La Seyne-sur-Mer (Var)   Histoire de La Seyne-sur-Mer (Var)

Lexique des termes provençaux et des « mots d'ici »

Lettre A

Retour à l'index alphabétique



Abramé

Avide, cupide (francisation du prov. abrama, abramado, enflammé de désir, affamé, âpre à la curée). cf. abramadisso : avidité, cupidité, désir immodéré.

Acaner

Abattre les olives avec un roseau (canne), gauler les fruits, les amandes, les noix, etc. (prov. acana, decana).

Achoper

Attraper (qqch ou qqn), contracter (un mal) (de l'argot français choper) (cf. aganter, pessuguer).

Aclaper, enclaper

Couvrir de pierres, enterrer, enfouir, ensevelir (prov. aclapa, de clapas, bloc de pierre, ou clapié, amas de pierres).

Acò

Ça, cela (pronom démonstratif neutre, 3e personne du singulier). Qu'ès acò ? (Qu'est-ce que c'est ?).

Adiéu, adiou

Adieu. Adiéu ! s'emploie pour dire à la fois bonjour et au-revoir, et aussi comme interjection, à l'annonce d'une mauvaise nouvelle, d'un malheur, un peu comme : Malédiction ! On dit aussi : Adiéu botte, sian foutus ! (dans une situation fatale ou désespérée, ou à l'issue d'une entreprise contrariée).

Adu

Participe passé du verbe provençal adurre : apporter, amener. « Segues li bèn-vengu, manjares ce qu'aves adu !... » (Soyez les bienvenus, vous mangerez ce que vous avez apporté !...), expression qui tourne en dérision les gens avares et peu hospitaliers.

Agachoun

Lieu d'où l'on épie, échauguette (du prov. agacha, guetter, épier, observer) ; espèce de hune adaptée au sommet d'un pin, où les chasseurs s'embusquent pour tirer au vol les oiseaux de passage.

Aganter

Verbe de structure française tiré du provençal aganta, attraper (cf. achoper, pessuguer).

Agassin, agacin

Petit cor au pied (durihoun), oeil-de-perdrix, excroissance (lùpi). Derraba un agassin (extirper un cor). On a mal à l'agassin quand le temps va changer.

Age, Agi

Grain de raisin. Lis agié : les grains tombés à terre, oubliés lors de la vendange.

Aglariat, esclariat, esglariat

Salsepareille d'Europe, salsepareille rude (Smilax aspera) : liane-arbrisseau épineuse à fleurs odorantes et à fruits rouges en grappes, qui bloque souvent toute progression dans les sous-bois. Infusions de racines sudorifiques et diurétiques. La fleur était autrefois utilisée pour parfumer des liqueurs (cf. rin vierge, saliège, tiragasso).

Agrada

Agréer, plaire, trouver à son gré. M'agrade de parla prouvençau (Cela me plaît de parler le provençal). Aquéu m'agrade mai (Celui-là me plaît davantage).

Ah ! - Oh !

Employée avec un accent interrogatif « Ah ! - Oh ? », cette expression traduit une marque d'intérêt, parfois un peu affectée. Ainsi, lorsque mon arrière grand-mère arriva toute estransinée à la maison en annonçant à son mari : « Sabès pa ! A pres mau a l'abat Moutoun ! », mon arrière grand-père (occupé à peaufiner un nouveau type de piège - et qui se moquait complètement de ce qui pouvait arriver à l'abbé Mouton) lui répondit paisiblement : « Ah ! - Oh ? ».
Par contre, lorsque l'expression « Ah ! - Oh ! » est utilisée (avec un o très ouvert) comme réponse vive à une observation, elle marque une dénégation ou un doute, un peu comme : « Et puis quoi ? Non, ça va pas ! ».

Ai

Aïe ! Ahi ! Ah ! (Interj. de douleur et de surprise). Ai de ma tête ! Ai de mes reins ! (Quelle douleur à ma tête ! à mes reins !).

Ai, Aie, Ase

Ane, bourriquet. Au mes de maï, si marridon que leis ai ! (Au mois de mai, seuls les ânes se marrient !) (cf. saumo, soumo, ânesse, bête de somme, bourrique). A ne surtout pas confondre avec l'ail, qui se dit en provençal aiet. Ainsi, si vous traitez quelqu'un de « con d'ai ! » et qu'il vous répond « et toi, con d'oignon ! », c'est que vous avez affaire à quelqu'un qui n'a aucune culture ! Par ailleurs, un ai cabanu est un sot, un butor, un vrai âne, un âne bâté (prov. ai, ase cabanié : celui qui vient en tête du troupeau). Pourquoi cabanu ou cabanié ? (le prov. cabanié signifie : qui habite une cabane). Peut-être un lien avec cavan, grand panier d'osier, qu'on imagine accroché au bât de l'âne pour le transport des fardeaux ? « Siou decida de mounta su moun ai - per ana vèire s'es verai » (Pastorale Maurel). « Que naï ! » Quel âne ! (le n est rajouté pour renforcer l'exclamation et éviter l'assonance avec ai !).

Aici, eici

Ici, par ici. Eici lou bon froumage !

Aiet, alhet

Ail (Allium sativum), plante de la famille des liliacées, utilisée dans l'aiòli. De sèbe emé d'aiet (de l'oignon avec de l'ail). Veno d'aiet, gousse d'ail.

Aiganha, eigagno

Rosée du matin (prov. eigagna, faire de la rosée, bruiner).

Aigo

Eau. Audibert buou l'aigo : surnom d'un ancien Seynois, un paysan si avare qui ne buvait que de l'eau pour vendre tout son vin. Belle aigo (belle eau), expression qui aurait donné son nom au quartier de Balaguier. « Gaire d'aigo ! » (pas beaucoup d'eau !), disait systématiquement un célèbre Seynois - avec sa voix de rogomme - quand on lui préparait son pastis.

Aigo-ardènt

Eau-de-vie (litt., eau ardente).

Aigo-sau

Saumure, eau salée, mets de poissons bouillis (litt., eau et sel). A l'aigo sau ! : C'était l'appel du marchand d'escargots et de limaçons blancs.

Aladèr

Filaire ou philaria, arbrisseau très commun de la garrigue, de la famille des oléacées. L'espèce philaria à feuilles étroites (Phillyrea angustifolia) est l'aladèr mascle ; l'espèce à larges feuilles est le gros aladèr (cf. alavèr, taradèu). Aladèr semble aussi désigner le Nerprun alaterne (cf. fieragno) ou l'olivastre (oulivastre).

Alibòfi

Nom masculin pluriel désignant les testicules en termes grossiers (M'a rompu lis alibofi !). Trouve son origine dans aliboufier, nom commun du styrax (Styrax officinalis), arbuste de la famille des styracacées qui fournit une résine balsamique, et dont la forme des fruits rappelle les glandes génitales de l'homme. Voir aussi à arbre à couilles, nom familier du baguenaudier.

Aller

Raccourci pudique de « aller à la selle », déféquer. « Prenez cette tisane, ça fait aller ». On disait aussi « aller en diarrhée ». (cf. lieu, aller au lieu).

Allude

Fourmi ailée utilisée comme appât par les braconniers pour prendre les oiseaux passereaux au piège (prov. aludo, arudo ; esp. aluda).

Alors

A la question : « Alors ? » ou « Et alors ? » que l'on pose à quelqu'un pour prendre de ses nouvelles, les plaisantins répondent parfois : « Et à l'or, il vient pas la rouille ! ».

Alors oui !

Expression utilisée pour dissuader un enfant de faire une bêtise.

Amande sucrée

En Provence, on ne dit pas dragée, mais amande sucrée.

Amandon

Au sens propre, amande fraîche, amande qu'on mange verte (prov. amendoun) ; au sens figuré, testicules.

Amouasser

Réduire au silence, baisser d'un ton, mettre un bémol (prov. amoussa, éteindre). Amouassez un peu, les femmes !

An pèbre

Année passée lointaine et indéterminée : « ça remonte à l'an pèbre ».

Anchoïade

(Prov. anchouiado) Sauce à l'anchois préparée à partie d'anchois et d'ail, que l'on fait fondre tout doucement dans de l'huile d'olive.

Anchoye, anchoio

Anchois, poisson de mer (Engraulis encrasicholus, famille des clupéidés). L'Anchoye : nom d'un personnage folklorique seynois du début du XXe siècle.

Andaillon

Forte risée (clapot) levée dès le matin par le vent de l'Est (prov. andaioun, mouvement ondulatoire d'une masse d'eau).

Ange

C'est ainsi qu'on appelle le fruit à aigrette plumeuse de certaines plantes de la famille des composées (pissenlit, crépis, salsifis, etc.) qui sont transportés par le vent et dont les grands-mères disaient : « N'y touche pas, si tu l'attrapes, tu montes au ciel… ».

Ange bouffareou

(Prov. ange boufarèu) Désigne l'ange de la crèche qui souffle dans sa trompette pour annoncer aux bergers la nouvelle de la naissance de Jésus. Par extension, on l'emploie pour évoquer un enfant joufflu, un visage ou un objet rebondi.

Anguille

Mot quelquefois prononcé anguile par les provençaux, peut-être sous l'influence du niçois anguilo ou du catalan anguila.

Aoustin

Petit poulpe du mois d'août (cf. póupre).

A peu près

Expression utilisée comme adjectif pour : correct, valable. Un outil à peu près. Il me reste encore un pantalon à peu près.

Api

(Prov. àpi, céleri). Employé dans l'insulte tronche d'àpi !

Apoltroni

Apeuré, effrayé (prov. poultroun : poltron, couard, pusillanime).

Après

Parfois remplacé par à l'après. « Je te cours à l'après ». « Qu'un estron te courre à l'après... ».

Aque

Avec, probablement par contraction de l'ancien français avecque ou avecques. « Tu viens aque moi ? ». « Un aïoli du feu de Dieu, aque les escargots et la morue ! » (Marcel Pagnol).

Aquéu, aquest, aquel, aquelo, aqueli

Ce, cette, celui, celle, ceux (adj. ou pron. dém.) Sias ensucat de monta sus aquéu batéu (Vous êtes fous de monter sur ce bateau). Aqueli piantou que venoum mangea lou pan déi Seignen ! (Ces Italiens qui viennent manger le pain des Seynois !). Aquéu de cop ! (Ah ça alors !). Aquelo de bicyclette ! Aquelo empego ! (Elle est drôle, celle-là !). Aquelo d'aqui m'agrado mai (Celle-ci me plaît davantage). Aquéu pouarc de pichoun ! (Ce cochon d'enfant !).

Aqui

Là (près du lieu où l'on est), voilà. Que fas aqui ? (Que fais-tu là ?). Ve-l'aqui (le voilà). Aqui mai ! (Encore ! Et une fois de plus !).

Aquigé, aquidgé

Marqué, bouleversé, choqué, sonné, très affaibli après une grave maladie ou un coup dur ; frappé, blessé. [Dériverait de l'ancien argot français attigé].

Aquo, aco

Cela, ça (pron. dém.) Aquo, par exemple ! Qu'es aco ? (Quest-ce que c'est que ça ?).

Arapède

Mollusque gastéropode comestible à coquille conique, appelé patelle (Patella caerulea), bernique, ou chapeau chinois, très abondant sur les rochers découvrant à marée basse. Par extension, s'emploie pour désigner une personne importune, dont il est difficile de se défaire : « Ils sont comme un biou-arpu et une arapède ».

Arbous

Arbousier (Arbutus Unedo), aux fruits d'hiver rouges et comestibles. Un lieu planté d'arbousiers est un arbousset, arboussié, ou darboussié.

Arcan

Individu sans scrupules, sans moralité, capable de combinaisons douteuses ou malhonnêtes ; magouilleur dont il faut se méfier.

Arcinat

Aubépine (Crataegus monogina). Le fruit rouge de l'aubépine est l'arcino, ou poumeto de paradis.

Argeiras

Genêt épineux, Ajonc de Provence, ou Calycotome épineux (Calycotome spinosa).

Arlèri

Désigne par dérision l'arlésien, habitant de l'ex-capitale de la Provence, considéré autrefois comme un homme orgueilleux. On dit il fait l'arlèri en parlant de quelqu'un d'infatué et fier de lui (cf. estraio-braso, esbroufaire, bravejaire).

Arnaou (Meste)

Maître Arnaud. Dires des contes de Meste Arnaou ou des histoires de Meste Arnaou : raconter des histoires hors du commun, extraordinaires, incroyables, farfelues. Faire des comptes de Mestre Arnaou : faire des comptes d'apothicaire.

Arnavèu, arnavès

Paliure (Paliurus Spina-Christi), arbrisseau très épineux de la famille des rhamnacées, également appelé Épine-du-Christ, Porte-Chapeaux, ou Argolou.

Arriba

Arriver, parvenir, atteindre, advenir, survenir. « Arribo lou marchand... et puis s'en va mai ». « Arriban plus, capoun de Bouan Diou ! ».

Aroumi, roumias

Ronce (Rubus fruticosus), liane épineuse de la famille des rosacées, qui donne les mûres.

Arpu, arpudo

Qui a des griffes (prov. arpo, griffe) : Un biòu-arpu est une coquille habitée par un bernard-l'ermite - qui laisse paraître ses pattes (cf. piade). Qui a les doigts crochus ou les ongles longs, qui est toujours prêt à prendre.

Arsenacat

Employé de l'Arsenal de Toulon. Le pas de l'Arsenal, démarche lente et tranquille (cf. plan-plan) qui constituait autrefois une image du rythme de travail prétendument détendu des employés de l'Arsenal.

Arsinat, poumédo de paradis

Aubépine (Crataegus monogyna), arbuste de la famille des rosacées, à fleurs blanches et à baies rouges.

Assaché

Avis, annonce de faire-part des naissances, mariages, décès (du français assavoir, synonyme vieilli de savoir, qui ne s'emploie plus que dans l'expression faire assavoir). Deman, anaren faire lis assaché.

Assèti

Pierre plate, siège de fortune dans la nature.

Até !
Interjection équivalant à : Il est passé, il est parti, on l'a manqué.

Ato ! Ato sur ! Ato segu(r) !

Interjection signifiant : Eh ! bien, dame ! certainement, évidemment, d'ailleurs, du reste. Ato sur ! Le Maire, il l'a dit qu'il était pour de créer une société de musique.

Aubijade

Pêche à faible profondeur, à l'aube (à l'heure où la mer n'est pas encore agitée par les vents et à la condition expresse d'une parfaite limpidité des eaux).

Aubijaïre

Pêcheur qui exerce son activité à l'aube ; pêcheur qui pratique une variété de pêche appelée aubijade, qui collecte tous les animaux comestibles des mates ou des vaïres. Les engins qu'il utilise sont : la grapette, la fachouire, l'oursinière, le bouiou, le salabre, le gantchou.

Aubo (n.f.)

Peuplier blanc (Populus alba) (cf. piblo, pibo, peuplier noir).

Aubo (n.f.)

Aube, moment qui précède l'aurore, aurore. A l'aubo ! A l'aubo ! : C'était l'appel du marchand de sardines d'aubo, sardines pêchées au lever du jour. (Les sardines pêchées le soir sont des sardines de primo).

Auceloun

Oisillon, petit oiseau.

Aucèu

Oiseau, animal emplumé. Au péjoratif, individu quelconque, homme léger, sans valeur. Peut aussi désigner familièrement le pénis.

Aucyprès

Autrefois utilisé dans les campagnes pour cyprès. Le provençal de cyprès a en effet les variantes suivantes : ciprès, aciprès, auciprès, aucipriè, etc.

Auco (n.f.)

Oie.

Auro, ouro, òuro

Vent, souffle.

Aveni (d')

De race : provençau d'aveni (provençal de race). Arrivé par accident. Es vengu d'aveni : S'applique par exemple à une plante potagère qui s'est resemée seule et s'est développée en dehors de l'endroit habituel.

Avoir

Verbe employé parfois incorrectement à la place de être : « J'ai tombé ».





Accès aux autres lettres du lexique :

Retour à la page d'accueil du site



Marius AUTRAN et
Jean-Claude AUTRAN
jcautran.free.fr



Accès aux œuvres complètes
de Marius AUTRAN
Biographie
de Marius AUTRAN
Biographies familiales
et autobiographie de Marius AUTRAN
Pages généalogiques
Forum du site
Encyclopédie des
rues de La Seyne
Lexique des termes
provençaux
Dictionnaire du
Mouvement ouvrier et social seynois
Documents divers sur l'histoire
de La Seyne
Les élections à La Seyne depuis 1945
Chronologie de
l'histoire de La Seyne
La Seyne de A à Z
Archives, souvenirs et écrits divers
de Marius AUTRAN
Archives, souvenirs et écrits divers
de Jean-Claude AUTRAN
Avis de recherches
Informations
légales sur le site

Jean-Claude Autran 2016