 3 rue Franchipani, à La Seyne ».
- Var-Matin, 12 mars 2017 : « Le PCF présente ses candidats aux législatives dans la 7e circonscription Ouest-Var » - « La Seynoise Janine Lecler et le Mandréen Jean-Marie Jégou forment le ticket qui défendra les couleurs communistes lors du scrutin des 11 et 18 juin prochains - « Répondre aux exigences populaires » - La déconstruction navale : « Un vivier d'emplois » - Janine Lecler et Jean-Marie Jégou mènent campagne sur les marchés, auprès des salariés et à la sortie des écoles pour promouvoir le programme du PCF » (MG).
- Var-Matin, 18 mars 2017 : « Le communiste Alain Bolla ne se soumettra pas » - « Si ie PCF soutient l'insoumis Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, il entend faire entendre sa différence aux législatives, avec Alain Bolla dans la 2e circonscription qui comprend Ollioules et Evenos » (OB).
- Var-Matin, 26 mars 2017 : « EE-LV entre dans la campagne » - « Les huit candidats Europe Ecologie-Les Verts aux législatives participent pourtant à la campagne de Benoit Hamon dans le département » - « Le député visite Brégaillon : Jean-Pierre Colin (UDI) salue « la farce » » (KM).
- Var-Matin, 9 avril 2017 : « Les « Frondeurs » d'Ensemble 83 sont insoumis à La Seyne » - « LR : Une élection « c'est pas tournez manège » - Nathalie Bicais prête à repartir à l'assaut de La Seyne en 2020 ? L'avenir le dira - Rachel Roussel, toujours « groupie » de Nicolas Dupont-Aignan ? - Le président des jeunes de l'UDI démissionne » (KM).
- Var-Matin, 13 avril 2017 : « Josette Pons (LR) renonce à un 4e mandat de député » - 6e circonscription : Élue à l'Assemblée nationale depuis juin 2002, elle a décidé de se recentrer sur ses mandats locaux : maire de Brignoles et présidente de Provence verte - « Je pars avec le sentiment d'avoir bien défendu les enjeux de notre territoire » » (GJ).
- Var-Matin, 19 avril 2017 : « « Votez pour moi », selon Philippe Vitel » - « 2e circonscription : Le député sortant Les Républicains remet en jeu son mandat. Il nous livre les raisons de son engagement et détaille ses projets, tout en défendant son bilan » (CM).
- Var-Matin, 25 avril 2017 : « Élections législatives : à qui le troisième tour ? » - « Alors que s'ouvre la campagne pour le deuxième tour de la présidentielle, Les Républicains entendent s'appuyer sur leur ancrage local pour remporter les prochaines élections législatives - Devant la progression du FN enregistrée dimanche - entre + 1,29 % des suffrages dans la troisième circonscription à + 12,63 % dans la sixième - trois ou quatre circonscriptions seraient susceptibles de basculer. la seule circonscription où le parti de Marine le Pen n'arrive pas à en tête, c'est la première circonscription du Var, Toulon intra-muros » (KM).
- Var-Matin, 28 avril 2017 : « Rencontre avec le plus jeune candidat de la 7e circonscription » - « Ouest-Var : A 23 ans, Jimmy Coste a été investi par le Parti socialiste pour les législatives. Cet étudiant seynois espère désormais l'union de la gauche - Son suppléant devait être Marc Vuillemot. Mais après la débâcle de Benoît Hamon au premier tour de l'élection présidentielle, le maire de La Seyne (PS) a préféré rendre son tablier pour les prochaines législatives et en appeler à « une large unité de la gauche » - « Une fonction, pas un métier » - Qui est-il ? - Jimmy Coste est également animateur fédéral du MJS » (MAD).
- Var-Matin, 5 mai 2017 : « Laurent Richard veut faire gagner la France insoumise » - « Dans une 7e circonscription historiquement à droite, le candidat de gauche entend pourtant profiter de « la dynamique Mélenchon » pour viser la victoire aux législatives - Qui est-il ? : A 42 ans, le Seynois Laurent Richard est professeur des écoles à Marseille, dans les quartiers difficiles (REP +). Encarté depuis 2012 au Parti de gauche, il en est aujourd'hui le responsable pour l'aire toulonnaise - « Aucun arrangement possible » » (MAD).
- Var-Matin, 9 mai 2017 : « Le FN en quête d'alliés pour les législatives » - « En évoquant une « alliance patriote et républicaine » dimanche soir, Marine Le Pen entend refonder profondément le parti frontiste pour élargir son assise électorale » (KM).
- Var-Matin, 9 mai 2017 : « Huit circonscriptions varoises où rien n'est joué » - « Après les régionales de 2015, les Républicains pouvaient s'inquiéter pour deux ou trois sièges de député. Avec l'irruption de La République en marche de Macron, le scénario se complique encore - 1ère circonscription : la bataille de Toulon - 2e circonscription : parachutage présidentiel ? - 3e circonscription : appétits voraces - 4e circonscription : la guerre du Golfe - 5e circonscription : compteurs à zéro - 6e circonscription : le centre Var penche à droite - 7e circonscription : un casting incertain (*) - 8e circonscription : le jeu est ouvert » (PM).

(*) Macron vainqueur aux points dans la septième. Ses 53 % au second tour doivent beaucoup à la mobilisation des électeurs seynois. Du coup, l'investiture En Marche ! est très convoitée. Jean-Pierre Colin, opposant UDI à Marc Vllillemot, se propose, afin de « donner une majorité de la Droite humaniste et du centre » à Emmanuel Macron. Le PS compte sur le jeune socialiste Jimmy Coste pour retrouver des couleurs, après l'échec de Benoît Hamon. Le frontiste six-fournais Frédéric Boccaletti, vieil habitué des scrutins locaux, ambitionne mieux que les 23 % obtenus en 2012.

Var-Matin, 9 mai 2017

- Var-Matin, 10 mai 2017 : « La tentation Macron sème la zizanie au Parti socialiste » - « En annonçant qu'il souhaite être candidat sous les couleurs de La République en marche, l'ancien Premier ministre Manuel Valls s'est attiré une volée de bois vert - « Ce PS est mort » - « La clarification a commencé » - Aucun passe-droit ».
- Var-Matin, 10 mai 2017 : « Le PCF prêt à faire l'impasse sur cinq circonscriptions pour réunir la gauche » - « La direction départementale du PCF espère obtenir un accord avec la France insoumise et Europe-écologie-Les Verts - Objectif deuxième tour dans deux ou trois circonscriptions - 7e circonscription : les Mélenchonistes motivés. Il y croit Laurent Richard, le candidat de la France insoumise. Après tout, Jean-Luc Mélenchon n'a-t-il pas fait jeu égal avec Emmanuel Macron dans la circonscription ? Du coup, il n'est pas d'accord avec « le coup de projecteur fait sur la candidature PS », dans notre édition précédente. À ce propos, ce sera finalement l'écologiste Denise Reverdito que Marc Vuillemot et le parti socialiste soutiendront. Le candidat initialement présenté par le PS, Jimmy Coste, a accepté de glisser au poste de suppléant, une fois connu le résultat de la Présidentielle. Une décision du maire de La Seyne, en guise de premier pas vers « les organisations écologistes et de gauche » afin de présenter des candidatures communes dans les huit circonscriptions varoises » (PHC).
- Var-Matin, 11 mai 2017 : « Législatives : nouveau programme moins radical chez Les Républicains » - « Oublié, le projet économique porté par François Fillon pendant la campagne présidentielle. Le nouveau programme économique des Républicains met l'accent sur le « pouvoir d'achat» et notamment celui des « classes moyennes », a martelé leur nouveau chef de file pour  les législatives, François Baroin - Suppression de l'ISF - Réforme des retraites ».
- Var-Matin, 11 mai 2017 : « Manuel Valls entre deux chaises » - « L'ancien Premier ministre, qui a annoncé mardi briguer l'investiture En Marche! pour les législatives, a été « déféré devant la commission des conflits » du Parti socialiste, a annoncé hier matin Jean-Christophe Cambadélis. « Une procédure est en cours » contre Manuel Valls, a ainsi confirmé le premier secrétaire, sur Beur FM. « Je ne veux pas peser sur la commission des conflits, elle va prendre sa décision en toute indépendance mais force est de constater qu'il (Manuel Valls, Ndlr) ne facilite pas le boulot » en annonçant vouloir briguer l'investiture du mouvement d'Emmanuel Macron, a-t-il ajouté - Une candidate déjà choisie - Une charge de Royal ».
- Var-Matin, 11 mai 2017 : « M. Vuillemot favorable à un binôme PCF-PS » - « Décidément, les résultats de l'élection présidentielle n'en finissent plus de rebattre les cartes à gauche pour les législatives dans la 7e circonscription. Alors qu'à l'issue du premier tour le maire de La Seyne Marc Vuillemot annonçait céder sa place de suppléant auprès du jeune socialiste Jimmy Coste, avant que ce dernier accepte de devenir lui-même suppléant de l'écologiste Denise Reverdito, voilà que la position du PCF pourrait encore bouleverser la donne. C'est en tout cas ce que souhaite Marc Vuillemot, qui a salué hier « l'initiative de la fédération varoise du Parti communiste français, proposant une autre forme d'unité, avec, pour les huit circonscriptions, trois candidatures de la France Insoumise, trois candidatures du PCF, et deux candidatures d'écologistes ou socialistes ayant porté le projet de Benoît Hamon ». Les trois candidatures communistes étant prévues dans les 2e, 6e et 7e circonscriptions. « Pour la 7e circonscription de l'aire seynoise, si les Verts avec lesquels les socialistes locaux ont conclu un accord se retrouvent dans l'entente proposée par le PCF », le maire de La Seyne se déclare donc « favorable à un binôme composé d'un(e) candidat(e) communiste ayant pour suppléant Jimmy Coste, animateur varois des jeunes socialistes, soutien de Benoît Hamon, initialement désigné comme candidat titulaire par le PS ». Un partenariat qui lui paraît « cohérent avec la réalité locale et la démarche unitaire qui prévaut depuis des années à La Seyne ». D'autant plus, ajoute Marc Vuillemot, que « trois des huit candidats désignés par le Parti socialiste pour l'élection législative dans le Var s'autorisent à se réclamer de "La République en marche" de M. Macron, sans qu'il leur en soit apparemment fait grief par les instances statutaires du parti ». Il reste encore huit jours pour choisir la paire de candidats définitive... et ses couleurs, la clôture des candidatures étant fixée au 19 mai » (AF).
- Var-Matin, 12 mai 2017 : « Macron ménage Valls mais fâche Bayrou » - « Aucun candidat dans l'Essonne face à l'ancien Premier ministre tandis que le président du MoDem se dit surpris de ne pas avoir été consulté - Marie Sara affrontera Gilbert Collard dans le Gard - Les anciens juges d'instruction Eric Halphen et Laurence Vichnievsky ont été investis, hier, par la République en marche pour les législatives - Emmanuel Macron entouré de sa garde rapprochée : Jean-Paul Delevoye et Richard Ferrand ».
- Var-Matin, 12 mai 2017 : « Génération Macron » - « Il y a deux façons de lire la liste des candidats investis par La République en marche pour les législatives de juin. La première, c'est de constater que comme promis, la génération Macron marque un profond renouvellement du personnel politique. C'était un choix : le taux de « recyclage » est faible. Vingt-quatre parlementaires sortants, tous socialistes ; un seul membre du gouvernement (l'écologiste Barbara Pompili) ; peu de personnalités de notoriété nationale, hormis François de Rugy, ancien candidat à la primaire de gauche, Richard Ferrand et Christophe Castaner, piliers de la maison Macron. C'était aussi une obligation : n'ayant que treize mois d'existence et n'ayant jamais concouru à aucune élection, En Marche!, par définition, ne peut pas s'appuyer sur un stock d'élus aguerris. Les trois quarts de ses candidats n'ont aucun mandat, la moitié n'en ont jamais eu. Ils sont jeunes (46 ans en moyenne, contre 60 pour les députés sortants), majoritairement venus de la société civile (...) (Claude Weill).
- Var-Matin, 13 mai 2017 : « J.-S. Vialatte candidat aux législatives - « Un acte de résistance » - « Abandonner le combat serait déserter » » - « 7e circonscription : Le député sortant, investi par LR et l'UDI, a annoncé hier son choix de briguer un quatrième mandat. En cas de victoire, il sera contraint de quitter la mairie de Six-Fours - Jean-Sébastien Vialatte apris sa décision après avoir observé les résultats de l'élection présidentielle et la situation des Républicains - « J'ai passé toute ma vie à me battre contre le FN » - « Je n'abandonnerai pas les Six-Fournais » - Sandra Torrès suppléante : Hélène Rigal, l'actuelle suppléante du député, était présente à ses côtés hier à la permanence de Six-Fours. Mais c'était pour annoncer, en toute sérénité, qu'elle avait choisi de ne pas se représenter « pour des raisons personnelles et professionnelles ». « Elle a été une suppléante particulièrement disponible, je la remercie infiniment », a déclaré Jean-Sébastien Vialatte. C'est l'élue seynoise Sandra Torrès, conseillère municipale d'opposition et conseillère régionale, qui se présente pour la première fois aux côtés du député sortant. « A la Région, avec laquelle nous avons besoin de travailler, elle s'est révélée une élue très active et présente, a expliqué M. Vialatte. Et il était important que la ville de la Seyne soit représentée ». « Je suis très fière de partir aux côtés de Jean-Sébastien Vialatte, a déclaré Sandra Torrès. Il y a dans cette élection d'énormes enjeux, tant pour la circonscription qu'au niveau national » » (AF).

Var-Matin, 13 mai 2017

- Var-Matin, 13 mai 2017 : « Marc Vuillemot interpelle les candidats aux législatives » - « Afin de permettre aux électeurs de la 7e circonscription de choisir leur député en connaissance de cause, le maire PS de La Seyne demande aux postulants de se positionner sur des sujets clés : Quelle place pour les services publics communaux de proximité ? - Quel avenir pour les dispositifs de politique de la ville ? - Quels moyens pour l'éducation ? - Quelles mesures pour le développement économique du territoire ? Quelles mesures en faveur du logement social ? - Quelle politique pour le développement durable ? Quelle politique en matière de coopération intercommunale ? » - « Face aux enjeux des élections législatives le maire de La Seyne estime nécessaire de s'impliquer dans le débat pour « éclairer ses concitoyens » - Un forum citoyen mercredi » (MG).

Var-Matin, 13 mai 2017

- Var-Matin, 14 mai 2017 : « F. Boccaletti (FN) : « Être un élu de terrain, c'est essentiel » - 7e circonscription : Devant une centaine de personnes rassemblées vendredi soir dans une brasserie bandolaise, le candidat FN aux législatives a lancé sa campagne et présenté sa suppléante - Aux côtés de sa suppléante Muriel Fiol, Frédéric Boccaletti a présenté, à Bandol, quelques-uns des thèmes de sa campagne électorale - "Une femme engagée" : Médecin généraliste et spécialiste en addictologie, installée à Bandol (dont sa famille est originaire) depuis 7 ans, Muriel Fiol a été élue conseillère régionale FN en décembre 2015, après s'être présentée aux municipales et aux départementales sur Bandol » (MG).

- Var-Matin, 14 mai 2017 : « Jean-Pierre Colin : « M. Vialatte exagère ! ». La tumultueuse campagne de la droite et du centre aux élections municipales 2014 à La Seyne a laissé des traces... qui resurgissent à l'occasion des législatives, auxquelles MM. Vialatte et Colin sont tous deux candidats. A la suite de l'article publié hier, intitulé J.-S. Vialatte : « Abandonner le combat serait déserter », dans lequel le député accuse Jean-Pierre Colin de leur avoir « fait perdre la mairie de La Seyne », ce dernier tient à « rétablir la vérité ». « « En février 2013, M. Vialatte a annoncé qu'il ne serait pas candidat et m'a fait venir à l'Assemblée nationale, où il m'a proposé la double investiture LR-UDI, assure J.-P. Colin. Et, dix jours plus tard, il a annoncé la candidature du préfet Canapa ! Et, du coup, Philippe Vitel a décidé de se présenter... et a refusé de me prendre en deuxième position sur sa liste ! Alors, dire aujourd'hui que la défaite est de ma faute, M. Vialatte exagère ! »

- Var-Matin, 15 mai 2017 : « Gilles Zobiri veut reprendre sa liberté » - « 7e circonscription - Pour le "Mouvement des libérés" et son candidat, « la liberté sociale et économique est la clé du redressement », qu'ils veulent faire respecter à l'Assemblée nationale - Fin du monopole de la sécu : « La Sécu est bien faite mais il ne faut pas en abuser. Elle a 70 ans, il faudrait qu'elle se repose... » (SH) - « K. El Garti en marche avec "Nous citoyens" » - « A l'origine du premier "comité Macron" de l'ouest-Var, le Seynois est déçu : il n'a pas eu l'investiture. Il est toutefois le candidat d'un autre mouvement - Pour Khalid El Garti, "Nous citoyens" est "macrocompatible". « Si j'étais élu, je défendrai la création d'un axe France-Europe-Méditerranée. Dans un monde multipolaire où, ni l 'Europe seule, ni la France seule ne peuvent compter, il faut créer un autre bloc beaucoup plus consistant. Celui-ci pourrait tout d'abord nous prémunir contre le terrorisme en allant vers une sécurité collective ; ensuite, cela permettrait de peser beaucoup plus en terme d'écologie... » » (JP)
- Var-Matin, 19 mai 2017: « Les préoccupations de la société civile à La Seyne » - « Un 2e forum public citoyen a été initié par le maire Marc Vuillemot - Un deuxième forum citoyen public a été organisé mercredi soir par le maire de La Seyne Marc Vuillemot, à la Bourse du travail. « Un moment d'échange participatif entre citoyens libres de leurs opinions et en aucun cas une tribune partisane en vue des élections législatives ». Dans cet esprit, une cinquantaine de personnes, dont de nombreux élus seynois et plusieurs candidats aux élections législatives dans la 7e circonscription, ont pris part au débat. Ainsi, aux côtés du maire,
on notait la présence des candidats Jean-Pierre Colin, conseiller municipal d'opposition seynois (candidat sans étiquette), Denise Reverdito, adjointe à l'aménagement durable du territoire (candidate EELV-PS) et Émilie Guérel (candidate En marche) ».
- Var-Matin, 20 mai 2017 : « Les candidats aux législatives dans le Var ».

Var-Matin, 20 mai 2017

« Législatives dans le Var : et les nominés sont... » - « 120 candidats avec ou sans étiquette ont donc formalisé auprès de la préfecture leur candidature pour les prochaines législatives, qui se dérouleront les 11 et 18 juin prochains - La préfecture a dévoilé la liste des candidats aux législatives. Ils sont 120 à briguer le mandat
de député, contre 90 en 2012 - le PS « sauve les meubles » à Toulon - La « surprise » Jean-Pierre Meynet - FN-Debout la France dans la 6e - En Marche! : la candidate de la 7e en "disponibilité" - La jeune professeure d' anglais du collège Les Eucalyptus, à Ollioules, s'apprête à lancer sa campagne cet après-midi, à La Seyne. Mais n'a plus assuré ses cours depuis la mi-décembre. Alors que la jeune femme aurait dû faire son retour ces jours derniers (...). La jeune femme était donc en arrêt maladie au moment où elle a fait acte de candidature, « par Internet », précise la candidate « (KM).
- Var-Matin, 20 mai 2017 : « Macron ménage droite et gauche pour bâtir sa majorité » - « Pour avoir une majorité à l'Assemblée, Emmanuel Macron compose avec la droite, la gauche et le centre - 51 circonscriptions laissées libres - Ils ont le champ libre : Parmi les circonscriptions où la droite a donc le champ libre, on retrouve logiquement celle de Bruno Le Maire (Eure), le nouveau ministre de l'Economie, désinvesti par LR après sa nomination au gouvernement. Plusieurs de ses proches sont protégés dans l'Eure-et-Loir, le Bas-Rhin ou le Morbihan. Et si le Premier ministre Edouard Philippe (Seine-Maritime) mais aussi Xavier Bertrand (Aisne), Christian Estrosi (Alpes-Maritimes), Hervé Mariton (Drôme), Hervé Gayrnard (Savoie), Benoist Apparu (Marne) ou Arnaud Robinet (Marne) ne se présentent pas directement, leurs successeurs dans leurs circonscriptions n'auront pas d'adversaire La République en marche ».
- Var-Matin, 21 mai 2017 : « Jean-Sébastien Vialatte lance officiellement sa campagne » - « C'est devant sa permanence que Jean-Sébastien Vialatte, entourée de son ex-suppléante Hélène Rigal et de l'actuelle, Sandra Torrès, a lancé sa campagne » (MAD).
- Var-Matin, 22 mai 2017 : « "Indisponibilité" d'Emilie Guerel (LREM) : « Un comportement irresponsable et indigne » - « Deux conseillers municipaux seynois, qui tous deux avaient brigué la même investiture, ont réagi. A commencer par Jean-Pierre Colin, candidat Les Centristes : « L'éducation, c'est la famille qui la donne, l'instruction c'est l'Etat qui la doit ». Ainsi s'exprimait Victor Hugo sur cette noble oeuvre qui consiste pour des enseignants mués par une véritable vocation, à permettre l'émancipation par la connaissance des citoyens en devenir que sont nos enfants. Encore faut-il que cette vocation soit la plus largement partagée et que chaque professeur se trouve en face de ses élèves, ce qui est généralement le cas sauf circonstance dûment justifiée. Or, nous venons d'apprendre
l'absence en pleine année scolaire de Mme Émilie Guerel de son poste de professeur de collège, lui permettant depuis de longs mois de mener campagne pour les élections présidentielles puis désormais législatives sous l'étiquette La République En Marche. Ce sont donc les élèves de Mme Guéret qui doivent payer une ambition politique personnelle individuelle qui ignore ce que l'Etat et la République doivent à nos enfants. Je laisse juge chaque citoyen de ce comportement irresponsable et indigne d'une candidate qui prétend représenter la République dont elle foule au pied son plus grand symbole : l'école ! » - Damien Guttierez, conseiller départemental (ex-FN), estime quant à lui : « Vérification faite, les conditions de la disponibilité de Mme Guéret, candidate de LREM, ne sont absolument
plus compatibles avec les exigences de moralité publique du président Macron. Je suis d'autant plus surpris que la référente départementale d'EM avait cru utile de donner des leçons de morale à certains autres candidats. J'appelle Mme Guéret à contribuer autrement à la dynamique de renouvellement en faveur du rassemblement progressiste porté par Jean-Pierre Colin, le seul capable de battre le FN » » (AF).

- Var-Matin, 23 mai 2017 : « Qu'est-ce qui fait marcher Emilie Guérel (LREM) ? » - « La jeune Sanaryenne, enseignante à Ollioules, a été investie par La République En marche dans la7e circonscription. Elle nous explique son engagement et répond aux attaques dont elle a fait l'objet - A 33 ans, c'est la première fois qu'Emilie Guérel s'engage en politique - « Je n'ai rien à me reprocher » - Des doutes ont été émis sur votre probité lorsque Var-matin a révélé que vous étiez en arrêt maladie lorsque vous faisiez campagne pour Emmanuel Macron... Ces doutes ont été levés, je me suis expliquée. J'ai surtout été active entre septembre et janvier. C'est en octobre que je suis devenue référente des « Jeunes avec Macron ». Mon rôle consistait principalement à écrire des articles pour le site Vision Macron. C'était du travail à la maison. Je n'ai pas été en maladie pour faire campagne. On vous a pourtant revue sur le terrain depuis janvier... J'ai été très très peu sur le terrain, par rapport aux autres militants. Et pour les législatives, j'ai pris les jours d'absence auxquels tout salarié a droit pour faire campagne. Les attaques dont j'ai fait l'objet révèlent surtout que la campagne a commencé. Je n'ai rien à me reprocher. Vous comprenez toutefois que certaines personnes aient pu être "choquées", d'autant plus que la probité est une des priorités d'Emmanuel Macron ? Je peux les comprendre, mais je les renvoie aux explications que j'ai fournies. J'ai agi en toute légalité. J'espère que le débat sera plus élevé pendant le reste de campagne. C'est le fond qui m'intéresse, ceux qui m'attaquent sur ce thème en profitent pour ne pas proposer de projet » (AT).

Var-Matin, 23 mai 2017

- Var-Matin, 24 mai 2017 : « Reine Peugeot se lève pour Nicolas Dupont-Aignan » - « Debout la France a investi Reine Peugeot sur la 7e circonscription. Cette Seynoise, conseillère d'opposition à La Seyne, défend un « patriotisme plus modéré » que celui de son ancien parti, le FN - Reine Peugeot et son suppléant, Joël Houvet - Vous aviez quitté le FN fâchés en 2015. Envisagez-vous, comme le laisse entendre votre président, de soutenir un candidat frontiste si vous êtes derrière lui au second tour ? - R.P. : « En effet, nous avons quitté le FN car nous avons subi des pressions... Un tel choix serait difficile à prendre, c'est vrai. Mais Nicolas Dupont-Aignan a dit aussi que les rapprochements seront étudiés au cas par cas : On verra donc le moment venu ». Pourquoi faut-il voter pour vous ? - «
R.P. : « Je suis la seule pour incarner le vrai renouvellement face aux autres candidats, qui représentent le système ou les extrêmes (le slogan de la campagne, justement : « Ni le système, ni les extrêmes » (NDLR). Avec la nomination d'Edouard Philippe à Matignon, les Français découvrent l'union gouvernementale des socialistes et des Républicains pour définitivement soumettre le pays à l'autorité de Bruxelles. Très vite, nos compatriotes vont subir les dégâts d'une politique de souffrance économique et sociale ». Quelques engagements ? « Si je suis élue, je défendrai la suppression de la loi El-Khomri. Je m'opposerai à la libération de l'école - projet du nouveau président - qui permettrait aux chefs d'établissement de recruter eux-mêmes leurs professeurs ; conséquence : une école à deux vitesses et
une inégalité d'accès à un enseignement de qualité encore plus importante. Je m'emploierai à augmenter les retraites, à restaurer le quotient familial et à rétablir les 12000 postes de policiers, gendarmes et douaniers supprimés par Hollande et Sarkozy » » (JP).

- Var-Matin, 24 mai 2017 : « Parti socialiste varois : chronique d'une mort annoncée ? » - « Le retrait de la candidate PS Viviane Driquez dans la première circonscription du Var confirme l'agonie du parti, qui réalisait plus de 20 % des voix, il y a cinq ans - Désormais, le PS n'est plus représenté dans le Var que par les  candidatures de Cécile Laublet (6e circonscription) et lnsaf Rezagui (5e) - Quand Bernard Giner, premier secrétaire fédéral, préfère parler d'un « affaiblissement supplémentaire du parti à Toulon », et insiste sur le fait qu'il « faudra travailler à la reconstruction », quand le sénateur maire de Toulon et président LR du Var Hubert Falco évoque, lui, sans détour, « la mort du Parti socialiste », les puristes eux, dénoncent à regret « un gâchis. Humain et politique ». (KM).

Var-Matin, 24 mai 2017

- Var-Matin, 25 mai 2017 : « Législatives : le grand casse-tête » - « (...) c'est clair, les électeurs de droite n'ont qu'à voter pour les candidats qui se réclament de ce gouvernement ! Pas si simple, en réalité, car figurent également dans le casting gouvernemental des hommes venus de la gauche, ancien ministre, comme Jean-Yves Le Drian, ou anciens députés, comme Christophe Castaner. Dilemme. Si l'on ajoute que les centristes, derrière François Bayrou, figurent aussi dans la majorité
présidentielle, « La République en marche ! », l'électeur qui depuis des années choisit sans désemparer un candidat de gauche contre un candidat de droite, à moins qu'il ne se reporte sur un centriste, a tendance à y perdre son latin. Bref, après une élection présidentielle à suspense, où rien ne s'est passé comme prévu, vient le temps des élections législatives en forme de casse-tête. Quelques exemples : prenons un électeur socialiste d'Indre-et-Loire. La candidate, Marisol Touraine, pourtant investie officiellement par les socialistes, se déclare proche de la majorité d'Emmanuel Macron. Alors, je vous le demande, que vote un « macronien » non-socialiste
ou un socialiste non-« macronien »? Suspense » (Michèle Cotta).
Alors, la gauche va-t-elle voter pour eux saQs problème?

- Var-Matin, 28 mai 2017 : « Marie-Renée Balty (LO) veut « faire entendre les exigences des travailleurs » » - « Marie-Renée Balty confie se présenter aux législatives, non « pas pour être élue », mais pour « faire connaître les idées de Lutte ouvrière » » (MG).
- Var-Matin, 29 mai 2017 : « Laurent Richard : « La France insoumise sera au 2e tour » - Le candidat de la 7e circonscription et sa suppléante Marion Canavera battent la campagne remontés comme jamais, après le score historique de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle - Aujourd'hui en France, il reste donc trois forces politiques : La France insoumise, qui n'a jamais versé dans aucune magouille électorale et se tient uniquement à sa feuille de route ; il y a La République en Marche et ses tentatives de rattrapage de tous les LR, PS et affiliés - au moins maintenant on sait qu'ils font tous partie de la même bande ; et il reste, malheureusement, le
Front national. C'est un nouveau tripartisme » (JP).


Var-Matin, 29 mai 2017

- Var-Matin, 29 mai 2017 : « J.-P Colin : « Je soutiendrai le gouvernement Macron » » - L'élu centriste seynois se présente pour la première fois aux élections législatives, dans la 7e circonscription. « Indépendant financièrement de la politique », il estime avoir une légitimité - Jean-Pierre Colin, engagé politiquement au centre droit depuis 2007, dirige un cabinet d'assurances depuis vingt-trois ans - Mais le député sortant Jean-Sébastien Vialatte, investi par LR et l'UDI, représente déjà la droite républicaine... Les deux familles de la droite républicaine que nous représentons ont des positionnements différents. Jean-Sébastien Vialatte (Les Républicains) est contre le gouvernement. S'il est élu il sera dans l'opposition. Moi je suis plutôt pour une grande coalition. Si je suis élu je voterai la confiance au gouvernement. Le Premier ministre, les ministres de l'Économie, du Budget et du Travail ont la même sensibilité politique que moi. Quand je vois le gouvernement de M. Macron, je ne peux que le soutenir. Vous vous présentez tout de même contre un sortant de la même famille que vous... Lorsqu'il a annoncé sa candidature, M. Vialatte a déclaré : « Abandonner le combat serait déserter ». Moi je considère qu'il a déserté depuis longtemps. C'est un député qui ne s'occupe pas de son territoire. Il ne fait que distribuer l'argent de sa réserve parlementaire depuis deux mois ! On n'est pas dans l'illégalité mais dans l'immoralité. Moi, quand je finance l'US seynoise, les feux de la Saint-Jean à Berthe ou la fête des commerçants des Sablettes, je le fais sur mes deniers propres » (AF).

- lci.fr, 30 mai 2017 : « Intentions de vote au premier tour des élections législatives 2017 ».



- Var-Matin, 30 mai 2017 : « Le PS et EELV donnent le feu vert à Denise Reverdito » - « L'élue écologiste à La Seyne a été investie dans la 7e circonscription, avec un socialiste comme suppléant. Malgré l'échec de l'union avec le PCF et les Insoumis, elle mise sur le « sursaut » des électeurs de gauche - Denise Reverdito se présente pour la première fois aux législatives - Ce qui la motive - Elle avait failli y aller en 2012 - Ses adversaires - Je suis d'accord avec les propos du maire. Mais nous, nous étions prêts à nous désister au profit d'une union de la gauche. Et jusqu'aux dernières heures avant le dépôt officiel des candidatures, nous y avons cru. Nous avons poussé pour ce ticket de la gauche unie. La vérité, c'est que le PCF a voulu partir seul et que la France insoumise n'a jamais daigné répondre à nos sollicitations, ce que nous regrettons - Ce qu'en dit Jimmy Coste » (MAD).

Var-Matin, 30 mai 2017

- Var-Matin, 30 mai 2017 : « J.-P. Colin dépose une plainte visant E. Guérel » - « Selon les avocats de l'élu centriste, les arrêts de travail de la candidate En Marche alors qu'elle faisait campagne relèvent de « l'escroquerie » - « Mme Guérel a activement participé à la campagne d'Emmanuel Macron alors même que, du 9 janvier au 12 mai, « elle était réputée être malade et placée en arrêt de travail... et qu'elle a été indemnisée de ce fait » - « « Je n'ai rien fait d'illégal, insiste Mme Guérel. L'affaire est dans les mains de la justice et j'ai confiance. Je suis choquée que l'on puisse instrumentaliser la justice à des fins personnelles. M Colin utilise de vieilles méthodes qui ont échoué à la présidentielle, on l'a vu. Ça ne m'intimide pas ! ». La candidate ne compte pas en rester là et annonce avoir « entamé des démarches en vue d'une procédure en diffamation » contre les propos tenus par M. Colin » (AF)

- Var-Matin, 31 mai 2017 : « Khalid El Garti en remet une couche sur le "cas" Guérel » - « Après Jean-Pierre Colin (Les Centristes), au tour de Khalid El- Garti (Nous Citoyens). Depuis quelques jours, c'est peu dire que les candidats qui ont échoué à obtenir l'investiture de La République En Marche en ont après Émilie Guérel. Cette jeune professeure d 'anglais, qui représente le mouvement présidentiel pour ces élections législatives dans la 7e circonscription, est ainsi accusée d'avoir fait campagne alors qu'elle se trouvait en arrêt maladie. Khalid El Garti a ainsi saisi la commission d'investiture de La République En Marche. S'il dit ne pas préjuger de « (l') honnêteté (d'Emilie Guérel) vis-à-vis de l'Education nationale », le Seynois estime toutefois qu'« il est plus honorable (pour elle) de se retirer pour ne pas hypothéquer une possibilité de victoire ». Mais Khalid El Garti, qui fut parmi les premiers à militer pour Emmanuel Macron, ne s'arrête pas là : « J'ai demandé
à la commission le soutien de La République En Marche à ma candidature, si nous voulons avoir une chance de gagner face au FN et au
député sortant. De son côté, Jean-Pierre Colin a confirmé avoir déposé deux plaintes pour escroquerie et fraude à la Sécurité sociale, « persuadé que l'infraction est constituée ». Son avocat
Me Lionel Moroni espère qu'il sera donné une réponse judiciaire rapide, si possible avant le premier tour des élections législatives » (MAD).
- Var-Matin, 1er juin 2017 : « Un ticket Lecler-Jegou (PCF) pour ''une vraie transition sociale" » - « Janine Lecler et Jean-Marie Jegou, candidats du PCF dans la 7e circonscription sont « conscients des difficultés, mais déterminés » - « Mais le maire de La Seyne, qui prônait lui aussi le rapprochement, et d'autres vous reprochent votre silence... Dans le cadre du rapprochement nous avons proposé de nous retirer dans cinq des huit circonscriptions. Le maire de la Seyne Marc Vuillemot nous a proposé une candidature unique : un PCF avec un Frondeur comme suppléant. Sur le principe nous n'étions pas contre. Mais dans cette hypothèse, les Verts ne se sont pas désistés et présentaient leur candidat. C'est pour cette raison qu'il ne nous a pas été possible de faire l'union. On ne va pas se retirer de partout ! Et du côté de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon ? Les exigences posées par le leader de La France insoumise pour s'allier avec le PCF étaient trop lourdes. De plus, le parti de Jean-Luc Mélenchon n'a pas donné de réponse au dernier des six courriers échangés avec le PCF du Var. Il faut aussi se rappeler que dans le département, une majorité de Varois consultée a voté pour un candidat communiste à la présidentielle... » (JMV).
- lci.fr, 1er juin 2017 : « Les Républicains craignent une débâcle aux législatives » - « Divisés sur la ligne à adopter et sur les idées à défendre, les Républicains s'apprêtent à vivre les élections législatives des 11 et 18 juin prochains dans la douleur. La défaite se profile, et l'avenir est incertain. Le parti pourrait même ne pas résister, redoutent certains ».
- lci.fr, 2 juin 2017 : « Souvent donné pour mort mais toujours vivant : petite histoire du "Front républicain" » - « Mis à mal lors de la présidentielle, le front républicain est remis au goût du jour par François Baroin, chef de file LR pour les législatives, mais aussi par Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement. Cette notion de coalition pour faire battre l'extrême droite a structuré plus de 60 ans de vie politique française, avec des hauts et des bas... ».
- lci.fr, 2 juin 2017 : « Majorité écrasante pour la République en Marche, catastrophe en vue pour la gauche, selon un sondage » - « Selon une nouvelle étude d'opinion du Cevipof pour Le Monde, le parti d'Emmanuel Macron obtiendrait une majorité écrasante à l'Assemblée nationale, les 11 et 18 juin - Plus les élections législatives approchent, plus les horoscopes peuvent faire rougir de plaisir La République en marche, le mouvement pro-Macron créé pour le scrutin destiné à construire l'Assemblée nationale de la XVe législature. Et de donner de l'épaisseur à cette espérance formulée par un proche du nouveau chef de l'Etat, l'élection présidentielle à peine terminée : "Bien sûr, on pense avoir une majorité absolue." Avec 31% des intentions de vote au premier tour selon le dernier sondage Cevipof pour Le Monde, réalisé par Ipsos Sopra-Steria et publié le 2 juin, il semble aujourd'hui au-delà du compte. La progression du mouvement présidentiel frôle en effet l'hyperbole, si l'on en croit les projections auxquelles se sont risqué les instituts de sondage. La première projection en sièges, signée OpinionWay le 3 mai, soir du débat d'entre-deux-tours, offrait presque à En marche une majorité absolue. Deux semaines plus tard, ce premier seuil était franchi, avec 280 à 300 députés. Le 26 mai, le même OpinionWay mesurait que les députés pro-Macron pourraient occuper entre 310 et 330 sièges. Le 30 mai, l'alliance REM/Modem se voyait attribuer entre 320 et 350 sièges par un sondage Kantar Sofres-OnePoint pour LCI. Enfin, l'étude du Cevipof pour Le Monde du vendredi 2 juin (14.958 personnes interrogées dont 8778 certaines d'aller voter au 1er tour) est venue enfoncer le clou, en donnant au mouvement jusqu'à 425 sièges ! Ce qui serait une confirmation du fameux "fait majoritaire", qui veut qu'un président élu obtienne toujours une majorité pour mener sa politique ».
- Var-Matin, 2 juin 2017 : « Nadine Rouzic, le parti citoyen pour les animaux » - « Nadine Rouzic se définit comme une activiste de la cause animale - « Nous portons justement la voix de ceux qui n'en ont pas ». C'est à ce titre que cette habitante de La Valette s'attaque pêle-mêle à l'abattage rituel, l'élevage en batterie, à la corrida ou aux delphinariums » - « Michèle Thouverez-Brochot pour une Nouvelle Donne » - « Militante du Collectif Roosevelt, un mouvement citoyen né en 2012 et fondé notamment par Stéphane Hessel, Pierre Larrouturou et Edgard Morin, Michèle Thouverez Brochot confie avoir pour la première fois adhéré à un parti politique il y a trois ans seulement. Il s'agit en l'occurrence de Nouvelle Donne, une émanation récente de la gauche du Parti socialiste » (MAD).
- Var-Matin, 3 juin 2017 : « Les candidats passent l'oral face au public... » - « Hier soir à La Seyne avait lieu le débat, organisé par Var-matin, entre 11 des 18 candidats à la députation dans la 7e circonscription du Var - Les candidats participant au débat animé par le rédacteur en chef de Var-matin, Patrice Maggio, ont pu exposer le sens de leur candidature face à plus de 200 personnes réunies à la Bourse du travail de La Seyne - La moralisation de la vie publique - Les questions qui fâchent - Une question du public - Leurs mesures phare s'ils étaient élus » (AF, JP et MAD).

Var-Matin, 3 juin 2017

- Var-Matin, 4 juin 2017 : « Un panneau publicitaire attaque le député sortant » - « « Des citoyens exaspérés dans la 7e circonscription du Var affichent sur des panneaux de 12 m2 le refus de la poursuite de la parodie démocratique » - « Jean-Sébastien Vialatte a déjà déposé une plainte auprès du procureur de la République le 19 mai contre ce même homme, pour des propos diffamants qu'il a publiés sur les réseaux »» (JP).
- Var-Matin, 6 juin 2017 : « F. Boccaletti : "défendre la France et protéger les Varois" » - « Le candidat du Front national se présente pour la deuxième fois aux législatives dans la 7e circonscription. Face à ses adversaires, il met en avant son « intégrité » et sa « cohérence » - Après le score réalisé par Marine le Pen dans la circonscription lors de la présidentielle, son représentant local se dit serein et confiant - ''Durant 15 ans, le député sortant a exercé un mandat fictif" » (MG).

Var-Matin, 6 juin 2017

- Var-Matin, 6 juin 2017 : « Il faudrait retrouver la fonction démocratique ! » - « Le psychiatre seynois Boris Cyrulnik participe demain, à un échange autour de la « Bienveillance en politique » aux côtés de la candidate investie par En Marche dans la 1re circonscription - Ce que je dis de lui, je peux le dire de gens de droite, de gauche, de communistes. Il y a d'ailleurs à La Seyne des communistes tout à fait fréquentables... » C'est bien ainsi, et sans équivoque, que l'éthologue et psychiatre Boris Cyrulnik, le père de « la résilience » parle du nouveau président de la République Emmanuel Macron. Parce qu'il connaît « le bonhomme, avec qui [il] a travaillé deux ans et demi », qu'il est le seul « à [lui] avoir donné un peu d'espoir » - Pour le père de la résilience Boris Cyrulnik, Emmanuel Macron doit son élection à sa « hauteur » dans la campagne présidentielle : « Il n'a vomi sur personne » » (KM).

- Var-Matin, 6 juin 2017 : « Face aux poteaux » - « En rugby, on dirait transformation face aux poteaux. Si l'on en croit les sondages - disons bien « si »... -, les législatives des 11 et 18 juin se présentent comme une formalité pour Emmanuel Macron et sa République en marche. La vaste enquête réalisée fin mai par Ipsos Sopra-Steria pour le Monde et Sciences Po (15 000 personnes interrogées) laisse présager non pas une victoire, ni même une vague, mais un tsunami REM. Avec 31 % des intentions de vote, l'alliance du parti du président et du Modem raflerait entre 395 et 425 sièges. En gros : un tiers des voix, deux-tiers des sièges. Une chaise coiffée du képi du général serait élue, disait en d'autres temps Alexandre Sanguinetti. Cette fois, apparemment, la photo du président suffit. Un tel résultat (s'il se confirme), démentant tous les pronostics des spécialistes il y a quelques semaines encore, constituerait un événement politique sans précédent, dans un pays dominé depuis 60 ans par le duel gauche-droite, où le centre semblait voué à jouer les roues de secours (...) - Emmanuel Macron se propose d'introduire une dose de proportionnelle et de réduire le nombre de députés. Ce ne sera pas une entreprise facile : les grosses majorités ne sont pas très enclines à se faire hara-kiri. Elle est nécessaire. Si large soit leur succès, les marcheurs devraient se garder d'oublier la colère et les angoisses qui se sont exprimées dans les urnes le 23 avril, et qui ne se mesurent pas au nombre de sièges. En politique comme en sport, seule la victoire est belle. Mais il est toujours dangereux de se reposer sur ses lauriers » (Claude Weill).
- Var-Matin, 7 juin 2017: « Cent-dix-huit candidats, huit sièges de députés » - « Les Républicains réussiront-il un nouveau grand chelem, comme en 2012, ou les marcheurs parviendront-ils, ici aussi, à accomplir leur révolution ? Voilà deux des questions qui dominent le débat à quatre jours du premier tour des législatives. On peut légitimement penser en effet, que les Varois, à l'image d'une majorité de Français, entendent donner une majorité parlementaire au nouveau président de la République pour lui permettre de mener à bien son projet. À l'inverse du scénario de 2012, où les partis traditionnels tenaient encore le haut de l'affiche politique, le parti socialiste a pratiquement disparu des écrans à l'exception de la 5e circonscription. Présent dans la 6e, le voilà confronté à une querelle de clocher sur fond d'accord national dont les derniers militants du PS et du PRG se seraient volontiers passé. Ensuite, on ne peut que constater l'effritement du vote de la droite républicaine, au profit du Front national... De là à porter un député FN à l'Assemblée, ce serait sans compter sur le front républicain même si, lui aussi, présente des signes de faiblesse. La preuve avec trois circonscriptions sur huit qui, au second tour de la présidentielle, ont porté Marine Le Pen en tête. De peu certes, mais tout de même. Et enfin, le mode de scrutin risque d'être sans appel : parvenir à rassembler plus de 12,5 % des inscrits pour se présenter devant les électeurs le 18 juin reste « LE » vrai défi de ces législatives. En 2012, le taux d'abstention dépassait les 50 % selon les circonscriptions » - « 1re : et de quatre pour Geneviève Levy ? - 2e : ça pourrait marcher... - 3e : un dauphin pour Giran ? - 4e : le danger FN ? - 5e : qui pour succéder à Ginesta ? - 6e : Le Front ou la marche ? - 7e : vers une réélection de Vialatte ? [voir ci-dessous» - 8e : Le FN en embuscade ? ».
- Var-Matin, 7 juin 2017 : « 7e : vers une réélection de Vialatte ? ».

Var-Matin, 7 juin 2017

- Var-Matin, 7 juin 2017 : « Mon objectif n° 1 est de faire barrage au FN » - « Le député sortant (Les Républicains) Jean-Sébastien Vialatte, candidat à sa succession dans la 7e circonscription, veut faire entendre la voix de la « droite libérale et modérée » à l'Assemblée - Pour Jean-Sébastien Vialatte, plus que jamais fidèle à sa famille politique, les élus LR qui ont rejoint le gouvernement n'ont « ni honneur, ni courage » - Voterez-vous la confiance au gouvernement ? Pourquoi pas ! Je ne sais pas encore, je prendrai ma décision après avoir entendu la déclaration du Premier ministre : Aujourd'hui les intentions d'Emmanuel Macron restent floues. Et je rappelle que mon objectif numéro un est de faire barrage au FN : Je ne voudrais pas que la seule opposition à M. Macron soit celle d'extrême-droite et d'extrême-gauche. Il reste une place pour une droite libérale et modérée qui doit se faire entendre - Si vous devez abandonner votre mandat de maire, que se passera-t-il à Six-Fours ? Je veux rassurer les Six-Fournais, je resterai conseiller municipal et conseiller communautaire. C'est mon premier adjoint Joseph Mulé, avec qui je travaille depuis plus de vingt ans sans la moindre anicroche, qui est appelé à me succéder ; avec la même équipe d'adjoints qui conserveront les mêmes délégations » (AF).
- Var-Matin, 8 juin 2017: « Les Français désireux de donner une majorité au chef de l'Etat » - « C'est ce qui ressort de notre sondage BVA-Salesforce-Orange qui place La République en marche! en tête partout en France le 11 juin, sauf en Paca où elle serait devancée par le Front national » (TP).

Var-Matin, 8 juin 2017

- Var-Matin, 8 juin 2017 : « Jean-Pierre Colin se recentre sur le ''vrai rôle'' du député » - « M. Colin député s'appliquerait, lui, à être « un facilitateur entre les communes et les ministres ». Et promet de s'investir pour « une gestion d'excellence des sports de la rade » ; « une égalité fiscale entre les villes » ou encore « faire en sorte d'accompagner au mieux le Grand Prix de F1 au Castellet - seul événement mondial en Paca avec le festival de Cannes - pour pérenniser les formidables retombées que cela va engendrer » (JP).

- Var-Matin, 8 juin 2017 : « Emilie Guérel peut compter sur Arthur Paecht » - « Emilie Guérel a vécu une belle journée hier. Pour commencer, dans l'après-midi, la candidate "La République en marche" a reçu le soutien d'Arthur Paecht, ancien maire de Bandol (1983-1995) et de La Seyne (2001-2008)... et ex-député de la 7e circonscription (1986-2002). La Sanaryenne peut ainsi se targuer de l'appui de deux premiers magistrats avec déjà l'actuel maire bandolais Jean-Paul Joseph : « Je les remercie chaleureusement ». Et, pour bien finir, en début de soirée, Emilie Guérel a officiellement ouvert son local de campagne dans le cœur de ville seynois (7, rue Cyrus-Hugues)... à seulement quatre jours du premier tour - « Les retours des gens sont très positifs : ils attendent un renouvellement, ils veulent que les pratiques politiques changent ». Comme la plainte de son adversaire Jean-Pierre Colin, estime-t-elle : « Personne n'est dupe. Et cela va se retourner contre lui » (SH).
- Var-Matin, 8 juin 2017 : « Les affiches 4X3 qui collent aux semelles du candidat Vialatte » - « « Jean-Sébastien Vialatte le millionnaire. Arrive les chaussures trouées en 1995. 10 millions EUR en 2015 de patrimoine. On se fout de notre gueule ! ». Ce message affiché, depuis ce week-end, sur deux panneaux de type 4x3 installés à La Seyne, n'est pas passé inaperçu. Un véritable acte de provocation à quelques jours seulement du premier tour pour le député-maire de Six-Fours qui prétend à un nouveau mandat législatif. Pas appréciés non plus les propos relayés par Michel-Ange Flori, le publicitaire connu pour ses slogans d'une finesse parfois discutable - La liberté d'expression - Hier, M. Vialatte, par l'intermédiaire de Me Jérémy Vidal, a assigné en procédure de référé le diffuseur (la société Girod Média) et M. Flori sur le plan civil (...). « Nous sommes à quatre jours du premier tour et cela peut influencer et faire perdre dans une circonscription où il y a 18 candidats ». Le délibéré sera rendu aujourd'hui à 14 heures » (PP).
- Var-Matin, 9 juin 2017 : « La justice a tranché - les panneaux resteront » - « Le tribunal a débouté le maire de Six-Fours quant aux deux affiches polémiques et a condamné Michel-Ange Flori à 1 euro - Provocatrices et polémiques - Statut facebook épinglé » (PP).
- Var-Matin, 9 juin 2017 : « Denise Reverdito· (EELV-PS) reste « combative » » - « Denise Reverdito et son suppléant Jimmy Coste
avaient invité les Seynois à une réunion d'échanges hier soir à la Bourse - Outre sa campagne sur le terrain, Denise Reverdito (EELV-PS) avait donné un troisième rendez-vous à ses sympathisants avec une réunion d'échanges hier soir à la Bourse du travail de La Seyne, après l'inauguration de sa permanence et un café-débat sur la transition écologique. « Cela ne se fait plus trop mais cela reste un moment privilégié », estimait la candidate, entourée notamment de son suppléant Jimmy Coste et du premier magistrat de la commune Marc Vuillemot, ainsi que de Jean-Yves Petit, ex-vice-président du conseil régional » (SH).

- Var-Matin, 9 juin 2017 : « Des députés, pour quoi faire ? » - « Comme le constatent dépités, sur le terrain, les candidat socialistes et républicains, « rien ne prend ». Comme le dit l'un d'eux, « les gens se disent : à la présidentielle, on a commencé à faire le ménage ; maintenant il faut finir le boulot ». Malheur aux sortants ! Mais au fait, à quoi servent les députés si les législatives sont une formalité, une simple ratification de l'élection présidentielle ? C'est bien la question à laquelle sera confrontée demain le pouvoir macronien, qui devra réinventer la relation entre l'exécutif et le législatif (...). Si danger il y a, ce serait d'ailleurs plutôt celui du « béni-oui-ouisme » que celui de l'indiscipline. On imagine mal des députés inexpérimentés, sans notoriété ni réelle implantation élus sur le seul nom d 'Emmanuel Macron, se mettre à fronder contre celui auquel ils doivent tout. Sans doute, le « groupe Macron » sera composite. Il aura sa gauche, son centre et sa droite. C'est dans son ADN (...) » (Claude Weill).
- Var-Matin, 9 juin 2017 : « Voici les dix-huit candidats de la 7e circonscription » - « Ils sont dans le jeu politique depuis des années ou complètement inconnus du grand public : nous vous présentons aujourd'hui celles et ceux qui espèrent devenir le prochain député de votre secteur » - « Qui sera le prochain député de la septième circonscription du Var ? Jean-Sébastien Vialatte (Les Républicains), élu depuis 2002 et prétendant de nouveau à sa succession ? Ou, lancés dans la campagne de ces élections législatives, l'un des 17 autres candidats du secteur ? Un nombre élevé, certes, mais pas record: en 2002, à titre d'exemple, ils étaient vingt. Fort logiquement, le maire de Six-Fours est d'ailleurs le seul rescapé de cette liste, dont nous vous avons ci-dessous actualisé les noms et les profils. Parmi eux, n'en déplaisent aux intéressés, on distingue deux courses : le peloton des favoris au second tour, notables et représentants des grands partis, et les autres dont le nom n'a qu'une chance infime de passer à la postérité. Profitons-en pour les découvrir. Quant à vous, faites vos jeux. Ou plus sûrement : allez voter ! » (MAD).

Var-Matin, 9 juin 2017

- Var-Matin, 10 juin 2017 : « Le dégagisme en marche ! » - « Jean-Luc Mélenchon est, sans doute, l'homme politique qui a trouvé le néologisme le plus juste pour résumer le bouleversement politique en cours : « le dégagisme ». Ce phénomène mondial devrait encore frapper demain en France à l'occasion du premier tour desélections législatives. Certes, les sondages ne font pas l'élection mais ils ont montré leur fiabilité dans la présidentielle. Ils sont catégoriques : ce nouveau scrutin aux enjeux multiples confirme le séisme en cours dans notre paysage partisan. Le pari du chef de l'Etat est, bien entendu, de confirmer son succès en obtenant une majorité absolue à l'Assemblée nationale. Elle lui est nécessaire pour gouverner sans trop d'entraves et, surtout, pour mettre en oeuvre ses réformes avec rapidité. L'efficacité, qui est sa règle, exige d'agir sans s'égarer dans de longs débats. Bref, il a besoin d'une troupe de députés à l'image des godillots du général de Gaulle. L'histoire veut que les majorités obèses soient plus difficiles à gérer que les majorités courtes. C'est vrai mais ces nouveaux députés devront d'abord leur légitimité au président de la République et seront tenus d'une main de fer. Nul poids du passé dans les rangs de la République en marche! (REM). Pas de rivalités anciennes ou de vieilles querelles intestines . Sans doute Emmanuel Macron espère-t-il que la REM n'ait pas besoin non plus de ses alliés - le Modem ou les ralliés de droite - pour être majoritaire à l'Assemblée. Un tel groupe « En marche » lui permettrait de faire face à d'éventuelles tensions ou des divorces avec ses partenaires. Face à ce très probable scénario, le PS est si affaibli que son enjeu dans ce scrutin se résume à un sauve qui peut. Arriver à survivre pour tenter ensuite de reconstruire. De son côté Jean-Luc Mélenchon est face à cette cruelle réalité: en détruisant les socialistes, il a détruit toute la gauche. Tout juste peut-il espérer un groupe parlementaire, qui lui donnerait quelques moyens mais très peu de poids politique. A l'autre extrême, Marine Le Pen est dans la même situation. Son échec a brisé l'élan du FN et pose la question de son avenir personnel face à sa nièce Marion Maréchal Le Pen, habilement rentrée au vestiaire pour laisser le poids de l'échec sur les seules épaules de sa tante. Et mieux revenir plus tard. Objectif : déclencher une nouvelle phase du dégagisme qui verrait naître le lepénisme de la troisième génération. Reste la droite. Dans ce tremblement de terre, elle espérait sauver les meubles. C'est au fond la seule incertitude : réussira-t-elle à préserver un groupe significatif qui en ferait la première force d'opposition et d'alternance ou entrera-t-elle dans une nouvelle phase de désintégration? Bref, le dégagisme va-t-il aller au bout de sa logique ou laisser en place quelques traces du passé ? Réponse demain (Denis Jeambar).
- Var-Matin, 11 juin 2017 : « Le regard de Roselyne Bachelot sur l'actualité » - « (...) Décidément, cette dernière semaine de campagne fait monter à ma mémoire ces législatives où par cinq fois, les électeurs de mon cher Maine-et-Loire m'ont fait l'honneur de me porter au Palais-Bourbon. Je revois dans le Salon de la Porte du Bronze le haut-relief de Dalou où Mirabeau interpelle le marquis de Dreux-Brézé au Jeu de Paume : Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes. Je m'assieds sur les banquettes de feutrine rouge, les forces de l'esprit m'entourent, Hugo, Lamartine, Déroulède, Clémenceau, Jaurès sont à cette tribune qui fut celle du Conseil des Cinq-Cents. Les morts et les vivants de la démocratie et de la République m'ont accompagné dans cette aventure thaumaturgique qui m'a fait participer à l'histoire de la France. Et pourtant, aujourd'hui, quatre sortants sur dix ont décidé d'abandonner la carrière parlementaire et racontent leur désenchantement, leur rancune, leur frustration. Le mépris du pouvoir exécutif : cause toujours dit-il à l'opposant, ferme ta g... au député de la majorité. Les électeurs soupçonnent, injurient, vandalisent les permanences, la décentralisation réserve à l'élu local les douceurs du clientélisme. Les médias les surveillent et les fliquent impitoyablement jusque dans leur vie privée. Pourquoi continuer alors qu'ils gagneront mieux leur vie en retrouvant leur métier, pourquoi exposer leur famille qu'ils ont entraînée dans ce chemin de ronces et d'épines ? On leur demande de donner l'exemple mais ils et elles ne sont que des hommes et des femmes ordinaires. D'ailleurs qui donne l'exemple dans notre société où le fric, la violence et la vulgarité dégoulinent ? Ceux qui se sont érigés en procureurs feraient bien de balayer devant la porte de leurs petits arrangements, passedroits et autres complaisances. Bon courage à nos 577 représentants - quelle que soit leur étiquette - ! Je les regarderai toujours en songeant que si l'on n'aime pas la démocratie, on peut toujours essayer la dictature... » (Roselyne Bachelot).
- Var-Matin, 12 juin 2017 : « 7e circonscription : Le raz-de-marée En Marche ! » - « La jeune Émilie Guérel (LREM) arrive largement en tête dans la 7e circonscription, suivie par F. Boccaletti (FN). Le député sortant J.-S. Vialatte (LR) est éliminé -


Var-Matin, 12 juin 2017

- Var-Matin, 12 juin 2017 : « Vialatte (LR) balayé par la vague En Marche! » (MAD).
- Emilie Guérel (REM) : « Je suis extrêmement touchée et honorée du soutien de tous. Mais rien n'est joué. La bataille va être rude. Il faut rester mobilisé jusqu'au 18 juin ».
- Frédéric Boccaletti (FN) : « J'appelle les électeurs du FN qui se sont abstenus à venir voter au 2e tour, tout comme ceux de la droite. Quant à M. Vialatte, qui avait déclaré se présenter pour me battre, c'est l'arroseur arrosé ! ».
- Jean-Sébastien Vialatte (LR) : « Je souhaite à la candidate En Marche! une belle élection et à M. Macron de réussir, dans l'intérêt du pays. Pour ma part, c'était l'élection de trop. Je suis heureux de rester maire de Six-Fours ».

Var-Matin, 12 juin 2017

- Var-Matin, 12 juin 2017 : « Macron en passe de plier le match » - « Avec 32 % des voix selon les dernières estimations, loin devant LR (21,2 %), le FN (13,9%) et le PS (10%), le parti du Président est en marche vers une majorité absolue au Palais-Bourbon - Effondrement du PS - Le FN en net repli - Renouvellement historique en vue - Le renouvellement est là (Michèle Cotta) - Six ministres en ballotage : Richard Ferrand, Bruno Le Maire, Christophe Castaner, Marielle de Sarnez, Mounir Mahjoubi, Annick Girardin - Et aussi, Manuel Valls, Marisol Touraine et Gilbert Collard, en tête ; Najat Vallaud Belkacem, en difficulté ; Benoît Hamon et Cécile Duflot, éliminés - Marine Le Pen appelle à une forte mobilisation » (PRD) - « Le renouvellement est bien là (Michèle Cotta).

- Var-Matin, 12 juin 2017 : « L'abstention en marche dans tout le Var » - « Avec un taux d'abstention record, La République en marche d'Emmanuel Macron se place en tête dans les huit circonscriptions du Var. Le parti Les Républicains est le grand perdant de ce 1er tour - Plus de 53 % d'abstentions - Près d'un électeur sur deux ne s'est pas rendu aux urnes hier : jamais le département du Var n'avait aussi peu voté, à l'exception des Européennes de 2014 - La lame de fond LREM - Après la mort du PS, fin de règne pour LR ? - Le FN confirme son ancrage départemental - La contre-performance de France insoumise - Quel report de voix au second tour ? » - « Les réactions de : Hubert Falco (LR), Bernard Giner (PS), Pierre-Jacques Depallens (MoDem), Valérie Lonchampt (En Marche! Var), Luc Léandri (France insoumise), Frédéric Boccaletti (FN) » (KM).
- Var-Matin, 13 juin 2017 : « Stratégies - 7e circo : les questions que vous vous posez » - « Émilie Guérel (REM) en tête. Jean-Sébastien Vialatte, le député sortant LR, éliminé, mais le FN qualifié. Voici ce qu'il faut savoir sur le second tour des élections législatives - Comment Emilie Guérel (REM) a-t-elle pu obtenir un aussi bon score ? - Frédéric Boccaletti (FN) peut-il espérer gagner au second tour ? - Comment expliquer la déconvenue de J.-S. Vialatte ? - Quel rôle ont joué les abstentionnistes ? - La gauche a-t-elle subi une déroute historique ? - Que retenir du score des petits candidats ? - La sombre analyse de Marc Vuillemot » (MAD, AF, JP et SH).
- Var-Matin, 13 juin 2017 : « Macron vers une majorité jupitérienne » - « Après une abstention record dimanche (51,29 %), le mouvement du chef de l'Etat va continuer à mobiliser ses candidats en vue du second tour - Une vague Macron redoutée à gauche comme à droite - « Présomption de confiance » - Quatre candidats élus dès le premier tour - 19 recalés sur les 525 candidats REM/MoDem - Guaino : « Des électeurs à vomir » - Hypocrisie de droite - Le Parti socialiste sur un champ de ruines - Qui prendra les rênes, au lendemain du 18 juin, d'un Parti socialiste moribond ? - Dégager Cambadélis pour Cazeneuve ? - Se réinventer » (PRD).
- Marc Vuillemot, le blog, 13 juin 2017 : « Législatives : le « dégagisme », c'est bien, mais insuffisant pour une démocratie éclairée » - « La démocratie passe par l'éveil des consciences - Rien n'est joué pour le second tour - Ma contribution à l'éclairage démocratique -
- Le Monde, 13 juin 2017 : Une : « Macron sans opposition - Une abstention record » - « Avec 32,3 % des voix, les candidats de La République en marche (LRM) ont nettement remporté, dimanche 11 juin, le premier tour des élections législatives - Les projections des instituts de sondage donnent une majorité écrasante à LRM, avec un total de 400 à 450 députés - Plus d'un électeur sur deux ne s'est pas déplacé pour voter (51,3 %), un taux d'abstention historique sous la Ve République - Le Parti socialiste s'effondre, perd ses derniers fiefs. Nombre de ses personnalités sont éliminées. La droite subit également un grave revers ».

Le Monde, 13 juin 2017

- Le Monde, 13 juin 2017, pages 2-15 : « En marche! vers les pleins pouvoirs (JBB, CP et SDR) - Macron et la logique de la Ve République (chronique de Françoise Fressoz) - Carte des duels du second tour - Conséquence directe de la faible participation, il n'y aura qu'une seule triangulaire au second tour. LRM en tête dans trois circonscriptions sur quatre (PR) ) Le casse -tête d'une trop large majorité. Avec possiblement plus de 400 députés, La République en marche devra faire face à une réalité complexe (PR) - En marche! veut remobiliser les électeurs. Au soir du premier tour, le taux record d'abstention inquiète l'état-major LRM (CP) - Les illusions perdues du parti Les Républicains. François Baroin rêvait d'imposer une cohabitation à Emmanuel Macron. Un espoir sévèrement douché (MG) - Des « macroncompatibles » pour quoi faire ? (MGR) - Une abstention record qui fragilise la légitimité du scrutin (PR) - Le FN essuie un nouvel échec - Le parti de Marine Le Pen n'est pas en mesure d'obtenir un groupe à l'Assemblée nationale (OF) - Plusieurs têtes d'affiche frontistes sont à la peine. Le second tour s'avère difficile pour Florian Philipot, Louis Aliot et Philippe Olivier (OF) - Dans le nord de Marseille, le FN vire en tête (GR) - Nicolas Dupont-Aignan menacé dans l'Essonne. Elu depuis 1997, le président de Debout la France pourrait perdre son siège de député (JC et TG) - Mélenchon confirme son leadership à gauche. Malgré un nombre réduit de sièges potentiels, La France insoumise devance à nouveu le PS dans les urnes. Le Parti communiste d'effondre (2,7 % des voix) (RBD et GR) - Les écologistes renvoyés à l'âge de la pierre. Après un quinquennat qui aurait dû être celui de la maturité politique, EELV paie ses divisions et est balayé (ABM) - Percée des nationalistes corses (TB) - Solférino, année zéro. Après cinq années d'exercice du pouvoir, le Parti socialiste menacé de disparition (EO) - De Fekl à El Khomri, des anciens ministres en perdition. A l'exception d'un petit nombre, les ministres de François Hollande paient un lourd tribut à leur fidélité (SZ) - Le PS rayé de la carte du Nord et du Pas-de-Calais. Les socialistes perdent, dès le premier tour, les dix-huit sièges qu'ils détenaient. Un vrai séisme  (LM) - A Trappes, chez Hamon, entre pleurs et incrédulité. L'ancien candidat à la présidentielle a été éliminé au soir du premier tour (AM) - Chronique d'une victoire annoncée : la logique avant tout, le pragmatisme comme boussole dans un monde qui vacille, c'est ce qui semble avoir guidé bien des électeurs (SB) ».
- Le Monde, 13 juin 2017 : Résultats du premier tour, supplément, 28 p. :

Le Monde, 13 juin 2017

- Var-Matin, 13 juin 2017 : « L'échiquier politique varois en pleine recomposition » - « Abstention, fin de règne de la droite républicaine, découragement du vote FN et véritable dynamique en faveur du président Macron expliquent les résultats de dimanche soir - Après une présidentielle atypique, les législatives le sont tout autant... Et plus encore dans le Var où, pour la première fois depuis une bonne quinzaine d'années et la mainmise de la droite républicaine emmenée par Hubert Falco sur le département, on a voté dans le même sens que la France entière ! La « présidentialisation » du calendrier électoral - inscrire la durée du mandat présidentiel dans le calendrier législatif - a très certainement joué sur le très fort taux d'abstention 53,77 % dans le département du Var. Le Var qui s'apprête à revoir profondément son échiquier politique - LR n'est pas (encore) rayé de la carte - Le Parti socialiste a plutôt bien marché - France insoumise, 4e parti du Var - Le Front national au plus haut... sur le papier - En marche ! ce n'est pas une vague mais une lame de fond » (KM).
- Var-Matin, 13 juin 2017 : « Leurs stratégies dans chaque circonscription ».

Var-Matin, 13 juin 2017

- Var-Matin, 14 juin 2017 : « E. Guérel et F. Boccaletti : dernière ligne droite » - « 7e circonscription : La candidate du président Macron et celui du parti de Marine Le Pen étaient hier sur le marché de Bandol. Tous deux s'accordent sur un point : rien n'est joué - Hier à Bandol, Émilie Guérel a pu compter sur son « grand soutien » Jean-Paul Joseph pour attirer à elle des électeurs potentiels, tandis que Frédéric Boccaletti et ses troupes ont beaucoup beaucoup marché, pour inonder la station balnéaire de tracts du FN - L'abstention, le ras-le-bol et les vacanciers - Tout peut arriver » (JP)
- Var-Matin, 14 juin 2017 : « PS : la fédération du Var va devoir réduire son train de vie » - « À la crise d'identité que traverse la fédération depuis l'émergence du mouvement En Marche ! s'ajoutent des difficultés financières compte tenu des résultats du PS à l'échelle nationale - Réduire les charges de fonctionnement - Pour surmonter la crise financière qui frappe le PS, la fédération du Var du Parti socialiste va devoir se résoudre à la vente d'une partie de ses biens immobiliers » (KM).
- Var-Matin, 15 juin 2017 : « Face-à-face » - « A trois jours du second tour, Émilie Guérel (REM) et Frédéric Boccaletti (FN) se sont rencontrés pour débattre, hier, dans les locaux de Var-matin - Un siège pour deux - Leur priorité pour la circonscription - Morale, insécurité, chômage, environnement : la première mesure à prendre - La question qui fâche nos deux candidats - « Finalement, j'aurais dû vous prendre comme suppléante... » - « Ou moi, j'aurais dû vous prendre comme suppléant... » » (MD, AF et SH).

Var-Matin, 15 juin 2017

- Valeursactuelles.com, 16 juin 2017 : « Vidéo - Une candidate En Marche se ridiculise sur internet ».
- Var-Matin, 16 juin 2017 : « Duel Émilie Guérin - Frédéric Boccaletti » - « Qui est-elle ? - Qui est-il ? - Ses points forts - Ses points faibles - Sa proposition phare - Sa phrase pour vous convaincre ».
- Var-Matin, 16 juin 2017 : « Reine Peugeot (DLF) appelle à voter F. Boccaletti (FN) » - « « Lorsque je lis les réactions des autres candidats qui appellent tous à voter pour la candidate "En marche", j'ai la nausée. (...) Pour ma part, je reste droite dans mes bottes, je ne vais pas faire la langue de bois, je voterai Frédéric Boccaletti. C'est le seul homme de droite qui reste en liste [sic] pour ce second tour » » - « Jimmy Coste (PS) : « Faire barrage contre le FN, et lutter demain contre Macron ! » » - « « La division de la gauche aura encore eu raison de notre présence au second tour. (...) Il n'est pas envisageable de tergiverser sur le choix que nous aurons à faire dimanche. Il faudra à nouveau barrer la route à l'extrême droite pour préserver la République et l'État de droit » ».


- Var-Matin, 19 juin 2017 : Une : « Ouest varois : trois députées En Marche ! » « 7e : Émilie Guérel (REM), 56,97 % ; 6e : Valérie Gomez-Bassac (REM), 55,89 % ; 2e : Cécile Muschotti (REM), 57,27 % ».
- Var-Matin, 19 juin 2017 : « Var : Le grand chelem REM n'a pas eu lieu » - « Portés par le Front républicain, cinq candidats REM et un MoDem ont fait la différence sur leurs
opposants frontistes. Les Républicains remportent les deux seules circonscriptions où ils étaient en lice - L'abstention, du jamais vu - Le Front républicain toujours là - La « Machine Falco » a fait le job - Et maintenant les muncipales - Les réactions départementales (H. Falco, F. Boccaletti, B. Giner, V. Lonchampt, P.-J. Depallens, J. Chambon, D. de Luca, M. Marion) - Les huit députés varois » (KM).
- Var-Matin, 19 juin 2017 : « Macron : majorite absolue mais pas écrasante pour Macron » - « Du jamais vu : 57-58 % des Français se sont abstenus ! Toutefois cette participation en fort repli a corrigé le raz-de-marée annoncé pour la REM qui obtenait hier soir, selon les premières estimations, 360 sièges - Cambadélis démissionne du PS : « « repenser la gauche et les racines du progrsessime - Il y a un an, personne n'aurait imaginé un tel renouvellement politique », s'est félicité, hier soir, le Premier ministre Edouard Philippe. Aucune réaction n'est, en revanche, venue de l'Elysée où Emmanuel Macron avait convié les membres du gouvernement pour la soirée électorale - Marseille : Jean-Luc Mélenchon élu dans la 4e circonscription - Marine Le Pen fait son entrée au Palais Bourbon - La droite limite la casse dans les Alpes-Maritimes - Vague REM dans les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, le Vaucluse » (RM).
- Var-Matin, 19 juin 2017 : « 7e circo : Guérel (REM) n'a guère tremblé face au FN » - « Une abstention historique [64 % à La Seyne] - F. Boccaletti n'est pas parvenu à mobiliser - Vainqueurs ou vaincus, une soirée sans effusion - Emilie Guérel très émue à la Bourse du travail à La Seyne - Frédéric Boccaletti prêt à repartir au combat » (AF et SH).
- Var-Matin, 19 juin 2017 : « Sans baguette magique » - « C'est une aventure politique inconnue depuis 1958 - Débarqueront donc dès demain au Parlement, encadrés certes par quelques anciens venus du monde politique, des novices La République en marche ! dont beaucoup de femmes. Il faudra rapidement donner aux nouveaux venus de la société civile leur feuille de route ainsi que le mode d'emploi de leur nouvelle existence. Quant à Emmanuel Macron, la victoire massive leur donne désormais des responsabilités accrues : ceux qui ont voté pour ses candidats mais aussi ceux qui se sont résignés à leur victoire attendent un passage à l'acte immédiat. Jusqu'ici, il a marché sur les eaux. Il ne reste plus qu à faire. Sans baguette magique » (Michèle Cotta).
- Marc Vuillemot, le blog, 19 juin 2017 : « Le risque d'extrême-droite est écarté, mais quelle crise de confiance dans les institutions ! » - « Une grave crise de confiance dans les institutions républicaines - Une urgence sociale pour les plus paupérisés - Une urgence pour la formation et l'insertion professionnelle - Une urgence environnementale - Et une Seynoise [Cécile Muschotti] députée du Var [dans la 2e circonscription] ».
- Le Monde, 20 juin 2017 : Une : « Législatives : Le pari réussi de Macron » - « Le scrutin est marqué par une abstention record (57 %) et par un renouvellement inédit de l'Assemblée (75 %) - La République en marche obtient 308 sièges à l'Assemblée. Emmanuel Macron a désormais les pleins pouvoirs pour engager les réformes annoncées - Avec 130 sièges, la droite s'impose comme la première force d'opposition, même si elle n'a jamais eu aussi peu de députés - Le PS, qui disposait de tous les pouvoirs en 2012, est aujourd'hui un parti à terre. Jean-Christophe Cambadélis a démissionné - Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen entrent au Palais-Bourbon » - « Reconstruire la France » (Editorial de Jérôme Fenoglio).

Le Monde, 20 juin 2017

- Le Monde, 20 juin 2017 : Pages 2-16 et 28 : « Majorité absolue et victoire relative pour Macron » - « Une cohorte de novices fait son entrée au Palais Bourbon » (AL) - La bataille de l'opposition (FF) - Le MoDem de François Bayrou renaît de ses cendres (PR) - La droite évite le pire avant de régler ses comptes (MG) - Woerth, Kuster, Fasquelle, Goasguen... les miraculés du second tour (MGR) - Le PS subit une « déroute sans appel » (BB) - Une poignée de survivants, plusieurs anciens ministres au tapis (BB) - Au Front national, Marine Le Pen s'offre du répit (OF) - Nicolas Dupont-Aignan : « C'était ma victoire la plus difficile » - Jean-Luc Mélenchon prend sa revanche sur la présidentielle (RBD) - François Ruffin, un trublion à l'Assemblée (RBD) - Corbière plaide pour une union anti-Macron (AM) - Le PCF retrouve quelques sièges historiques (ABM) - Une assemblée plus jeune et plus féminine - L'abstention record ternit le succès de Macron - La participation (42,6 %) est la plus faible au second tour des législatives depuis 1958 (PR) - Valls sl'emporte sur le fildans un climat tendu - Najat Vallaud-Belkacem réduite au silence (LS) - « NKM » s'incline dans un bastion de la droite (BJ) - Le cruel partage des dépouilles du PS dans le Nord (LM) - Les nationalistes corses entrent au Palais-Bourbon (AA) - A Marseille, les macronistes rognent sur la droite (GR) - A Paris, La république en marche fait le petit chelem (BJ) - « Chambre à part » (chronique de Benoît Hopquin) ».

Le Monde, 20 juin 2017




 



Retour à la page : Autres élections législatives

Retour à la page : Les élections à La Seyne-sur-Mer depuis 1945

Retour à la page : Documents divers sur l'histoire de La Seyne-sur-Mer

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
jcautran.free.fr


Accès aux oeuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

Administrateur du site : Jean-Claude Autran 2017